Comparateur de prix
Petites annonces
Forums
  • Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer
dryo 18/07/2019

Nexo DTD-T : l'avis de dryo

« Nexo DTD, what else »
4

  • J'aime
  • Tweet
  • Mail
Rapport qualité/prix : Correct Cible : Les utilisateurs avertis
Ce processeur de traitement et de protection Digital Temperature and Displacement, "DTD", remplace les indispensables TD Controllers analogiques d'ancienne version, dédiés chacun a un type d'enceinte spécifique, par un modèle numérique compatible avec une bonne partie de la gamme d'enceintes de la marque (Geo, ID, LS/PS). Et vu qu'il est possible de mettre son firmware a jour par USB son avenir est assuré.
En revanche il ne remplace pas forcément les processeurs numériques NX241/242, vu que les fonctionnalités ne sont pas tout à fait les mêmes.

Il existe en version "touring" (DTD-T, que je possède et dont je parle ici) ou "installation" (DTD-I). La différence se situe au niveau des connectiques et des boutons en façade, dont est dépourvu le modèle I.

Il est ultra-compact (2x moins profond que les anciens modèles analogiques), et cette fois il n'y a plus de line sense à connecter en parallèle. Le contrôleur est pourvu de prises Speakon IN et OUT et s'intercale entre l'ampli et les enceintes. C'est quand même plus pratique.
La qualité de fabrication est très bonne.

Les entrées se font sur XLR en analogique, ou en numérique au dos en AES/EBU. On peut également faire entrer du son par l'USB, ce qui peut s'avérer pratique.
En option il existe la version avec connecteur réseau compatible Dante (versions DTD-T-N ou DTD-I-N). A choisir au moment de l'achat.

Pas beaucoup de réglages possibles en façade, uniquement le niveau Main et Sub en +/- 6bB, ainsi qu'un switch 3 positions, une pour la sortie Main non filtrée (WB pour WideBand), une pour les sorties filtrées en crossover (XO pour X-Over), et une position User qui permet d'utiliser le traitement DSP interne commandé par l'USB et le soft Dory (Ordi ou Android).
Aucun bouton en façade sur la version DTD-I.

On a quelques leds qui indiquent la présence de signal en entrée, la saturation du signal d'entrée (une led rouge communes au deux canaux), la presence de signal aux sense, ainsi que l'activation des protections.

La bête dispose également d'un tout petit écran oled monochrome blanc très lisible sur lequel défile en continu le type d'enceinte et/ou de sub pour lequel le système est configuré.
Il affiche également des messages d'alerte en cas d'absence de signal sur les entrées sense.

La configuration ne peut se faire qu'en USB via le soft Dory.
A ce sujet, le soft permet:
- le patching des entrées
- la sélection des modèles d'enceintes Main et Sub voulus (il est possible de choisir n'importe quel sub de la marque avec les enceintes que l'on veut, ce n'est pas limité par association de séries)
- la fréquence des cross-over (plusieurs réglages possibles selon les modèles d'enceintes).
- l'activation ou non des delays, égaliseurs, compresseurs et réglages de niveaux numériques (a condition que le switch en façade soit sur la position User)
- le monitoring des niveaux
- la mise à jour du firmware

C'est très complet (surtout les égaliseurs, pas mal de types de filtres dispos), de quoi régler son système aux petits oignons.

En revanche j'ai trouvé le soft un peu lourd à utiliser, et pas forcément super ergonomique, malgré quelques fonctionnalités bien pensées (comme par exemple la possibilité de régler simultanément les niveaux des enceintes et sub, en absolu ou relatif, ou encore le copier-coller de courbes d'égalisation).
Je n'ai pas non plus été transcendé par l'interface graphique du soft.
C'est prévu pour une utilisation tactile, mais finalement vu que la connexion ne peut se faire qu'en USB ça limite l'utilisation a un PC, ou un device Android avec connecteur USB OTG. On perd la notion de mobilité.
Sur ce point une connexion Wi-Fi aurait été plus intéressante. C'est quand-même plus pratique de régler un traitement en étant bien placé devant l'installation, que collé au processeur, côté amplis, limité par la longueur du cable USB.

A noter qu'il n'est à priori pas possible de faire des sauvegardes de presets (ou alors je n'ai pas trouvé comment faire). Ça aurait été pas mal en cas d'utilisation sur plusieurs systèmes selon les prestas, ou en location par exemple.

En conclusion je dirais que c'est un excellent remplaçant des processeurs précédents, avec le gros + de la compatibilité avec toute la gamme d'enceintes de la marque, et le traitement DSP complet.
C'est dommage pour l'absence de connexion Wi-Fi ou réseau pour la configuration et la gestion DSP.

Le prix de 750€ peut paraître élevé pour un petit processeur comme ça, mais comparé aux produits précédents, et en prenant en compte les fonctionnalités ce n'est pas si cher.
La protection de nos précieuses enceintes Nexo vaut largement ça ;-)