Comparateur de prix
Petites annonces
  • Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer
  • Rss

Tous les avis sur Peavey T-40

  • J'aime
  • Tweet
Note moyenne :4.9( 4.9/5 sur 8 avis )
 7 avis88 %
 1 avis13 %
Cible : Utilisateurs avertis
Insatisfait(e) des avis ci-contre ?
moixjj12/05/2019

L'avis de moixjj"Basse costaude... pour les costauds. "

Peavey T-40
J'ai échangé récemment cette basse contre une Musicman de 94. C'est une Peavey T-40 de 1979 (pile mon âge) en finition noire avec le silet métallique, les micros de première génération et la touche en érable.
L'avis précédent de Greg L. illustre bien les caractéristiques particulières de l'instrument, je vais essayer d'éviter les redites.
Le manche: en 2 parties assemblées dans la longueur. Il me rappelle mes Ibanez ATK et ma veille Ibanez Blazer Bass. Plutôt massif, il est bien rond vers la tête et s'aplatit vers le talon. Les habitués de manche "Precision" seront dans leur élément. Accès aux aigus laborieux pour ma part. Silet de qualité et finitions soignées. En 40 ans, le manche n'a pris aucunes rides. Impressionnant, il pourrait être neuf.
L'accastillage: mécaniques lourdes mais précises et efficaces, aucunes traces dues à l'âge. Chevalet massif lui aussi en super état, qui donne un bon sustain. Une vis réglage pour régler la longueur des pontets et une vis pour la hauteur. Si ce n'est la gueule incroyable du bridge, du classique.
Le corps: BON! Je tiens à intervenir sur un sujet récurrent au sujet de cet instrument: le poids. La T40 à la réputation d'être extrêmement lourde... et bien j'ai été surpris de ne pas la trouver si lourde que ça. Bon c'est du costaud mais pour avoir joué sur bien des basses, je ne la trouve pas beaucoup plus lourde que certaines Thunderbird (Epiphone) ou vieilles Ibanez. J'ai eu en main des Gibson qui me paraissaient même plus lourdes. J'ai une des veilles versions sans chanfrein mais ça ne me gêne pas plus que tant. La basse est bien équilibrée et le corps résonne très très bien. Elle a subit bien des coups en 40 années et ça se voit mais la peinture tient le coup.
Les micros / l'électronique: Les micros sont des super ferrites. Ils sont vraiment géniaux à condition qu'on dompte l'électronique de la bestiole. Heureusement les potards sont numérotés et il y a un repère sur le pickguard... car c'est plus complexe qu'il y paraît. A première vue c'est du classique. Un volume et un "tone" par micro, plus un sélecteur et un inverseur de phase. Comme dit précédemment, avant 8 sur le volume, on est en mode double, après 8 on est en mode simple. Les deux micros sonnent super bien individuellement mais je ne suis pas très adepte du son quand les deux sont en parallèle, on perd du volume et de la patate. Les deux ont un son très fat, légèrement plus chargé de hauts médiums pour le chevalet de bas médiums pour le micro manche. le niveau de sortie est costaud sans être trop agressif. Je joue beaucoup plus sur le micro chevalet et je passe de temps en temps sur le micro manche pour certains passages histoire d'avoir un son dans les infra basses. Pour comprendre l'électronique j'au d'abord copié les settings que j'ai trouvés sur le net (qui copient le son de basses célèbres) avant de faire mon son perso: une grosse présence dans les basses et une bosse dans les haut mediums pour un bon gros growl Rickenbacker.
Je joue essentiellement au mediator dans un groupe de sludge-doom avec un petit zeste de grunge. Je joue sur 2 amplis Peavey MarkIII Bass/Musician et leurs 2 copains 2x15 de la même marque. Sur mon pedalboard j'ai 2 canaux avec pour chacun une OD et une Fuzz (Abominable Electronics et Arts in Bloodshed). Je ne changerais de setup pour rien au monde. L'électronique est très subtile pour une basse passive, et elle est au service d'un instrument fait pour le gros rock qui botte des culs.

loup9420/12/2017

L'avis de loup94"PEAVY T 40 SUNBURST USA 1983 une bombe!!!"

