Comparateur de prix
Petites annonces
  • Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer
  • Rss

Tous les avis sur DiGiCo S21

  • J'aime
  • Tweet
Insatisfait(e) des avis ci-contre ?Demander un nouvel avis
Bigorno7319/07/2017

L'avis de Bigorno73"Une merveille !"

DiGiCo S21
Une console vraiment très bien pensée. On peux choisir une source (Locale, Stagebox, Effet, Générateur BF) et l'affecter à une ou plusieurs des 40 entrées (au choix Stéréo ou mono). Les commandes VCA peuvent contrôler n'importe qu'elle entrée, groupe d'entrée, sous-groupe ou départ auxiliaire. Je l'utilise pour du LIVE. Je voulais une console perso à connaitre par coeur pour être réactif. Je pensais numérique, de bonne qualité, durable dans le temps et à un prix abordable. J'ai longuement réfléchis, comparé, étudié les Soundcraft, Midas, Yamaha et autres et quand on me la présenté aux JTSE, j'ai tout de suite su que c'était ELLE.
Je connaissais pas DIGICO, on me dit qu'ils équipent la plupart des tournées mondiales. Ah OK c'est Soundtracks qui s'est spécialisé dans les DIGI...tales CO...nsoles. Avec son stagebox la S21 à 15K€ est l'entrée de gamme de la marque. Mais je retrouve le savoir faire que le fabricant a développé dans les grandes soeurs à 150K€. Elle est petite, puissante, complète et ergonomique. J'attends de la pratiquer encore pour confirmer (notamment au plan qualité Audio)les premières bonnes impressions.
newstage06/03/2017

L'avis de newstage"Excelent mais à faire évoluer"

DiGiCo S21
Utilisé en theàtre depuis quelques mois voici mon avis.

Point positif :
-ergonomie, une fois les patchs d'entrée - sorties affectées , c'est simple et intuitif.
-taille ( trés compacte )
-20 entrées et 12 sorties physiques (pas besoin d'un patch déporté) et possibilité de connecter un CD ou micro directement en local.
-2 vrais moteurs indépendants travaillant en redondance, du coup lorsqu'on fait une mise à jour, on effectue une mise a jour du moteur 1 puis du 2.
-le routage est trés simple.
-la fonction spill set

Point négatif :
-les rack de préamp déporté Digico coûte extrêmement cher.
-toujours pas d'appli IPAD : à notre époque c'est criminel.
-par moment le tactile est lent , et il faut appuyer plusieurs fois.
-léger bruit du disque dur interne ( très aigu ), pas gênant en concert mais en théâtre c'est perturbant.
-dommage que les faders ne soit pas illuminé ( c'est du gadget , mais lorsqu'on change de couche sans regarder les écrans : cela aide)
-banque d'effets un peu limitée


Dans l'ensemble , je suis satisfait, juste un gros point noir pour le manque d'appli Ipad.
C'est une console accessible financièrement et qui vise les petites structures et formations ou souvent un technicien fait gère la face et les retours.
Soundcraft, yamaha, midas et même behringer propose un petit soft sur leur console d'entrée de gamme qui fait gagner du temps aux techniciens.
Dans un monde ou le temps c'est de l'argent, vraiment dommage.
Norty16/12/2016

L'avis de Norty"Studio & Live une bête de course"

DiGiCo S21
48 Pistes Mono ou stéréo, 24 Preamp MIC/line intégré, AES

C'est une console magnifique :bave: aussi bien à l'aise en live qu'en studio ou elle pourra être une alternative à une SSL matrix mais avec des bons préamp en plus ;-)

La qualité du son général, la sommation exemplaire mais aussi la facilité déconcertante avec lequel on peut utiliser des machines externe en font un allié de poids pour le mixage.

Un cable usb pour une interface 80 canaux ! Et si vous prenez les cartes Analogique en Sub D 16IN/OUT, vous pouvez connecté tout votre studio en moins d'1 minute. Parfait pour ceux qui bouge souvent avec leur console. :bravo:

Apres 1 ans d'utilisation, j'en suis toujours et encore plus content, les mises à jour sont régulières et les petits défauts sont gommé au fur et à mesure (Rapidité de réaction, Apli Ipad, Ajout de pistes, etc...) On attend encore quelques effets supplémentaires car c'est un peu léger si vous n'avez pas de rack d'effet externe.

