I love AF
Epiphone The Dot
+

The Dot, Guitare Electrique Hollow Body/Semi Hollow Body de la marque Epiphone appartenant au modèle The Dot.


31 avis d'utilisateurs
Neuf à partir de 318 € prix moyen : 360 €
Occasion à partir de 250 € argus occasion : 238 €Avertissement important

Fiche technique Epiphone The Dot

  • Fabricant :Epiphone
  • Modèle :The Dot
  • Catégorie :Guitares Electriques Hollow Body/Semi Hollow Body
  • Fiche créée le :18/12/2006
Body Material Laminated maple
Top Material Laminated maple
Neck mahogany (2008-Current), maple (1997-2007)
Neck Joint SlimTaper™ “D” Profile
Fingerboard rosewood with pearloid “dot” inlays
Fingerboard Radius 12”
Scale 24.75”
Nut Width 1.68
Neck Pickup Alnico Classic Humbucker™
Bridge Pickup Alnico Classic Plus Humbucker™
Controls 2-Volume, 2-Tone
Pickup Selector Epiphone 3-way toggle
Tailpiece LockTone™ Tune-o-matic StopBar
Hardware Nickel
Machine Heads Grover® 18:1
Color Cherry (CH), ebony (EB), Natural (NA), and Vintage Sunburst (VS). The left-handed model comes in Cherry.
Typical Weight (+/- 5%) 8.2 lbs
Strings D’Addario® 10, 13, 17, 26, 36, 46

 

Source : http://www.epiphone.com/Products/Archtop/Dot.aspx

»

Acheter neuf Epiphone The Dot

Woodbrass
(315 avis)
Dot Cherry 346,29 € »
Woodbrass
(315 avis)
Dot Vintage Sunburst 354 € »
Michel Musique
(21 avis)
DOT VINTAGE SUNBURST 379 € »
Woodbrass
(315 avis)
Dot Natural 318 € »
Effect on Line
(28 avis)
Dot Vintage Sunburst Chrome Hardware 355 € »

Acheter d'occasion Epiphone The Dot

Epiphone The Dot Vend Epiphone Dot comme neuve 300 € »
Epiphone The Dot Ech Epiphone the Dot coréenne quasi neuve contre hollowbody 250 € »
Epiphone The Dot Epiphone The Dot EB + étui Ephiphone 250 € »
Epiphone The Dot vends epiphone the dot 280 € »
Epiphone The Dot Vend Epiphone Dot (sunburst) 270 € »

Avis utilisateurs Epiphone The Dot

sof@surfer07/02/2017

L'avis de sof@surfer"Lutherie bien meilleure que les micros"

Epiphone The Dot
Je l'utilise dans un ampli a modélisation dans des styles divers : smooth, funk, pop, rock.

la lutherie est plutôt bien réussie, malgré quelques détails perfectibles ils ne gênent pas le jeu. Elle est en couleur natural, c'est magnifique.

L’électronique semble de bonne qualité, rien a voir avec les Dot fin années 90 qui possédaient une électronique premier prix.

Les finitions sont assez perfectibles, ca montre bien qu'elle a été produite de chaine d'assemblage.

La guitare tient assez bien l'accord, il faut néanmoins l'accorder à chaque prise en main.

Le manche est assez agréable, plus fin que sur une les paul. Ce n'est pas un monstre de vélocité , il donne envie de jouer tranquille.

Le micro manche produit un son smooth en clair et grave en crunch. le micro chevalet est plus criant et laisse un timbre nasillard typé les paul. La position intermédiaire creuse les médium. C'est la que la qualité moyenne de l'instrument se ressent, les micros sont assez peu expressifs, peu de personnalité. Ca convient pour débuter avec ce type d'instrument, mais à terme il convient de les remplacer par des micros plus dignes : super57 ou seth lover par exemple.

Convient bien pour les sons clairs et crunchs, par contre pour les amateurs de grosses saturation ce n'est pas fait pour, la caisse va provoquer de gros larsens, c'est injouable dans ce contexte.

Les + : lutherie d'assez bonne qualité, agréable a jouer, son smooth typique des hollow bodies

Les - : finitions approximatives, micros sans personnalité
»
MacB11/07/2015

L'avis de MacB"EPIPHONE DOT SERIE S 1999 MADE IN KOREAN (Before Elitist!)"