Peavey T-40
QUE DIRE DE PLUS!!!
Mes prédécesseurs ont déjà tout dit
achetée aux usa il y a deux ans cette collector a un son!!!
le seul hic le poids mais on s'y fait plusieurs concerts avec quelques potards qui craquent un peu de rouilles sur les vis et le pickguard qui ai gondolé mais qui se trouve facilement mais tout est d'origine! elle a sans doute besoin d'un bon nettoyage mais fonctionne a merveille!
je vous met une photo elle est bien évidemment sur la gauche j'ai également le flycase d'époque ultra rare!
Je me tâte a la revendre
rock on!
pipop5817/07/2016

L'avis de pipop58"OUbliez le reste..."

Peavey T-40
C'est un collector de 1974, une rareté introuvable qu'un blaireau m'à cedé pour pas cher, il savait pas ce qu'il avait dans les pattes...;)

Rien a y redire, sauf le poids, pour le reste, tout est dit dans le commentaires précédents.

J'ajouterai ceci : avec un peu de travail, on accede à TOUTES les sonoritées des basses connues et actuelles.
C'est une basse aux possibilités infinies pour un peu qu'on s'y donne la peine.
Et ceux qui diront le contraire s'annoncent : y'aura personne.

J'avais eu des basses, mais celle là, si vous en trouvez encore une, pas d'hésitation : appelez moi, je la prends pour ma colleque...

Point faible : ma FB double manche me harcèle pour l'essayer... Je craque pas...maissss

YESSSSSSSSS
eminent200016/07/2014

L'avis de eminent2000"Grosse basse pour gros son"

Peavey T-40
Tout a été dit dans les posts précédents. La mienne a une touche palissandre.

UTILISATION

Cf avis précédents.

Elle est effectivement très lourde, il faut une bonne sangle. Mais en jeu assis elle est parfaitement confortable.

Le manche est plus épais et rond que ceux de mes Luthman, mais on s'y fait.


SONORITÉS

Le son : puissant, brillant, particulièrement riche en mediums mais les basses décoiffent tout aussi, l'ampli demande grâce. Imaginez que vous jouez une basse montée avec des cordes de piano à queue, ou bien un Hammond B3 (le vrai, pas un clone) en bandoulière, c'est un peu ça la T-40. Un son très plein, très vibrant, percussif et chargé en harmoniques. Mais aussi très versatile selon les réglages : avec le micro manche et un petit coup d'équaliseur et on obtient très facilement un son énorme mais très sourd, à la Jah Wobble.

On trouve sur Youtube une vidéo démontrant les différentes possibilités sonores de cette basse, et son utilisation pour imiter une Precision, MusicMan ou Rickenbacker : intéressant, mais en fait cette basse a en toutes circonstances son grain propre. Ceci dit au mediator je ne prétends pas avoir le son de Chris Squire, mais avec le réglage "Rick" on s'en rapproche !

J'ai un cab 4*10 un peu fatigué, avec un HP qui grésille si on joue un peu fort : avec les autres basses ça passe, avec la Peavey ça ne passe pas, même à volume égal. Toujours cette richesse en harmoniques je pense.


AVIS GLOBAL

Je l'ai acheté suite à un concert de "Yes" où j'avais été bluffé par le son de Chris Squire avec sa Rickenbacker, ce son plus riche en medium et en harmoniques qu'avec ses autres basses. En furetant sur les forums anglophones j'ai découvert cette basse qui passe pour être la plus proche du son Rickenbacker, et reçoit généralement beaucoup d'éloges (mais certains ne l'aiment pas du tout...)

Le mot "énorme" est un peu galvaudé par les temps qui courent mais il convient bien à cette basse. Grande, belle, lourde, dense ; le niveau de sortie, le sustain, et le son : énormes.

Assez rare par chez nous mais facile à trouver sur Ebay US, c'est une super-basse vintage américaine au prix d'une Fender MIJ d'occasion. Cerise sur le gâteau : avec ça sur scène vous ne passez pas inaperçu.



