Mastering
Techniques du Son Mastering
  • Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer

Home Mastering — 18e partie

Bien débuter

La mesure des niveaux au mastering

  • J'aime
  • Tweet
  • +1
  • Pin it

Cette semaine, intéressons-nous aux plug-ins permettant de visualiser correctement les niveaux car, après tout, qu’on le veuille ou non, le mastering est devenu synonyme de course au volume, alors autant avoir les bons outils afin d’analyser cet état de fait…

Tools of the trade 

Une fois n’est pas coutume, nous commencerons par citer un certain nombre de plug-ins capables de vous aider lorsqu’il s’agit d’évaluer objectivement le volume sonore de vos titres : 

Pour quoi faire ?

Comme vous pourrez le constater en jetant un œil aux plug-ins ci-dessus, les outils d’analyse des niveaux audio offrent tous différents moyens de visualiser les variations de volume de votre musique. Nous trouvons des crête-mètres, des niveaux RMS, de l’EBU, etc. Mais à quoi cela peut-il bien servir concrètement parlant ? Eh bien à plusieurs choses fort utiles en situation de mastering, comme nous allons le voir.

Home mastering loudness meter

Tout d’abord, ce type de plug-ins est généralement beaucoup plus précis que les indicateurs de niveaux de votre DAW. Ainsi, placé en fin de chaîne, cela vous permettra d’être sûr et certain de ne jamais dépasser la sacro-sainte limite du 0 dB FS afin d’éviter toute distorsion numérique. 

Ensuite, ils offrent la possibilité de vous rendre compte de façon objective de la dynamique du titre en cours de traitement. Pour ce faire, il suffit d’observer la différence entre les valeurs crêtes et les valeurs moyennes (RMS). Plus cette différence est faible, plus votre musique est compressée. Certains plug-ins font d’ailleurs le calcul pour vous, et il y en a même qui affichent un histogramme de cette valeur, permettant ainsi de vous rendre compte de l’évolution de la dynamique tout au long du morceau.

Une autre utilisation de ce type d’outil consiste à équilibrer le niveau d’écoute entre le fichier non traité et le fichier masterisé. En plaçant une instance du plug-in en début de chaîne et une autre en fin de chaîne suivie d’un plug-in d’ajustement du gain (par exemple le freeware Blue Cat’s Gain Suite, il devient très facile d’ajuster les niveaux afin que l’écoute avec ou sans traitement de mastering ait le même niveau sonore perçu. Ainsi, vous pourrez plus facilement vous rendre compte de l’impact de votre mastering sans être aveuglé par l’effet du « plus c’est fort, mieux c’est ». Attention toutefois à bien retirer le plug-in d’ajustement de gain lors de l’export final de votre titre pour récupérer le niveau sonore optimal. Notez également que cette technique peut vous aider à comparer vos titres avec un morceau du commerce à niveau égal.

Enfin, certains de ces plug-ins vous permettront de vous conformer à des systèmes ayant fait leurs preuves lorsqu’il s’agit de combattre la « Loudness War », par exemple le K-System ou bien encore les recommandations de l’EBU (European Broadcast Union). Mais nous parlerons de tout ça plus en détail la semaine prochaine…

Réagir à cet article
  • J'aime
  • Tweet
  • +1
  • Pin it