Fender Super-Sonic  Twin Combo
+
Fender Super-Sonic Twin Combo

Super-Sonic Twin Combo, Ampli combo tout lampe pour guitare de la marque Fender appartenant à la série Super-Sonic.

Linn Sondek 07/02/2020

Fender Super-Sonic Twin Combo : l'avis de Linn Sondek

« Exceptionnel. »
5

  • J'aime
  • Tweet
  • Partager
  • Mail
Rapport qualité/prix : Excellent Cible : Les utilisateurs avertis
J'ai possédé de nombreux amplificateurs Fender par le passé et aujourd'hui ce Super Sonic Twin accompagne le Super Sonic 60, dont j'ai par ailleurs écrit tout le bien que j'en pense.
J’utilise trois Les Paul : une Custom Shop R7 , une Standard original ’60 et une Traditional de 2012.

J'adore les Super Sonic pour leur polyvalence, la qualité exceptionnelle de leur double canal Clean et la réserve conséquente de gain de leur canal Burn. Je possède donc ces deux modèles et je connais, pour l'avoir tester, le Super Sonic 22.

Mais venons-en à ce combo 100W, un modèle que je qualifie d'ultime tant il offre une palette sonore quasi infinie et un nombre conséquent de réglages.
Comme un commentaire précédent décrit parfaitement les caractéristiques techniques, je n'y reviendrai pas.
Par rapport au modèle 60W, le Twin offre davantage :
-le canal clean dispose de deux réglages supplémentaires : un Gain et un Medium
-le canal Burn offre, quant à lui, un réglage supplémentaire : un Notch tune
-à l'arrière, on trouve un Damping Control et un réglage de Bias à trois positions.

Le canal Clean :
Le double apport d'un Gain et d'un potard de Medium démultiplie les possibilités du canal Clean. Tous les réglages sont efficients sur la plage totale de leur potard et chaque modification de position apporte une réelle modification du caractère sonore. Ainsi, par rapport au Super Sonic 60, la présence d’un réglage de medium change la donne tant on peut sculpter le son et en changer profondément la nature. Grâce à cet EQ ultra-sensible à trois « bandes », à l’apport du potard de gain et aux deux positions Twin/Bassman, le canal clean permet de disposer de tous les sons clairs à légèrement crunch dont on peut rêver. Ajoutez à cela une reverb superbe…
La position Twin donne, avec le médium réglé de 0 à 3, une sonorité cristalline, assez proche de la position Vibrolux du modèle 60w : un des deux sons légendaires de Fender. La position Bassman, d’un caractère moins sombre, et meilleure à mon goût, que celle du modèle 60w, procure ce son chaud typique, l’autre son légendaire de la marque. Quel incroyable bonheur de disposer des deux mondes sur un seul ampli ! Comme précisé précédemment, à partir de ces deux excellentes bases, il suffit d’ajuster en jouant sur le trio Bass/Medium/Treble pour sculpter le son et obtenir une multitudes de nuances qui donnent le sentiments de posséder 20 amplis en un.
Tout est parfait pour moi, j’ai là tous les sons clairs que j’aime et que je considère comme les meilleurs possibles.

Le canal Burn :
Comme sur les autres modèles de la série, on trouve les deux réglages de gain. Le premier agit sur le niveau du drive quand le second, tout en mettant une couche supplémentaire de gain, renforce la compression. Ici, on peut aller d’un son clair à un son high gain, en passant par tous les intermédiaires imaginables. Bien entendu, on n’utilisera pas ce canal pour un son clair mais c’est une possibilité si l’on souhaite trois types de clean et utiliser des pédales de distorsion.
La grande différence avec les deux autres combos de la gamme Super Sonic réside donc dans la présence d’un réglage supplémentaire : un potard baptisé « Notch Tune ». Et celui fait vraiment toute la différence ! Il autorise une action notable sur la plage des fréquences medium dont il déplace, en quelque sorte, le centre de « gravité », en accentuant sur la gauche les bas-medium ou, à l’inverse, sur la droite, les haut-medium. Les différences très marquées et très progressives influent réellement sur la nature du son. Ainsi, on retrouve sur ce canal Burn toute la polyvalence incroyable qu’offrait le canal Vintage, avec une infinie variété de sons disponibles. Bien entendu, les trois potards dédiés à l’EQ disposent de la même sensibilité que ceux du canal Vintage et les combinaisons possibles paraissent sans limite.
Au risque de me répéter, j’insiste sur l’extraordinaire sensibilité de tous les réglages qui, sur toute leur course, apportent un réel changement sur la couleur tonale.
J’adore le grain et les différents niveaux du drive de ce canal Burn. J’obtiens ici exactement ce que je cherche pour les soli : un gain élevé avec énormément de sustain, de compression, plein et qui conserve aux notes toute leur intelligibilité, nuance et précision. Je dispose ici de la meilleure distorsion dont je puisse rêver.
Tout ceci est déjà très complet mais le Twin propose deux réglages supplémentaires à l’arrière qui apportent également leurs nuances : un réglage de Bias et un réglage de Damping, chacun à trois position. Le premier influe directement sur le niveau de gain mais aussi sur sa couleur, le second agit sur la façon dont les lampes de puissance vont « driver » les haut-parleurs. Et ce, quel que soit le volume réglé en façade. Au départ, alors que je découvrais le combo, le Damping ne m’avait paru sensible qu’à un volume un peu conséquent, mais avec l’habitude et après avoir bien cerné la couleur sonore d’un réglage particulier en façade j’ai pu constater l’efficience des trois positions à bas volume. J’ai une préférence, en Burn notamment, pour la position « Tight » qui permet de gagner encore en précision avec beaucoup de gain.

La Reverb est très belle et, comme toute les reverb à lampe, souffle à partir de 5. Cela est effectivement audible « au repos » mais absolument pas lorsqu’on joue. J’ai possédé, il y a environ 25 ans, un combo Fender Pro Reverb et ai eu la possibilité de tester récemment un Twin Reverb vintage (ultra optimisé avec tubes NOS haut de gamme, soudures vérifiées etc…) et tous deux présentaient le même souffle au niveau de la reverb (je dirai même que celle du Twin Reverb soufflait d’avantage). Donc, oui, une reverb à lampe n’est pas silencieuse si on ne joue pas mais rien, vraiment, de gênant.
J’utilise, de préférence, la boucle d’effets série donc je ne dis rien sur la boucle parallèle si ce n’est, qu’effectivement, là aussi parce qu’elle est à lampe, elle peut souffler si l’on ne prend garde au niveau de ses réglages. Le Send positionné sur 15h et le Return sur 9h (ce qui me semble le réglage adapté), il n’y a aucun problème mais si l’on monte le niveau du Return, le souffle apparait. Mais là encore, ce souffle n’est absolument pas audible lorsque l’on joue.

Au final, ce modèle me comble absolument et, mis à part certains Mesa Boogie, je ne vois pas quel autre ampli pourrait rivaliser sur le critère de la polyvalence. Et en ce qui concerne l’authenticité des sons clairs, on est ici dans l’exceptionnel.