Enceintes Hi-Fi
Hi-Fi Enceintes Hi-Fi

Recherche d'infos sur enceintes de marque RAM (Belgique) !

 
  • Signaler un abus
AuteursMessages

harrington

membre non connecté
1 post au compteur
1 post au compteur
Nouvel AFfilié

1 Posté le 25/08/2007 à 17:31:18Lien direct vers ce postSignaler un abus
J'ai acheté une paire de Ram Ariane dans un magasin d'occasion.
J'avais déjà eu des Ram Osiris il y a quelques années et elles fonctionnaient très bien, mais là les Ariane c'est MAGNIFIQUE !!!
Si quelqu'un peut me donner des infos sur cette marque belge, je suis très interressé !!!
Merci d'avance,

jiske

membre non connecté
1 post au compteur
1 post au compteur
Nouvel AFfilié

2 Posté le 24/05/2008 à 19:06:13Lien direct vers ce postSignaler un abus
Bonjour ! j en ai également une paire ! En laqué noir , c est vrai qu elle sont
superbe ! Distribué par Kenwood a l époque et construite par une petite sociétée pres de louvain . Prix tres élevée , superbe piece de collection ....

dedrenghien

membre non connecté
1 post au compteur
1 post au compteur
Nouvel AFfilié

3 Posté le 31/05/2013 à 11:38:40Lien direct vers ce postSignaler un abus
Bonjour
La société RAM est née dans les années 1990, créée par Paul Roger Douchy. Les caisses étaient réalisées en Belgique à 1460 Ittre, 23 rue de Virginal prêt de Bruxelles, laquées, souvent de couleur noire, l'ensemble des haut-parleurs et de marque anglaise, le fleuron de la gamme s'appelait "Ariane" avec une forme originale et donnait d'excellents résultats pour l'époque. Plutôt exigeant concernant la qualité de sa gamme et d'une bonne qualité musicale, sensible à la musique classique et jazz, malgré une tentative "CineRam", RAM n'a pas pu s'adapter à l'arrivé du home cinéma (pas de caisson de basse, pas de voie centrale).
En 1992 un modèle Ariane était proposé à 99 000 FB la paire, ce qui était une somme importante pour l'époque. Respectivement les Adonis 60 000 FB, les Osiris 35 000 FB, les Hermes 25 000 FB. (40 FB = 1 €).
Une page d'histoire s'est tournée, nostalgie, nostalgie !
Une bonne affaire pour les chineurs, les Hauts parleurs peuvent se remplacer par des modèles DAVIS.

mieussy2

membre non connecté
1 post au compteur
1 post au compteur
Nouvel AFfilié

4 Posté le 18/10/2013 à 11:46:06Lien direct vers ce postSignaler un abus
Bonjour,
j'ai une paire de RAM colonne laquées noir.
Je ne connais pas le nom du modèle. Un tweeter m'a lâché. Par quoi puis-je le remplacer?
J'immagine que les pièces d'origines ne sont plus disponibles!?
Merci pour vos réponses.

Laurent

Damien P.

membre non connecté
1 post au compteur
1 post au compteur
Nouvel AFfilié

5 Posté le 08/12/2013 à 19:12:33Lien direct vers ce postSignaler un abus
Pour tous les fans de RAM, anciens, nouveaux et futurs, voici un complément d'infos à celles données par dedrenghien.



La marque RAM était originellement anglaises, entre 1974 et 1983. Pour toute info sur les RAM 1, 2, 3, bookshelf, 100, 150 et autres 200, allez faire un tour sur
http://www.falconacoustics.co.uk/falcon-archive-links-history-tips/falcon-acoustics-archive/ram-speakers.html
et les pages
http://www.vincejennings.webspace.virginmedia.com/RamElectronics/early.html
http://www.eastmarinedrive.com/contents/non-static/RAMuk-content.html



