Prise de Son & Mixage
Techniques du Son Prise de Son & Mixage
  • Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer

Le guide du mixage - 63e partie

Bien débuter Les réverbes de type Room
  • J'aime
  • Tweet
  • +1
  • Pin it
  • Mail

Cette semaine, nous allons finir notre tour d'horizon des différentes familles de réverbération en nous penchant sur le cas de la plus vaste d'entre elles : les "Rooms".

Get a room

Comme leur nom le laisse supposer, les réverbérations du type "Room" tendent à reproduire le son d'une prise réalisée dans une pièce avec le plus de naturel possible. En règle générale, il s'agit d'espaces de petite taille dont le temps de réverbération est, de fait, relativement court, de 0.2 à 1 seconde grosso modo. Les "Rooms" ont par nature une séparation beaucoup plus marquée entre les réflexions primaires et le champ diffus que les autres réverbes. De plus, elles induisent souvent une coloration ostensible en regard du type de pièce simulée. D'autre part, il s'agit de réverbes que je qualifierais de "rapides", ce qui n'est pas sans avantages puisque cela évitera souvent d'engluer le mixage.

Avec leur naturel, les "Rooms" constituent la famille idéale lorsqu'il s'agit de reconstituer un espace tridimensionnel réaliste et cohérent pour l'ensemble des éléments du mix. Il est également habituel d'avoir recours à l'une d'entre elles afin de combattre les méfaits des prises acoustiques réalisées en "close miking", ou bien encore pour donner un aspect vivant aux enregistrements effectués via des boitiers de direct (synthés, basses, guitares électro-acoustiques, etc.). Bien entendu, les instruments virtuels bénéficieront aussi largement des bienfaits de ce type de réverbération. D'autre part, leur "vélocité" fait qu'elles sont particulièrement à l'aise sur des instruments percussifs à qui elles donneront une belle sensation d'espace réaliste sans pour autant interférer avec le groove, aussi endiablé soit-il.

Room reverb

Comme je vous le disais en introduction, la famille des "Rooms" est extrêmement vaste… Et cet état de fait n'est pas sans poser quelques problèmes, car toutes les "Rooms" ne se valent pas. Tout d'abord, il s'agit d'algorithmes excessivement compliqués, et donc très difficiles à réaliser. Du coup, la finesse des "Rooms" d'un plug-in à l'autre est particulièrement variable et une "Room" de piètre qualité fera plus de mal que de bien à votre mix. Soyez donc vigilant sur ce point et si vous n'avez pas suffisamment confiance en vous pour déterminer si tel ou tel plug-in est capable de vous donner satisfaction, referez-vous à l'avis d'utilisateurs plus aguerris que vous ne l'êtes en la matière - sur les forums d'Audiofanzine par exemple !

Ensuite, par leur nature même, les "Rooms" sont loin d'être linéaires d'un point de vue fréquentiel. En effet, dans une pièce, la réverbération entraîne des creux et des bosses dans le spectre sonore. La reproduction de ce comportement contribue grandement au réalisme des algorithmes. Cependant, suivant l'instrument traité et la pièce simulée, le mariage peut ne pas être des plus heureux. Attention donc au choix de la "Room" en fonction de la source sur laquelle vous allez l'appliquer. Il n'y a malheureusement pas de règle absolue en la matière et, par exemple, une "Room" qui fera merveille sur une guitare Stratocaster jouée à fond sur un ampli Marshall pourra être totalement hors de propos avec une Telecaster jouée en son clair sur un ampli Fender. De l'expérience seule viendra votre salut, désolé…

Enfin, sachez que l'abus de certaines "Rooms" a une fâcheuse tendance à trop reculer dans le mix l'instrument ainsi malmené, tout en le faisant sonner "petit bras". Heureusement, il existe des solutions, comme par exemple jouer avec le paramètre de pré-delay et/ou égaliser la réverbération. Mais nous en reparlerons…

← Article précédent dans la série :
Les réverbes de type Chamber et Ambiance
Article suivant dans la série :
La réverbe, juste une question de feeling →
Réagir à cet article
  • J'aime
  • Tweet
  • +1
  • Pin it
  • Mail