Shure PSM 900
+
Shure PSM 900
dart 26/12/2019

Shure PSM 900 : l'avis de dart

« Top!  »
5

  • J'aime
  • Tweet
  • Partager
  • Mail
Rapport qualité/prix : Excellent Cible : Les utilisateurs avertis
J'utilise le système Shure PSM900 en remplacement du PSM700 de la marque, perfectible à mes yeux sous bien des aspects. Ce kit est censé protéger mes oreilles face aux hauts niveaux sonores dégagés par la façade, les retours et le batteur, en répète comme en live. Après des années à pratiquer la musique en groupe, je me suis aperçu que je développais des acouphènes.

Mes consultations chez différents ORL m'ont rapidement convaincu de la nécessité d'utiliser ce genre d'appareil. J'ai donc upgradé mon système en passant au PSM900. Comme dit plus haut, j'avais acheté auparavant le "petit" modèle (référencé ci-dessus) mais désireux de garder un contact avec les musiciens, l'ingéson et la foule, je ne l'avais pas beaucoup utilisé. Il faut avouer que le niveau de souffle était assez dérangeant et le rendu sonore plutôt moyen. Avec le modèle 900, rien de tout ça. Le niveau de souffle est grandement atténué et le rendu sonore plus appréciable.

On pourra regretter un niveau de sortie sur la prise casque de l'émetteur assez faible. Pour contrôler un mix en filaire, il faut clairement pousser le niveau au max et encore, le rendu ne me parait pas aussi bon que via l'écoute sans fil. En revanche, l'afficheur sur le récepteur de ceinture (P9R) est très chouette! On peut voir le niveau des deux piles LR6, requises pour le faire fonctionner, si l'écoute est mono ou stéréo ainsi que la fréquence utilisée pour émettre et recevoir le signal. Bon, à propos des piles, pensez à en avoir en suffisance parce qu'elles ne permettent pas de tenir plusieurs répètes! En allumage continu et à volume moyen, on peut tenir 3-4h, pas plus...

L'émetteur est bien pensé également. On a deux rangées de LED verticales qui montrent le niveau entrant. Les deux boutons poussoirs situés à l'extrême gauche du boitier permettent d'adapter le niveau de signal et ainsi rester dans la zone de tolérance (diodes vertes ou oranges, évitez de taper dans le rouge!). En haut de l'écran LCD on trouve le nom du preset et juste en-dessous la fréquence de transmission. Je pense qu'on a encore des informations sur le canal utilisé et la puissance d'émission ainsi que le type de signal (mono / stéréo).

Comme pour les autres sytèmes de la marque, il existe des équerres de fixation pour placer ce demi boîtier dans un rack 19 pouces. Pratique.

Par rapport au PSM700, on sent que ce système est beaucoup plus moderne. La présence des affichages LCD, des boutons poussoirs rétro-éclairés, le design, les LED,... Tout est résolument dans l'air du temps. Au niveau son, comme dit précédemment, on monte en gamme. Avec un bon casque (dans mon cas, un Earsonics S-EM6), on atteint des sommets.

Evidemment, le prix est en correspondance avec le produit mais d'occasion il y a parfois moyen de tomber sur de bonnes affaires, surtout dans le cas où les fréquences autorisées changent et que les boîtes de prod s'en séparent à prix d'or...

Petit à petit, on s'habitue à écouter la musique via ce genre de système mais au départ, ça peut être déroutant d'être isolé du reste de la troupe et du public. Passé les premiers pas, on comprend l'énorme intérêt d'être en mesure de gérer le niveau de signal entrant dans les oreilles ainsi que le confort d'écoute. En effet, avec ce genre de produit et un bon casque, on entend tout sans les problèmes acoustiques que l'on retrouve généralement dans les lieux fermés (fréquences de résonances, fortes réverbérations, effet de masque, etc). On évite aussi la fatigue auditive qui s'installe progressivement lors de longues répétitions bruyantes.

Au final, on a tendance à ne plus vouloir se séparer de ce genre de produit tellement il offre des avantages appréciables.

Pour les prestataires de services ou une utilisation fixe (club, café concert, etc), il est impératif de vérifier les fréquences autorisées lors de l'acquisition de ce genre d'appareil. En effet, les soucis liés à la TNT par exemple ou le risque de contrôle peuvent être deux sources de problèmes potentiels. Pour les musiciens "amateurs" qui se produisent dans des lieux différents à chaque fois, la mise en conformité semble plus relative, de ce que j'ai pu constater dans mon entourage dumoins...

Pour conclure, je dois avouer que je n'ai constaté aucun soucis de décrochage, quel que soit le lieu où j'ai utilisé ce système. Ceci dit, je me suis déjà vu refuser son utilisation par des régisseurs qui craignaient d'éventuels décrochages mais cela ne s'est produit que sur les rares scènes d'envergure que j'ai eu la chance de fouler.