Pour la période belge, c'est un peu plus obscur. On ne trouve plus rien sur internet. De l'époque où j'ai acheté mes HERMES (milieu des années 1990), je me souviens encore des brochures de présentation des enceintes sous carton bleu brillant du plus bel effet, que j'ai du probablement jeter il y a quelques années. 20 ans plus tard, elle sont toujours en excellent état, n'ayant à déplorer qu'une attaque de griffes de chat sur une des suspensions de woofer (sale bête). Ayant toujours rêvé du reste plus onéreux de la gamme, j'ai eu la chance de pouvoir acquérir récemment une paire du haut de gamme de la marque, les ARIANE, en état correct, excepté un pied remplacé par du vulgaire OSB repeint et un coup dans le médite d'une arrête supérieure. Plutôt que de vous les décrire moi-même, voici ce que l'on en disait dans le n°168 de la Nouvelle Revue du Son de mai 1993 :





Je ne peux que confirmer cette analyse. Ces colonnes sont très imposantes (140 cm) pour de simples deux voies, mais permettent un positionnement de son ample dans la pièce, tout en restant très bien défini dans les aigus et naturel dans les graves. Elle ne feront toutefois pas facilement trembler les murs, avec un appel en puissance assez conséquent, et des basses fréquences plutôt limitées en dessous de 40 Hz (il ne reste presque plus rien à 30). C'est le revers de la médaille d'un système sans les artifices souvent mal gérés d'une troisième voie. Pile dans la philosophie de PMC ou JM Reynaud, par exemple. Le réalisme est stupéfiant sur les percus, la guitare ou la voix, surtout en analogique (vive les vinyles !), mais montre ses limites sur l'orchestral.









En vrai fan, j'ai voulu pouvoir me procurer les OSIRIS, qui me faisait baver à l'époque. Dans mon souvenir, leur rendu en musique Pop/Rock était sidérant pour le prix. Maintenant que je peux comparer aux HERMES, je constate que cela tient clairement à trois choses : une plus grande puissance admissible (les woofers VIFA sont plus nets et efficaces, avec des médium-graves moins traînants), des graves flatteurs et profonds (un peu trop ?) et le tweeter (SEAS) doublé à l'arrière qui donne à la fois brillant et spatialité. Bref, pas objectifs pour un sou, mais nettement jouissifs. Maintenant je m'offre le luxe de les utiliser comme enceintes surround, ce qui ne leur va pas mal étant donné le double tweeter qui rappelle un peu le système d'enceintes dipolaires.





A noter qu'il existe une version (plus récente?) avec possibilité de bi-câblage, sans panneau arrière, mais avec deux ronds entoilés pour camoufler le deuxième tweeter et l'évent de grave (qui n'est au final qu'un simple tuyau PVC).

Les HERMES perdent un peu de hauteur (au propre comme au figuré) par rapport aux OSIRIS, avec un conception plus simple (1 seul tweeter) mais une étonnante spatialité d'émission (peut-être uniquement due à l'évent arrière), même à l'écoute d'une enceinte unique. L'émission reste assez neutre, typée plutôt studio (agréable pour le classique), mais montre ses limitations en graves (ça ne descend forcément pas très bas et ça flotte un peu), et surtout en qualité de timbres medium-aigus (aïe aïe le piano dans les deux dernières octaves). J'imagine que pour l'équivalent du prix de l'époque (500 €, soit 750 € au cours actuel), on doit pouvoir trouver au moins aussi bien, mais peut-être pas aussi bien fini quand on voit le surcoût d'un laquage noir de cette qualité. Et puis il faut imaginer qu'elles étaient à l'époque en concurrence de 'baffles' à l'ancienne, comme les Ditton « legend ».





Reste les ADONIS, coincées en gamme entre les ARIANE et les OSIRIS. Personnellement je n'en ai jamais vu, même sur internet. Les seuls commentaires trouvés ne sont pas particulièrement élogieux (peu musicales, difficiles à 'driver').

Et puis les ORPHEE. Un de mes bons copains de l'époque (et d'aujourd'hui aussi d'ailleurs) habitait à 100 mètres de la fabrique RAM, à Ittre. Ayant entendu mes HERMES, mais avec des finances encore moins brillantes que les miennes, il s'était convaincu d'acheter les ORPHEE, qui ont fait, sans fatigue, le bonheur de pas mal de soirées arrosées pendant nos années d'études. Leur conception était identique aux HERMES, mais en version bibliothèque, avec un son tout aussi neutre, mais peut-être finalement mieux tenu en basses fréquences, car sans lourdeurs. J'en ferai des photos à l'occasion, un de ces jours.
Revenir en haut de la page