Comparateur de prix
Petites annonces
Forums
jld1 22/11/2020

JBL 4350 monitor : l'avis de jld1

« JBL 4350B »
5

  • J'aime
  • Tweet
  • Partager
  • Mail
Rapport qualité/prix : Excellent Cible : Les utilisateurs avertis
Je suis l'heureux possesseur depuis longtemps maintenant d'une paire de JBL 4350B.
Comme j'ai un peu de temps en cette période un peu particulière, je le mets à profit pour donner un avis sur quelques monitors JBL que je connais bien. Aujourd'hui les 4350B.
Ces monitors d'exception, et le mot n'est vraiment pas exagéré, ne sont plus fabriqués depuis fort longtemps, mais ceux qui ont eu la chance de travailler avec, ou simplement de les écouter, ne serait-ce qu'une fois, ne les oublieront jamais.

Ces enceintes se situent à un niveau où la concurrence se raréfie singulièrement.
D'ailleurs, à l'époque à laquelle elles étaient commercialisées (en peu d'exemplaires), il n'y avait rien de vraiment comparable.
On trouvait des studios qui avaient des écoutes "maison" faites sur-mesure, à base de JBL souvent, de Urei (c'était un peu la même chose),d'Altec dans certains cas ou de Westlake, qui jouaient dans la même cour que les 4350.

Les JBL 4350 avaient l'avantage d'être en quelque sorte prêtes à l'emploi, mais pas tout à fait en y regardant de près.
D'abord les 4350 ne sont pas mono-amplifiables. D'origine, elles n'offrent que la bi-amplification, et pour en tirer tout leur potentiel il faut aller plus loin et la quadri-amplification s'impose à ce niveau.
Voici pourquoi: ces enceintes exceptionnelles ont un format particulièrement imposant (121x89x51 cm) et un poids qui ne l'est pas moins (118kg).
La caisse est divisée en deux parties non communicantes, la partie basse qui contient les deux boomers de 38cm (2231-H), et la partie haute qui renferme les deux médiums, le bas-médium papier de 30cm (2202-H), le haut-médium compression deux pouces (2440 et diffusion 2308), l'aigu 2405, et le filtre.

Pour alimenter un telle section de grave, mieux vaut prévoir une solide amplification de surcroît la plus linéaire possible (je l'alimente avec un ampli de 500w).
Idem pour les médiums (deux amplis de 150w chacun, les mêmes, bien que la compression deux pouces soit un peu "envahissante"), et 150w également pour le 2405 (75w suffiraient).
En fait tout se passe comme si on avait deux enceintes par canal. Le tout drivé, chez moi, par un filtre actif JBL DSC280.
On pourrait fonctionner en tri-amplification, mais les deux médiums étant par nature très différents, il est plus confortable d'avoir deux amplis séparés pour agir sur la fréquence de coupure et sur le gain.

Toute cette mise en oeuvre ne se fait pas en cinq minutes et demande pas mal de boulot, donc du temps, et du matériel.
Rien que pour ça, ce ne sont pas des monitors "tout-terrain" ni tous public, même professionnel.
Et encore, il faut de plus solutionner la problématique de leur installation, et là ce n'est pas si simple.
On peut penser que de telles enceintes se placent simplement au sol compte tenu de leur format. Eh bien non. Idéalement, elles doivent être encastrées dans le mur de la cabine du studio, et on imagine le travail avec un tel volume.
C'est pourtant le seul moyen de régler le problème des ondes stationnaires qui ne manquent pas d'apparaître sur le grave, avec leur effet destructeur.

De plus, comme la plupart des monitors, à usage professionnel donc, ces enceintes sont assez directives. Il faut donc faire en sorte qu'elles soient installées de telle façon
que l'utilisateur profite pleinement de tout le spectre qu'elles sont capables de restituer et il est très large.

Je joins à cet avis la fiche technique, qui concerne les 4350B uniquement (les miennes), car il a existé plusieurs versions.
Une série avec des haut-parleurs Alnico (leur nom se termine par la lettre A), les 4355 qui différaient légèrement par les médiums(fréquence de coupure et pente), plus différentes versions de caisses (terminaison WX).
Ceci est est un résumé, et ceux que cela intéresse peuvent trouver assez facilement plus d'informations sur internet. JBL publie et partage la liste des composants de ses différents monitors.
Je n'ai utilisé et écouté que la 4350B, mais il parait que la version A est encore supérieure.

L'écoute de ces monitors dépasse en richesse de spectre et en intensité tout ce que l'on peut écouter à peu près n'importe où.
Evidemment, leur usage premier est destiné au mixage en studio, après avoir résolu toutes les difficultés énumérées plus haut.
Et là on n'a plus d'excuse pour rater le boulot: tout s'entend, les moindres détails, ce sont presque des "loupes" sonores, encore davantage que leurs célèbres devancières, les 4320S8 déjà très analytiques.
L'image stéréo, et sa largeur, est ce que j'ai pu entendre de mieux.
Avec de tels engins, la moindre erreur ne pardonne pas et les prises de son un peu approximatives de certains titres pourtant célèbres des décennies passées se révèlent au grand jour.
On pourrait dire encore beaucoup plus, mais pour résumer, c'est ce que j'ai entendu de meilleur à ce jour.
En écoute domestique, c'est autre chose, et le résultat dépendra grandement de leur placement et de l'acoustique forcément imparfaite d'un local d'habitation.
On peut probablement trouver aussi bien et peut-être même mieux pour cet usage, mais il y aura inévitablement des compromis, et les 4350 ne sont pas des enceintes de compromis.

Pour finir, à quoi comparer ces monitors? A l'époque de leur sortie, je dirais rien.
Par la suite JBL a proposé les DMS1 (que j'ai entendu une fois chez un particulier, mais assez peu mises en valeur), qui curieusement n'étaient "que" des deux voies
(deux graves de 35 et 38 et une compression pour le reste), mais la mise au point des haut-parleurs grâce à l'informatique avait tellement progressé que quatre voies n'étaient sans doute plus nécessaires.
Aujourd'hui JBL ne présente plus que les Master M2 (d'une architecture très différente) qui puissent rivaliser avec les 4350.
En revanche chez la concurrence, on peut citer les monstrueuses Genelec 1236A, monitors multi-amplifiés de tous les superlatifs, qui surpassent probablement les 4350 mais à un prix qui les réserve aux très grands studios (compter 60000€ minimum, installés par les ingénieurs de la marque qui se déplacent spécialement avec tout le matos de mesure).

En occasion les 4350 voient leur prix s'envoler à la revente. De 12000 à 20000 € selon la marge prise par le revendeur qui s'est chargé de leur restauration.
Néanmoins, il y a une alternative très proche avec les JBL 4343 ou 44, quatre voies aussi, avec un seul 38, mais plus abordables, moins monstrueuses et surtout plus faciles à mettre en oeuvre que les 4350.

En sortant du domaine professionnel, il y a bien sûr les célèbres et bien nommées JBL Everest. Malgré leur format lui aussi assez exceptionnel, elles sont sûrement plus adaptées à une mise en place dans une pièce d'habitation, et n'étant pas optimisées pour l'usage en studio, plus utilisables au quotidien, pour ceux qui ont la chance de les avoir dans leur salon. Je ne les ai personnellement jamais entendu, et je ne peux en dire plus.

J'ai rajouté une photo des Everest d'origine, extraite d'une brochure que j'ai de l'époque de leur sortie (pour ceux qui ne les connaitraient pas encore).

Photos liées à cet avis

photo photo