djef2000 06/08/2005

Studer 169 : l'avis de djef2000

5

  • J'aime
  • Tweet
  • Mail
Je vais être court puisque tout a été très clairement déjà dit
J'adore cette console, cela reste un de mes meilleurs souvenirs en prise de son
elle a été aussi bcp prisée dans le cinéma comme mixer pour coucher une configuration micros sur du nagra... très rare il y'a quelques temps, il semble qu'elles ressortent un peu des placards ces temps ci car bcp de stations broadcast ont vidé le grenier dernièrement effectivement les preamplis sont très recherchés car ils sont assez uniques en conceptions et en sonorités... cela ressemble éventuellement à des vieilles EMT donc voilà....
Je ne vois pas ce qu'on peut mettre de mieux devant une config 8 ou 16 sorties numériques
car la qualité des plugs ins a bien progressé et ce qu'il manque jsute c'est un peu de chaleur et effectivement le problème irrésolu de la SOMMATION qui est vraiment pourrix en numérique.
Je pense peut etre en retrouver une prochainement, pour l'instant j'utilise un sommateur API sur lequel je connecte mes preamps, ca marche tres bien aussi mais ce n'est pas le meme confort qu'une table de mix.

UTILISATION

Routing sommaire
Comme toute console
Pas besoin de manuels

SONORITÉS

Silencieuse, ça rarement vu autant silencieuse effectivement pour du matériel des années 70
Je reste un peu perplexe sur l'eq qui est très agréable mais je regrette le que le low et le high soit fix, en fait, sur le low. Car de memoire le low est un shelf à 50hz et le mid commence à 150 Hz... donc difficultés à faire sonner le grave uniquement avec la studer par contre avec un ptit plug derrière ca roule... Ce qui est fantastique c'est la tenue de la console, sa qualité audio, sa sommation...

AVIS GLOBAL

J'ai travaillé longtemps puisque j'en avais une sous la main dans un studio
la séparation a été dure car quand je me suis remis à mixer sur des choses plus traditionnels tel que des lafont ou des osundcraft 6000 ou autre encore, je ne retrouvai la petite magie Studer...
Bref, un petit truc dont on peut effectivement tombé en amour, c'est un peu la femme/console fatale