Focal Elear
+
Focal Elear
  • Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer

Test du casque Focal Elear

Test

Focal ouvre son esprit

  • J'aime
  • Tweet
  • +1
  • Pin it

Jusqu’à présent la gamme de casques chez Focal était simple avec trois modèles Spirit bien distincts : un nomade (le One S), un Hi-Fi/sédentaire (le Classic) et un pour le studio (le Professional). Mais durant l’été 2016, le catalogue du constructeur stéphanois s’est étoffé avec l’arrivée de trois nouveaux modèles : le Listen qui se veut nomade et abordable, le Utopia ultra haut de gamme (4000 € !) et le Elear, casque ouvert vendu 1000 €, qui nous intéresse aujourd’hui. Même si ce dernier demeure catégorisé « audiophile » par le constructeur, que vaut-il pour le mixage et la production musicale ?

Quand on reçoit du matériel très haut de gamme à la rédaction, il y a toujours une certaine réticence. Et pour cause, on peut souvent être déçu par le rapport/qualité pas toujours favorable. Dans le monde de l’audio, dépenser deux ou trois plus d’argent ne veut pas forcément dire doubler ou tripler les performances, loin de là. La courbe est généralement plutôt logarithmique, si ce n’est pire, comme en témoignent nos tests des K812 et T1 qui ont récolté seulement trois étoiles malgré leur prix et le prestige de leur marque respective (AKG et Beyerdynamic).

Paul Elear

Focal Elear : Focal Elear (52936)

C’est donc au tour des Français de Focal de proposer un casque à 1000 €, et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’emballage est à la hauteur de la facture. La boite noire qui renferme le précieux est énorme et assez classe avec son système de fermeture magnétique. Le Elear est bien au chaud dans son lit de mousse et la première prise en main est impressionnante. Le casque est relativement lourd (450 g) et les matériaux utilisés, de l’aluminium, du cuir et des microfibres, annoncent une bonne solidité et un confort certain. Une fois posé sur la tête, on est englobé par les coussinets « circum-auraux » en mousse à mémoire de forme qui adoptent parfaitement notre morphologie. De même, l’arceau en cuir est bien rembourré et confortable.

À l’intérieur de l’Elear, on retrouve un haut-parleur 40 mm à dôme « M » en aluminium/magnésium fabriqué spécialement pour l’occasion par Focal. L’impédance du casque est de 80 ohms et l’épais câble symétrique fourni fait 4 mètres. Ajoutez à cela une conception ouverte et vous obtenez un casque sédentaire typique. Il ne nous reste plus qu’à le brancher !

Benchmark

Focal Elear : Focal Elear (25640)

Depuis quelque temps maintenant, nous utilisons un nouveau protocole afin de compléter l’écoute comparative classique. Avec l’aide précieuse de notre partenaire Sonarworks (souvenez-vous, le calibrage de casques), nous avons le plaisir de pouvoir vous fournir des courbes précises de la réponse en fréquences et du taux de distorsion harmonique élaborées par des professionnels, dont c’est le métier de tous les jours dans leur laboratoire. Elle n’est pas belle la vie ?

Pour le test, nous avons décidé de mettre le Elear en face du Sennheiser HD650, qui reste l’un de nos casques ouverts de référence, même s’il coûte beaucoup moins cher que le Elear (moins de 350 €).

On commence donc avec la réponse en fréquences du Elear, suivie de celle du HD650 :

 

Focal Elear : Focal Elear (53766)
Focal Elear : Focal Elear (12277)

On peut voir que le Elear descend sans problème jusqu’à 50 Hz, ce qui est une belle performance pour un casque ouvert, le HD 650 commençant a rendre les armes à 60 Hz. Le casque Focal reste ensuite assez linéaire jusqu’à 2 kHz (+/- 3 dB) pour ensuite chuter à 4 kHz (-6 dB) et remonter à 6 kHz (+6 dB). Ce genre de réponse en fréquence nous rappelle que nous avons affaire ici à un casque haute-fidélité, on privilégie ici l’impression d’air et de détails apportée par les fréquences situées au-dessus de 4 kHz aux sonorités parfois un peu dures des hauts médiums (2/4 kHz). Le HD 650 évolue dans un registre différent dans cette partie haute du spectre avec une réponse en fréquence beaucoup plus linéaire à partir de 2 kHz.

Focal Elear : Focal Elear (74624)
Focal Elear : Focal Elear (2110)

Concernant la distorsion, rien à signaler avec des résultats n’excédant jamais les 3 %, même à 20 Hz. Ça sent bon !

Écoute

Pour l’écoute, nous utilisons des fichiers non compressés et une interface audio Apollo 8 d’Universal Audio qui possède deux sorties casques indépendantes.

Focal Elear : Focal Elear (17257)

Johnny Cash - Hurt

Sur la guitare acoustique Martin, les cordes paraissent sans trop de surprise un peu plus brillantes sur le Elear, et l’instrument a un rendu plus médium sur le Sennheiser. La voix de Cash est un peu plus ouverte sur le casque Focal et légèrement plus nasale sur le HD 650, mais cela reste très proche. On pourrait craindre que la réponse en fréquence de l’Elear dénature trop la voix mais il n’en est rien. Les différences restent assez subtiles à l’écoute et le tout reste très agréable. Même quand la chanson commence à devenir sévèrement compressée, le Elear n’est jamais agressif, tout cela en gardant beaucoup de détails et un rendu assez « ouvert », un joli tour de force. Même si on ne demande pas forcément à un casque d’embellir le rendu quand on fait de la production musicale, il faut avouer que c’est très agréable pour une écoute récréative, surtout quand cela ne travestit pas le mix original.

