kalaspace 22/10/2014

John Bowen Synth Design Solaris : l'avis de kalaspace

« Solaris, le carton ? »
3

  • J'aime
  • Tweet
  • Mail
Les caractéristiques étant publiées de partout,
comme d'habitude je met quelques bonnes et mauvaises surprises.
+boutton d'assignation 1 et 2 pour moduler, cela permet des contrôles supplémentaires
+bouton fx bypass
-pas de spread stéréo sur l'unison !
-pas de stack pour l'unison (comme sur l'andromeda) :(
-pas de hard sync sur les ondes minimoog, waldorf, prophet vs, certains mm1 dont jaws (supersaw), les morphs, noise. :(
-etapes d'enveloppes limité a 20 secondes maximum (cela parait long, mais en mode exp, c'est très limite sur des pad evolutifs) :/
~le boot dure 30 secondes


Possédant l'andromeda A6, il sera souvent cité en référence.

UTILISATION

La bonne ergonomie est gâchée par des bogues ou des lenteurs qui font perdre du temps
-désactivation du legato lors du nommage ou renommage d'un preset (obligation de reboot pour reobtenir le legato)
-volume des vcas qui perdent leur proportion dans certains cas partiellement identifiées (vca boost et gain sur plusieurs en même temps)
-coup de folie inopiné des oscs qui peuvent émettre des tonalités aléatoires (1 coup de preset save aller retour sur un autre preset ok)
-boot qui peut planter (a peu pret 1/10 fois)
-lenteur sur défilement de presets ou de banques
-l'atteinte de fréquences en milliers de herz a l'eq est super longue (faire un init perso pour ca)
-non reboot des enveloppes si release trop longue (super relou pour les pads)

Faisant pas mal de lead avec legato ou souhaitant en jouer souvent inopinément,
je me retrouve dans "l'interdiction" de nommer mes patchs, si bien que,
le rangement des 54 patchs releasés sur le forum privé après 1 mois d'utilisation m'a pris une demi journée.
Etant donné la place disponible 127*127, il est assez aisé de créer un désordre monumental.


SONORITÉS

La possibilité de moduler n'importe quoi par n'importe quoi ne fait pas tout !
Il faut d'abord que les modules sonnent ! Hors, je trouve qu'à ce niveau la, il y a un hic.

J'ai pris le temps de
.tester tous les filtres seul, en parallèle, en série, etc.
.comparer les oscillo et les filtres avec l'andromeda et diva
.créer des presets simples, comparés avec andromeda et diva
.créer des presets évolués, comparés avec andromeda et diva
.Etc

Les constats qui en ressortent sont les suivants
.Le solaris est le synthétiseur le plus "digital"/chirurgical que j'ai jamais entendu de ma vie, le son est droit comme un piquet et stérile comme un laboratoire.
.Les filtres du solaris sonnent plus secs qu'un désert aride, leur résonance produit un bruit de moteur comparé à ceux de l'andromeda qui chantent naturellement
la différence d'excitation harmonique est tellement flagrante qu'elle est ultra visible au spectre et sans zoom (pour 2 * 20 secondes de son affiché sur un 27 pouces) !
.La modélisation permet au solaris l'obtention d'une "chaleur", mais avec ce côté stérile, c'est comme comparé un four à micro ondes (solaris digital) à un four à pierre (andromeda analo)
Auditivement parlant, on a plus l'impression de se faire brûler désagréablement que de se faire caresser par des rayons de soleils.
Impossible d'obtenir un son "vintage", au mieux je parlerais d'état d'esprit/approche vintage, mais à la comparaison sur des stabs simples, le son reste ultra moderne/droit malgré les efforts/tortures.
.Sur des sons évolués (piano, guitare électrique), le solaris a bien une capacité de les produires mais sa droiture génère un manque de vie tel que par exemple un piano sonnera comme un bomtempi a côté d'un piano d'andromeda
la taille de la matrice de modulation donne plus de contrôle au son, mais celui ci étant nativement pas bon cela ne sert pas a grand chose.
.Le côté chirurgical du solaris ne laisse droit à aucun élément de surprise venant égayer les résultats de synthèse
.Les négociations ardues pour rendre le son vivant,stylistique,etc mènent souvent à des compromis horribles parmi lesquels le post eq devient un ingrédient obligatoire,
ce symptome est typique des synthétiseurs numériques (vsti ou va) au son non vivant et matrice de modulation complexe pour "compenser", le solaris allant le plus loin dans ce "concept" la.
.Le "concept" précédent couplé à certaines limites chiffrés (polyphonie, monotimbralité, nombre de modules et routages possibles pas si élevés !) et aux défauts caractéristiques relevés ici et ci haut,
génèrent un frein à la versatilité. Par exemple les manipulations disponibles pour obtenir un effet de choeur/vocal sur des pads s'avèrent en fait très difficiles, l'exploration révèle souvent des restrictions esthétiques
Pour cet exemple ceci s'explique par l'usage des jaws quasi obligatoire pour avoir un début correcte de "masse" instantané et des filtres qui sonnent le mieux (en résumé les combs, car les vocals se melangent super mal).
.Les oscillo sans filtres ont un son étouffés et manquent de basses, la majorité des presets doivent se faire booster a +6db sur les basses et mimima +3db sur les aigus >6khz
Est ce du aux algorithmes d'anti aliasing qui doit y a avoir de partout avec des filtres 1 pole pour arrondir ?


