• Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer
  • Rss

Tous les avis sur Roland D-50 notés 5/5

  • J'aime
  • Tweet
03/01/2019

L'avis de Anonyme "LE SYNTHE PARFAIT POUR LES JARRISTES"

Roland D-50
Je l'ai acheté pour jouer du JMJ en loisir
Il est parfaitement fini, son style futuriste et son acier le fait paraitre indestructible
Les touches sont agréables, on a plaisir à l'utiliser
L'échange des données avec l'ordinateur à l'aide d'un câble midi est très facile
Les sons modifiables à souhait
Les sons sont puissant et on sent la vibration des orgues et des cordes
Les sons d'usine sont déjà très bien notamment le son fantasia tiré de la bande originale du rand bleu
Encore plus avec les sons des cartes d'extension, de l'album révolution
C'est exactement ça, les fans de JMJ ne doivent pas hésiter :bravo:
J'apprécie le plus la simplicité d'utilisation et les sons jarriens ;)
et le moins l'impossibilité de diviser le clavier et le manque d'un séquenceur, quel dommage il aurait été plus que parfait :facepalm:
1
Lleomax24/11/2018

L'avis de Lleomax"Cultissime ... et non sans raison !"

Roland D-50
Cet avis est un peu un "long overdue" comme disent les anglais ... une espèce de dette que l'on arrive pas à régler mais qui se rappelle à vous en permanence, un peu comme une dette d'honneur.

Cela faisait en effet quelques années que l'envie d'écrire un avis sur le D50 me démangeait mais à quoi bon, me disais-je, qui le lira ? Car voilà un clavier décoté, digital jusqu'au bout des ondes, le contraire d'un analo polyphonique prestigieux des seventies, le contraire de la dernière nouveauté du moment (ça c'est certain ... 31 ans quand même !), un clavier dont certains presets d'usine ont été usés jusqu'à la nausée au début des années 90 et qui, du coup, ne vaut pas plus qu'une bouchée de pain aujourd'hui, ... Car dans la conscience collective de 2018, le D50 joue souvent dans une catégorie bien particulière et peu enviée : le champion dépassé, le géant terrassé, en deux mots le l'ex-star devenu ringarde.

C'est pourquoi, il s'agit d'honneur. De son honneur. Il est question d'aider à corriger une injustice et de rétablir cette machine de rêve dans son bon droit ;=) C'est pourquoi, je me décide à écrire que je pense que ce clavier est une pure merveille, qu'il faut se dépêcher de le préserver de la disparition, et bien au contraire qu'il faut s'empresser de redécouvrir, d'autant plus que pour quelques centaines d'euros on se paye actuellement ce ticket permanent pour le bonheur.

D'abord parlons du feeling. Là soyons clair. D'emblée, le sentiment de qualité domine. Un clavier de pro, conçu pour vivre à la dure tout en restant un formidable instrument de musique. Petit format par rapport au standard de l'époque, avec un design moderne et épuré qui n'a pas trop vieilli en fait, mais surtout, construit comme un tank (et pesant presqu'autant ...), avec un chassis en métal bien lourd, une coque également en métal, des boutons et des curseurs qui 30 ans après fonctionnent sans jeu ni faux-contact et surtout un clavier de 5 octaves d'un confort de jeu exceptionnel, semi-lesté à la perfection, avec une course et une réponse des notes parfaites que l'on veuille jouer en staccato rapide ou planter des accords planants. Bien sûr, on est à l'époque où les curseurs et autres potentiomètres disparaissent des instruments électroniques et le D50 n'échappe pas à cette mode spartiate. Mais son interface reste cependant agréable, notamment grâce aux touches de fonction directement sous l'écran.

