Linn Sondek 05/04/2019

Strymon DIG : l'avis de Linn Sondek

« Un autre monde »
5

  • J'aime
  • Tweet
  • Partager
  • Mail
Rapport qualité/prix : Excellent Cible : Les utilisateurs avertis
Pendant des décennies je n'ai juré que par l'analogique... J'ai possédé de nombreux delays, de prix très variables (et parfois très élevés), et je n'étais pas satisfait de mon son jusqu'à ce que je réalise, enfin, que cette insatisfaction provenait de ce manque de définition des répétitions, propres aux délays analogiques. Je n'en pouvais plus de l'effet "ploc-ploc", sans aigus, caractéristique de ce type de pédale.
J'ai donc acheté mon premier delay digital : le DD7 de Boss, que je possède toujours. Puis un second, désirant quelque chose de différent : Le Flashback II de TC Electronic (que je préfère nettement au premier, soit dit en passant, le trouvant plus défini et propre).

Quand on aime le delay, on en veut toujours plus! enfin, c'est mon cas. Là, je désirais quelque chose d'un peu exceptionnel et haut de gamme. Comme tout le monde, j'ai consulté une multitude de site, écouté des milliers de vidéos de test (j'exagère à peine!) et rapidement Strymon se dégageait, à mon goût, de la tête et des épaules de tous ses concurrents. Le choix était ensuite vite faite : le Brigadier (excellent, attention!) me ramenait vers un ressenti de type analogique dont je ne voulais plus, le El Capistan, fantastique, ne correspondait pas tout à fait à ce que je voulais et l’exceptionnelle Timeline était trop grosse pour le peu de place restant sur mon pedalboard, la DIG s'imposait sans l'ombre d'un doute.

Les raisons en sont nombreuses :
-deux delays utilisables ensemble ou séparément, en série ou en parallèle
-une définition à couper le souffle
-une précision du son imparable, mariée à une musicalité unique
-un chorus d'une qualité inouïe
-3 types de delay
-de nombreux réglages (au nombres desquels les 5 "cachés") qui permettent tout, toujours exploitables et jamais au détriment du "beau son"
-du digital, oui, mais avec quel naturel!
-un format contenu

Enfin la pédale respire la qualité, l’achèvement mûrement pensé et réussi. Ce ne sont pas seulement des ingénieurs surdoués qui ont réfléchi sur le produit mais aussi des musiciens amoureux des sonorités exceptionnelles.

Bref : une idée certaine de la perfection à mes oreilles.

Depuis, j'avoue qu'il existe maintenant pour moi deux niveaux dans le domaine de l'effet de spacialisation : Strymon, tout en haut, et, en dessous, tous les autres. Et je serais tenté d'ajouter qu'il en est de même pour les effets de modulation (la OLA enterre tous les chorus que j'ai pu avoir, tester et entendre).