2019: tjr très content de cette console. de nouveaux effets sont arrivés la liste commence à être sympas :-) on attend encore les dyn eq.
Autre chose qui n’a pas l’air d’être prévu au programme pour l’instant c’est qu il manque sur les eq une représentation graphique des fréquences. On a une vision des fréquences sur les graphiq eq alors y’a pas de raisons....
AlexCailliau11/05/2016

L'avis de AlexCailliau"Superbe ergonomie plombée par la lenteur..."

DiGiCo S21
J'ai pu travailler sur cette console pendant tout un week-end en retour de scène.
Lors de la présentation de la console, j'avais vraiment apprécié l'ergonomie. Je trouve que tous les écrans, que ce soit les tranches de consoles comme le setup, égalisation ou dynamiques sont bien plus clair que ce que DiGico nous avait habitué avec les SD.

La prise en main de la s21 est très intuitive. La console est bien sûr comme toute DiGico solide et sonne!
Je ne vais pas m'attarder sur les EQ, les compresseurs etc. Tout est de bonne facture. La qualité DiGico est bien la. Les effets embarqués sont aussi comme d'habitude correct mais sans plus. Les connaisseurs de SD seront de quoi je parle.

Les futurs développement du software me contrediront je l'espère, mais quelle lenteur!!!
Déjà, lorsqu'on touche l'écran, on doit parfois s'y prendre à deux fois pour arriver là où on souhaite. Mais même si la première tentative est la Boone, j'ai dû parfois attendre plus d'une seconde pour avoir accès aux paramètres que je souhaitais modifier...
Lors d'une balance tranquille, c'est gênant mais gérable. Pendant un changement de groupe de 30 minutes, ça devient vraiment un handicap!!
Il m'est arrivé de "pousser" plusieurs boutons les uns à la suite des autres et une poignées de secondes plus tard voir l'écran réagir à mes manips.

C'est pour l'instant le gros défaut d'une console très très prometteuse!!
Quand ce problème sera réglé, mon évaluation passera sans doute à 5 étoiles.. Mais pour l'instant, je ne la conseille pas encore.
p-o-b07/04/2016

L'avis de p-o-b"la frugalité du bouton"

DiGiCo S21
Je pense qu'il faudra revenir ici faire le point sur l'évolution du logiciel de cette console régulièrement. Il reste pas mal de boulot, mais la base est vraiment prometteuse.


Le choix dans le design va vers l'économie de boutons :
- 20 faders et 20 encodeurs avec un bouton pour le mute et un autre pour le solo en deux bacs de 10,
- un fader pour le master et son bouton de mute qui peut depuis peu être réaffecté à n'importe quelle autre tranche qu'on veut garder tout le temps sous la main,
- quelques autres encodeurs du côté droit de l'écran de droite, là où on fait l'essentiel des manipulations.


Le routage est très intéressant. Il permet beaucoup de liberté : on peut router dans une piste d'entrée ce qu'on veut : préampli, entrée numérique, mais aussi un direct-out pris sur une autre entrée, un bus (aux, groupe, master ou matrice). Ca permet dans certains cas d'avoir des traitements différents en cascade. Moi je me sers de ça pour gérer des délais pour du renfort de musique classique avec une scénographie particulièrement peu pensée par rapport au positionnement des musiciens par rapport au public.

Il y a aussi une connexion multicanale en USB qui permet de faire rentrer 48 canaux en 48kHz (qui seront rééchantillonnés si nécessaire). Très pratique pour les balances virtuelles et les enregistrements en live ou pour des traitements déportés sur un ordinateur.
Chaque piste peut être mono ou stéréo sans qu'on ne réduise le nombre de pistes total.


Les traitements sont très biens. On a deux sections de dynamique avec des variantes : compresseur classique ou multibande (dans la la limite de 4 sur toute la console) pour Dyn1 et pour Dyn2 on a Gate avec side-chain, compresseur avec side-chain et ducker. Il y a un passe haut et un passe bas en entrée avec les délais d'entrée et un égaliseur paramétrique 4 bandes (on attend aussi des Eq dynamiques, dans la limite de 4 aussi) avant ou après les deux sections dynamiques. Il y a deux points d'insert avant et après ce bloc. On peut y mettre un effet interne (8) ou un égaliseur graphique (16 en tout) ou sortir vers un traitement externe en analogique ou en numérique.
En entrée il y a aussi un simulateur de saturation à lampe, dans la limite d'un total de 3.