Parlons de la synthèse ensuite. A l'époque, pour la désigner, les as du marketing de Roland avait choisi "Linear Arithmetic" sans doute parce qu'au Japon, on pensait que cela fait rêver de faire de la musique avec des formules mathématiques. De quoi s'agit-il en fait dans le jargon contemporain de 2018 ? De deux techniques de synthèses combinables à l'envie : un Virtual Analog d'une part et de la lecture d'échantillon d'autre part. Le son du D50 a beaucoup marqué à l'époque à cause de la seconde : la lecture d'échantillon n'en était en effet qu'à ses début, et le D50 s'est massivement démarqué des sonorités dominantes d'alors, analogiques ou FM du DX7, par son aptitude à intégrer ces attaques très naturelles échantillonnées, notamment pour les percussions primitives, les choeurs, les ambiances, les bruitages, tout en fondant ces échantillons dans un parcours de synthèse de type analogique. Loin de moi l'idée de renier cette dimension majeure de l'aura digitale du D50 dans les années 1990, mais 30 ans après, ce qui m'impressionne le plus dans le D50, ce n'est évidemment pas cela : c'est bien davantage la qualité remarquable de son moteur de synthèse virtuelle analogique.

Il faut acheter le D50 pour ce moteur VA, programmé il y a 3 décennies, absolument bluffant tant dans ses caractéristiques brutes (jusqu'à quatre oscillateurs par patch) que par l'extrême musicalité des simulations de filtres, d'amplification et de modulations. Le tout transite ensuite dans un multi-effet numérique, grande première également en 1987, et permet d'ajouter au son si on le souhaite, chorus et réverbe, avec une signature sonore digitale très typée mais qui donne une belle coloration, presque chaleureuse, aux sonorités déjà fantastique qui sortent du VA. La richesse des paramètres est vaste et évidemment, l'interface réduite rend la programmation de sonorités assez fastidieuse sur le clavier lui-même, même si c'est objectivement infiniment plus faisable qu'avec un DX7. En revanche, si comme moi vous avez la chance d'avoir un PG 1000 (le programmateur optionnel), programmer le D50 redevient un vrai plaisir jouissif, avec à la clé une palette sonore extrêmement vaste, délivrée dans la chaîne sonore via des convertisseurs D/A d'une qualité et d'une dynamique remarquables. La présence du D50 dans le mix est vraiment impressionnante et on n'a pas besoin d'en rajouter, bien au contraire. Ainsi équipée, non seulement la qualité de son émulation analogique n'a vraiment rien à envier aux machines contemporaines, mais la pêche et la présence sonores sont nettement plus impressionnantes. Il faut juste contourner l'absence de potards, en utilisant par exemple des pédales pour jouer en direct avec le filtre, la résonance ou le fréquence des LFO pour aller jusqu'au bout du potentiel de l'émulation.

Alors ringard, dépassé le D50 ? Rien de plus injuste. C'était en fait le premier des Virtual Analogs, catégorie fort bien vivante aujourd'hui. Oubliez juste les presets d'usine et, si vous n'aimez pas programmer, procurez-vous une des innombrables banques sonores de qualité, comme l'exceptionnelle 'Analog Power' de Sven Godijn, et n'oubliez surtout pas de baisser les cursuers de monitoring car en une seconde, l'évidence s'imposera dans vos oreilles, dès que son écran LCD jaune se sera illuminé, et que vous aurez plaqué 3 accords. Et là je prends le pari que comme chacun redécouvrant un vrai D50, vous n'êtes pas prêt de laisser vos doigts quitter son clavier et que vous aurez du mal à vous empêcher de sourire de plaisir grâce à sa présence, sa dynamique et sa musicalité intemporelle !

Cultissime. Tout court et non sans raison !
sechouille08/04/2018

L'avis de sechouille"un synthé qui a marqué son epoque"

Roland D-50
Ah le D50…ça fait des lustres que je l’ai, et je n’avais jamais donné d’avis sur cette vieille machine vintage.
Le 1er vrai synthé numérique, a synthèse soustractive, qui tienne la route (je ne parle pas de yamaha DX et casio CZ, que je ne considère pas trop) avec sa double synthèse :
-un vrai synthé numérique avec des formes d’ondes classiques carré et dent de scie (DW), ancêtre des Virtual Analog commercialisés fin des années 90…quoique avec le PG-1000, le concept reste identique.
-un Rompleur, limité, puisque les échantillons (PCM) ne passent pas a travers le filtre.
Il a une architecture de dingue pour l’époque avec ses 3 LFO et ses effets intégrés.