Epiphone The Dot
Made in Korean 1999 Assemblage et distribution réalisé à Seoul, dans les usines du groupe SAMICK.
Fabrication et finition, découpe des éléments USA, dans les usines de Nashville et du Montana.
22 Frets
2 humbuckers de marque Epiphone Fat réplique la plus fidèle de la marque dans son Histoire récente des célèbre classic 57 de chez Gibson.
Manche: FAT 210 (version amélioré du S 210 de 1986)
Chevalet: FAT 310 (version amélioré du S 310 de 1986)
2 tonalités, 2 Volumes
1 switch craft selecteur Gibson 3 positions.
Manche typé es 335, plus fin, tirant davantage sur un manche en "C" presque "Slim taper".

Cet instrument à 20 ans d'âge, presque que comme un vieux whisky tourbé d'Ecosse!

Un peu d'Histoire sur les modèles qui précédèrent les modèles élitistes de la marque qui seront produit entre 2000 et 2005. A l’époque du salon du NAMM de Los Angeles 1993, de nouvelles gammes d’instruments acoustiques et électriques ont fait leurs débuts.

En 1993, une concurrence se créer entre les modèles Rivieras et Sheraton, produite à Nashville par Gibson, en collaboration également avec l’usine du Montana, qui construisirent les 250 premiers exemplaires, puis ensuite ce fut exclusivement les versions texanes qui inondèrent les points de ventes aux Etats-Unis. Ces Epiphone été seulement destiné à cet évènement spécial que constituait le NAMM au début, mais le retour client sur place, a incité Rosenberg PDG du groupe EPIPHONE, à rééditer ces modèles de part le monde ensuite.

Celles et ceux ayant assisté par le suite au NAMM de 1994, l’année suivante, ont été témoins de la ré-introduction des légendaires modèles de la marque, comme le modèle Casino Lennon, ou encore Sorento, et les basses Rivoli. Dans les mois qui suivirent, divers artistes achetèrent ces modèles pour leurs productions musicales de l’époque. Dans ces artistes il y’a notamment le Jazzman Chet Atkins, ou encore Noel Gallagher du groupe britannique Oasis, ou encore The Edge du groupe U2. Ce fut une confirmation que Epiphone était toujours une grande entreprise d’instrument de musique.

Dès 1994, Epiphone lance la série S-Serie sur une production standardisé dont l'assemblage fut réalisé en Corée du Sud, dans les usines Samick, à Séoul, mais dont les bois provenait directement des Etats-Unis de Nashville et du Montana. Elles furent produites de 1994 à 1999. Ce fut un hommage aux productions des premières Epiphone Coréenne/américaine de la marque produites entre 1986 – 1989.

Les micros d’origines des années 80 furent des S 210 et S 310 pour être ensuite amélioré dans les années 90, devenir des F 210 et 310. Le F 310 fut abandonné en 2000 au profit d’un nouveau micro que l’on retrouve encore aujourd’hui sur les Epiphones produites en Chine. Dès 2000 jusqu’en 2005, la production sur le même principe est re-localisé une dernière fois (1980-1992 made in Japan) au Japon, pour une nouvelle série, la série Elitist, où apparut notamment la signature John Lee Hooker, ou encore la Sheraton Union Jack, qu’a arborer notamment Noel Gallagher avec Oasis.

A partir de 2007, la production des solid body de la marque est délocalisé en Chine, seul les Sheraton ou les Riviera, Dot seront encore fabriqué en Corée du Sud, cette fois-ci, mais ces dernières productions restent plus «bâtarde» pour les spécialistes, les essences de bois sont différentes, plus économique en terme de coût d’extraction et moins riche en texture visuellement, en couleur de palissandre notamment, par rapport aux modèles des années 90, made in Korea, ou des modèles encore plus luxueux made in Japan du début des années 2000. Ces dernières coréennes produite entre 2006 et 2007, restent cependant encore tous à fait correcte par rapport aux modèles chinois actuels et des années d’avant surtout en terme d'essence de bois pour les corps et les manches, cependant plus pauvre sur la touche palissandre.

(Source: Epiphone).







UTILISATION

Manche en C typé ES 335 pré "Slim Taper", mais nettement plus fin que celui d'une ES 335. La guitare est superbement équilibré, plus lourde et massive qu'une epiphone sheraton ou dot, actuel, ou coréenne produite entre 2006 et 2007 (cet instrument de 1994 pèse environ 3,6 kg et les sheraton ou dot produite entre 2006/2007, pèse environ 2,0 kg/2,6kg). La poutre à l'intérieur étant plus épaisse

l'accès aux aigues, est facile mais néanmoins, moins aisé que sur une sheraton ou une es 335, le cou ou sabot derrière étant plus élevé, comme pourrait l'être sur une Gibson ES 330 d'aujourd'hui et d'avant. Autant dire, une guitare à l'ancienne, mais avec un sabot plus haut, ce qui confère notamment plus de solidité sur la jointure corps et manche. D'autant plus, que les manches samick de l'époque sont légèrement traversant sur une partie du corps de l'instrument (source: Epiphone).

