Akai X7000
+
AKAI Old School 12/02/2019

Akai X7000 : l'avis de AKAI Old School

"Nostalgie, quand tu nous tiens..."
4

  • J'aime
  • Tweet
  • Mail
Rapport qualité/prix : Correct Cible : Tout public
J'avais acheté ce sampler neuf avec la carte option SXM007-X OS V1.6 en 1986 chez Midi Musique à Marseille, j'avais économisé pas mal de temps et puis, le S900 était trop cher...
Alors, les S700 et X7000 (version clavier) représentaient une vraie opportunité!
En fait, ce sampleur n'était ni plus ni moins qu'un AKAI S612 multiplié par 6. (Et x16 avec les carte d'extension ASK-70 ou SXM007-X) Alors là, c'était le coup du siècle! Mais en réalité, pas pour tout...
Tout d’abord, AKAI avait opté pour un lecteur de disquette peu commun, mais le développement de l'informatique à l'époque laissait place à toute l’imagination possible. Voyez : un lecteur de disquette spécifiques 2,8' (quickdisk) avec 1 seul son par face,c'était original! Mais peu pratique, car pour y arriver, il fallait une tonne de disquettes difficilement trouvables (déjà à l'époque), chères et peu fiables. En effet, quelque soit la marque de ces dernières (MAXELL, AKAI, ROLAND,...) elles n'étaient pas pourvues de volet protège piste et la lecture/écriture se faisait par magnétisme, à la façon des bandes cassettes, elles s'altéraient donc rapidement...Alors vint le sauveur : l'ATARI et ses prises MIDI!
J'avais donc opté pour un logiciel de dump midi, le AKAI PRO EDITOR de JCD (concepteur Jean Claude Dubois, de mémoire... )Super, les échanges se faisaient à leur rythmes mais sûrement, en tout cas bien plus rapide que les disquettes.
Ce sampleur épatait tout le monde à la fête de la musique en 1987 ( :bravo: ), c'était super de pouvoir looper des patterns de batterie, de nappes, de sons de voix (eh!,hou!,yehhh man!...)Et puis il avait la patate du 12 bits, ça envoyait.:bravo:
Mais il n'a pas eu le succès escompté par la marque. Son lecteur de quickdisk lui avait créé une tare bien handicapante et de toutes façons, il était dans l'ombre de ses grands frères, le s900, puis le s950 et le surdoué s1000...Sans parler ds autres marques, les Emax, S50 et autres Yamaha... Il fût donc ensuite oublié à tout jamais. Sauf pour quelques nostalgiques (comme moi, par exemple...).
Un avantage de ce sampleur, c'est une prise DIN à l'arrière de l'appareil qui permettait de filtrer les sons grâce à un branchement direct sur les syhthés AKAI de l'époques et compatibles, à savoir les AX73, AX60, ...Peu de gens ont utilisé cette possibilité, dommage, car très bien pensée et possibilités surprenantes.

Aujourd'hui, le X7000 peut faire rire certains, eu égard à ses performances devenues ridicules et son lecteur de disquettes la plupart de temps HS, rendant son utilisation impossible.
Pour l'apprentissage de la technique du sampling, il est idéal (presque scolaire).
Alors ne vous y trompez pas : pour peu que vous dénichiez un beau spécimen avec un lecteur QD en bon état, une boite de disquettes 2,8' neuves et l'extension SXM007-X, (voire un bon vieux AX60 pour "travailler" les sons), vous serrez j'en suis sûr, conquis!;)
nb : pour information, la carte SXM007-X possède le système de sauvegarde backup, càd qu'une fois le sampleur éteint, les sons restent en mémoire (6 au maxi, sur 16 sons)
L'option mémoire identique pour le s700 était la carte SXM007-S.

Musicalement, Bernard