Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Avid Torq 2.0
Photos
1/12

Test de l'Avid Torq 2

Logiciel DJ de la marque Avid

Écrire un avis ou Demander un avis
test
6 réactions
Torq, le DJing est immortel

Avid a fait ses premières armes dans le domaine du montage vidéo dans les années 1990 puis a racheté ces dernières années Digidesign (l'inventeur de Pro Tools) et M-Audio (produits home-studio : cartes-son, contrôleurs midi…). La marque propose aussi des produits pour DJs dont la nouvelle version du logiciel Torq. Sur le papier c’est alléchant : 4 platines virtuelles complètes, 5 effets simultanés par platine (effets issus des créateurs de Pro Tools), CrossFader évolué (qui a l’air de ressembler à celui de la DJM 2000), boucles synchronisées sur le tempo (comme dans le Traktor S4), Sampler, interfaçage avec de nombreux contrôleurs DJ… Ca donne envie, alors c’est parti !

Avid Torq 2

L’es­prit du TORQ 2.0

Avid Torq 2

L’ins­tal­la­tion s’est dérou­lée sans diffi­culté après avoir télé­chargé la dernière version 2.0.1 sur le site d’avid (322 MB pour la version Mac) puis entré le numéro de série. La doc en français est télé­char­geable sur le site de M-Audio, 165 pages bien écrites, détaillées avec des exemples de situa­tion de mixage et les atti­tudes suggé­rées.  L’in­ter­face est globa­le­ment assez claire avec 2 ou 4 lecteurs (au choix : A, B, C, D) sur les côtés gauche et droit. Le centre est dédié au mixer (faders et cross­fa­der) et à l’af­fi­cheur des formes d’ondes de vos 2 ou 4 pistes (les unes au dessus des autres). Le bas est quant à lui dédié à la bande des 18 samplers et au navi­ga­teur de fichiers. Tous les contrôles sont acces­sibles à la souris, mais aussi au travers de raccour­cis clavier. Toutes les commandes peuvent être remises à leur posi­tion par défaut grâce à la combi­nai­son (Shift + clic). Bien plus pratique que les bulles : pour plus de visi­bi­lité, une aide s’af­fiche en bas de l’écran quand vous passez sur un bouton avec votre souris. Sont four­nis avec le logi­ciel 12 morceaux et 200 samples pour commen­cer à mixer.

Confi­gu­ra­tion à la lampe TORQ

Avid Torq 2

Le panneau de confi­gu­ra­tion très fourni permet d’ac­cé­der à de nombreux para­mètres, quelques-uns ont retenu mon atten­tion :

  • un système de gain auto­ma­tique pour que tous les niveaux des entrées soient alignés
  • le choix de l’af­fec­ta­tion des entrées/sorties de votre carte son lecteur par lecteur (A,B,C,D), mais atten­tion comme sur beau­coup de produits de ce type, une seule inter­face audio est utili­sable en même temps (il vous faudra au mini­mum 2 sorties sur cette inter­face si vous souhai­tez pouvoir utili­ser le main out et le casque)
  • la décou­verte auto­ma­tique des péri­phé­riques MIDI
  • l’éta­lon­nage des platines vinyles utili­sées en mode Time­codé
  • l’ac­cès aux plug-ins VST instal­lés sur la machine
  • Il vous sera aussi possible de confi­gu­rer à la main l’en­semble des raccour­cis clavier ou MIDI pour contrô­ler TORQ 2.0.

Un assis­tant de confi­gu­ra­tion vous permet de vous aider dans le choix des options.

Ma console Numark Omni Control est bien recon­nue en tant que carte son, mais il n’existe pas de mapping MIDI pour le contrôle du logi­ciel. Cela dit il est possible de tout para­mé­trer à la main grâce à l’ap­pren­tis­sage MIDI, c’est plutôt bien fait, mais très fasti­dieux vu le nombre de fonc­tion­na­li­tés à pilo­ter. Le nombre de consoles dont le mapping MIDI est dispo­nible est rela­ti­ve­ment limité, vous trou­ve­rez les réfé­rences ici : http ://www.m-audio.fr/products/fr_fr/Torq20.html

Tu passes Quoi Dis ? (.TQD)