Récemment Digico a annoncé sur la gamme SD des mises à jour qui décuplent le nombre de ces traitements spéciaux. Et auparavant ils avaient déjà réussi à augmenter le nombre de pistes par l'optimisation du logiciel. La philosophie chez Digico c'est un peu de demander un prix d'entrée élevé, mais avec en contrepartie du hardware qui sera exploité au maximum de mise à jour en mise à jour.
Sur la S21 on a commencé avec 40 entrées mono ou stéréo et nous avons gagné 8 canaux supplémentaire pour arriver à 48 depuis la V2.0.

En sortie on a 16 bus de mix qui peuvent être mono ou stéréo et déclaré à tout moment en Aux ou en Groupe. On a également un master stéréo (uniquement).
Les Aux peuvent être pré-mute, post-mute(pré-fader) et post-fader avec chacun leur panoramique indépendant pour les bus stéréo. Les groupes peuvent être renvoyés sur n'importe quel autre groupe ou le master. On trouve des traitements identiques aux entrées sur tous les bus et le master.

Il y a une matrice avec 10 entrées sélectionnables parmi toutes les tranches d'entrée et de mix qui sortent sur 8 canaux avec leur traitements comme toutes les autres voix de console.

On peut réaffecter les Control Groups (DCA dans le langage DiGiCo) avec chaque Snapshot (Scène). Ce qui permet de garder sous la main les tranches importantes au moment voulu dans une conduite.


L'essentiel de l'interface passe par les deux écrans tactiles. Il y a quelques coups à prendre, mais quand on a utilisé une application sur tablette pour contrôler à distance une console on sera vite familier.
A propos de tablette, on imagine que les ports réseau au dos de la console ne sont pas là pour faire de la figuration. Il y aura sans doute un de ces jours une mise à jour pour avoir la télécommande et le logiciel sur ordi. (application iPad disponible depuis la V1.4)

Visuellement elle est bien jolie, bien plus que n'importe quelle SD. On a un côté un peu futuriste dans l'épure des formes et de l'interface tout en conservant quelques traits des anciennes D5 de la marque par exemple.
Elle n'est pas très lourde, moins de 20kg. Pas trop grande non-plus.
Elle démarre assez rapidement pour une console numérique.

Elle est vendue seule ou en pack avec un D-Rack (28/32 in et 8 out avec la possibilité de monter à 16) un câble et une carte d'interface. Il y a un autre pack avec le D2-rack qui a plus de canaux.
Il y a deux ports pour des cartes d'extension. Il y a pas mal de choix selon ce dont on peut avoir besoin (in/out niveau ligne, in/out AES, MADI BNC/RJ45/optique, Dante, Soundgrid, Etherwave, Hydra2, etc...)

La latence est très contenue. Compter de l'ordre de 0,5ms en 96kHz entre l'entrée et la sortie. Le passage par un boîtier de scène ajoute quelques samples de plus.


Les effets marchent plutôt bien quand on a réussi à les dompter un peu. Je pense que la liste des effets sera étoffée petit à petit. Mais il y a déjà des bases. De plus la liaison USB permet de relier très facilement un ordinateur pour avoir des traitements supplémentaires comme par exemple avec un Multirack natif. Attention à la latence de cette liaison, 10ms en entrée et autant en sortie au niveau du driver de l'ordinateur. C'est pas la bonne solution pour compresser une caisse claire a priori... ;)


Voilà pour la base après une petite semaine à la prendre en main. Je repasserai ajouter des retours petit à petit à l'usage et en fonction des mises à jours. Mais la première impression est bonne. Par contre je pense qu'il faudra un peu de patience pour avoir une console vraiment mûre point de vue fonctionnalités.


=========================== Mise à jour octobre 2016 V1.3.* ===========================
Voilà une nouvelle mise à jour qui arrive avec principalement un accélération de l'interface. Les choses répondent bien plus rapidement maintenant.