Ces constats sont appuyés par le fait que l'ergonomie du solaris permet une exploration efficace, donc rapide, par exemple assigner cutoff et resonance au joystick et scanner les filtres, router des mixeurs préconfigurés, etc.
par exemple le réglage de sensibilité du joystick permet de survoler amplement ou finement, etc.
En gros c'est comme survoler une planète avec un satellite qui zoom au centimètre prêt pour y trouver des matières précieuses
(ici le problème étant que les matières précieuses sont rares, contrairement a ce que pourrait laisser présager le paysage vu de loin)


Réalisme des sons
-acoustiques : orgues, guitares, violons, timpani ok; choeurs a voir; pianos non;
-synthétiques : modélisation vintage, avec filtres statique ok; avec filtres modulés non;


EDIT 2014-11-11 :
Après avoir réalisé des patchs de choeurs en ah, des choeurs chantés (alleluia) et un lead type voix d'opéra, je tempère mon avis concernant la negociation pour des sons de type "vocal".

AVIS GLOBAL

Je suis (presque) le seul a avoir cet avis, qui sembler aller à contre courant de tout ce qui a pu être écrit sur Internet.
Est ce le fait de ne pas faire partie des personnes ayant attendu pour l'avoir ?
J'ai partagé les impressions ci dessus avec plusieurs possesseurs toute voie de communication confondu (vive voix, téléphone, message écrit),
tenté de recueillir des conseils pour savoir si je n'étais pas passez à côté de quelque chose, etc.
Pour l'instant, aucun élément personnellement convaincants m'a été présenté.

Je pensais trouver une communauté active sur le forum privé,
visiblement sur les 300 possesseurs potentiels, je dirais qu'à la louche 10 participent activement.

Après multiple études poussées, les presets utilisateurs semblent malheureusement correspondre aux meilleurs compromis disponibles sur la machine,
et il n'y a aucun intérêt à réinventer la roue ...

Pour les probabilités d'évolution du Solaris, silence complet ...

L'exploration continue, je reste ouvert à toute suggestion ou tentative de raisonnement
car pour l'instant,
a la non surprise des résultats de synthèse,
vient s'ajouter un effet d'appréhension généré par le casse tête chinois nécessaire à l'obtention faiblement probable d'un résultat satisfaisant,
qui nihilise le plaisir au simple travail de sauvetage alimenté par un espoir dont on se demande si il est issu du fort prix de la bête ou de la passion.

EDIT 2014-11-11 :
Après l'edit de la partie sonorité, je remonte un peu la note.
Si votre enthousiasme a été refroidi, je dirais qu'en dehors du contenu de cet avis,
il n'y aura aucune autre mauvaise surprise possible,
donc pour le reste c'est que du bonheur.