Roland JUNO-60
+
Roland JUNO-60

JUNO-60, Clavier synthétiseur analogique de la marque Roland appartenant à la série Juno.

  • Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer
  • Rss

Tous les avis sur Roland JUNO-60

  • J'aime
  • Tweet
Note moyenne :4.4( 4.4/5 sur 10 avis )
 6 avis60 %
 3 avis30 %
 1 avis10 %
Insatisfait(e) des avis ci-contre ?
Maxxou3212/02/2017

L'avis de Maxxou32"Une référence à posséder !"

Roland JUNO-60
Je possède ce synthé depuis 1991 ! Acheté chez Music Power à Pigalle, c'était mon premier vrai synthé pour débuter et je n'ai jamais songé à m'en séparer et ce malgré son prix qui a fortement augmenté sur le marché de l'occase (on arrive à 1200euros en février 2017).:-D
Pourquoi ? Je ne sais pas mais ce que je peux dire c'est qu'il est terrible! Quel son et quelle dynamique !:bravo:
On a switch derrière le synthé qui permet de faire sortir le son de la sortie stéréo en "low, médium et High".

Utilisation:
On ne peut faire plus simple, tout se contrôle directement avec les faders qui sont plus agréable et plus précis que des boutons ronds, c'est un agrément tout comme les gros boutons qui permettent de sélectionner les formes d'ondes, l'appel des patch, etc,... Une référence pour l’ergonomie. Il est costaud, d'une finition exemplaire, une fiabilité au top: en 30 ans j'ai changé une pile et j'ai eu un problème sur un DCO :bravo:(c'est Clavintage qui me l'a révisé, travail nickel). Pour les sauvegardes, j'utilise encore le support magneto/cassette, c'est plus rapide que dump sysex de mes autres synthés. Il y a une prise DCB qui permet de le relier au séquenceur MSQ100 ou 700 qui est génial pour composer des séquences de type son 80. Moi j'ai pris un kit Kenton pro DCB qui fonctionne nickel pour intégrer le Juno à mon set midi et au DAW. Enfin il est ouvert sur les machines actuels du type Arturia beat step pro, drumbrute ou TR-09/TB-03 car il possède une synchro CV. Je vais d'ailleurs le trigger avec la TB-03/ TR-09.:bave:

Sonorités

La on rentre dans le cœur du sujet, on achète ce synthé pour le son gras et épais et son excellent filtre ! Il y a des tas de démo sur youtube, allez écouter celle de synthmania. Ce que je peux dire c'est que pour les sons de basses, il est terrible ! Sa réputation n'est pas usurpée, c'était le Moog du pauvre, la vague house/techno en a fait une référence mais il ne faudrait pas oublier qu'il fait aussi des strings vraiment magnifiques et profondes. On est sur des sons typiques 80, j'adore. Mais pour qui veut prendre le temps de programmer on arrive à des sons hallucinés, des nappes profondes et de FX géniaux (son de sonar, ploc d'eau, vent, percus, effet LFO qu'on cale sur une rythmique), bref il est polyvalent et le fait qu'il n'ait qu'un DCO n'est pas un problème car il sonne chaud, du beau son analogique!
Il complétera aujourd'hui des synthés plus puissants du type Moog sub37, OB-6 ou Prophet6.

Avis global:

Au top, facilité de programmation, fiabilité, son gras et épais, il sera parfaitement s'intégrer à deux ou trois autres analo à deux ou 3 DCO/VCO. ;)

J'ai réalisé une compo il y a peu qui utilise une base d'accords avec un son de synthé string (programmé par moi) et des arpèges bien typés 80 le tout enregistré dans cubase en audio. Gros son pour une compo qui s'inspire de la série Miami Vice.

RAISON DE PLUS20/08/2016

L'avis de RAISON DE PLUS"Du gros son à pas cher"

Roland JUNO-60
J'ai acheté ce synthé en 1983. A l'époque, un synthé polyphonique à mémoires coutait très cher, le Juno 60 était abordable (environ 12000 F tout de même).

Coté son, bonne surprise : il sait faire illusion et jouer des gros sons bien riches et gras, notamment grâce à son chorus stéréo intégré qui est vraiment réussi.
Evidemment, avec un seul DCO (+ 1 esclave à l'octave en dessous), il ne peut pas rivaliser avec les grosses machines analogiques de l'époque bien plus chères (Prophet 10, OBXA, etc), mais il est loin d'être ridicule et je m'en sers toujours aujourd'hui.