Avid Torq 2

Vous avez accès à l’en­semble des fichiers présents sur votre ordi­na­teur (MP3, AIFF, WAV, WMA et AAC), avec plusieurs vues dispo­nibles (fichier, iTunes, dossier musique, etc.). Notons que vous pouvez aussi accé­der à vos iPods direc­te­ment depuis le menu (eh oui cela permet­tra de faire plai­sir au petit cousin de la mariée qui veut abso­lu­ment que vous passiez son morceau favori à fond les ballons !). On peut choi­sir d’af­fi­cher (ou pas) les diffé­rentes colonnes d’in­for­ma­tion sur chaque fichier, chacune de ces colonnes peut aussi servir pour trier les morceaux : les infor­ma­tions indis­pen­sables sont présentes : Titre, Artiste, Album, BPM, Genre, Durée, etc. … à mon sens, il manque juste une colonne « date d’achat ou de dernière modi­fi­ca­tion » afin de retrou­ver rapi­de­ment les nouveau­tés frai­che­ment ache­tées… Enfin un module de recherche très effi­cace permet de trou­ver vos morceaux, mais aussi de filtrer en même temps ce que vous ne voulez pas voir appa­raître. Bref c’est rapide, bien foutu, que du bon de ce côté là.

Torq utilise les données exis­tantes dans les ID3 tags de vos morceaux, mais ne touche jamais à vos fichiers pour les garder « intacts » et éviter les éven­tuelles corrup­tions de fichier. Vous pouvez quand même enri­chir les infor­ma­tions sur vos fichiers et Torq crée pour cela un fichier .tqd spécia­le­ment prévu à l’en­re­gis­tre­ment de ces infor­ma­tions. Cela a aussi l’avan­tage de ne pas néces­si­ter la réécri­ture totale du morceau (ce qui est le cas avec les ID3 tags…) : c’est donc plus rapide. Ces fichiers sont créés exac­te­ment au même endroit que le fichier origi­nal (même dans la biblio­thèque iTunes). Ce sont ces mêmes fichiers qui sauve­gar­de­ront vos points cue, BPM calculé par Torq, etc.

La combi­nai­son « Shift + Enter » permet de passer en mode préécoute des morceaux dans lequel il est très aisé de se dépla­cer rapi­de­ment pour repé­rer le titre qu’il vous faut pour enflam­mer le dance­floor.

Les lecteurs

Avid Torq 2

Un peu brouillon au premier abord (il y a beau­coup de boutons et d’in­for­ma­tions) on s’y fait fina­le­ment assez bien. Chacun des 4 lecteurs est 100% iden­tique à part un sticker en haut à gauche (A,B, C ou D) qui permet de les diffé­ren­cier. Le morceau est repré­senté dans son entier avec une forme d’ondes permet­tant de se dépla­cer en un clic dans le morceau.

Vous aurez le choix entre 3 modes :

  • Le mode Vinyl, qui en « pause » arrête le son et permet de scrat­cher avec la souris
  • Le mode CDJ, qui permet de répé­ter un petit morceau de son dès que vous êtes en « pause » et recher­cher avec la souris le point Cue ultime, mais aussi de ralen­tir ou accé­lé­rer le morceau avec la souris en mode lecture.
  • Le mode Hybrid : un mix entre les deux

Equa­li­ser, Cues, Loop, BPM et Effets

Equa­li­ser

Vous dispo­sez d’un petit équa­li­seur stan­dard à 3 bandes (dont les fréquences de coupure sont réglables dans le panneau de confi­gu­ra­tion). Vous conti­nue­rez à entendre du son quand les 3 potards sont à gauche, mais un petit bouton Kill à côté de chaque potard vous permet­tra de venir à bout de ces fréquences récal­ci­trantes.

 

Points Cues

Simple, mais effi­cace : 5 points cues qui seront enre­gis­trés à vie en asso­cia­tion à votre morceau. Il faut 2 clics pour enre­gis­trer ou effa­cer un point cue à la souris (très peu pratique), par contre ce sera plus simple avec les raccour­cis clavier (Shift + 6,7,8,9,0 par exemple). Un bouton global aux 4 lecteurs permet de choi­sir une aiman­ta­tion sur le 16e de beat le plus proche (les points cue sont de cette façon plus propres et plus précis).

 

Loops

Les habi­tuelles « boucle in » et « boucle out » qu’on ne présente plus. Vous avez en sus 4 boutons auto­ma­tiques (1,2,4,8) qui permettent de faire vos boucles d’une longueur idoine calée auto­ma­tique­ment sur le beat de votre morceau. Une bonne astuce : en combi­nant ces boutons avec la touche « shift » vous créez vos boucles auto­ma­tiques, mais à partir du point de sortie (en gros vous bouclez sur ce que vous venez d’écou­ter et pas sur ce qui va arri­ver … Je trouve ça très effi­cace). Enfin vous pouvez multi­plier par deux ou divi­ser par deux la taille de la boucle en un clic sur le même bouton. Comme pour les points cue, l’ai­man­ta­tion sur le 16e de beat est utili­sée si vous l’avez acti­vée globa­le­ment.

