Nico53 16/09/2013

Fatar / Studiologic VMK-88 : l'avis de Nico53

« Le plastique, c'est fantastique... ou pas... »
2

  • J'aime
  • Tweet
  • Mail
Sur le papier, c'est séduisant... surtout quand on ne connait pas Fatar et qu'on se réfère à leur formidable image de marque, cultivée par quelques procédés technico-commerciaux bien rôdés, plus que par une réelle qualité.

- Un 88 touches -très- léger, avec un toucher dit "semi-lesté" (j'ai horreur des touchés lourds, c'est donc assez rare sur un 88 touches pour être mentionné), sensible à l'after touch.
- des controleurs à foison... même si on regrettera l'absence de molette de modulation, même si ce manque est aisément comblable par l'usage d'un fader... qui se trouvera malheureusement dans la partie droite du clavier, vous obligeant à une petite gymnastique assez pénible parfois...
- Compactet léger... le plus petit 88 touches que je connaisse. Pour qui déplace souvent son instrument entre son domicile et son local de répétition, c'est un point fort.
- 1 port USB, 2 MIDI out din 5, 4 entrées jack pour des controleurs externes...
- alimentation en USB ou alimentation secteur.
- un bouton "Panic" (c'est con, mais c'est parfois utile).
- un système de 30 presets pour mémoriser les configurations des controleurs...

Bref, sur la papier, ça reste un produit intéressant...
... même si on regrette le fait que les fabricants aient définitivement délaissés les accès directs aux canaux midi qui obligent à s'enfoncer dans un sous-menu sur un écran LCD... toujours dommage sur un clavier maître.
Idem pour la transposition...
Heureusement, le système des presets peut éventuellement sauver de certaines situations (même si le chargement de la config n'est pas tout à fait instantané).

UTILISATION

Le toucher est... spécial... par défaut, il vous faut littéralement marteler le clavier pour atteindre les valeurs de vélocité extrêmes... chiant... d'autant plus qu'aucun réglage de courbe de vélocité n'est proposé.

Me concernant, j'utilise ce clavier dans Mainstage qui, heureusement, est muni d'un système de compensation de vélocité dans l'édition du layout... ça sauve.

Il n'empêche que ce clavier oblige à une précision de jeu particulière si on veut obtenir certaines nuances... sans quoi c'est un peu "tout, ou rien". C'est toujours dommage de devoir adapter son jeu à ce point. Bref, ne vous laissez pas tromper par le logo "Fatar grand touch" sur ce clavier : c'est clairement juste un prétexte marketing. Certains ne s'y habitueront sûrement pas.

Le semi-lesté est un peu léger... on l'aurait volontiers imaginé un peu plus "lourd"... passe encore.


Les controleurs... ha... le sujet qui fâche... !

Les boutons tout d'abord :
Le constructeur n'a probablement pas testé les boutons à la sortie de l'usine, c'est pas possible...
La course du bouton à l'enfoncement a beau être petite, elle dépasse l'épaisseur du panneau ! ... résultat : le bouton s'enfonce, se désaxe parfois et reste enfoncé dans le panneau de contrôle... on est obligé de trifouiller le bouton pour qu'il ressorte, sans difficulté, mais tout de même...
On est donc obligé de faire preuve d'une délicatesse extrême lorsqu'on appui sur un de ces boutons, surtout au milieu du panneau, qui tend à gondoler (plastique mou oblige) et laissant les boutons affleurant plus encore. Pas terrible.

Les boutons de transports sont tout à fait anecdotiques, leur configuration permet difficilement de s'en servir sur des logiciels démunis de fonctionnalités "midi learn".

Les potards :
Fragiles... j'en ai fissuré un, alors que je suis plutôt du genre soigneux avec mon matériel.
Trop fins et trop proches... j'ai pourtant les doigts fins, mais difficile de manipuler un potard au milieu de la série sans toucher, voir dérégler les autres, adjacents...

Les faders :
ça ne transpire pas la solidité, comme le reste du clavier d'ailleurs... mais passe encore...
Dommage que la course soit si petite (40mm, c'est peu), mais c'est la rançon de ce modèle compact...
Enfin, dommage, ho combien dommage, que ces 9 faders soient placés à droite ! ... d'autant plus que le clavier propose un mode "drawbars"... qui perd subitement tout son intérêt.

AVIS GLOBAL

Je m'en sert de manière intermittente depuis un peu plus de 4 ans... toujours avec cette petite sensation qu'il y a un truc qui cloche avec le toucher... et avec cette impression de fragilité générale.
Je l'ai mis dans un flight case, ce qui limite un peu la casse, mais on peut regretter ce paradoxe du clavier léger, explicitement nomade, et pourtant si fragile...

J'ai un UF7 de chez CME à côté... dont l'after-touch a lâché (ruban capteur coupé). C'est lourd, encombrant, il ne bouge presque pas de mon domicile. Le toucher est meilleurs, mais ça reste un clavier de gamme similaire : ça vaut ce que ça vaut... pas cher...

J'ai eu une panne sur mon VMK88+ récemment : une diode qui avait lâché sur la matrice du clavier, rendant le do# moyen totalement inopérant... ça va pour moi que j'ai quelques connaissances en électroniques pour me dépanner, sans quoi, je pense que je l'aurais envoyé à la benne.
En démontant, on s'aperçoit de l'extrême fragilité du matériaux et de l'assemblage : du plastique mou et fin, une charnière en plastique pour l'assemblage du panneau de controle, etc.
Le matriçage du clavier est géré par un bête microcontroleur de chez microchip... ça sent le firmware bâclé à plein nez... alors que, si ça se trouve, le toucher aurait pu être bien meilleur en révisant la programmation de ce fameux microcontroleur...

Honnêtement, je le garde parce qu'il ne vaut plus rien ou presque aujourd'hui, parce qu'il est léger et que je mis suis plus ou moins habitué avec le temps, mais je ne referai sûrement pas ce choix s'il était à refaire.

De toutes manières, il n'y pas de miracle à attendre dans cette gamme de prix. Je pense que j'irai voir chez Kurzweil ou Yamaha une autre fois... quitte à avoir un truc plus lourd, tant pis.