ThibDesLabs 22/01/2019

Vox AC30C2 : l'avis de ThibDesLabs

« Parfaitement polyvalent, contrairement à sa réputation, mais tellement chaleureux »
5

  • J'aime
  • Tweet
  • Partager
  • Mail
Rapport qualité/prix : Excellent Cible : Les utilisateurs avertis
J'ai toujours pensé que c'était le meilleur ampli du monde. Et c'est le cas.
Bon en fait non, j'ai toujours cru, comme beaucoup, que cet ampli manquait de polyvalence, qu'un son baveux et difficile à maîtriser en sortait, et qu'il fallait s'appeler Harrison, Richards, Gallagher, May ou The Edge pour en sortir un bruit correct.
La faute sans doute aux outils de modélisation qui donnent forcément de cet ampli un son saturé parfois étrange.

Et puis je suis allé l'essayer
Voilà, un tour dans un magasin (Servette Musique à Genève, je recommande !), une Les Paul, et c'est parti.
L'ampli est massique, il pèse 32kg, il est gros (2 HP de 12'), il est beau aussi. A l'ancienne, quoi.
Le panneau de commande fuschia est du plus bel effet, les boutons en tête de poule rappellent les glorieuses années de sa conception, le croisillon de la toile de protection du HP et le logo Vox doré complètent le look parfaitement mythique de la bête.

4 entrées - par où y aller ?
C'est un peu déroutant : l'ampli possède bien 2 canaux, mais il faut les sélectionner en changeant le jack d'entrée.
Le canal clair s'appelle "normal", il est équipé d'une entrée haute et d'une basse. Pour faire simple, l'entrée haute va systématiquement faire cruncher un humbucker, tandis que sur l'entrée basse on est sur un volume plus bas, mais parfaitement clair. Oui, clair. Messieurs de la modélisation, revoyez votre copie.
Avec des simples bobinages, vous préférerez l'entrée haute, histoire de gagner un peu de volume. Voilà, rien de bien compliqué, mais ça donne en fait 2 canaux clairs ou clair+crunch.
Le canal saturé s'appelle "top-boost", et tout est dit : ça boost bien avec le préampli. Difficile d'obtenir un vrai son clair de ce côté, mais ça n'est pas le but, et facile d'aller chercher un son très très saturé, contrairement à ce qu'on lit ici ou là. Si vous n'avez pas de doubles bobinages sous la main, il vous faudra probablement ajouter un boost ou une pédale de saturation avant pour atteindre des sonorités franchement death metal, mais est-ce vraiment ce que l'on cherche quand on acquiert cet ampli ?

Contrôles - le plein de volume
L'ampli possède un master volume, on y reviendra.
Côté préampli sur le canal normal, on ne dispose que d'un réglage de gain, appelé "volume". Pas d'égaliseur, vous utiliserez votre tonalité de guitare pour ça (ou le tone cut, voir plus loin). Ca ne m'a jamais dérangé, le son est très bien ainsi.
Le préampli du canal top-boost possède aussi un gain ("volume"), et deux réglages "treble" et "bass", dans cet ordre. Pas de medium, et tant mieux : les réglages sont déjà énormes avec ces 2 potards à la course très étendue, et les médiums seront contrôlés naturellement par ce moyen, votre oreille comprendra. Il y a quelques réglages à connaître : bass et treble à 12h, réglage flat, ça sonne chaud et équilibré. Moins de basse, plus d'aigus, vous renforcez les médiums et vous êtes chez les Beatles. Plus de basse et moins d'aigu, vous êtes chez Queen. Avec le réglage du gain de ce canal, vous obtiendrez toutes les variations de drive souhaitées. C'est très sensible. Très très sensible. La notice indique que tout est lié, le réglage treble affectant vraiment le réglage bass, etc. Ca donne énormément de combinaisons, mais ça peu perdre aussi. Gardez en tête : je commence à 12h, je réfléchis ensuite, et j'écoute mes oreilles (ou l'inverse).
Vient ensuite le master volume, tout à droite, qui contrôle ce que vous imaginez, à savoir le volume de l'ampli de puissance. Oui, mais non ! Car avant, il y a un dernier réglage de tonalité sur l'ampli de puissance, qui est inversé : plus il est réglé haut (sens des aiguilles d'une montre), plus il coupe les aigus dans l'ampli de puissance. Dans l'autre sens, il laisse tout passer. Au quotidien vous le laisserez donc à 0. Mais si vous le tournez un peu, vous obtiendrez un meilleur réglage de tonalité. Pratique pour le canal normal qui n'a pas de tonalité, pratique aussi pour le canal top-boost qui a tendance à accentuer les aigus. Et ce bouton est inexistant sur les outils de modélisation de l'ampli.
N'oubliez pas que c'est un vrai couple préampli+ampli de puissance, donc vous pouvez jouer sur les 2 volumes pour obtenir des sons très étonnants (par exemple peu de gain et beaucoup de volume pour une chaleur dégagée par la quasi-saturation des lampes de puissance, ou l'inverse pour saturer à volume raisonnable, etc.). Vous pouvez aussi mettre tout à fond pour devenir sourd instantanément, c'est très très puissant.