Son plus gros inconvénient est la polyphonie limitée à 6 notes : en jouant main droite des accords avec un son qui a un peu de release, on a vite fait de se faire virer la note de basse qu'on tenait à la main gauche parce que les 6 notes sont prises...

Question solidité, en 33 ans je n'ai eu qu'une panne (qui n'affectait pas le son) : un segment d'un des 2 afficheurs LED 7 segments ne s'allumait plus. J'ai changé moi-même l'afficheur, ça se démonte assez facilement et j'ai trouvé un afficheur compatible dans un magasin d'électronique.
spookyman04/08/2016

L'avis de spookyman"Un classique du début des années 80"

Roland JUNO-60
Déjà plus de 10 ans que le Roland Juno 60 fait partie de mon set-up. J'ai eu la chance de pouvoir l'acheter avant que les prix partent en flèche vers des sommets parfois ridicules.

Lors de sa sortie en septembre 1982, le Juno 60 a été présenté comme l'alternative aux grands frères, les Jupiter 8 et Jupiter 6, des instruments dotés d'un tarif bien plus élevé. Le Juno 60 a suivi le Juno 6, une version sans mémoire, mais présentant les mêmes caractéristiques.

Le Juno 60 est un synthé analogique polyphonique doté d'un clavier 5 octaves de qualité, sans dynamique ni aftertouch, d'une polyphonie de 6 voix basée sur 6 DCO et sub-oscillateurs. Il y a un VCF qui entre en résonnance d'une manière très musicale, des enveloppes bien rapides, un HPF très utile pour parfois afiner le son global où une orgie de fréquences basses n'est pas désirée. Il y a également un arpégiateur très simple d'utilisation et très efficace. Mais il y a surtout le fameux chorus stéréo du Juno 60 qui ont fait de lui un classique, un chorus qui n'est pas exempt de défauts, il souffle un peu et colore le son d'une manière très caractéristique.

Le Juno 60 est typiquement l'instrument que l'on aime ou que l'on aime pas. Pas forcément en raison des possibilités de l'instrument, mais plutôt du grain sonore. Il est vrai que l'on entend du Juno 60/6/106 dans des milliers de productions, dont une quantité importante sont devenus des hits. Pour certaines personnes, le simple fait d'avoir une machine avec un son si "classique" et connu leur pose un problème. Pour d'autres, c'est plus une machine qui rappelle des souvenirs. Je suis plutôt dans la deuxième catégorie. J'aime les machines qui me transportent quelques années en arrière, rien qu'à l'aide de leur couleur sonore, de leur grain. Et le Juno 60 fait partie de ces instruments là. Comme toujours, il ne faut pas en abuser, sinon cela devient vite lassant.

J'ai remplacé tous les presets d'usine par mes presets personnels. La création sonore est tellement aisée et facile sur ce synthé que l'on a vit fait de remplir toutes les mémoires à disposition. Près d'un tiers de mes presets n'utilisent PAS le chorus stéréo. Il y a de nombreux sons où j'ai préféré partir sur une forme d'onde PWM et je me suis amusé avec le LFO pour y apporter un peu de vie. D'autres presets s'orientent plus sur l'arpégiateur intégré: j'ai donc plus misé sur des sons percussifs, courts (merci les enveloppes snappy), avec du HPF qui affine le son. Ou des nappes légères uniquement avec une PWM et un filtre fermé. Bien sûr j'ai également de belles nappes si typiques de Roland, des nappes dont j'aime contrôler le VCF à l'aide d'une pédale externe, afin de les rendre plus expressives, plus dynamiques. Comme le synthé n'est pas le plus polyvalent (pas de portamento, donc on oublie un peu les beaux sons de lead...), il faut s'avoir s'aider d'outils externes.

Le Juno arrive quand même à sortir de belles basses, quelques effets basiques (merci le VCF qui entre en résonnance), ou encore des brass légèrement sombres, parfaits pour se remettre dans des musiques de films datant d'il y a plus de 35 ans en arrière.