Le D50 est solide, tout en métal, agréable à utiliser (clavier semi lesté), alimentation intégrée, et il a un look spatial.

D’un point de vue architecture, c’est du classique Roland : 4 oscillateurs (en mode 2 layers Upper & Lower), On peut, sur un même layer, mixer les 2 types de synthèses (DW et PCM), suivant 7 algorithmes différents.
La polyphonie est de 16 notes lorsqu'on utilise 1 seul des 2 layers, mais celle ci tombe à 8 notes lorsqu'on utilise les 2 layers en même temps.
Le filtre n’est pas multimode, c’est un filtre Passe Bas résonant, à 4 pôles, qui ne fonctionne qu’avec les 2 Digital Wave.
La « matrice de modulation », limitée, mais normale pour l'epoque, est assurée par 3 LFO, assignables et proposants les formes d’ondes classiques dent de scie, triangle, carré et random
Le filtre et l’amplificateur possèdent des enveloppes à 5 segments, A noter que chaque oscillateur possède sa propre enveloppe, soit un total de 4 enveloppes pour le filtre, et 4 autres pour l’amplificateur
La section effet, propose 32 reverbs et 7 chorus.

Sur le papier, le D50 est un joli bébé, full option pour l’époque, mais assez compliqué à programmer sans le PG 1000, car il faut passer de menus en menus, et chaque page propose plusieurs paramètres a modifier. Avec le PG-1000, plus d’inquiétudes de ce coté là.
Le D50 est un Must à avoir, et il est extrêmement abordable de nos jours. Reste a en trouver un en bon état.
Deesnay26/03/2018

L'avis de Deesnay"LE synthé de la fin des 80's"

Roland D-50
Ce synthé, c'était du lourd.
La synthèse pouvait se faire à partir de formes d'ondes basiques à modeler, ou à partir de samples, un patch pouvant combiner quatre sons. Cela donnait de grandes possibilités de synthèse, que ce soit pour reproduire des sons existants ou pour en créer de nouveaux.
Ceci dit, malgré sa banque d'échantillons, le D-50 ne permettait pas vraiment de reproduire des sons acoustiques : aucun piano ni piano électrique digne de ce nom, par exemple.
Il s'agissait je crois d'un des premiers synthés intégrant des effets tels que chorus et réverb. Il proposait également différents modes d'accordage, y compris une échelle inversée, avec les graves à droite et les aigus en bas.
Certains sons d'usine étaient mythiques et reconnaissables dans les productions de l'époque.
On pouvait stocker 64 patches supplémentaires sur une carte mémoire (hors de prix par rapport à sa capacité de stockage en Ko...), mais c'était une autre époque. Dans des magazines ou des livres spécialisés, on trouvait des programmes, imprimés, à saisir soi-même pour obtenir des nouveaux sons : des données informatiques diffusées sur support papier !
L'ergonomie était assez bien faite, avec un écran large, et quelques boutons qui permettaient de se promener assez facilement dans les multiples sous-menus.
sbn 3113/12/2015

L'avis de sbn 31"Un bon toutou"

Roland D-50
Fidèle compagnon qui dors près de la cheminée, une caresses, 2,3 croquettes sysex. Bientôt 30 ans de services et ça bronche pas.

Présentation

Légende des années 80 qui a contribué à écrire toute une page de la musique électro, synthé pop, house, newbeat, dance, garage, techno... Mais aussi bon nombre de musiques de film, de pub, et une pléthore de génériques TV et jingles en tout genre...

