Techniques de Chant
Forums thématiques Techniques de Chant
  • Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer

Le guide de l’enregistrement - 90e partie

Bien débuter Le chant, ou l'art de l'interprétation (2ème partie)
  • J'aime
  • Tweet
  • +1
  • Pin it
  • Mail

Comme nous l'avons vu précédemment, le chanteur en tant qu'interprète peut être assimilé à un comédien. Seulement voilà, contrairement à un "acteur classique", ce dernier ne dispose que de sa voix pour faire vivre son personnage dans le cadre de la production phonographique...

En effet, aucune gestuelle ne viendra ici appuyer son propos auprès des oreilles de l'auditeur. Quant à son éventuel jeu de scène habituel lors de performances live, il risque fort d'être contrarié par les impératifs techniques de la prise de son… Mais alors, que peut donc faire notre artiste afin d'incarner au mieux son rôle dans de telles conditions ? C'est ce que nous allons voir…

Interprète, interprète, cuillère…

Vous connaissez certainement tous cette pseudo légende urbaine racontant que les agents de télémarketing ont pour consigne de sourire au téléphone, car cela s'entend et met donc l'interlocuteur dans de bonnes dispositions pour acheter le moindre produit plus ou moins bidon qu'ils ont à fourguer. Je ne sais absolument pas si c'est vrai, mais pour moi une chose est sûre, à chaque fois que j'entends la voix de ma compagne au téléphone, je peux dire à coup sûr si quelque chose la contrarie ou pas. Arrêtez-moi si je me trompe, mais je suppose que vous avez également déjà eu ce genre de sensation, non ? Par conséquent, nous sommes d'accord sur le fait que l'humeur d'une personne peut s'entendre dans sa voix, n'est-ce pas ? Or, l'humeur se traduit également très clairement dans les expressions faciales de tout un chacun, à savoir pour schématiser rapidement : le sourire pour la joie, les larmes pour la tristesse ou le froncement de sourcils pour la colère. Eh bien j'affirme que l'inverse est tout aussi véridique : les expressions faciales peuvent induire telle ou telle humeur !

Vous ne me croyez pas sur parole ? La prochaine fois que vous êtes gai comme un pinson, essayez donc de vous forcer à faire la moue ou d'adopter un regard de glace pour voir si votre gaieté survit longtemps l'exercice, vous m'en direz des nouvelles ! Au passage, petit conseil d'ami : lorsque vous avez le moral en berne, appliquez donc la recette inverse et forcez votre sourire. Ça ne sera pas forcément évident au début et ça ne vous transformera pas non plus en ravi de la crèche en un clin d'oeil, mais je vous assure que votre baisse de régime durera moins longtemps.

Bref, le corollaire de toute cette histoire, c'est que vous pouvez aisément mettre à profit ce phénomène lors des prises de voix. Afin de transmettre les émotions souhaitées plus facilement, l'interprète peut essayer d'adopter les expressions faciales adéquates aux moments opportuns du titre en cours de production, ce qui orientera son humeur dans la bonne direction à chaque instant et cela se traduira concrètement dans sa performance vocale. Cela le laissera peut-être circonspect de prime abord, mais je vous promets qu'il s'apercevra très vite que ça lui permet de mieux rentrer dans la peau du personnage, ce qui ne manquera pas d'améliorer le rendu final. Personnellement, pour les cas les plus difficiles, j'utilise une petite astuce qui consiste tout simplement à ajouter des annotations marquant l'émotion recherchée directement sur les paroles que je vous ai conseillé d'imprimer il y a deux semaines de cela. C'est peut-être bête comme chou, mais ça fonctionne.

Alors je sais, normalement le chanteur n'a évidemment pas besoin de tout cela, surtout s'il est également l'auteur du texte. Ceci étant, il faut bien garder à l'esprit que l'enregistrement en studio n'est pas réellement une expérience que l'on pourrait qualifier de "naturelle". Du coup, les musiciens non rompus à l'exercice peuvent facilement perdre leurs moyens lors des prises. Ce genre de petite astuce peut réellement changer la donne et ne prend pas tant de temps que cela à mettre en place alors pourquoi s'en priver ?

← Article précédent dans la série :
Le chant, ou l'art de l'interprétation (1ère partie)
Article suivant dans la série :
Le chant, ou l'art de l'interprétation (3e partie) →
Réagir à cet article
  • J'aime
  • Tweet
  • +1
  • Pin it
  • Mail