Accordéons
Instruments à Vent Accordéons

Tutoriel : Remplacement des bandes d'usure de soufflet

Par berl le 19/09/2012 - (Tout public)

Le soufflet d’un accordéon est une pièce emblématique de cet instrument, même s’il n’est là que pour brasser de l’air... pièce emblématique, mais aussi capitale !
Un soufflet est une pièce fragile d’un accordéon : il est construit principalement en carton, d’un carton spécial appelé “carte de Lyon”. Il est aussi fait de cuir, de tissu et de coins métalliques.

Vous comprendrez aisément que le soufflet, en carton donc, n’aime guère l’humidité, et non plus les chocs : c’est une structure qui est en équilibre, un carré de carton devant se déformer dans le sens du pliage et rester néanmoins rigide et rectangulaire ... tout en ne tenant que par des coins métalliques sertis sur des pointes de carton !!!

Donc, si par malchance un coin ou un pli de votre soufflet était abimé, il faudrait le faire réparer au plus vite ! Un soufflet se répare, s’il n’est pas trop dégradé, mais il ne faut pas continuer à jouer car ça aggraverait rapidement les dégâts et rendrait alors le pauvre soufflet irréparable. A titre d’information, un soufflet neuf d’accordéon coute entre 150 à 300 Euros, voire parfois plus pour les chromatiques ou les dimensions exotiques...



Un soufflet s’abime au frottement, contre les vêtements, les boucles de ceinture ou des courroies de l’instrument, les boutons de chemise ou de jeans, pendentifs divers.
Pour éviter de le voir continuellement se dégrader, les fabricant ont mis sur les plis extérieurs du soufflet une bande, généralement en tissu, qui s’appelle “bande d’usure”. Comme son nom l’indique, c’est elle qui s’use au frottement et sa particularité est de pouvoir être remplacée. Mais cette bande d’usure a aussi pour but d’embellir le soufflet, et elle est souvent en un tissu résistant, mais aussi moiré, brillant (ou non), parfois imitant le cuir et, sur les concertinas anglais par exemple, en véritable cuir.  Vous trouverez différents noms pour ces bandes :

  • Bande d'usure (le nom que j'utilise)
  • Bandelette de protection
  • Dermoïde
  • Ciré (et pas si / ré ! )
  • Bande de protection de soufflet
  • Bande de garniture pour soufflet
  • Garniture de soufflet
  • Bande martyre...


Des soufflets économiques font l’économie de bandes d’usure en tissu, en les remplaçant par des bandes d’usure en papier, qui portent alors très bien leur nom : elles s’usent en effet rapidement, donnant par là au soufflet un aspect pour le moins miteux. Et après des années de loyaux services, les bandes en tissu jettent aussi l’éponge, et il faut alors les changer.

Comment ? C’est là l’objet du tutorial !

Sachez d’abord que, pour faire refaire un soufflet avec des bandes neuves, c’est relativement cher chez un réparateur, non à cause du prix de la bande, mais à cause du temps que ça prend : c’est un boulot facile, mais minutieux et chronophage.


Pour le faire vous-même, il faut vous procurer de la bande d’usure, chez votre luthier habituel ou par correspondance, ça ne coute pas bien cher. Pour faire un soufflet de Hohner 2915, par exemple, il vous en faudra 17 mètres (en ayant du rab’). Mais il suffit de mesurer le périmètre du soufflet et de multiplier par le nombre de plis pour avoir la longueur correcte.

Rien ne vous empêche de ne refaire que les parties abimées du soufflet, bien sur.
Il va vous falloir de la colle blanche vinylique (colle à bois prise rapide, j'utilise une colle à parquet qui donne d'excellents résultats) et impérativement ce type de colle (vinylique), qui vous permettra, éventuellement, d’enlever un jour les bandes usées à leur tour. Il va vous falloir aussi une petite spatule crantée, pour étaler correctement la colle et éviter d’en mettre partout.

Vous voilà en possession des fameuses bandes. Un coin de table protégé d’un journal, et commencez par enlever les bandes usées. Celles en tissu s’arrachent facilement, celles en papier plus laborieusement. Défense d’utiliser le décolleur à papier peint !!!

Puis préparez les bandes d’usure, en les coupant à la bonne longueur toutes ensemble d’un même coup de cutter, si possible. Pour faciliter l’opération de pose, vous pouvez aussi les plier en deux dans le sens de la longueur (comme elles seront posées sur le soufflet, c’est à dire le côté décoratif à l’extérieur) avant de les encoller.


L’encollage est simple, mettre un trait au centre de la bande et l’étaler sur toute le surface avec la spatule crantée, ensuite mettre la bande en place, en ayant soin de la centrer correctement entre les deux extrémités du pli de soufflet. Utilisez un chiffon, ou de l’essuie-tout pour enlever l’éventuel excès de colle. Fermez le soufflet durant l’encollage de la bande suivante.

Repérer le sens du moirage le cas échéant pour mettre les autres dans le même sens. La première bande est facile à poser, mais les autres le sont moins... il faut aligner rigoureusement les extrémités pour que l’aspect final soit parfait ! Et faire très attention au sens du moirage (sur le pli, ça donne l’impression de petits demi-cercles concentriques) qui doit être respecté.

Voilà, il vous restera à la fin les bords des soufflets, et comme ceux-ci sont en général collés sur des flasques en bois, il faut alors couper une bande pour la rendre moins large. Ce dernier pli est plus difficile à mettre, pour ma part je le colle en deux fois, le sommet du pli d’abord et, une fois la colle sèche, le flanc du pli en l’encollant “au doigt” par dessous.

Bon courage, et alignez-moi bien ces bandes d’usure, je n’veux voir qu’une tête wink

Bernard Loffet

  • J'aime
  • Tweet
  • Partager
  • Mail