Outre l’attrait du collectionneur l'intérêt d’acquérir un D-50 de nos jours réside dans le fait que le rapport qualité / prix est très bon (d'occase dans les 200euro). Veillez a ce que le clavier soit en bon état, l'after-touch fonctionne, qu'il n'y a pas de souffle anormal en sortie, fluidité du pitchbend. D'autre part le mode diagnostic permet de tester toutes fonctions et de desseller des pannes éventuelles, pratique avant d'acheter.

Le son

Il faut vraiment se rendre compte de la patate et de la dynamique incroyable et l'expressivité. Bonne présence c'est ample et pas de sensation numériques désagréable comme dans beaucoup de synthés recents. Surnommé la pad machine il excelle dans les pads et synth strings, mais également les synthé brass, les leads façon oberheim à la Jump!, et les basses, les orgues et keyboards typé 80 sont pas mal non plus. (cf demo en bas de page)

Le gros avantage c'est qu'on trouve une immense variété de son sur le web, avec des collections de 50000 patches pour D50 par exemple...
Des logiciels comme D50 librarian (gratuit) ou Midiquest, permettent de créer des libraires de patches, d'éditer les patches en temps réel sur le synthé, et de transférer les patches depuis et vers le D50 via l'interface midi en message sysex.

La programmation

La programmation est simple , c'est de la synthèse linéaire (LA), le principe c'est d'utiliser des micro samples PCM pour générer l'attaque d'un son (différents timbre cuivre, string, piano, claviers...) ensuite un oscillateur prends le relais pour générer la suite du son.
Concrètent un patche de D50 est constitué de 2 parties (partial). Chaque partie peut avoir 7 structures (algorithme) différentes déterminant comment le son est généré par des combinaisons entre 2 oscillateurs, 2 lectures de sample PCM, et un ring modulateur. Le diagramme imprimé sur le synthé permet de bien comprendre. On peut modifier balance entre les 2 parties avec le joystick c'est pratique)

Utilisation avec un controleur est possible mais dil faut un contrôleur capable d'envoyer du sysex (roland Pg1000, bitstream, kenton..) car il n'accepte pas les messages control change (Midi CC).

Il existe :
- une version rack : Le roland D550
- un contrôleur midi dédié le PG1000
- une carte d’extension multitimbrale 4 parties 'M-ex expension board' qui triple également la capacité de patches mémorisable à 192. (plus d'info ----- http://www.musitronics.org/products/d50_d550_mex_e.html)


Les points positifs

- Le son pêchu, la dynamique, dans tous les registres (grave, medium, aigu), la variété des timbres.
- Les pads et les brass.
- Le rapport qualité/prix de nos jour.
- La quantité de patches disponible via le web.
- L'édition simplifié des patches via PC et software.
- La conception robuste en metal, qualité du clavier.
- L'aftertouch.
- Le pitchbend latéral bien pour les solo type gratte.
- L'objet de collection, la légende.
- La transposition du clavier simple et rapide, bien en live.

Les points négatifs

- Les sons type piano acoustique.
- Les sons percussifs en général sont pas top.
- L'Edition sur le synthé à l'ancienne et un peu laborieuse mais avec un thé un dimanche pluvieux c'est sympa.
- Filtre non résonant, mais on peut toujours y brancher un filtre analo résonnant externe en sortie.
- Il est lourd à trimballer.
- Le fait qu'il n'y ai pas un bouton accessible direct pour activer / désactiver l'effet.
- 64 patches en interne seulement, le double avec une carte mémoire

Demo du D50 (j'adore ce mec !)
FabRock5201/12/2015

L'avis de FabRock52"Légendaire !"