Je n'ai rien contre le fait qu'il ne possède "que" des DCO et non des VCO comme la série Jupiter. J'ai un Jupiter 4 depuis quelques années et la comparaison est sans appel. En son pur/nu, un DCO de Juno 60 semble bien maigrichon mis à côté du son massif d'un seul VCO légèrement instable du Jupiter 4. Le Jupiter 4 sonne nettement plus vintage, plus 70's, plus organique. Il n'est parfois pas si évident à placer dans un mix, tellement il prend de la place. Dans ce domaine, le Juno 60, sans le chorus, permet d'obtenir des sons plus fins, moins intenses, mais pas forcément moins intéressants. Cela dépend fortement du contexte musical.

Au niveau de la fiabilité, mise à part la batterie qui a rendu l'âme au bout de 25 ans environ, je n'ai encore jamais eu un problème avec mon Juno 60. C'est solide, fiable et fonctionnel.

Ce que je reproche au Juno 60: le manque de dynamique et d'aftertouch, une polyphonie qui peut s'avérer limitée, le manque de portamento et un mode unisono afin de pouvoir y faire des leads. Il y a 20 ans, l'absence de midi était également un défaut majeur. De nos jours, il existe de nombreux kits midi (de pas cher du tout à relativement cher) qui permettent d'intégrer le Juno 60 dans un environnement midi.

Bref, j'ai un attachement particulier avec cette machine, peut-être en raison de ses limites, ou encore de son côté déjà entendu des milliers de fois, et qui obligent à être un peu créatif pour en tirer le maximum. Un instrument qui me suit depuis plus de 10 ans et dont je ne suis pas prêt de me séparer.
Aurochs418/07/2013

L'avis de Aurochs4

Roland JUNO-60
5 octaves, polyphonie 6 voies, pas d'aftertouch, pas de vélocité, pas de midi. Effet 2 modes de chorus relativement efficaces, et chainable Chorus I + Chorus II (pas faisable sur le Juno-106). belle sérigraphie, claire, propre...
57 mémoires de patch sauvegardés, sauvegarde externe possible sur magnétophone a K7... nostalgie des premiers ZX81 !!!! un arpegiateur simple + une touche Hold, et transpose.
Synthé de conception de 1982, ce qui explique pas mal des manques entre autre sur le MIDI ou Roland avait envie d'imposer sa norme. Ceux qui ont connus l'analogique, V/hz et V/Otc se souviendront des merdes quand il faillait raccorder du Moog avec un Yamaha. La c'est un peu pareil, la norme n'existait pas et Roland a tenté sa chance avec le DCB. Maintenant pour 1982 il est "bon" et tres bon s'il etait associé a un JSQ-60, pour 2013 c'est complètement dépassé. Il reste en effet midifiable pour 150 euros chez les concurrents de Kenton, Y a pas qu'eux dans la vie !
La connectique arrière est pas mal faite pour l'époque, modifiable sur 3 niveaux de sortie, 1 entrée sur le VCF Control, Arpegio Clock, pédale divers, etc ...

UTILISATION

Ce point n'appel rien de spécial, n'importe qui est capable de sortir un son jouable en moins de 5 minutes. La doc ne sert pas a grand chose tout est intuitifs, y a strictement rien de compliqué dans un Juno-60.

SONORITÉS

Le son du JUNO-60 n'est pas dans les grandes diversitées, mais par contre ce qu'il fait il le fait bien, c'est pas un Buchla non plus. C'est exactement les mêmes filtres que le Jupiter-8, et les DCO fournissent assez d'harmonique pour faire des nappes et des pads intéressants, cuivres, attaque etc. le filtre est résonnant. Le son ne s’écroule pas.
La matrice de patch (interne) permet d'aiguiller certaines fonctions sur l'EG ou par le LFO ça donne un peu de créativité, sans toute fois être transcendant.
Derrière une bonne reverb ou un L-C-R, le son prend un belle ampleur, dans ce domaine de son le juno est tres bon, j'insiste bien que le JUNO c'est fait pour faire du JUNO, pas de l’expérimentation et de la recherche sonore.
Son gros manque c'est l’absence d'un deuxieme LFO et d'une seconde EG.
Le chorus du Juno est le seul effet intégré, il est stéréo et possède 2 modes indépendant ou additionnable. Je le trouve pas si mal que ça, mais dépourvue de tout réglage.