Concernant, le son si vous laissez les micros Ephiphone Fat vous obtiendrai un son très Jazz, swing, bluesy avec énormément de bass, et des aigues doux, ce qui se rapproche selon moi du son authentique des vielles Epiphone ou vielles demi-caisse gibson, qui ont tendance avec trop de saturation naturelle (par l'ampli directement), à fuzzer. Ce qui est le cas pour ce très bel instrument.

Je déconseillerai ce modèle dans l'état actuel, avec les micros d'origines à des musiciens de métal. Je déconseille vivement cet instrument pour des Joe Satriani dans l'âme, le manche n'est pas fait pour ça, cela va vous fatiguer, user votre canal carpien.

Je le conseil vivement à des musiciens de pop, rock, brit rock, blues à l'ancienne, swing, blues rock année 70, rock old school, hard rock début 70 (AC/DC dirty deep, dirty sheep, Jailbreack, High voltage - AC/DC Powerage, grunge, post rock, folk rock, rock indé. Pour le Hard rock ces micros sont assez rock'n'roll une fois branché dans un Marshall/mesa boogie. Brancher dans un fender reverb (ce qui est mon cas), un son très soul, très bluesy, avec une saturation naturelle des micros au-delà de 7 au niveau des volumes, c'est à dire que jusque de 3 à 7 vous obtenez un magnifique clean. Avec des séries plus modernes d'ampli fender, telles que les Hot Rod, vous obtiendrez davantage de clean sound encore, avec un poil moins de saturation.

Le son est suffisant avec l'utilisation que j'en fais, avec un fender de la gamme reverb, de puissance 15 watts tous lampes. La position dite "haute" du switch, donne un son plus feutré, plus Jazzy, bluesy, chaleureux (plus chaleureux qu'une Rickenbaker par exemple, pour avoir comparé). La position dite du "milieu", offre davantage de médium et de puissance parfait pour faire du blues rock, du rock également, avec moins de basse, pour moins c'est l'équilibre parfait avec la position dite "basse" des aigues, offrant des aigues, médium, brillant sans être criard, parfait pour du solo à l'ancienne, très rock'n'roll, très rolling stones on pourrait dire ici.

Presque un son de micro simple à l'ancienne, style mini humbucker, P90 ou micro de mustang à l'ancienne (ou boutique HEPCAT, LINDLY FRALIN), mais avec le punch de l'humbucker en plus, le côté "fat", un peu lourd dans les basses, ce qui conviendra parfaitement pour un Jazzman, ou un gros fan de BB KING, un folkeux également.

SONORITÉS

Mon style de musique Folk/rock/postrock, tendance grunge expérimental, pourrait-on dire, avec de temps à autres un petit blues à l'ancienne pour le plaisir, en picking, histoire de remonter un peu le temps, de se faire un petit flashback daqn.

3- 7 = clean sound
7- 10 = grosse saturation allant jusqu'au côté fuzz, avec saturation naturelle
Je le joue sur un fender Princeton reverb blackface orange édition 1965.
Pour ce que je fais, toutes les sonorités, sont bonnes, néanmoins les basses sont un peu trop présente, ce qui peut rendre quand on est dans la position "haute" de l'ampli, un côté boueux au son pour un rock, ou un morceau blues rock, mais intéressant pour un morceau Jazz ou blues swing au picking.

Avec de l'overdrive/preamp typé Xotic, on est un peu sur des morceaux tels que Calling card ou secret agent de Rory Gallagher, pour situer un peu le son, donc autant dire, une guitare qui peut également parfaitement se prêter pour faire du slide!

Enfin ceux sur quoi je souhaiterai insisté, c'est que les micros de cet instrument ont par rapport aux micros actuels des Epiphones produites depuis 2006, une meilleur définition, c'est indéniable, ça sonne chaleureux, sans être sec, agressif. Je ne suis pas sûr qu'il soit nécessaire de les changer pour des classic 57, qui apparaissent selon moi bien plus agressif, sec, plus médium, aigue, que des Epiphones S-serie Fat de cette époque.