Roland D-50
Un avis de plus sur ce clavier mythique ! Acheté d'occasion à un mec qui voulais le mettre aux ordures, il possédait quelques anomalies (touche cassée, pas d'afetrtouch). C'est le premier clavier que j'ai eu et je dois dire que je n'es jamais été déçu. Les sons sont typiques de cette époque et reconnaissables parmi tant d'autres ! Utilisé en répet et sur scène, même après presque 30 d'existance, la bête assure toujours autant. Clavier robuste, donc poids conséquent. 64 sons d'usine + 64 sur carte mémoire externe, répartis en différents patches et banques. Possibilités de brancher des pédales d'expression, de chase ou portamento. Ce clavier est plein de ressources, l'édition des sons est toutefois assez complexe et les menus assez peu intuitifs à mon goût. Avec un PG 1000, ce problème est résolu. Je m'en sert beaucoup pour jouer des musiques d'époque, style Europe, A-ha,... et des musiques plus récentes aussi ! Branché sur un ampli Carlsbro Colt 65, le rendu des basses est satisfaisant, mes les nappes de violons sont moins précises. Dans l'idéal, ce clavier aurait été parfait si il avait disposé d'un arpeggiateur.

Un vrai plaisir de jouer sur ce clavier !
davardennes24/02/2014

L'avis de davardennes"Légendaire!!!"

Roland D-50
Tout a déjà été dit, mais bon, je vous fais son portrait par plaisir lol!!

"Roland D50" == Synthé légendaire qui enterre encore certaines bécanes par sa "chaleur et son grain"!

en clair:
L.A. synthesis (ou "Linear Arithmetic" - formes d'ondes analogiques mélangées avec des échantillons PCM).
Année de fabrication 1987
Clavier de 5 octaves sensible à la vélocité et à l'aftertouch, une molette de pitch bend servant également pour la modulation.
16 voies de polyphonie, 4 partiels (Chaque patch est composé de deux tones, "Upper" et "Lower", chacun d'entre eux étant lui-même composés de deux partiels).
64 presets + 64 presets sur carte (en option) et les sons édités peuvent être sauvés également sur cartes mémoire vendues en option elles aussi (au pire via sysex).
Effets reverb + chorus, et un petit joystick qui permet modifier la valeur de paramètres et également de jouer sur la balance entre chacune des deux voix et chacun de leur partiel.
Il possède des connecteurs Midi In/Out/Thru, deux sorties stéréo (une pour chaque voix), une prise casque ainsi que pour les pédales de sustain et d'expression.
ha oui j'oubliais, il est "Bi-timbral" et il est très bien comme ça!


UTILISATION

Manuel trouvé sur le net, facile d'utilisation, mais par contre pour l'édition c'est une autre paire de manches! La L.A. est une étude en soi, il y a heureusement quelques tutoriels sur le net, mais je suis toujours à la recherche d'un bon ouvrage qui je dois le dire m'aiderai bien.
Une fois le principe de la L.A. +- compris si vous voulez + d'aisance pour l'édition de vos sons, on peux encore trouver des PG1000 (contrôleur midi du D50 et D550) mais en vente à des prix ridiculement haut, à tel point que finalement les possesseurs de D50 ont fini par se tourner vers des programmes d'édition sur PC, ce qui n'est pas à l'avantage de ceux qui mettent en vente un PG1000 et qui pensaient détenir "LE" trésor du siècle!!!
(j'ai vu quelques annonces de PG1000 vieilles de + d'1 an, et le prix à tendance à descendre un peu chez certains)! perso si je voulais "vraiment" un PG1000, je mettrai peut-être 150 voir 200 € mais pas plus!! Merci à l'informatique de ramener sur terre les pieds de quelques olibrius!
Pour info, le Pc1600 Peavey contrôle également en midi le D50 de façon honorable.



SONORITÉS

Les sons: pour faire court, un son est composé d'une impulsion samplée et d'une onde digitale, vous équilibrez (jouez avec) les deux et ça fait le son du D50!
Ces sons bien que vieux, gardent un certain charme pour les nostalgiques ("Fantasia", "Soundtrack", "Pizzagogo" ou encore "Digital Native Dance", employés et re-re-re-employés par les artistes de l'époque), cependant le D50 pourraient encore je pense amuser certains jeunes qui ont envie de découvrir la L.A.
Hargh, oui le clavier est un peu fatigué après les décennies (pour la vélocité de 0-100 ça va, mais pour aller de 100-127 vous pouvez attaquer à la massue ou sauter à pied joint dessus)! par contre le synthé sonne à merveille et exprime son potentiel quand il est piloté depuis un bon clavier maitre. J'utilise pour cela un Cakewalk A800 pro qui a été modifié (clavier légèrement lesté) et en plus il est sensible à l'aftertouch, et là c'est un vrai régal!