AVIS GLOBAL

J'ai connus cet instrument chez les piano ham a paris dans les années 80, je me souviens du son brillant qu'il avait et de ce que l'on pouvait en faire dans un studio. C'etait un clavier tres dans son epoque des années 80, ça sonne bien Roland Vintage, on est pas dans les Oberheim n'ont plus, mais ce clavier fait l'essentiel de ce qu'on lui demande.
Actuellement il est un peu surcoté, c'est vrai que 1000 euros ???? c'est un clavier que j'ai repris, ayant eu une excellente opportunité de le réacquérir. J'ai retrouvé cette brillance. A savoir aussi qu'il n'est pas super compliqué a maintenir, le changement de la pile (soudé) reste l’opération la plus fréquente, nettoyer le clavier et ses broches, bref rien de bien sorcier. C'est de la construction Japonaise, c'est a dire très solide a la base et bien étudié. le fait qu'il a 31 ans d'existence fait qu'on l'a un peu oublié et qu'il a encore une légitimité a rentrer dans les compositions par la grande porte.
revega02/11/2010

L'avis de revega"Quel ennui!"

Roland JUNO-60
Synthé typiquement dans l'esprit de ce qui se faisait à cette époque. Lourd, résistant, large (5 octaves), 6 voies de polyphonie et tout sous les yeux donc pas de sous menus. Là dessus hyper didactique, simple d'utilisation et surtout très beau esthétiquement.
En revanche pas de midi mais du DCB (norme Roland complètement dépassée visant à concurrencer le MIDI) donc méfiance pour les curieux, il est 'midifiable' via le kit KentonDCB et là c'est + 200€.

UTILISATION

Evidemment en utilisation c'est très simple et on navigue aisément sur les différents éléments de contrôle. L'édition des sons est très facile et se fait via un bouton d'activation derrière le clavier. Le manuel est clair et sans grand intérêt sauf pour éditer ou utiliser le JSQ60 (qui demande un manuel aussi de son côté et demeure un séquenceur franchement pénible).
Donc sur ce point le Juno 60 est un exemple de convivialité qui, il est vrai, manque un peu sur les machines modernes. C'est probablement, à mes yeux, son seul véritable atout.
Le maigre avantage du Juno 60 est son arpégiateur qui permet la création de petites mélodies assez rapidement mais on tourne vite, très vite en rond.

SONORITÉS

Eh bien il faut être honnête pour reconnaître que le Juno 60 est une vielle bécane à l'intérêt très relatif. Aucun sons de transcendant, un seul OSC (le Arp Axxe en a un seul aussi donc pas handicapant) et deux types de Chorus (empilable) que je n'ai pas trouvé très pertinent (ça alourdi le son et le densifie mais j'aime pas le rendu du tout).
Ok si on se replace dans le contexte de l'époque il a eu sa place, indiscutablement et c'est pour cela qu'il n'apporte rien de nouveau ou d'intéressant. Le son qu'il a, son identité à part entière, a été entendu des milliers de fois et dans tous les genres possibles (Enya, The Cure, Vince Clark, Section 25 et toute une flopée de groupes Dance ou Techno). Impossible de ne pas l'avoir entendu au moins une fois même involontairement. Donc oui il a une vraie signature mais quel fardeau! Tout sonne toujours de la même façon et le synthé reste finalement confiné à son simple rôle de 'machine 80's Pad/Warm/Bass sur-entendu et lassante au possible.
Sa présence au niveau d'un mix est réel mais à côté d'e certains analo je le trouve ingérable, il se mixe mal, le son passe difficilement et cela, en grande partie, lié à l'utilisation de son chorus (qui souffle et colore le son curieusement). On peut l'enlever bien sûr mais ce qui fait la présence du son d'un Juno c'est justement son Chorus. Maintenant il faut être honnête le son est là et bien là. Large, lourd, chaleureux et organique mais avec toujours ce goût de 'déjà entendu 1000 fois' qui ne lâche pas.
Donc... Dommage sur ce point très important (le plus) le Juno 60 est passé avec moi complètement à côté de la plaque.