Michael Jackson - Liberian Girl

Sur l’intro, le Elear nous montre qu’il sait donner du détail sans exagération. Quand le couple basse/grosse caisse débarque, le casque Focal nous démontre qu’il possède un bas assez profond et régulier. Sur le HD650, ce couple d’instruments sonne un peu plus plastique, sans doute à cause de la bosse à 1,5 kHz et aux fréquences graves descendant un peu moins bas. Côté dynamique, c’est aussi très bien, rien à redire par rapport au HD 650. Sur la voix de Bambi, le Elear est toujours très agréable. Le Sennheiser retranscrit quelque chose de plus nasal tandis que son acolyte ouvre toujours un peu plus le son, clairement grâce à l’emphase des fréquences à partir de 6 kHz. On apprécie le fait que les sibilances ne soient jamais trop présentes et agressives. Les différences par rapport à un casque plus droit comme le HD 650 sont vraiment les bienvenues, car elles demeurent subtiles et bien choisies.

Gorillaz - Feel Good Inc.

Focal Elear : Focal Elear (19945)

C’est sur cette chanson que les divergences entre le Focal et le Sennheiser ressortent le plus. Le rendu global de l’Elear donne l’impression d’être plus creusé que sur le HD 650, ce dernier laissant la part belle aux moyennes fréquences. Le bas du Focal est vraiment très bon, car étendu tout en demeurant vif et net. Celui du HD650 est aussi très précis, mais il manque 10 Hz de gras et cela s’entend. Ce Feel Good Inc. confirme le sentiment que l’on a eu sur la chanson précédente : malgré ce surplus de hautes fréquences donnant un peu d’air à l’ensemble, il n’y a jamais aucune agressivité. Pourtant cette chanson regorge de pièges à ce niveau.

Pour résumer l’écoute, le Elear n’est surement pas le casque le plus plat du monde et certains choix ont été faits par les Stéphanois dans le rendu sonore pour convenir à un public de mélomanes amateurs de Hi-Fi. Dans cette optique, le rendu sonore est extrêmement convaincant, car le Elear ouvre l’espace sonore sans jamais être agressif. De plus, l’étendue des basses fréquences donnera beaucoup de plaisir à ceux qui recherchent cette présence « physique ». C’est vraiment très agréable d’écouter de la musique en mode « plaisir » avec ce casque signé Focal ! Pour de la production musicale, il faudra faire attention à ne pas se laisser avoir par le rendu sonore légèrement avantageux du Elear. Heureusement que certaines solutions existent pour rendre le casque moins flatteur (Sonarworks, au hasard) et qu’elles vous permettront de passer du mode loisir au mode travail en un clic.

L’avis de notre partenaire Sonarworks

Bel effort de la part de Focal, surtout en considérant qu’ils ont développé un haut-parleur spécialement pour ce casque. Les mesures montrent une belle réponse en fréquence dans le bas du spectre pour un modèle ouvert, avec -3 dB à 40 Hz. Les autres casques ouverts commencent généralement à descendre 10 Hz plus haut, à l’exception du ATH-R70x. La distorsion dans le bas du spectre ne devrait pas être un problème car à 83 dB, elle reste sous la barre des 1%. Les hautes fréquences se comportent bien avec seulement un pic de 6 dB à 6 kHz qui pourrait éventuellement poser problème. Ce dernier accentue inutilement les voix féminines et certains instruments. Les performances audio générales sont très bonnes, mais pour 1000€ vous payez aussi le look luxueux.

 

Conclusion

Des casques à 1000 € orientés Hi-Fi et audiophilie, le Elear est celui qui nous a le plus convaincus. Il a certes une réponse en fréquence moins plate que le HD650, mais les accidents restent heureux, notamment à 4 kHz et plus de 6 kHz. En effet, les voix et les instruments ne sont jamais agressifs et demeurent très détaillés, avec une reproduction des fréquences allant jusqu’à 50 Hz sans broncher en bas et un surplus d’air très agréable en haut pour une écoute récréative. Le plus important, c’est que malgré ces colorations, les mix ne sont pas transfigurés, et le passage au HD650 reste doux. On préfèrera évidemment utiliser un casque plus plat (et surtout moins cher) pour la production musicale et le mixage, mais si vous cherchez avant tout à vous faire plaisir, quitte à utiliser de temps en temps le logiciel de Sonarworks pour travailler, le Elear peut-être une solution envisageable, si votre porte-feuille vous le permet, évidemment.

Notre avis :
Points forts Points faibles
  • Qualité des matériaux
  • Confort
  • Des basses jusqu’à 50 Hz, easy
  • Assez linéaire jusqu’à 2 kHz
  • Un rendu toujours agréable et détaillé
  • 1000 €, tout de même
  • Pour le mixage, il y a mieux et moins cher
À propos de nos tests
Réagir à cet article
  • J'aime
  • Tweet
  • +1
  • Pin it