AVIS GLOBAL

Certains sons sont des classiques, d'autres font un peu pouêt pouêt, mais dès que l'on passe à l'édition c'est d'office un autre monde!
Le D50 à un grain inimitable qui garde un certain charme malgré son âge!
D'un autre côté c’est un synthé qui a marqué une génération et qui à coup sûr fera le bonheur des collectionneurs et des vieux ados nostalgiques!!

Les + :
Un son, un grain, une époque.., La synthèse L.A.

Les - :
Construction un peu "cheap" par rapport à ce que Roland a déjà sorti, mais dans l'ensemble ça va encore je trouve (on as vu pire mais bon, comme toutes choses si il est bien entretenu et pas trop "malmené" il fera de longues années).
Parfois un léger souffle, mais c'est remédiable (Ses qualités font oublier ses petits défauts!).


_______________________

Il existe Le D-05 qui est la réédition du D50 et coûte plus de 350€ neuf, ne vous faites pas avoir, si des charognards essayent de vous racheter votre D50 pour moins cher qu'un D-05, refusez!!! Ils savent très bien que le D-05 n'est pas le légendaire D50!

Le D50 est une valeur sure en tant qu'investissement car de plus en plus rare en bon état, de plus il trouvera toujours une place dans un set!
Si vous avez la carte PN-D50-00 fournie avec c'est une garantie/valeur de plus (+-60-100€ mais déjà vu + cher sur certains sites)!
À long terme, le D50 ne sera pas seulement un investissement pour ses qualités connues dans le passé (1987) et les collectionneurs le savent $$$, ce synthé a marqué une époque et contribué à de nombreux tubes ne l'oublions pas!

starfred23/01/2013

L'avis de starfred"roland d-50 i love you "

Roland D-50
bonjour le roland d-50 rien na redire !!!
il est parfait dans sont fonctionement
acheté en 1989 jusqua ce jour il est super
pas de soufle -pas de misère quelquonque
les potar et les deux glisier sont nikel
les prise midi pas de jeu les jack aussi
et le panel aucun soucis l'afficheur non plus

UTILISATION

ultra simple mème sans le pg1000 pas besoin de ce truc

SONORITÉS

de la bonbe mème encore il as de la réserve sonnor surtout avec les carte
pa decoder j'en est deux et une m256 et sa carte d'origine pour recharger
ses sont d'usine car j'ai un peu programmer dans le passé

AVIS GLOBAL

si vous ètre comme moi , cad acheté neuf en 1989 soit 15000ff a l'époque
un bon conseil GARDEZ LE & aux chaud avec une petite couverture pour le
protégè de la poussiere , le miens est inpécable comme si je l'avais acheté
hier
Tin-Man05/09/2011

L'avis de Tin-Man"THE Synthé...."

Roland D-50
On ne présente plus le D50.
Pas super simple à éditer. Un son qui fait la différence avec les autres synthés. Même ceux sortis depuis.
On a un D50 comme on a une guitare qui va bien. On s'en sépare rarement.

De plus les Sysex sont faciles à trouver sur le net et les sons disponibles sont vraiment bons. Et surtout très exploitables. Toujours.

UTILISATION

Pas facile à éditer au premier abord.

Le manuel est nickel

SONORITÉS

Les sons présents + qq sons trouvés sur le net et roule... Nimporte quel type de musique peut trouver son bonheur.

AVIS GLOBAL

Je l'utilise depuis sa sortie (1987/1988)

Le +++ sur ce synthé = c'est le son ( c'est con comme réponse mais j'ai rien trouvé d'autre...)