AVIS GLOBAL

Je l'utilise depuis 1 mois. La guitare est vielle, on le sent au niveau des mécaniques, elles ont plus de jeu, mais tiennent néanmoins l'accord, les potards craquotte de temps en temps, mais ne faisant pas crachoter les micros et il n'y a pas d'effet de microphonie (ou larsen intempestif venant des micros), c'est un peu comme un vieux vinyl qui serait usé sur certaines parties de ses sillions. Dans les prochaines semaines, j'irai réaliser un petit check-up de l'instrument, nettoyer un peu l'intérieur ce genre de chose. Je remettrai un avis si la sensation globale est différente ensuite.

Je referai ce choix, car cet instrument équivaut en lutherie, très largement une ES 335 d'avant 2009 chez Gibson ou une Elitist des années 2000, cependant plus rustique en terme de finition, plus simple dirons-nous ici, mais avec un palissandre d'excellente qualité couleur sombre légèrement "brun" sans coloration rosé (comme sur les actuels palissandre des Epiphone), je n'ai vu que ce type de bois jusqu'à présent sur des rickenbakers à 2000 et quelques Euros en finition naturelle. Donc c'est un très bel instrument!

Oui je referai ce choix, voir une GIBSON ensuite pourquoi pas, une ES 330 ou une trini lopez qui s'en rapproche un peu je trouve en son, qui sont un peu plus luxueuse et soigné que des ES 335 d'aujourd'hui. Pourquoi pas même une ES 345 ou ES 359 d'occasion.

AVIS du 24.10.2014:

Suite au check-up, j'ai laissé les micros, remplacer les potards par des potards Gibson US, un selecteur US à la place etc. Ca change du tous au tous, le son est plus claire avec les micros FAT EPIPHONE, très typé blues/jazz pour le coup, encore plus qu'avant. Maintenant celle-ci est vraiment dédié au rock, blues, jazz, blues rock, Pop, Brit rock (stone roses, Supergrass, The smith), mais pour un style plus "extrême" genre hard rock, jouer la avec une pré-amp ou un overdrive. Ce que je peux dire c'est que ce n'est pas une ES GIBSON, c'est une EPIPHONE, une vrais digne de ce nom, pas un instrument sortit de Taïwan. Elle est désormais à prendre telle qu'elle, avec ses qualités et avantages. Je déconseille fortement de placer des classic 57 ou même des P94 comme beaucoup d'entre nous, le font, c'est pas une 335 ou une ES 145 JAZZ ou 330 (P90) ça n'a rien à voir, alors je vous conseille simplement de soit garder vos micros d'origines s'ils sont bon et viables, soit de les faire remplacer par des Burstbucker "non wax poté" c'est à dire 1 2 ou 3 de chez Gibson, qui apparaissent plus adapté pour ce genre d'instrument, vous ne tomberez pas dans un son de ES, avec ce type de micro, ça sera GIBSON, mais pas ES, ça se rapprochera plus de vos micros initiaux surtout le Burstbucker 1, en manche, qui est sous bobiné par rapport au classic 57, ce qui est plus intéressant pour une Epiphone de ce calibre. Je remettrai un avis plus tard, si je change également les micros pour une paire de Burstbucker 1 et 2.

Avis 11.07.2015:

J'ai entièrement changé le circuit, je suis passé de CTS à BOURNS, avec deux condensateur Black Bee 22nf et des micros custom 1962 modifié de chez HEP CAT (sur Paris), que dire désormais elle est parfaite, une très bonne guitare, 15 ans, elle a joué, elle est encore là, entière, elle sera là encore pendant pas mal d'année. Une très bonne cuvée ces années-là pour EPIPHONE. De plus elle commence à être recherché, alors n'hésiter pas, c'est déjà presque du "vintage".
»
loloetbea17/06/2015

L'avis de loloetbea"Ca change de l'acajou massif..."

Epiphone The Dot
Il s'agit d'une DOT Deluxe (micro classic 57 Epiphone) fabriquée en Chine en 2011 (d’après le n° de série).

Grand fan de Rush, j'ai profité de l'occasion pour l'acquérir et en terme de son je ne suis pas déçu.

Pour le son : Je joue sur un ampli Ibanez TSA15 qui est un ampli à lampe qui reste trés clair même à des volumes très poussés. Sans overdrive, les réglages de l'ampli à midi, les aigus de la DOT restent un peu étouffés, mais cela est vite réglé en retouchant l'égalisation. Dans le jeu saturé, je me rapproche du son de Rush à leur début avec ce coté gras mais un peu sec qui donne l'impression d'être un peu plus précis que ma Blade avec ses P90. En poussant la saturation, je suis dans le son de Ted Nugent (Cat scratch fever) et tout cela sans larsen (ou alors en se plaçant devant le HP...).

