Edwards E-LP-90LTS
+
Edwards E-LP-90LTS
crazyfrenchy 02/09/2006

Edwards E-LP-90LTS : l'avis de crazyfrenchy

5

  • J'aime
  • Tweet
  • Partager
  • Mail
Cette guitare est une Edwards E-LP-90 LTS VHB Made in Japan.
Pour rappel ou pour ceux qui ne le savent pas encore, Edwards est une filiale d’ESP.
Edwards fabrique ces guitares au Japon et ne les vends qu’au marché Japonais.
L’Edwards est une réplique EXACTE de la Les Paul Gibson.
Voilà les caractéristiques :
●BODY: Flame Maple Top & Mahogany Back
●NECK: Mahogany / Rosewood, 22Frets
●JOINT: Set-neck
●PICKUPS: Seymour Duncan
●SH-1n[the ’59] , SH-4[jb]
●BRIDGE: Tune Matic & Tailpiece
●CONTROL: 2Volume,2Tone
●COLOR: VHB(Lacquer Finished Top)

UTILISATION

Une fois sur le dos, la guitare n’est pas très lourde, je dirais au environ de 4kgs. Etant donné que je suis guitariste chanteur, cela me convient parfaitement.
Niveau manche, je ne suis pas fan des manches bûcherons. Le manche de L’Edwards est loin d’être fin, mais bien étudié et confortable. Fan du 60’s de chez Gibson, je retrouve la un manche qui me convient bien.
L'accès au aigu m'a paru plus aisé que sur l'originale bizarement, sans être exeptionnel.
Je retrouve là tous ce que j’aime chez la Les Paul : le hardware est visuellement identique, les potards (Progressif, ça fait plaisir), les mécas (qui tiennent l’accord), ainsi que le binding à la old school donnent encore plus de charme et d’authenticité à la guitare. La table massive, quant à elle, est de toute beauté. Les incrustations en nacre sont vraiment bien faites… La finition de cette gratte est vraiment impeccable.
Je met 9/10 pour les defauts inhérant à la Les Paul.

SONORITÉS

Voilà, trop cool, j’ai ma nouvelle gratte, alors gogo répète tout le monde !
On branche sur le tout lampe, comme d’hab, avec les mêmes réglages… et la, c’est la claque !
Déjà, à vide, je trouvais qu’on sentait que le son était plus plein, plus chaud qu’avec mes autres grattes, mais branché en collant un gros accord sur le SH4, on en à la confirmation !
Voilà, je l’ai enfin ce son que je voulais depuis ce qui m’as paru une éternité. Bon, reprenons ça dans l’ordre.
Alors, en clean :
Allez, on commence par le SH-4. Le clean est brillant sans être criard (merci l’acajou massif) et j’ai vraiment été surpris que ce micro s’en tire si bien dans ce registre. Dans une chanson ou je n’aurais pas le temps de changer de micros du fait que les parties changent rapidement, je n’aurais vraiment pas honte de faire tout la chanson sur le SH-4.
Avec le SH-1n, c’est tout de suite autre chose. C’est chaud, c’est rond et ça flatte l’oreille. Evidemment, entant que micro manche, c’est le domaine ou il excelle.
La position intermédiaire est vraiment très intéressante, car elle est l’équilibre parfait entre ces deux micros, c’est ni trop, ni pas assez, c’est pour cela que je l’aime beaucoup.
En crunch :
Le SH-4 commence à montrer son potentiel, il est là, présent et dynamique, alors que le micro sature à peine. Quant au SH-1n en crunch, c’est une invitation au blues.
La position intermédiaire est quant à elle toujours très intéressante.
En disto :
Ca y est, la bête est lâchée, le lion rugit et il est le roi. Le SH4 en disto, c’est vraiment énorme.
Pourtant, j’avais une gratte type Ibanez avec un EMG 81 en chevalet avant, mais c’est sans comparaison. Sur la Edwards, le SH4 est dynamique, il sonne gros, gras (merci l’acajou) et précis (merci Seymour Duncan), c’est vraiment LE son rock que je voulais. Cette guitare est tout simplement énorme dans ce registre. Vive le sustain, et c’est la fête aux harmoniques….
Pour ce qui est du SH - 1n, bon, je n’ai jamais été micro manche en disto…. Mais n’empêche que ça m’a fais bien plaisir de lâcher les solos de Knocking on heaven’s doors en position manche !
Comme toujours, la position intermédiaire reste intéressante.

AVIS GLOBAL

La réputation de marque MIJ comme Edwards ou Tokai n’est plus à faire…
Avant d’en faire l’acquisition, j’ai essayé des Epiphone et des Gibson. La comparaison avec l’Epiphone n’est même pas faisable….
Bilan des courses, cette guitare coûte 3-4 fois moins chère que la Gibson, et est aussi bien, voir même mieux (Et, oui, pas d’incrustation en nacre qui bave comme j’ai vu récemment en magasin...).
Quand on pense qu’il y a à peine 10 ans, une Gibson Les Paul STD valait l’équivalant de 1250€ en boutique, y a quand même du gros foutage de gueule. C’est pas faute d’aimer la marque, mais bon, y a des limites…
Si je la revend un jour, ce sera juste pour changé de finition chez Edwards, oui si j’ai gagné au loto, prendre une vrai Les Paul super méga haut de gamme de chez Navigator…