Je referais ce choix sans hésiter.
Seith26/02/2011

L'avis de Seith"sa y est j'ai craqué !!!"

Roland D-50
clavier synthé 61 touches (pas tres longues) , touché leger permettant un jeu tres rapide
stick multidirectionnel
pitch bend/modulation
pour l'editer laisse tomber le pg-1000 dur a trouver et cher il existe un editeur freeware tres cool
gestd50...
polyphonie 16 voies (je crois)
effets minimum reverb / modulation


UTILISATION

la config est on ne peu plus simple , tout est assez accessible facilement sauf si les boutons deviennent capricieux
pour editer gestd50 nickel
le manuel ? bof j'en ai jamais ouvert un alors !!!


SONORITÉS

les sons me conviennent , bah oui ,je suis un vieux j'ai grandi avec le sons de ces vieilles becanes en leitmotif dans tout les tubes des années "80/90",les genesis et autres groupes de cette epoque ont archi utilisé cette machine sans parler de jarre , serra pour citer les frenchies mais aussi des tas de chanteurs pop , paul young etc....
les effets sont moyens mais a l'epoque on noyé pas tout dans la sauce fx comme maintenant
je preferre les pads et nappes et les sons digitaux
j'aime pas les flutes et les calliopes mais c'est pareil sur toutes les machines


AVIS GLOBAL

je l'ai eu pendant 3 ans jeune et je viens de le racheter (la crise de la quarantaine)
j'ai eu des tas de becanes de kurzweil a yamaha en passant par e-mu etc...
je vais pas raconter de bobars en disant que c'est la becane du siecle avec un son de ouf!!!!
c'est une machine coup de coeur au son athypique et pechu mais ceux qui n'ont pas la culture de son passé n'adhererons peu etre pas . un clin d'oeil au passé
de ce glorieux synthé pére des series rolands dont le panel de sons a longtemps portes l'heritage sonore du d-50
rapport qualite prix sans importance puisque c'est sentimental
grace a gestd50 la gestion des sysex est pepere et il est facile de se concocter de bonne banques,ce qui est sur c'est que dans ce style de sons il est intouchable j'ai passé bien des becanes et plugs mais rien ne sonne comme le d-50 il est tres type et c'est pas simple de reutiliser ces sons en musique actuelle je dirais meme improbable je vois pas du tout un d-50 dans une prod techno ou hiphop (en fait je vois rien la dedans :lol)par contre vieux brisquard ou jeunot en mal d'un vangelis,ah.aah,depeche mode etc.....couplé avec un dx7/dx7II vous serez teleporté dans les eighties avec un gros risque de ne plus revenir dans la realité musicale actuelle qui telle les jeux videos ou cinema n'est que poudre au yeux , sans ame , sans vie juste technique .
je l'ai place derriere un ws ex et mon pc3 en clavier et la je dois dire qu'il fait mouche distribuant ses sons en arriere il permet de donner de la release , du crystalin, il s'integre tres bien avec le ws bien mieux que je ne l'aurais cru en fait , je retrouve des sons a la vangelis (rhodes,nappes,sons digitaux) , tout seul c'est chaud mais couplés avec d'autres machines ça le fait vraiment.....
TROIS JOURS APRES.....
j'ai essayé des tas de sysex et bord...!!!!.c'est dingue ce synthé est vraiment bien je replonge a un tel point que je touche plus mes becanes recentes c'est con ce truc vous prends le chou et la magie opere je viens de lui achete un dx7II/fd son rival et les deux ensemble sa crache trop bien super eigthies mais trop bon......
pour finir je dirais que ces synthes rentrent tres bien dans les mix du fait de leur image stereo moins ample que sur les synthes actuels de nos jours on a des sons presques masteurisés dans les babasses du coup quand on mixe c'est la bouillie numerique les vieilles becanes donnaient un son brut de decoffrage et le mixage permettait de mieux placer les instrus , mais c'est un avis qui n'engage que moi......