Prise de Son & Mixage
Techniques du Son Prise de Son & Mixage
  • Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer

Le grand guide de l’enregistrement — 26e partie

Bien débuter

L’enregistrement de la batterie - Caisse claire (1ère partie)

  • J'aime
  • Tweet
  • +1
  • Pin it

Après avoir vu la Room Mono et les Overheads, il est grand temps pour nous d’attaquer l’enregistrement des éléments séparés du kit de batterie en « close miking », ou prise de proximité en « bon français ». Et nous commencerons cette semaine par la caisse claire.

Prise de Son & Mixage : 01

Comme nous l’avons déjà vu précédemment, le rôle de l’enregistrement en « close miking » des éléments d’une batterie consiste essentiellement à capter l’attaque des frappes, les Overheads s’occupant du reste. Dans le cas de la caisse claire, je vous propose une approche de cette prise de proximité on ne peut plus classique, mais qui a fait ses preuves : un bête sm57 placé en position « Snare Top », c’est-à-dire à seulement quelques centimètres au-dessus de la caisse claire (voir photos). Cela peut paraître simple, pourtant je vous assure que la majorité des titres que vous écoutez tous les jours utilise cette technique. D’ailleurs, des ingénieurs du son aussi célèbres que Bob Clearmountain, John Leckie ou bien encore Tony Visconti ne jurent que par elle. Écoutez donc ce que cela donne :

00:0000:00
 
00:0000:00

 

Prise de Son & Mixage : 02

Pris de façon isolé, le son semble beaucoup trop axé sur les médiums. Ça manque d’air, de brillance. Mais n’oubliez pas l’objectif de cette prise : l’attaque. Ici, l’impact des frappes est bien présent et les « ghosts notes » seront également bien retranscrites, c’est là le principal car la brillance et l’air viendront d’ailleurs.

Malgré la simplicité apparente de cette méthode, il existe tout de même quelques subtilités à prendre en compte lors du placement. Tout d’abord l’éloignement du micro. Afin de trouver la distance optimale, il faut considérer le jeu du batteur en regard du morceau à enregistrer. Un jeu tout en souplesse sera propice à un placement proche afin de capter toutes les subtilités alors qu’un jeu en force appellera une certaine prise de distance pour ne pas surcharger la capsule du micro et capter toute l’ampleur de la frappe. De plus, en jouant sur l’angle de la capsule, vous pourrez doser la balance entre la précision et « l’épaisseur » de l’impact. En pointant plus vers le point de contact entre les baguettes et la peau, vous obtiendrez quelque chose de plus précis. Visez entre le centre de la peau et le cerclage pour un son plus épais. Enfin, s’orienter vers le cerclage peut être intéressant pour les techniques de jeu s’y rapportant.

The bottom line

Prise de Son & Mixage : 03

Si d’aventure vous trouviez que le micro « Snare Top » n’était pas suffisant, il est possible de redorer le blason de votre caisse claire grâce à une prise tout aussi simple à réaliser et que l’on appelle couramment « Snare Bottom ». Comme le nom le laisse supposer, il s’agit de capter la caisse claire via un micro placé juste au-dessous de cette dernière. Pour l’exemple audio, nous avons une nouvelle fois fait appel au micro tout-terrain par excellence, ce bon vieux sm57 :

00:0000:00
00:0000:00

À l’écoute, le rendu est beaucoup plus « fin » qu’avec la position « Snare Top ». Mais nous récupérons ici un son plus clinquant et claquant. En mélangeant cette prise avec la précédente, la caisse claire gagnera en brillance et récupèrera un surplus de timbre. Mais attention ! Pour que la manœuvre se passe sans anicroche, il vous faudra impérativement faire attention aux problèmes de phase. En effet, 99 fois sur 100 les micros « Snare Top » et « Snare Bottom » captent des signaux en quasi totale opposition de phase. En les mélangeant sans vous en soucier, vous risquez de vous retrouver avec un résultat comme ça :

00:0000:00

Alors qu’en inversant la polarité de l’un des micros, vous obtenez cela :

00:0000:00
Prise de Son & Mixage : 04

Avouez qu’il serait dommage de noyer le corps de votre caisse claire à cause d’une négligence pareille, non ?

Une fois que vous avez bien vérifié la cohérence de phase entre ces deux micros, vous verrez que vous obtiendrez une jolie marge de manœuvre qui sera bien utile lors du mixage. Le mélange « Snare Top » et « Snare Bottom » offre effectivement une large palette sonore sans que vous ayez à sortir le moindre égaliseur ou compresseur. Pour illustrer ce propos, voici un extrait sonore sur lequel j’ai automatisé le volume du micro « Snare Bottom » :

00:0000:00

Intéressant, n’est-ce pas ?

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui. La semaine prochaine, nous verrons quelques astuces qui vous permettront d’affiner vos prises de proximité de la caisse claire.

← Article précédent dans la série :
L’enregistrement de la batterie — Overheads, derniers conseils
Article suivant dans la série :
L’enregistrement de la batterie - La caisse claire (2e partie) →
Réagir à cet article
  • J'aime
  • Tweet
  • +1
  • Pin it