Prise de Son & Mixage
Techniques du Son Prise de Son & Mixage
  • Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer

Le grand guide de l’enregistrement — 27e partie

Bien débuter

L’enregistrement de la batterie - La caisse claire (2e partie)

  • J'aime
  • Tweet
  • +1
  • Pin it

Dans l’épisode précédent, nous avons vu le b.a.-ba en matière d’enregistrement de la caisse claire en prise de proximité. Cette semaine, je vous propose d’aller un peu plus loin…

Claire et nette

Commençons par discuter du choix des micros. Bien que le célèbre SM57 soit la référence en la matière, il peut être avantageusement remplacé par d’autres microphones, surtout si vous n’êtes pas en quête d’un son brut de décoffrage sauce « Rock ». Par exemple, un statique à petit diaphragme en position « bottom » permet bien souvent d’obtenir un rendu plus fin et naturel. Attention toutefois, une directivité cardioïde est obligatoire si vous ne voulez pas vous retrouver avec trop de « repisse » des autres éléments du kit. Les modèles habituellement plébiscités pour cette tâche sont l’excellent AKG C451 B et le Neumann KM 84. Ceci étant, des solutions plus économiques se trouvent assez facilement de nos jours, par exemple le très efficace Oktave MK-012. Notez que ces statiques sont également à leur aise en position « top ». Mais pour conserver la puissance de l’impact, je vous conseille tout de même d’y adjoindre les services de ce bon vieux SM57. Le mélange entre le statique et le dynamique vous permettra alors de doser finement la part de « définition » avec la part de « patate ». Faites cependant très attention aux problèmes de phase qui ne manqueront pas de se glisser dans ce type de prise « Snare Top » à deux micros.

Voyons à présent une vieille technique de sioux qui pourra vous sauver la mise si d’aventure vous n’aviez pas la possibilité d’effectuer un enregistrement en configuration « Snare Top »/« Snare Bottom », soit par manque de micros, soit par manque de voies sur votre interface audio. Dans ce cas, si vous souhaitez tout de même pouvoir jouer sur la balance entre l’attaque de la frappe et la brillance du timbre de votre caisse claire, vous pouvez utiliser un seul micro placé sur le côté et visant directement le fût. En jouant sur la hauteur de ce micro, il vous est alors possible de doser l’équilibre « top »/« bottom ». Bien sûr, cette méthode donne un résultat moins précis et elle ne permet pas de modifier le mélange a posteriori lors du mixage. Mais elle a tout de même un avantage, l’utilisation d’un seul et unique micro limite les soucis de phase.

Moongel on snare

Dernière astuce du jour : le Moongel. Cet accessoire devrait être disponible dans toutes les boîtes à outils des ingénieurs du son qui se respectent tant il est d’une efficacité diabolique ! Mais à quoi peut-il donc bien servir ? Tout simplement à atténuer les harmoniques et/ou le sustain de vos fûts. Et ce n’est vraiment pas un luxe tant cet aspect peut varier d’un kit de batterie à un autre. Or, suivant les styles musicaux, il est primordial d’avoir la main sur ce genre de choses. Par exemple, le mixage d’une batterie dans un style Rock tendance « Metal » peut être un véritable cauchemar si la caisse claire est trop généreuse en harmoniques. Ou bien encore, n’importe quel morceau à un tempo élevé et un jeu de caisse claire dense peut s’avérer ingérable au mix si le sustain est trop long. L’utilisation de Moongel est donc du pain béni car cela permet de juguler tous ces problèmes directement à la source. Étant donné le tarif plus que raisonnable du joujou, pourquoi donc s’en priver ?

La semaine prochaine, nous continuerons ce chapitre consacré à l’enregistrement de la batterie en nous attaquant à la grosse caisse.

Réagir à cet article
  • J'aime
  • Tweet
  • +1
  • Pin it