 

Contrôle du BPM

Avid Torq 2

Un bouton « Key Lock » vous permet de garder la tona­lité du morceau quand vous faîtes varier le tempo (une bizar­re­rie : il s’ac­tive quand le bouton est « éteint »)

Vous pouvez choi­sir la plage de varia­tion (6 plages entre 4% et 100%). Le BPM de chaque morceau est calculé à l’avance en lançant l’ana­lyse préa­lable de vos morceaux (clic droit sur le ou les morceaux à analy­ser), ou bien auto­ma­tique­ment à chaque lecture (notons que dans ce cas vous n’êtes pas obli­gés d’at­tendre la fin de l’ana­lyse pour lancer le morceau). Le moteur d’ana­lyse du BPM des morceaux donne des résul­tats parfois assez surpre­nants : jusqu’à 1 BPM d’écart avec Trak­tor sur Think d’Are­tha Frank­lin, et sur certains morceaux le BPM s’est retrouvé calculé avec un écart de 50% ou 100% (il suffit de multi­pler ou divi­ser le BPM par deux à la main, mais ça manque quand même un peu de préci­sion). Une fois le BPM calculé, Torq affiche la grille des beats détec­tés par-dessus votre morceau. Et c’est là où c’est assez fort, en faisant un « Shift + clic » sur la longueur d’onde de votre morceau, vous ajus­tez la grille afin qu’elle colle parfai­te­ment aux beats (c’est norma­le­ment déjà le cas, mais sur des morceaux au BPM un poil complexe, cela permet­tra de libé­rer votre créa­ti­vi­té…). C’est très précis, ça marche bien …Encore une fois je regrette qu’il ne soit pas possible de super­po­ser les formes d’ondes comme dans Virtual DJ mais ce système de grille fait très bien le job.

 

Effets

Vous pouvez acti­ver pour chaque piste, 4 effets en paral­lèle. Vous choi­si­rez ces 4 effets parmi 13. Beau­coup d’ef­fets stan­dards et quelques pépites comme le « Reso­na­tor », le  « Compres­sor » pas si fréquent sur ce type de logi­ciel et « Beat Reverse ». Un effet « Distor­tion » vous permet­tra de casser les oreilles de votre dance­floor (est-ce bien utile ?). Chaque effet possède 3 para­mètres (diffé­rents selon les effets) et peut être activé en paral­lèle du son origi­nal ou bien chainé les uns avec les autres. Vous aurez donc du mal à arri­ver au bout des innom­brables combi­nai­sons qui vont sont offertes. Vous pour­rez sauve­gar­der l’en­semble de votre rack de 4 effets avec tous leurs para­mètres dans des fichiers .efx, voilà un autre gros point fort de la solu­tion Torq. Mais en fait ce n’est pas 4 mais 5 effets que vous pouvez acti­ver en paral­lèle, car vous pour­rez impor­ter vos plugins VST à loisir dans un 5e effet.

 

Le cross­fa­der

Les logi­ciels de DJ se foca­lisent en géné­ral assez peu sur le cross­fa­der (à torts !), c’est avec plai­sir que nous décou­vrons les fonc­tions avan­cées du cross­fa­der Avid. En effet c’est le cœur du mix, le cross­fa­der permet de passer de manière souple d’un morceau à l’autre, ici Torq propose de l’as­ser­vir à l’équa­li­seur et aux effets (en plus du volume). Cette fonc­tion est appe­lée « Traq Morph ». 4 modes sont dispo­nibles, et dans chaque mode, il sera possible de chan­ger certains para­mètres dans le panneau de confi­gu­ra­tion :

  • Traq Morph – Frequency : Un filtre passe-haut du côté de la piste en cours de lecture, un filtre passe-bas du côté de la piste à venir. Le dépla­ce­ment du cross­fa­der déplace la fréquence de coupure de ces 2 filtres. Le résul­tat est super propre et il vous aurait fallu 5 mains pour le faire sans intel­li­gence numé­rique. En effet, le prin­cipe de base pour réali­ser un mix propre est de reti­rer progres­si­ve­ment les basses du morceau en cours pour éviter la super­po­si­tion des basses pas toujours très heureuse.
  • Traq-Morph – Duck : Dans le même esprit, mais avec un peu plus d’ana­lyse, ce cross­fa­der analyse la loca­li­sa­tion des fréquences basses du morceau à venir et atté­nue au fur et à mesure les fréquences corres­pon­dantes du morceau en cours. Superbe ! Impos­sible de rater un mix avec ce type de fonc­tion­na­lité.
  • Traq-Morph – Cut : Comme son nom l’in­dique, le cross­fa­der va appliquer un effet « cut » en rythme sur les deux morceaux. Alter­na­ti­ve­ment on attend l’un ou l’autre des morceaux et plus vous dépla­cez le cross­fa­der, plus le morceau d’ori­gine est « coupé ».  C’est excellent, belle trou­vaille d’Avid. Proba­ble­ment à utili­ser avec modé­ra­tion, car les effets cut sont parfois un peu lassants.
  • Traq-Morph – Morph : Un peu moins évident à décrire, il permet de mixer un morceau à la ryth­mique très pronon­cée (basse bien appuyée) avec un morceau possé­dant une ryth­mique plus « claire » en alignant les carac­té­ris­tiques ryth­miques des morceaux. Je n’ai pas vrai­ment trouvé les morceaux qui mettraient le mieux en valeur ce mode de cross­fa­der mais nul doute que vous en trou­ve­rez l’uti­lité.