Edit : je l'ai finalement vendue après quelques années parce que je ne l'utilisais pas beaucoup, jouant surtout en fretless, et après avoir essayé une Rickenbacker, je savais que je voulais une Ric et rien d'autre. Donc petite comparaison entre les deux maintenant que j'ai la Ric : les deux basses ont en commun cette brillance, ces beaux mediums brillants, cette présence vibratoire qu'on ne trouve pas ailleurs. La Peavey a plus de corps, de basses, c'est une arme de destruction massive, une Ric dopée à la testostérone. La Ric est plus légère, racée, élégante, féminine, aussi bien en lutherie qu'en son. Un peu comme Range Rover et Ferrari, en quelque sorte, ou Côtes du Rhône et Chablis.
RumbleBass15/12/2013

L'avis de RumbleBass"Poutre de classe internationale"

Peavey T-40
Tout à un peu été dit dans les posts précédents, et l'on trouve facilement d'autres infos sur le net...
Fabriquée par Peavey aux US de 1978 à 1985/86, plusieurs évolutions différencient les époques.
Corps en frêne du nord bien dense, en 3 ou 5 parties suivant les années.Finition naturelle satinée le plus couramment, noire, blanche également, et plus rarement sunburst, encore plus rare burgundy, et super rare bleue pailletée les dernières années.
Manche en érable 2 pièces, 20 cases, la touche n'est pas rapportée. Des modèles touches palissandre existent. Une version fretless existait également au catalogue la T-40FL. Sillet acier jusque 1983, plastique plus tard.
2 humbuckers et une électronique bien particulière. 2 volumes 2 tonalités, un sélecteur micros et un switch d'inversion de phase sur le bobinage sud du micro chevalet. 2 modèles de micros suivant les années. Les "toasters" de 78 à 81/82 puis les "blades" avec l'aimant apparent. Le fait est que les blades ont donc l'aimant un peu plus près des cordes, leur sonorité en est un peu plus brillante, le volume de sortie est un peu plus puissant, mais au prix d'avoir le désagréable claquement des cordes contre les aimants des micros si vous bourrinez un peu trop...pour avoir les deux, les toasters ont déjà bien assez de brillance et de mordant. A noter que certains derniers blades ont tendance à casser leur bobines à cause d'une conception plus économique. Attention au moment d'un démontage éventuel de l'électronique.
Un gros gros chevalet, montage cordes traversantes. Prévoir des jeux de cordes longscale, à cause du montage traversant. Je joue en DGCF et drop C, pas de problème pour monter du 110-55

UTILISATION

Manche au profil globalement très P 70's, un peu Rick, assez large et profond tout de même. On est pas du tout dans le style JB ou MM. Attention les cordes de mi et sol sont assez près du bord de touche, ça peut déstabiliser au début. Bien réglé c'est l'autoroute. En plus d'un trussrod, une vis de réglage au talon permet d'ajuster l'angle manche/corps. C'est du bon bois, du dur, une fois réglé ça bouge pas.
Là où elle perd des points, c'est sur la balance. Pas loin de 5.5kg . Mais très bien équilibrée, elle me fatigue moins le dos et l'épaule qu'une Stingray 5 par exemple. C'est peut-être une question de gabarit, je mesure 1m90.
Les premiers modèles 78 sont "slab" sans découpes bras droit ou ventre, et donc bien moins confortables.


SONORITÉS

On navigue en territoire passif et 70's. Mais qu'est-ce qu'elle le fait bien !
L'électronique déroute un peu par son fonctionnement, pas du tout conventionnel.
Un volume par micro, un sélecteur de micro, jusque là tout va bien...
Tonalité respective ouverte à fond 8 à 10, le micro fonctionne en simple bobinage. En-dessous de 8 le micro passe en mode humbucker.
Le switch d'inversion de phase joue sur une bobine du micro chevalet. Et il a du charme ! En position en phase, les deux micros fonctionnent classiquement, si ce n'est le passage simple/humbucker avec les tonalités. En inversant la phase, les deux volumes ouverts à fond on obtient un son...faible et nasillard. Oui car les micros fonctionnent ainsi à l'envers...Toute la subtilité du montage fait qu'il faut alors fermer le volume d'un des micros pour que cela sonne. Et là, c'est la magie, toute une autre palette sonore s'ouvre. Et ça pousse fort au cul.
Alors on s'y perd au début, tellement il y a de possibilités et de finesses de couleurs et réglages différents.
Mais une fois que l'on maitrise, sans mentir, tous les sons de passives vintages sont possibles et imitables. A l'aveugle difficile de faire la différence. Mais très facile de préférer la T-40 à l'original ! Fender P, JB, MM premières années, EB3, TBird, Rick, tous ces sons sont là. Avec un petit plus, un je ne sais quoi.
Au cul ça préfère de l'ancien bien sûr. On est pas là pour faire dans le moderne avec cette basse.