Coté lutherie : la finition est très correcte et très bien finie (un vrai plaisir pour les yeux), mais j'ai des mains de nain et le manche est un peu gros. Je m'y fais, mais je n'ai pas encore le confort de jeu de ma Yamaha ou ma Blade. Les mécaniques jouent bien leur rôle (très bonne tenue de l'accord). Pour l'électronique, je suis un peu plus mitigé : tous les potars à fond, pas de soucis. Par contre, les tonalités étouffent le son quand on joue avec et les volumes ont une progressivité un peu bizarre et une perte d'aigus en baissant.

C'est une guitare attachante, que l'on joue par plaisir même à vide malgré son format conséquent. J'ai trouvé un certain son que je cherchait depuis un moment. Un jour, je pense upgrader les micros et le câblage (mais là c'est un peu du vice)
»
sumo3713/06/2015

L'avis de sumo37"Ma douce"

Epiphone The Dot
Pas besoin de présenter cette petite Es, une gueule reconnaissable entre mille.

Déjà, la finition est très propre, pas de coulures, pas de frettes qui grattent, tout est bien fini et d'une simplicité merveilleuse sur cette gratte. Seul l'électronique laisse à désirer, le son ce coupe de temps en temps après un switch de micro, rien de bien alarmant pour moi, micro chevalet pleine balle (micro manche, connais pas), mais un petit coup de vent dans les ouïes, et le problème disparaît. Je le note car d'après d'autres avis, il s'agit d'un problème assez récurent. Sûrement dut à des accumulation de poussière au niveau des soudures (et ouais, ça passe dans les fentes).
Le seul truc qui m'a aussi dérangé (au début), sa forme, une grosse caisse qui fait passer ma télécaster pour un ukulélé, ce n'est qu'une question d'habitude, les bords de caisse ne font pas mal comme sur la télé, on peut caler sa main droite pépère sur le chevalet (tout ce qu'il y a de plus classique pour les guitares Epiphone).
Le fait qu'elle puisse être assez fragile en comparaison des solid body peut être un inconvéniant (avant que j'ai cette pelle, on m'appelai Conan le destructeur), ça oblige à faire attention à son instrument, pour le surf sur pelle ou le lancer d'érable, on lui préférera donc une télé (qui est selon moi, une guitare indestructible). Rien a redire donc sur la lutherie, et tout le tintouin, on sait à quoi s'attendre.

Pou ce qui est du son, bah ça envoie plutôt pas mal pour une gratte de cette gamme. Je joue dans un groupe de punk/rock, branché dans un blackstar ht50, grosse saturation. Seul problème, une prédisposition au larsen suivant le volume de l'ampli, et sa place par rapport à l'enceinte. Je posterai un edit après l’acquisition d'un noise gate.
En tout cas, malgrés son air de pas y toucher, de petite fille fragile, elle en a sous le capot. on retrouve le son classique des humbucker, de la chaleur, de la présence, de bonnes harmoniques, un peu plus de gras peut-être que sur ses cousines (mais le gras, c'est la vie), tout du moins sur le micros chevalet, une bonne dynamique aussi, très bonne réponse. Le rendu est très bien aussi en clean je trouve, même si ce n'est pas mon domaine de prédilection.
Je suis par contre un peu plus sceptique en ce qui concerne le micro manche (pour le peu que je m'en sert), un peu trop molasson à mon goût, mais assez plaisant quand il s'agit de jouer un peu plus jazzy, avec une jolie reverb.

En bref, une demoiselle qu'il faut maîtriser, apprendre à connaitre, de jolies formes, une fragilité apparente qui donne envie de la pouponner, un petit côté taquin, qui sait mettre le feu, un bon investissement pour ceux qui souhaite une première demie caisse.

Par contre, pour les fan d'accordage en Si ou de disto dégueulantes, de micros actifset tout le reste, passez votre chemin, la belle sait ce qu'elle veut, et vous le fera entendre.
»

News Epiphone The Dot

C'est le mois de la Archtop chez Epiphone

C'est le mois de la Archtop chez Epiphone

5 Publiée le 07/10/13
En Octobre, Epiphone vous offre un mini-accordeur clipsable NS Mini Headstock pour l'achat d'une guitare Archtop chez les revendeurs agréés.

Images Epiphone The Dot

  • Epiphone The Dot
  • Epiphone The Dot
  • Epiphone The Dot
  • Epiphone The Dot

Vidéos Epiphone The Dot

Découvrez d'autres produits !

Autres dénominations : thedot

Évolution des prix - Epiphone The Dot

Forums - Epiphone The Dot

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus.