Prise de Son & Mixage
Techniques du Son Prise de Son & Mixage
  • Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer

Le guide du mixage — 143e partie

Bien débuter

Comment augmenter votre productivité ?

  • J'aime
  • Tweet
  • +1
  • Pin it
  • Mail

Même si le titre de l'épisode du jour me fait légèrement grincer des dents, il faut bien appeler un chat un chat… En matière de mixage comme dans toute discipline créative, la notion de productivité est importante, ne serait-ce que pour tenter d'exprimer l'ensemble des idées virevoltant sans cesse dans l'esprit du "créateur" au travers d'oeuvres multiples. À mon humble avis, il s'agit d'un combat perdu d'avance, car la concrétisation d'une inspiration laisse immanquablement un espace libre propice à la naissance d'un nouveau désir. Mais c'est là toute la beauté de la chose, n'est-ce pas ? Puisque c'est impossible, faisons-le !

Tempus Fugit

Le but cet article est donc de vous aider à finaliser le mixage de plus de morceaux sans que cela ne vous prenne plus de temps qu'actuellement. Car le coeur du problème est bien là : que vous soyez professionnel ou amateur, vos journées n'en sont pas moins limitées à 24 heures et le temps que vous pouvez consacrer au mixage est donc, de fait, également borné. Heureusement, optimiser son temps n'est pas si compliqué que cela à partir du moment où l'on a bien conscience d'une chose : la nature a horreur du vide.

clock

N'avez-vous jamais remarqué cette curiosité ? Les jours où votre agenda est surchargé, vous êtes la plupart du temps capable de déployer une énergie folle de façon à mener toutes vos obligations à bien. En revanche, lorsque vous n'avez qu'une seule et unique tâche à accomplir dans la journée, cela vous prendra effectivement jusqu'à la dernière heure pour arriver à vos fins, quand bien même il s'agirait d'un travail anodin. Chez certaines personnes, ce phénomène peut même atteindre des proportions inimaginables, quitte à les mettre en situation de "rush" pour finir à la dernière minute un travail qui n'avait absolument rien d'urgent à la base. C'est le fameux syndrome de l'écolier faisant ses devoirs la veille alors qu'il sait depuis des semaines ce qu'il a à faire… Bref, à l'instar de l'eau qui adopte invariablement la forme du récipient la contenant, n'importe quelle tâche aura bien souvent tendance à occuper au minimum le temps que vous êtes prêt à lui consacrer.

Cet état de fait peut être vécu comme une fatalité lorsqu'il est subi inconsciemment. Cependant, une fois ce secret de Polichinelle connu, il est possible de renverser la vapeur en exploitant le phénomène à votre avantage ! En délimitant clairement une durée raisonnable à vos yeux pour toute action à accomplir, vous optimiserez à coup sûr votre productivité.

Pour en revenir plus concrètement au sujet qui nous intéresse, à savoir le mixage, le meilleur moyen d'arriver au bout d'un projet se résume bien souvent à fixer précisément dès le départ le temps que vous accorderez à chacune des tâches à réaliser. Ainsi, je vous invite avant tout mixage à délimiter de façon formelle le temps que vous comptez allouer à chaque étape : l'élaboration de votre vision du mix, la balance initiale, l'égalisation, la compression, le travail sur l'espace, etc. Quelle que soit votre méthodologie de mixage, vous pouvez la découper en actions simples et déterminer la durée que vous devez passer sur chacune d'elles en fonction du titre sur lequel vous travaillez. Après, il ne vous reste plus qu'à saisir votre agenda pour répartir tout cela dans votre emploi du temps. Vous verrez, en fin de compte, que non seulement il ne sera pas si difficile que ça de tenir les engagements pris dans les délais fixés, mais votre productivité s'en verra également ragaillardie !

Sur ce, rendez-vous la semaine prochaine pour de nouvelles aventures !

← Article précédent dans la série :
Comment apprendre à mixer ? (3e partie)
Article suivant dans la série :
Le mixage IRL →
Réagir à cet article
  • J'aime
  • Tweet
  • +1
  • Pin it
  • Mail