AVIS GLOBAL

L'autre point noir est que cette basse reste assez rare à trouver chez nous. Quelques modèles hors de prix en Allemagne, deux trois qui sortent dans l'année en France, la cote ces derniers mois à 650 roros pour des modèles 79/83 en finition naturelle ou noire, touches érable, avec leur flightcase. A oui le flightcase à lui seul est un modèle (une horreur ?) de design 80's. Moulé indestructible, mais alors lourd et encombrant. Si l'achat aux US ne vous fait pas peur, là-bas on en trouve à la pelle de toutes les époques, de la vieille player au modèle mint, et à tous les prix. Préférer les modèles jusque 83, après Peavey a rogné sur la qualité. (sillet plastique, micros plus fragiles, pickguard moins travaillé...)
Si vous êtes prêt à partir à la chasse pendant quelques mois, vous aurez la basse ultime pour avoir du son vintage. Mais certes il n'y a pas marqué dessus Fender Gibson ou Rickenbaker...c'est pas grave elle à tout ça dans l'âme et sous le capot, il suffit de fermer les yeux. Et puis quelle gueule elle a !

<3 T-40
jukap22/07/2013

L'avis de jukap"Une bombe!"

Peavey T-40
cf autres avis. Lutherie aux petits oignons, tout est dense et solide, c'est une arme de guerre. Pas un pet' ni un poil de souffle ni un truc qui a bougé, pour un instrument de 30 ans, c'est dire que c'est bien conçu et monté.

UTILISATION

Manche large et assez fin, un mix entre precision et rick. Le poids n'est pas vraiment un problème avec une bonne sangle, surtout comparativement au plaisir qu'elle procure. Le son est vraiment profond et magique, plein de grain. On se fait à l'ergonomie générale en jeu assez rapidement, seuls les réglages peuvent être un poil complexes sur scène avec ce système de potards, j'aurais clairement préféré un push/pull pour passer du single coil au humbucker. Et effectivement, le slap de malade est clairement compliqué du fait du positionnement et de la taille des micros : même si on peut sortir de belles choses avec un beau ton quand même sur ce registre, il faudra rester sur des plans relativement simples.


SONORITÉS

Pour du rock et de la pop, vous ne trouverez pas mieux : j'ai eu des tas de basses de très grande qualité, et elle les surclasse toutes pour le vintage à modern-vintage (il n'y a que mon alembic orion qui donnait plus de définition et de claquant au son type precision, mais avec moins de naturel, de profondeur et de rondeur ; et évidemment pour le grain pur vintage ma precision american reissue 57, mais clairement "one trick pony" pour le coup même si elle est excellente). Tous les sons sont bons, et on en a vraiment un paquet, je dirais 8 vraiment distincts (même le switch de phase avec les niveaux correctement réglés donne d'excellents trucs). Pour résumer on a en quelque sorte une très très bonne precision late 60's que l'on peut mixer à loisir avec des accents incroyablement jouissifs de rick, stingray et jazzbass, et un son spécial t40 très défini et incisif en prime. Que du bon, du bon, du bon.

AVIS GLOBAL

Je l'ai reçue il y a qq semaines, je suis amoureux. J'aime tout : les sons, le look, les finitions. C'est vraiment la grande classe cet instrument, un vrai truc inspirant et libérateur de musique.
Greg L.16/07/2008

L'avis de Greg L.