Si l’on rajoute à ces effets « Traq-Morph », la possi­bi­lité d’as­si­gner les pistes que vous souhai­tez d’un côté ou de l’autre, la possi­bi­lité de régler la courbe de tran­si­tion du volume (avec visua­li­sa­tion à l’écran très intui­tive) et enfin de pré-écou­ter vos effets Traq-Morph au casque sans que cela soit audible sur le master … On tient là une des solu­tions les plus abou­ties de cross­fa­der que j’ai rencon­trée jusqu’ici. J’avais été bluffé par le cross­fa­der 7 bandes de la DJM 2000 (voir test ici), mais là Avid nous sort du très très lourd.

Les snap­shots

Encore une pépite ! Vous pouvez faire autant de photos de l’en­semble des para­mètres de Torq que vous le souhai­tez. Pour chaque photo vous devrez indiquer le raccourci clavier ou la commande MIDI qui la rappel­lera. Les snap­shots se présentent sous forme de liste avec en colonne les groupes de para­mètres que vous voulez utili­ser : Platine A..D, Effets, Cross­fa­der, Equa­li­seur, Volumes, Gain, etc. …
Les snap­shots sont cumu­lables : vous pouvez en appliquer plusieurs en même temps (un pour les volumes, un autre pour le réglage des effets, etc.).
Bref, grâce à cette fonc­tion vous auto­ma­ti­sez au maxi­mum les tâches répé­ti­tives, c’est du bon !

Les samplers

Avid Torq 2

Vous avez à votre dispo­si­tion une banque de 18 samplers en paral­lèle. Chaque sample s’en­re­gistre en sélec­tion­nant la source à la pré-écoute au casque, puis en cliquant sur le bouton rouge de l’un de ces 18 samplers. Le gain de chaque sampler est para­mé­trable ainsi que son pitch. La banque entière des 18 samples est sauve­gar­dable, mais chaque sample peut être aussi sauvé indi­vi­duel­le­ment. Si vous jouez les samples en mode « one-shot » la vitesse de lecture sera la vitesse d’ori­gine, modi­fiable avec un potard de pitch. Si vous jouez les samples en boucle, le tempo se calera auto­ma­tique­ment sur la « master tempo », mais atten­tion, sans main­tien de la tona­lité (étrange d’ailleurs : cela peut vous jouer quelques tours …).

Cible d’uti­li­sa­tion

Quasi­ment tous les DJ, des débu­tants jusqu’aux profes­sion­nels y trou­ve­ront leur compte. À 220 € envi­ron, c’est une belle perfor­mance pour un produit aussi complet. Une petite limi­ta­tion tout de même pour ceux qui ne maîtrisent pas l’an­glais et qui donc n’ar­ri­ve­ront pas à venir à bout de la copieuse docu­men­ta­tion (l’in­ter­face du logi­ciel n’est pas toujours très intui­tive et le doc aide bien).

Conclu­sion

Vous l’avez compris, je suis très fan de la solu­tion. À quelques détails prêts c’est un quasi sans fautes, Avid nous propose là un produit superbe, de qualité et à un prix tout à fait raison­nable par rapport à la concur­rence étant donné le nombre de fonc­tion­na­li­tés propo­sées. Il nous faudrait plus de stabi­lité dans le calcul du BPM, plus de mappings de contrôles MIDI et une gestion de la tona­lité des samples amélio­rée et ce serait parfait.

Points forts
  • Rapport Qualité/Prix (220 €)
  • Cross Fader avec effets Traq morph
  • Calage de la grille de beats à la souris
  • Snapshots
  • 18 samplers
  • Navigation dans les fichiers, gestion des fichiers et de leurs attributs (.tqd)
  • Les 3 modes des lecteurs (vinyl, cdj, hybrid)
  • Boucle sur ce que l’on vient d’entendre
  • Rack d’effets sauvegardés avec leurs paramètres
  • Documentation et aide en bas de l’écran
Points faibles
  • Moteur de calcul de BPM parfois imprécis
  • Nombre limité de contrôles supportés (mapping MIDI)
  • Samples sans maintien de tonalité

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.