dbx DriveRack PA2
+
dbx DriveRack PA2
jld1 31/10/2020

dbx DriveRack PA2 : l'avis de jld1

« DBX Driverack PA2 »
4

  • J'aime
  • Tweet
  • Partager
  • Mail
Rapport qualité/prix : Excellent Cible : Tout public
J'utilise ce processeur DBX Driverack PA2 en fixe et en studio. Je ne peux donc pas donner un avis détaillé qui concerne l'usage en sonorisation.
Mon expérience d'utilisateur concerne surtout la fonction filtre actif, le feedback suppressor, le subharmonic synthetiseur, mais j'ai testé les autres fonctions:
EQ graphique et paramétrique, le compresseur, et le limiteur, le RTA, mais pas le delay.

En tant que filtre actif, ce DBX a tout ce que l'on peut attendre de cette fonction. Il y a quatre paramètres principaux à régler:
la fréquence de coupure (crossover), le type de coupure (Butterworth, Linkwitz-Riley), la pente (6,12,18,24,30,38,42,48 pour le BW, et 12,24,36,48 pour le LR), et le gain.
Mes monitors sont tous des JBL (4350B, 4343, 4320S8, 4435). Les deux premiers sont des quatre voies et je les utilise donc avec des JBL DSC280 quatre voies (modèle maintenant ancien, mais machine ultra-performante).
Le DBX est pour les 4320S8 (trois voies) et les 4435 (deux voies) en complément d'un JBL DSC260 (même série que le DSC280).

En comparaison de ces deux processeurs JBL, le DBX est beaucoup plus moderne et plus intuitif à l'usage. La molette rotative permet une navigation dans les menus nettement plus rapide et facile.
Les JBL étaient du début du numérique et font un peu figure de dinosaures à côté du DBX bien qu'ils proposent les mêmes possibilités en tant que filtre actif.
Pour mon usage personnel, mes préférences vont au filtrage Linkwitz-Riley avec des pentes de 12dB par octave pour le médium-aigu, et 24dB pour le grave-médium (4320S8) et 24dB (4435).

La prise en main de ce DBX est vraiment très facile, et ne nécessite qu'à peine la lecture du manuel qui est très complet et détaillé.

La fonction feedback suppressor (anti-larsen) est assez basique mais claire et suffisante.

Pour un usage studio, le subharmonic synthétiseur est à manier avec précaution. Il faut que les enceintes soient aptes à transcrire les très basses fréquences, sinon à éviter; donc surtout utile en sonorisation.
Personnellement je n'ai pas été vraiment convaincu de sa pertinence sur des monitors
qui descendent déjà très bas et très bien.

Les fonctions EQ graphique et paramétrique présentent surtout l'avantage d'économiser l'achat de ces appareils et de la place dans les racks.
Néanmoins, et bien qu'elles soient performantes et d'un usage aisé, elles ne remplacent pas totalement des machines dédiées. Des Klark-Teknik feront toujours mieux et permettent
des réglages différents sur les canaux gauche et droit, ce que n'offre pas ce DBX (parfois cela peut manquer).

Le limiteur est tout à fait fiable et naturel dans sa façon d'agir, mais là encore surtout utile en sonorisation, voire indispensable.
En studio il ne me sert pas.
Le compresseur, qui est large bande, est à utiliser avec des réglages plutôt soft sous peine de pompage. Sur un signal complexe rien ne remplace un compresseur multibandes.

J'ai testé la fonction RTA avec le micro préconisé (un autre micro de très bonne qualité peut faire l'affaire). Mais là je n'ai pas du tout été convaincu. Cette fonction est censée analyser le signal diffusé dans le local d'écoute et pratiquer des corrections
sur la courbe, mais le résultat est bien décevant et pour moi son usage est à proscrire.
Il peut au mieux rattraper des gros défauts, mais ne remplace pas le traitement manuel
avec des mesures.
Enfin, la fonction Polarity permet, en téléchargeant des signaux test, de vérifier, et d'inverser le cas échéant, la phase des haut-parleurs(fonction couplée avec le crossover).

A l'usage ce DBX, est très pratique et sans doute assez complet pour ceux qui ont besoin de toutes ses fonctions.
En ce qui concerne le rendu sonore, j'ai préféré le résultat obtenu avec mes vieux processeurs JBL, surtout sur les hautes fréquences.
Le DBX me semble moins fin et précis, encore une fois pour une écoute sur des monitors de studio qui ne laissent rien passer.
En revanche, il me semble supérieur au Behringer DCX2496 que j'ai entendu ailleurs (un audiophile qui l'utilise à domicile), et à coup sûr plus fiable (mais un peu plus cher aussi).

Par rapport à un simple filtre actif, le surcroît de dépense est tout à fait justifié, ne serait-ce que par les possibilités de réglages beaucoup plus nombreuses, et sûrement incontournable en sonorisation.