Peavey T-40
La série T de chez Peavey voit le jour à la fin des années 70, avec laquelle Peavey est un des premiers fabriquants d'instruments à utiliser les machines à commandes numériques (CNC) tout en maintenant la fabrication aux Etats Unis, à la différence de certains constructeurs qui préfèrent délocaliser la production au Mexique, au Japon ou dans d'autres pays asiatiques. Les Peavey T40 sont de véritables basses "Made In USA".

A l'origine, cette basse est sortie pour chasser sur le terrain de la Fender Precision ... la pub de l'époque, volontairement ironique, titrait "Precision is not enough". Côté lutherie, on est en terrain connu : corps en frêne, manche et touche en érable, 22 frettes ... et un poids à l'avenant. Notez tout de même que des versions à touche palissandre sont sorties, mais plus tard et avec des finitions différentes (noir, sunburst, ...). La finition originelle du corps est naturelle avec très peu de vernis : on sent le détail du bois au toucher. Le manche est en deux parties, mais la particularité est que les deux parties sont assemblées dans le sens de la longueur, et non pas comme une touche rapportée.

Côté électronique, c'est moins simple que ça ne le laisse paraître.
La basse dispose de deux micros humbuckers "Super Ferrite", reconnaissables à leurs deux bandes de "caoutchouc" recouvrant les plots, 2 volumes, 2 tonalités, un sélecteur trois positions pour choisir sur quels micros jouer et un inverseur de phase pour avoir un son très creusé quand on joue avec les deux micros en même temps. La particularité est sur les potards de tonalité : sur 7, la tonalité est à fond avec les bobinages du micro associé à fond. Si on descend en dessous, le potard agit comme une tonalité classique. Au dessous de 7, le micro passe progressivement en simple bobinage. Assez déroutant au départ, je ne suis pas très fan de cette électronique, mais elle est très simple à modifier.

L'accastillage est très solide et en trente ans, les chromes de ma basse ne sont pas piqués le moins du monde. Le chevalet est très massif et les cordes se montent à travers le corps. Le sillet semble être en acier (ou un métal qui y ressemble).

Le point négatif, du moins sur la mienne, concerne l'ajustement. Le "neck pocket" (talon, mais côté corps) n'est pas une merveille d'ajustement. Des chanfreins auraient été appréciables sur le corps de cette basse.

UTILISATION

Qu'une chose soit claire tout de suite : petits gabarits et slappeurs fous, passez votre chemin !

Cette basse est handicapante sur plusieurs points :<ul>Son point monstrueux : plus de 6 kilos sur la balance (à l'aise). Sans une bonne sangle, elle vous broie le dos ... ou pensez à la musculation</ul><ul>Son absence de chanfrein au niveau de l'avant bras droit et les angles très saillants de la table peuvent la rendre pénible à jouer</ul><ul>Le corps est très large. Prenez une Ibanez SR en comparaison et cette dernière vous donnera l'impression d'être un jouet pour enfant à côté.</ul>

Le manche est assez ressemblant à un bon vieux manche de Fender Precision, peut être un peu plus fin. Il est assez facile de prise en main, mais j'ai une nette préférence pour les manches de bûcheron, donc ça peut ne pas plaire à tout le monde.

Vu la disposition des micros, le slap est très problématique sur cette basse ... je dirai même que c'est une technique à oublier sur cette instrument. Le son à vide est bon, on sent le bois qui vibre ... et vu la masse de bois qu'il y a, ça serait dommage que ça ne sonne pas !!!

SONORITÉS

Je joue principalement du rock, du punk, du hardcore et je m'autorise quelques incartades dans le ska, le rocksteady, la dub ... bref, rien qui ne nécessite un son très moderne, donc cette basse me convient parfaitement dans les sonorités.

Le corps en frêne et le manche tout érable donne une sonorité très claquante et définie. Cette basse rugit sous les attaques au médiator avec un "growl" assez jouissif. Aux doigts, elle ne réagit pas mal non plus, surtout sur le micro grave, mais ce n'est pas vraiment mon style de prédilection.