AVIS GLOBAL

Eu 2 mois (j'en avais fait le tour en 1 journée), acheté 600 (comme neuf) et revendu le même prix et je trouve cela extrêmement cher pour un synthé aussi limité et offrant si peu de caractéristiques. J'ai eu des dizaines de claviers, analogique et numérique et le Juno 60 fut l'un des plus ennuyeux (même le Moog Prodigy, pourtant très limité, a trouvé nettement plus de grâce à mes yeux). Comment ce 'tank' fera t'il pour rester dans la course avec un prix d'occasion aussi rédhibitoire? Quand on voit la diversité des machines modernes de chez DSI, Moog, Korg, sans parler des modulaires et certains vieux analos aux caractères bien trempés ont est stupéfait par une telle inflation sur ce genre d'engin (ok il est polyphonique, et alors?). Là je penses que c'est une question de mode ''retour aux 80's et la porte ouverte aux arnaques et donc loin de mes critères perso.
Pourtant je connaissais déjà la bécane avant son acquisition (pour l'avoir testé en magasin rapidement) mais j'avais oublié à quel point le JUNO 60 peut se révéler très ennuyeux. Pour celui qui veut se faire un retour vers une autre époque et qui aura la chance mais surtout l'intelligence de ne surtout pas débourser plus de 400/500€ alors oui le JUNO 60 peut faire l'objet de 'second couteau', limitée certes mais à peu près cohérent.

La note est sévère, mais il faut arrêter de se leurrer. Même s'il est construit comme un tank, reste très désirable sous ses allures métallique noir à flancs de bois, à fait parti d'une époque aujourd'hui révolue, le JUNO 60 est un synthé complètement sur-coté, loin de s'affirmer comme une machine autonome. Donc rien à voir avec un Mini/Micro/Moog, un Prophet One ou 600, un Arp Axxe ou Odyssey,un Roland System 100/101 ou dans la même catégorie polyphonique un Korg Poly61/Polysix, Roland Jupiter 6.
Verdict: un synthétiseur franchement inintéressant dans le registre 'vieux analos' que la mode idiote d'aujourd'hui nous vend comme le Saint Graal. Si on ne le connaît pas il faut impérativement l'essayer avant de l'acquérir sinon gros risque de se retrouver devant une belle machine a ennui.
Mais je reste persuadé que certains musiciens en ont fait leur machine favorite pour les mêmes raisons que je l'ai détesté (son monotone, mille fois entendu et rébarbatif mais polyphonie analogique et très facile à prendre en main) et je peux l'admettre, difficilement quand même.
On se dira que tout cela n'est qu'une question de point de vue au final.
A bon entendeur...
studiohome19/10/2010

L'avis de studiohome"peut être lassant mais fait certaines choses très bien"

Roland JUNO-60
déjà dit

UTILISATION

déjà dit

SONORITÉS

Bon il faut préciser mes "réf" càd synthé que j'ai eu ou que j'ai encore: juno 106, MS20, MEMORYMOOG, JP 8, JP 4, pro one, vp 330, Andromeda, Korg monopoly, pro 5 rev3.3. et en virtual analog acces virus indigo 2, nordlead 2.
Alors déjà il est limité en synthèse mais il sort une basse bien épaisse grâce aussi à son chorus, qui lui est propre, bien typée 80s. Sorti de là moi j'ai pas flashé, ça reste un peu trop fin à mon goût biensûr et puis et bien en tout cas tjs pour moi ça rentrait jamais très bien dans mes mix, à part la basse. Non franchement le reste est trop cristallin.

AVIS GLOBAL

Au final je l'ai pas gardé car je m'en suis lassé et le garder que pour un son de basse qu'on peut bien approcher avec d'autres machine (mon indigo II par exemple)ça ne vallait pas le coup. On le comparait beaucoup au juno 106, ça m'a titillé alors je l'ai acheté. Au total pas si différents qu'on veut bien le dire; peut être le 106 plus adapté à la tekno et encore (en tout cas pas très fiable ce 106). Bon voilà quand on voit sa côte qui grimpe, c'est vraiment un peu étonnant; pour moi ça vaut pas plus que 500 euros, même si c'est relatif, mais bon faut pas pousser plein de machines font pareil, et bon aussi ce qu'on en sort a été beaucoup entendu donc ça joue aussi sur le côté "lassant" ! Au niveau personalité un KORG Monopoly c'est autre chose. Mais un bon synthé hein !! quand même !! mais loin d'être exceptionnel, et surtout bien bien loin d'un JP8 ou autre gros calibre.
EricMa6206/06/2010

L'avis de EricMa62"The best"

Roland JUNO-60
Relativement simple:
1 oscillo + 1 sub + 1 filtre 24 db + 1 Eg + 1 VCA et bien sur LFO et arpegiateur.
Une polyphonie de 6 notes.
Un chorus à trois positions (I,II,I+II)

UTILISATION

Très simple et intuitif, comme on accède directement aux fonctions (1 bouton=1 fonction) on programme un patch en quelques instants.

