Comparateur de prix
Petites annonces
Pucelle_Dabidjan 09/06/2011

Randall RH 100 : l'avis de Pucelle_Dabidjan

« Un ampli qui peut niquer une Mesa pour le prix d'une pédale »
4

  • J'aime
  • Tweet
  • Mail
Rapport qualité/prix : Excellent
Pour ceux qui me connaissent, vous savez que je ne suis pas amateur de grosses exagérations du net ou de tests mensongers. Pourtant, mon titre résume le fond de ma pensée. Je vous emmène à la découverte d'une tête très/trop méconnue dans la fratrie du métal. La (toute) petite Randalll RH100.

Pour le petit peu d'histoire, il s'agit de la toute première série RH... directement accouchée de la série RG et Century 2000. De ce fait, encore très proche des générations précédentes. La génération RH n'aura ensuite de cesse de modifier, moderniser, sa signature sonore, en la rendant plus "passe partout". Mais en sacrifiant cette toute violence qui est présente sur cette toute première génération.

La tête est au format small, environ celui d'une tête ac30, Matchless et Budda superdrive. ça tiens un peu mieux dans le coffre de la voiture, c'est un peu moins lourd. Mais juste un peu.

La finition n'est pas exemplaire. Ici et là, on voit des choses qui semblent fragiles. Les potards sont bons, le vinyle est cheap, mais moins cheap que sur certaines séries entrée de gamme de Marshall. L'ébénisterie est costaude et la tête respire la résistance.

UTILISATION

Méfiez vous toutefois de son apparente résistance. La RH100 est un ampli entrée de gamme de l'époque. Avec ses couacs inexplicables. De plus, elle fait partie de la grande famille de randall précédentes. Ce qui veut dire que l'ampli est sensible à la surchauffe. De ce fait, ne dépassez jamais les 2/3 au master et, si vous vous en approchez. Faites une pause de 30 minutes toutes les 2 heures (endroit d'entreposage frais). Pour éviter des dommages.

Sur la mienne, le transformateur avait lâché avant l'achat (marques de réparations).

Sinon, dans la prise en main pure et dure, l'ampli est logique et simple. Il peut être parfaitement joué en appartement. ça c'est un point fort indéniable. Sonnant tout de suite immense et bien rangé dès les premières bribes de son. Attention à l'usage live en plein air où il a tendance à manquer de puissance pour s'imposer sur de longues distances. De ce fait, toujours l'utiliser avec un 4x12 pour qu'il donne assez loin.

SONORITÉS

Venons-en au point où la mémé se montre à son aise. C'est les CAPACITES SONORES. Cette tête est IN-CROY-ABLE pour tout ce qui va dans le rock énervé et le métal. Des essais comparatifs me permettent même d'affirmer que la Mesa Single rectifier était totalement ridiculisée par cette tête dans ce type d'usage, alors qu'on imaginerait pourtant la mesa comme meilleure de par son côté "référence".

Mais il n'en est rien. La Randall s'est montrée tout de suite à l'aise sur le clean. Ce dernier n'est pas incroyable et n'a pas la personnalité des grands cleans fender, Carol-Ann ou même Tech21, mais il est d'une propreté louable et d'une belle régularité. Impossible à le faire cruncher pourtant, mais pour les registres métal, c'est très bon.

Le canal 2, qui partage son eq avec le canal 3, verse dans un son qui se veut "heavy British". En fait, c'est une variante d'un son high gain avec un peu plus de dureté sur les médium aigu, donnant une impression british à la patte sonore. On peut obtenir des choses qui vont d'un crunch déjà nerveux mais pas totalement réussi (accroche parfois de manière peu sensuelle), à une belle palette d'overdrives agressifs qui ont un beau coffre dans le grave.

Le canal 3 arrive avec une saturation encore majorée et plus de régularité, ce qui lui vaut un son qu'on appelle Randallien. Très très massif, très ample, carré. Un régal qui n'a rien à envier aux références du genre.

Globalement, dans le mute et les accords, le son est massif, explosif, et possède toujours suffisamment de chaleur et de fondement. Dans le jeu en solo, les notes au delà de la 7e case commencent à s'affiner rapidement et leur son vous explose à la tête sans crier gare. Un joueur au jeu stérile risque de se retrouver confronté à ses limites. Mais un bon soliste saura exploiter ce caractère qui fait presque office de boost lead à lui tout seul.

La fidélité au jeu est plutôt bonne même si l'ampli n'est pas un dynamiscien affirmé. Il faudra avoir les doigts fins pour ne pas envoyer de la merde avec cet ampli. Car la moindre fausse note est inexorablement retransmise et amplifiée avec des tonnes de gains, rendant le résultat mauvais. Là, j'ai trouvé la Mesa Recto meilleure.

On retrouve aussi les sonorités typiques des générations précédentes, la fraternité sonore est indéniable et c'est magnifique. Pas parce-que je peux obtenir un son Dimebag criant de vérité, non, je n'aime pas le son Dimebag ; mais c'est une signature sonore particulière, explosive, qu'on ne retrouve plus sur les Randall d'aujourd'hui et qui est absolument superbe. Comme si on avait mis Satan en boite pour nous le restituer petit à petit.

On n'a pas encore parlé de la réverbération à ressorts. Plutôt dans le bas de gamme de la catégorie, qui aide bien, qui donne un peu d'ampleur, mais qui, passé un certain point sonne métallique et surfaite. N'a pas la superbe de certains autres amplis.

Pour clore le volet comparatif Recto - Randall, le problème de la Recto, c'est qu'elle n'arrive jamais, sur les fortes saturations, à développer autant de chaleur et d'assise que la Randall. Elle semble carrément fluette et cramoisie à côté. Le clean est plus mauvais, un peu déséquilibré, maladroit. La dynamique est un peu meilleure, mais ça reste négligeable. Le point fort de la Mesa était le solo, où elle gardait une régularité et une enveloppe constante, même dans les montées de manches. Mais globalement, investir 700 euros dans une tête d'occase qui, pour un usage métal, se fait mettre à l'aise, par un tête à 120 euros ; ne me paraît pas argumentable.

AVIS GLOBAL

Je l'utilise depuis un peu plus d'une année maintenant. Je suis un grand fan de randall et ai possédé beaucoup de séries transistor de ce fabriquant. Mais la RH100 est, de loin, la série "non vintage" qui sonne le plus dans la tradition des grands amplis Randall.

Pas toujours mélodieuse, elle se montre brutale, rutilante, remuante et acérée. Elle possède aussi quelques défauts dans sa conception, qu'il faudra accepter. Pour moi, une arme ultime pour tout ce qui doit défoncer sur un album.

Gros conseil ! Rentrez dedans avec du bon. Bon câble HP, bons jacks, bonne guitare. Ne la négligez pas parce-qu'elle est bon marché. Elle vous le rendra alors au centuple.

Dernier conseil ! Méfiez-vous comme de la peste des modèles "en panne ou qui ont déjà beaucoup vécu/tourné". Randall, après son rachat, a mis à la poubelle tous les plans et pièces des anciennes séries d'amplis. Du coup, vous n'avez aucune possibilité de réparation, aucun service après-vente, aucun conseil. Ca c'est particulièrement peu sérieux de Randall et mériterait qu'ils ne vendent plus jamais un seul ampli. Les amplis ne sont pas des Iphone, on les jette pas après 3 ans pour acheter la "nouvelle révolution". Weak, les gars, simplement weak !