Cependant, il ne faut pas oublier que sa conception a plus de trente ans. Je pourrais reprocher aux micros de manquer très légèrement de patate et de définition, mais rien de rébarbatif. Je joue principalement sur un Ampeg B3 chez moi, mais il me tarde de pouvoir m'acheter une vieille tête à lampe (Sound City, Hiwatt ou même Ampeg) pour pouvoir en évaluer son plein potentiel.
Je l'ai utilisée en studio avec le plugin Ampeg SVX et elle s'en est sortie admirablement ... on l'a même préférée à ma Music Man Stingray, c'est dire !

Je pense qu'avant tout, c'est une basse pour ceux qui ont une bonne attaque. En plus de ne pas convenir aux slappeurs, les adeptes de style un peu plus feutrés n'y trouveront pas leur compte. Je la monte aussi avec un gros tirant (55-110), mais je crois que je vais encore monter un poil plus haut.

AVIS GLOBAL

Je l'ai depuis plus d'un an et elle est en passe de détrôner ma fidèle Stingray dans les registres rock ... bah ouais, ça parait bête comme ça, mais je trouve que la vieille T-40 a plus de présence. Il faudrait que je teste une Stingray avec un corps en frêne pour voir si ça vient de la lutherie, car le corps de la mienne est en aulne.

J'ai acheté ma T-40 par curiosité car elle ne coûtait pas cher (300 euros) et que j'en avais entendu de bons échos. Une chose est sûre : je ne regrette en rien cet achat, mon seul regret étant qu'elle n'était pas fournie avec son flightcase d'origine.
Ces basses ne sont pas très courantes en occasion, mais si vous passez par eBay en cherchant aux Etats Unis, on en trouve régulièrement. Vu sa côte actuelle (300 / 400 euros environ) et son manque de notoriété, c'est vraiment une affaire face à des Fender Precision de la même époque qui cotent 5 fois plus cher.

D'ailleurs, si jamais quelqu'un en vend une autre en touche maple, j'en cherche une deuxième pour la customiser et gommer les petits reproches que j'ai à lui faire ! ;-)
contenu en anglais
tjon90121/08/2011

L'avis de tjon901 (contenu en anglais)"Super Solid Bass"

Peavey T-40
This was one of Peaveys first bass guitars. You can tell it was one of their first because this thing is super over built. The T-40 had the body that the other T guitars had. There were a line of guitars that had a body just like it. These basses are super strong and rugged. It feels like you are playing a tree. The manual says this guitar has a solid "hardwood" body. I guess hardwood and heavy wood mean the same thing because this bass is like 15 pounds. The neck is a rock maple neck with a rosewood fretboard. The neck is medium size and has 20 frets. The scale on the neck is 34 inches. You get two humbuckers in this bass that can be split with a clever tone control system. The bass has two volume controls and two tone controls. There is a 3 way selector and also a phase switch.

UTILIZATION

This bass has a super solid feel to it. It feels like you are playing a tree. The bass is super heavy with its "hardwood" body. It is about 15 pounds. The bridge looks like it is off a battleship and looks like it weighs 5 pounds itself. The tone circuit on this bass is pretty cool. The pickups are splitable humbuckers. You split the coils with the tone control but it is not a push pull pot. When either control is above 7 that pickup will be a single coil. From 7 downward is pure humbucker. This is pretty cool because the single coil gets you nice crisp high end like you want when you have the tone wide open and the humbucker gives you a thick darker sound like what you are looking for when you roll off the tone control.

SOUNDS

This bass not only has a super solid feel it has a wide variety of tone. You can go from super deep and dark neck pickup tones to the twangiest bridge single coil tone. The tone control pickup split is a great way to split pickups. It really shows they know what people use their basses for. All the classic passive bass sounds are possible with this setup. You can go from a super deep Gibson EB bass ton to a fighter twangy Fender bass tone. All with very simple switching and controls. The Phase switch is pretty useless. It takes the bass from sounding good to sounding bad. They should just call it a sucky tone swtich.

OVERALL OPINION

If you see one of these for sale somewhere for like 200 dollars you shouldnt just ignore it. This bass can blow away just about every other passive bass thats less than 1000 dollars and it is lightyears ahead of what you can normally get for 200 dollars. The build quality on this bass is superb. It was made in America and the bass is very overbuilt. Everything on the bass feels heavy duty. If you see one of these basses and if you are man enough to handle the weight you should buy one.