SONORITÉS

Alors là, il y a quoi dire. Pour moi c'est le meilleur analogique qui soit. C'est vrai que sur le papier (ou au regard des caractéristiques) certains sont beaucoup mieux, mais d'un point de vu purement musical il en largue pas mal voir tous. Les sons sont toujours super musicaux et donnent vraiment envie de jouer. Sur la majorité des synthés il faut peaufiner pour avoir un bon son et ne pas avoir une casserole. Avec le 60, aucun problème, vous pouvez triturer les potars au hasard, cela sonne toujours super. Il faut dire son chorus y est pour beaucoup.
Pour la recherche il est peut être limité, mais pour jouer de la musique ( et c'est quand même sont utilisation première) pas de réelles limites. On obtient toujours ce que l'on veut et c'est toujours exploitable en solo ou dans un mix.


AVIS GLOBAL

Je le préfère à d'autres légendes comme le Jupiter 8 que je trouve techniquement super mais un rien en dessous musicalement parlant (je le trouve un peu grosse Berta...). Et je le place en tête (j'ai plusieurs analo), à coté du mini, même avec un peu d'avance grâce à sa polyphonie.
Je l'ai depuis plusieurs années, et, vous l'avez compris pas question de le lacher...
petitsynthe12/12/2009

L'avis de petitsynthe"Limité, mais simple et efficace !"

Roland JUNO-60
pas de midi, dommage, mais il est fait pour jouer en live ! le toucher est excellent

UTILISATION

Tout est hyper simple...car limité mais il reste idéal comme premier synthé analogique polyphonique car pas trop cher (enfin tout est relatif comparé à un jupiter 8 hors de prix par exemple)

Le manuel est inutile mais je signale qu'il existe une astuce cachée qui permet un jeu monophonique avec les 6 oscillateurs empilés (mais pas de portamento) qui permet d'avoir un gros sons.

SONORITÉS

bon j'ai possédé il y a environ 12 ans un jupiter 8, un jupiter 6 et un juno 106 que j'ai revendu à l'époque car c'était le début de la mode des synthés à modélisation analogiques (V.A) comme le jp 8000, le nord lead 1 et l'an1x. Depuis il y a comme un regret ! (surtout vu la cote ahurissante des vieux coucous).

J'ai donc acheté après des années de VA (le micron : bof, l'an1x, acceptable, le ks 4, bien, et le nordwave : très bien) ce synthé en y mettant le prix : 650 euros mais en bon état et, malgré ses limitations de synthèse, il sonne !

Donc pas de miracle, les analogiques on y revient ...  dire que j'ai aussi eu un juno-g , qui lui n'a du juno que son nom !

Pour faire les sons basiques du début et milieu des années 80, il est parfait, c'est ce que je recherchais.

EDIT 7 Août 2012 :

Comme tout analogique, il faut de bons effets derrière le JUNO, sinon c'est un peu du gachis.

A noter qu'il faut être subtil au niveau des réglages car de toutes petites modifications de la course des curseurs avec 2 ou 3 paramètres peuvent changer énormément la nature du son, mais pour s'en rendre compte, il faut un peu d'expérience avec le JUNO.

Voici un exemple sympa des types de sons qu'on peut faire avec et que j'aime bien :

Dans un style funky :


Et peut_être la meilleur demo du Juno-60 sur Youtube :


Avec le JUNO, on ne fait jamais des sons très élaborés mais toujours très utilisables.

AVIS GLOBAL

Je ne l'utilise que depuis une semaine et malgré le fait que l'on puisse à long terme s'en lasser car très limité en synthèse, je ne pense pas que je vais le revendre un jour, j'ai un Nordwave entre autres pour faire des sons plus complexes. Il sonne bien phatt et même s'il en fait peu, ce qu'il fait il le fait bien ! 

Je n'ai pas hésité par rapport à un Juno 106 qui si il est MIDI, est bien moins fiable (voir les forums liés) pour résumer, une valeur sure.

