blackle 19/06/2011

Nagra VI : l'avis de blackle

5

  • J'aime
  • Tweet
  • Partager
  • Mail
Le Nagra VI est un enregistreur 6 pistes, enregistrant sur disque-dur et/ou carte Compact Flash. Il dispose de 6 entrées analogiques dont quatre pré amplifiées pour micro qui sont bien entendus switchables en niveaux ligne.. Pour ma part, j'ai tout de même un petit regret, c'est qu'il n'y ait pas deux préamplis supplémentaires pour effectuer des prises multicanales avec des systèmes types Holophone ou DPA 1500, nécessitant au moins 5 entrées micro pour l'enregistrement du 5.0, c'est vraiment dommage..

Deux entrées numériques (format AES/EBU) sont également proposées en lieu et place des entrées analogiques 5 et 6, elles sont switchables via le soft de la machine. Au niveau des sorties, on dispose de 2 sorties casque, d'une sortie haut parleur, qui est une réduction mono, d'une sortie AES/EBU en XLR et deux autres par le sub-D, et enfin d'une sortie stéréo symétrique appelée Mix. Le disque IDE d'origine fait 120 Go de capacité. Encore un petit regret, avec l'absence d'un graveur de DVD/BRD d'origine comme pour ses confrères de chez Sonosax et AATON, pourtant bien utile sur un tournage, ou en fin de journée si on ne dispose pas d'un ordinateur pour décharger les sons, ça arrive plus fréquemment qu'on ne le pense.. sur ce point Nagra propose un support de gravures externe via l'interface USB, mais à mon avis ça ne remplace pas la praticité d'un truc intégré à l'appareil, car personne n'a envie de se trimbaler divers périphériques externes, qu'on peut de plus oublier d'emporter dans la précipitation.

Côté routing Nagra fait simple, peut-être un peut trop d'ailleurs.. Il n'est pas possible de doubler l'enregistrement d'une même entrée sur deux pistes simultanément avec des traitements de filtrage ou de limitation différents, ou autres acrobaties parfois nécessaires. Par contre il est bien entendu possible d'enregistrer un prémix des 4 entrées post-gain sur par exemple les pistes 5 et 6, via une petite page dédiée présentant des panoramiques pour les 4 premières entrées. Il est alors possible de fournir un prémix bipiste perche/statiques par exemple pour le cinéma ou instrus/ambiance en enregistrement musique. Côté mixage, il est bien sûr possible de mixer les 6 entrées vers la sortie stéréo principale.

Dans le menu du soft une page permet de définir sur quoi agissent les 4 potentiomètres de la façade. Ils sont assignés par défaut au gain d'entrée, il est possible de les désactiver, ou de les définir en « mix gain », c'est à dire pour définir le niveau envoyé dans le prémix évoqué plus haut. En pratique, ce système permet certaines « fantaisies » comme de contrôler le gain d'entrée de la piste 1 avec le potentiomètre 1 tout en ajustant le « mix gain » de cette même piste dans le prémix avec le potentiomètre 2. Ceci dit, les limites sont vites atteintes, le nombre de potentiomètres n'étant bien entendu pas extensible.. Dans un monde idéal, 8 potentiomètres auraient permis d'assurer les gains d'entrée tout en offrant la possibilité de contrôler les niveaux d'un prèmix/mixdown, mais là, 4 potentiomètres, on est très vite limité si on utilise plus de 2 sources..
Nagra comme tous ses confrères a implémenté un dématriceur M/S pouvant agir sur les paires d'entrée 1 et 2 et 3 et 4, et n'affectant bien sur que le monitoring casque, à moins d'avoir choisi le mode « monitoring output » proposé pour la sortie MIX.

Je l'ai utilisé en enregistrement musical d'un piano acoustique et d'un ensemble de cuivres (très stylé jazz). La partie préamplification de ce Nagra est de très très haute qualité et d'une transparence absolue, et ne génère pratiquement pas de souffle même à gain très élevés. La conversion analogique vers numérique semble être de très haute qualité également (je n'ai que mes oreilles pour juger) mais à ce niveau de performance, il faudrait presque démonter l'engin pour étudier les circuits de préamplification et de conversion, et réaliser des mesures scientifiques avec divers appareils dédiés et réservés aux services de maintenance ou aux industriels. Mais si on fait confiance à ses oreilles, sur ce point c'est un sans faute!