Ca réverbe
L'ampli dispose d'une superbe reverb à ressort, de celles qui sonnent instantanément analogique. Non seulement le niveau de reverb est réglable (standard), mais aussi la tonalité, comme sur beaucoup d'amplis. Ce contrôle passe par une lampe, l'ampli étant dépourvu de transistor, ce qui accentue la chaleur de la reverb produite.

Ca vibre
Années 50/60 obligent, l'ampli offre aussi un tremolo, dont vous contrôlerez la vitesse et l'intensité. Il n'y a pas de bouton on/off, c'est soit par le footswitch, soit à la main en mettant simplement les réglages à 0. Facile. Le tremolo est aussi géré par les lampes, toujours pas le moindre transistor en vue. Il est situé après la reverb et agit donc comme si vous jouiez avec le master volume.

Boucle d'effets - pas si neutre
Avant de parler du footswitch, un mot sur la boucle d'effet : contrairement à beaucoup d'amplis modernes, elle n'est pas neutre, car elle attaque l'ampli de puissance avant le tone cut et le master volume, et subit donc des transformations dans quelques lampes au passage. De plus, elle est diminuée à -10db pour ne pas fusiller vos pédales (car on sort après le préampli qui est très puissant), donc utiliser la boucle altère vraiment le son. Pas forcément en mal, mais ça modifie. Par exemple ça ne m'empêche pas de mettre chorus et delay dans la chaîne car l'ensemble est bon, mais quand j'utilise mon looper, le son qui en sort est toujours un peu déformé par l'ampli de puissance. Pas grave en studio, à éviter en concert. Un interrupteur à l'arrière permet de désactiver complètement la boucle d'effet.

Bon finalement, ça sonne comment ?
Merci d'avoir lu jusqu'ici. Comment ça sonne ? Selon les réglages et les entrées choisis, vous obtiendrez un son cristallin presque criard, au-delà de l'aigu naturel du matériel Fender, ou un son plus british, chaleureux voire rauque quand on pousse un peu ; ça vire presque au Marshall quand on pousse en core plus loin, mais avec une touche de chaleur, un rapport aux mediums très particulier, très prononcé, tellement dépendant du réglage des tonalités.
Quelques descriptions par l'exemple : très clean façon Dire Straits, presque fuzzy façon Stones, très gras et médium façon Queen, très british façon Beatles, clean limite du crunch façon Clapton, etc.
L'ampli est extrêmement polyvalent, c'en est déroutant vu sa réputation.

Quoi d'autre docteur ?
Une sortie baffle externe supplémentaire, une sortie baffle externe en remplacement des 2 HP, un réglage d'impédance des baffles externes, un footswitch (non, pas pour les canaux, mais pour reverb et tremolo on/off), un standby pour faire chauffer les lampes sans activer la puissance (15 minutes s'il vous plait !).

Un petit mot sur...
Les HP : c'est toujours la guerre des HP dans les combos, moi je n'ai rien à signaler, l'ampli sonne très bien, peut-être qu'avec des Celestion machin super chers ça sonne mieux, je n'en sais rien, pourquoi "mieux" plus que "déjà très bien" serait nécessaire ?
L'absence de réglage moderne de canaux : oui, ça serait plus simple avec 1 seule entrée et des interrupteurs contrôlables au pied, mais au fond, personne ne vous empêche de mettre une A/B box devant, il y a plein de forums sur le net qui parlent de ça.
Moi je change les entrées jack sur scène entre deux chansons, en même temps que je bouge le gain. Et quand j'aurai un roadie ça sera encore plus simple !

Encore un mot sur...
Les pédales à mettre devant : j'ai plein de trucs avant l'ampli, et le son n'en sort pas du tout dénaturé, bien au contraire.
Wha : c'est de la même époque, on valide.
Plimsoul : overdrive très complet, un excellent complément à l'ampli, surtout sur le canal normal pour profiter de sons vraiment clean et vraiment lead quand on enclenche la pédale.
Anasounds Savage (clone de Klon) : un régal devant cet ampli, le couple idéal, chaleur, médium, mordant, j'adore.
Clean Boost : ça booste mais ça ne dérange pas le préampli qui termine le travail, pour aller du clean au crunch, ou du crunch au drive.

Un dernier mot sur...
Les guitares que j'utilise dessus : Fender Strat Standard US, Gibson Les Paul Studio, rien que du classique, 100% réussite.

La bise.