EDIT 7 Août 2012 :

Je l'ai toujours et en suis pleinement satisfait malgré ses limites.
Un conseil pour éviter une éventuelle lassitude : ne l'utilisez pas tous les jours et rangez-le dans un coin pendant un ou deux mois puis ressortez le :
Là, le plaisir est intact !

A utiliser avec modération donc si je puis dire...
nibla16/05/2006

L'avis de nibla

Roland JUNO-60
Clavier sans aftertouch ni vélocité, 61 notes (donc 5 octaves)

physiquement, la bête est très belle, un magnifique objet en métal noir, avec les flancs en bois, typiquement vintage-style!

et surtout, plein de boutons, tout est controlable en temps réel!!

sinon, le vrai analo polyphonique classique, avec DCO-LFO-VCF-VCA-ADSR (plus ou moins dans l'ordre...)+ sub-oscillo+l'arpeggiateur génialissime!

par contre, seulement 6 voies de polyphonie et un seul oscillo, mais çà le fait quand même, avec 4 formes d'ondes et les 2 chorus FAT intégrés à la bEte...

UTILISATION

On-ne-peut-plus-simple, il suffit de s'y mettre et au bout de 5 minutes, on tripe sur une onde envoutante ou sur une ligne disco-new wave avec l'arpeggiateur!
les mémoires sont au nombre de 56, et on mémorise un son en 2 secondes...

SONORITÉS

Ah, les sons!

nappes ambient, sons d'orgues et de string synthétiques, basses et leads technos-electro en tout genre, très classiques car la machine a énormément utilisée par quasiment tout le monde dans les années 80, mais on trouve toujours quelque chose d'original en se creusant un peu...

c'est vraiment LE synthé typique et idéal si vous chercher des sons.....de synthé!

c'est sur, c'est pas avec lui que vous réussirez à imiter un piano à queue ou un hautbois, mais pour çà il existe d'autres choses...
on achète un juno pour ce qu'il est, et c'est précisément pour çà qu'on l'achète!!

AVIS GLOBAL

Je ne l'utilise pas depuis très longtemps, mais çà a tout de suite été le coup de foudre, tellement cette machine est attachante.
C'est une vraie joie de poser ses mains sur quelque chose qui a de la PERSONNALITE, et çà n'est pas si courant que çà...

Du coup, çà m'a rappelé pourquoi j'aimais autant l'analo-oldschool, à l'heure ou les émulations de tout poils fleurissent de tout cotés, et ou tout le monde vous demande si vous vous êtes enfin mis aux VST, tellement pratiques et pas chers...
contenu en anglais
FP User01/11/2008

L'avis de FP User (contenu en anglais)

Roland JUNO-60
For a real analog synth from the pre-MIDI era, this is a very complete synth. Six voices of polyphony, simple but good arpeggiator, great 24dB LP filter with cutoff/resonance, HPF, great LFO's (which are maybe a little poor-featured), fat chorus (I think that's typical Juno), 56 patches of memory storage. And a rare bonus: the pitch wheel/filter as well as the manual lfo control. Minor point: lack of several oscillators: only 1 DCO (triangle/square with pulse width/square with suboscillator) per voice.

$295 (Kenton MIDI retrofit kit included !!)

UTILIZATION

Piece of cake. The user manual is very clear; even for analog modelling newbies: the whole stuff is well explained and there is an addendum with lots of basic exemples. The synth's front panel is built as simple as possible; if you know the very basic analog sound modelling principles, you can go your way immediately and tweak that knobs !!

This is a robust synth, the only things to be careful with are the wooden side panels (scratch-sensitive !!). The buttons are very solid and have no intention to break at all. No cracklings caused by dust up till now. Haven't contacted the customer support yet, so can't give info about that.

SOUNDS

One word: GREAT !! All kind of analog sounds are great; from very fat to very deep basses and subbasses, nice spacey strings/pads, fat analog leads, clean to dirty organ sounds, trance arpeggio's, ... This machine can be used for every kind of electronic music: from trance over techno to dnb; from triphop over rnb to hiphop.

OVERALL OPINION

I like it very much. A real fat analog synth with great filter and great sounds. F.y.i: the Juno has been used by Enya, The Cure, Sean Lennon, Faithless, Astral Projection, Vince Clarke, Rabbit in the Moon, Olive, Dee-Lite, ... (info from www.vintagesynth.com)

Originally posted on FutureProducers.com
Posted by: Unknown ( 7-, 2002)