Prise de Son & Mixage
Techniques du Son Prise de Son & Mixage
  • Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer

Le guide du mixage — 105e partie

Bien débuter

Les alternatives à l’automation fonctionnelle

  • J'aime
  • Tweet
  • +1
  • Pin it
  • Mail

Suite à la lecture de l’épisode précédent, les plus malins d’entre vous se sont sans doute rendu compte que le genre de problèmes résolus via l’automation fonctionnelle pouvait se régler autrement. Voyons donc aujourd’hui ce qu’il en est…

Walternate

Pour illustrer le sujet du jour, reprenons les deux exemples de la semaine dernière. Dans le premier, il était question d’automatiser le filtrage des graves d’une guitare folk pour faciliter l’articulation entre les passages avec ou sans basse. Une autre façon d’obtenir le même rendu se résume à utiliser un égaliseur dynamique disposant d’un circuit de sidechain externe. En effet, en insérant cet EQ sur la piste de guitare et en pilotant le filtrage du bas du spectre via le sidechain nourri par la basse, nous obtenons un résultat similaire. Attention toutefois à régler finement les constantes temporelles ainsi que la plage de fonctionnement de l’égalisation sous peine d’obtenir un rendu pas vraiment naturel.

Dans le deuxième cas, il s’agissait d’automatiser le seuil d’un compresseur ou le volume de piste avant ce dernier afin de rendre la compression plus transparente lors des plus hautes crêtes. Ici, une solution alternative consiste à utiliser un autre compresseur en amont et de le régler de façon à ce qu’il ramène gentiment les fameuses crêtes problématiques à un niveau plus adapté au traitement du compresseur suivant.

Pour conclure ce paragraphe, sachez que la majorité des cas d’automation fonctionnelle peuvent être résolus d’une façon alternative pour peu qu’on se creuse le ciboulot.

Bonnet blanc et blanc bonnet ?

Du coup, y a-t-il une façon de faire meilleure que l’autre ? Oui et non, cela dépend des habitudes de travail de chacun, des situations ainsi que des outils à votre disposition.

Automation Compresseur

Personnellement, je suis un adepte du « less is more » et je préfère donc avoir recours à l’automation autant que faire se peut, le rendu sonnant plus naturel à mon oreille. De plus, tout le monde n’a pas toujours à disposition le bon plug-in qui va bien pour traiter tel ou tel problème, par exemple un plug-in d’égalisation dynamique avec sidechain externe. Sans parler de la manipulation de ce genre d’outils qui n’est pas foncièrement des plus évidentes… Gardez à l’esprit que ces plug-ins complexes peuvent engendrer de graves dégâts lorsqu’ils sont mal utilisés. Bref, l’automation fonctionnelle est à mon sens la réponse à privilégier en priorité.

Néanmoins, dans certaines situations, cette solution n’est pas réellement la plus adaptée à mon humble avis. Par exemple, dans le cas de la compression précédemment évoquée, si le nombre de crêtes posant problème est trop important, cela prendrait certainement beaucoup trop de temps à régler à coup d’automation. Dans un objectif de maximisation de la productivité, l’emploi d’un deuxième compresseur me semble ici beaucoup plus judicieux.

En définitive, et comme souvent en matière de mixage, le choix d’une façon de faire en lieu et place d’une autre n’a pas de réponse claire et définitive dans l’absolu. Je vous invite donc à gérer cela au cas par cas.

La semaine prochaine, nous aborderons le deuxième type d’automation : l’automation que je qualifie d’artistique.

← Article précédent dans la série :
L’automation fonctionnelle
Article suivant dans la série :
L’automation artistique, ou le retour du film de votre mix →
Réagir à cet article
  • J'aime
  • Tweet
  • +1
  • Pin it
  • Mail