chapolin 31/03/2015

John Bowen Synth Design Solaris : l'avis de chapolin

« Un synthétiseur franchement formidable. »
5

  • J'aime
  • Tweet
  • Mail
Rapport qualité/prix : Excellent Cible : Les utilisateurs avertis
J'ai acheté ce synthé d'occasion et après environ deux semaines d'utilisation voilà un premier avis que je viendrais étoffer au fil de mon utilisation. En ce moment j'ai peu de temps, j'ai donc choisi avant de me plonger dans la programmation, de tester (et de classer) les centaines de presets mis gracieusement à disposition par d'autres utilisateurs et John Bowen lui-même. En l’occurrence ils peuvent servir pour produire, de point de départ et illustrent bien le synthé et ses possibilités.

Je me disais que je testerais çà vite fait mais très régulièrement je n'arrive pas à passer au preset suivant et je reste hypnotisé par la beauté et la clarté du son. D'autre fois c'est un sentiment de puissance démesurée qui fait résonner l'appartement, juste en appuyant sur quelques notes ... bref j'avance à la vitesse d'un escargot.
Il y a de tout, du son très chaleureux, analogique (aussi bien que feu mon prophet 08) au métallique à vous glacer les os (aussi bien que le Q rack). Des nappes de rêve, des leads qui chantent, qui arrachent, qui caressent, des basses qui suintent, qui jubilent, qui gargouillent et bavent, qui tuent, qui groovent, des fx évolutifs ... mais toujours avec un son aussi savoureux qu'un très bon instrument acoustique. Il faut faire gaffe aux moniteurs car les niveaux sonores sont très hauts.

Le matin j'ai l'habitude d'un temps de chauffe sur mon piano. C'est comme le café, je ne m'en passe pas et pour moi le plaisir du toucher au piano est primordial, autant que le son. Cela dit, depuis une semaine je passe ce temps "privilégié" de chauffe sur le solaris. Car si le son y est, son clavier donne de très bonnes sensations de jeu pianistique, un comble pour un toucher de type synthé. Ça répond et c'est indéniablement un point fort, rapidement incontournable (dommage en fin de compte de ne pas avoir 88 notes) !

Les presets sont réunis dans des dossiers que l'on place sur la carte CF logée dans la fente à l’arrière. Il peut y avoir 128 dossiers contenant 128 presets et ainsi il suffit de télécharger les dossiers mis à disposition par les auteurs et de les copier/coller (ou d'en créer) sur la carte. Cela peut se faire à chaud, sans éteindre le solaris, on enlève la carte pour la lire dans un ordi et y copier/coller les dossiers numérotés avec les presets dedans, et hop on remet la carte et les nouveaux presets sont là directement utilisables. Plus besoin de s'embêter avec des dumps. Pour renommer un preset on peut bien sur le faire au moment de la sauvegarde, mais aussi dans l'ordi en éditant son fichier et en y écrivant le nom qu'on veut (hyper rapide). Il suffit de numéroter le preset en renommant son nom de fichier (pre0 à pre127) pour lui donner la place qu'on veut (0 à 127) dans sa banque. Les dossiers/banques contenant les presets sont numérotés de Bank0 à Bank127, à vous de savoir que la banque 10 contient des pads par exemple (rien n'empêche d'avoir sur la carte un fichier texte aide mémoire). C'est simple, hautement pratique, un incalculable gain de temps.

Pour me lancer j'ai utilisé le manuel en français qui est bien fait et clair, il suffit de suivre. On trouve d'autre part beaucoup d'indications et conseils utiles sur le forum.

Alors la fameuse question de l'analogique ? Je n'ai pu m'empêcher (bien sûr) de bidouiller les boutons et potards, d'écouter une à une les différentes formes d'ondes (et de délirer avec chacune d'elle avant de pouvoir me reprendre) et d'autre part, je n'ai eu en ma possession qu'un matrix 1000 et un prophet 08, ce dernier sonnant vraiment très (trop ?) analogique. Je ne suis pas un spécialiste mais ayant beaucoup souffert de me séparer du p08 et de son filtre magique je dirais qu'ils ne me manquent plus (trop). Voilà c'est dit. Les filtres du solaris sont vraiment très (très) bons si je compare à ceux du p08 mais encore ils sont très variés, il y en a une ribambelle. Au bout du compte les sonorités ont une présence fabuleuse, lumineuse ... analogique. Tout en pouvant sonner froidement ... super numérique. Donc oui on s'approche clairement de l'analogique au point d'être "analogique" (on trouve d'ailleurs des démos comparatives dans lesquelles on ne distingue pas le solaris de l'original !). Où se trouve la part de subjectivité dans tout çà ? En ce qui me concerne je n'ai pas suffisamment de points de comparaison ni d’expérience, mais en tout cas çà sonne carrément et c'est chaleureux, que ce soit des basses, des pads ou des leads, des fx ou des sons évolutifs.

Pour le moment les presets que je teste sont classés par auteurs dans chacune des banques. Un auteur, une banque. Et ce qui en ressort, c'est que pour chaque banque j'ai l'impression d'avoir un synthé différent. Comme si le solaris pouvait sonner différemment suivant la personnalité qui le programme, comme si il y avait plusieurs synthés dans un seul. De là naît beaucoup d'enthousiasme.

Un petit mot sur l'ergonomie, la modularité : c'est un modèle du genre, carrément FAN-TAS-TI-QUE ! Comme tout synthé il y a parfois un beug mais beaucoup moins que ce que j'avais imaginé et en plus les beugs sont répertoriés en vue d'amélioration, il est donc stable, très stable en fait. Pour naviguer dans les sons il y a différentes méthodes des lentes, des rapides et des très rapides ... (j'aime beaucoup la page qui affiche 10 sons à la fois et qu'on parcours en moins d'une seconde ou plus tranquillement à la molette).

Le solaris est cher mais pas tant que çà au vu de ses innombrables qualités, il le vaut largement (surtout quand on voit le prix d'un piano neuf de basse qualité). Les plus fortunés se l'offriront en reportant leur vacances de quelques mois et les plus pauvres économiseront longuement ... en ce qui me concerne j'ai du vendre un rein !! mais il y a de quoi être enchanté ! je referais ce choix sans la moindre hésitation.