*On gagne aussi une première mouture de gangs pour les pistes. Pour le moment, c'est un peu tout ou rien, mais ça devrait gagner du détail dans le futur...
*L'interface de gestion des pistes gagne une page pour aérer la page principale de paramétrage des pistes.
*Les égaliseurs graphiques peuvent aussi être groupés et il y a un analyseur graphique dans la page de chaque GEQ.
* Les snapshots (scènes) peuvent être réorganisées.
* On peut éditer un paramètre sur plusieurs scènes en une fois pour simplifier la propagation des réglages.
* On peut en enclenchant le Solo d'un auxiliaire passer en sends on fader. C'est très bienvenu pour les gérer plus rapidement les retours.
* Les anciens racks sont maintenant reconnus par le système.

Les choses avancent, pas forcément aussi vite qu'on pourrait l'espérer, mais ça vient !

============================ Mise à jour octobre 2017 V2.1 ============================

Depuis la v1.3 il y a eu 1.4 et 2.0 et maintenant 2.1

* la V2.0 a apporté 8 tranches d'entrée supplémentaires mono ou stéréo.
* On gagne la possibilité d'intervertir entre Eq et traitements dynamiques.
* On peut affecter le 21e fader à la tranche qu'on veut, pas mal pour un DCA général ou pour des solos pour ceux qui font du retour.
* Application iPad (pas d'Android) avec tout sauf les paramètres des effets de la console, le changement d'un mode de traitement dynamique à un autre, le patch I/O.
mamilouboulou22/11/2015

L'avis de mamilouboulou"S21: Deux ans après..."

DiGiCo S21
Elle est née avant terme. Mais on sait que chez DiGiCo, les prématurés font des leaders une fois adultes. (Suite à la dernière révision 2.0, ma cote passe à 5 étoiles.)
Taillée pour la scène, elle concentre une puissance impressionnante dans un faible volume.
L'aspect relativement dépouillé cache en réalité une multitude de fonctions très bien organisées sous forme graphique et accessibles tant par les deux écrans multi-tactiles que par les encodeurs à codage coloré variable, retraçant la logique du traitement d'un signal dans ses différentes phases.

Solide construction. En local: 24 MIC, 12 OUT, AES , WC IN/OUT, Ethernet (waves), GPIO (non encore fonctionnel), deux SLOTS permettent d'interfacer n'importe quel protocole de communication vers un boîtier de scène ou vers un réseau de consoles, connexion DVI copiant l'écran de droite (On aurait préféré une copie de la vue globale pendant que les deux écrans affichent les vues "couches": c'est probablement dans le pipe-line des futures révisions)

16 groupes personnalisables en AUX ou GROUP, MONO ou STEREO proposent les mêmes traitements que chaque voie d'entrée. Soit au max. 96 IN et 32 OUT si tout est en STEREO. Cela se nomme "Flexichannels" et c'est une tuerie.

Un connecteur USB permet l'enregistrement et la diffusion directe des pistes en format MADI: il est devenu très simple d'effectuer des pré-balances virtuelles ou de traiter les pistes en post-prod. Cette fonction implique un insert REC / PLAY dans chaque voie-groupe. Egalement implanté: le choix global pré-mute / pré-fader / post des AUX, mais chaque voie reste modifiable individuellement.
Une fonction d'inversion de l'ordre DYN/EQ satisfera aussi les plus exigeants.
Il est très simple de copier-coller n'importe quels paramètres d'une voie vers d'autres, d'une manière intuitive et rapide.

Le son: DiGiCo. Impressionnant de précision, de clarté, de dynamique, de rondeur, de profondeur, de chaleur. Anglais, quoi. L'intelligibilité autant que le positionnement dans l'espace stéréo est remarquable, même lors d'un fortissimo de tous les instruments.
Il est même enfantin de rendre STEREO le son d'une source MONO ou de compresser en parallèle, sans monopoliser deux entrées physiques, sans effets, sans groupe et avec un seul canal visible dans l'espace de contrôle où l'on fait très simplement son marché parmi les CHANNELS, GROUPS, AUX, MATRIX et VCA afin de les disposer dans n'importe quel ordre pour une parfaite accessibilité et réactivité. A ce propos, la fonction "Spill" rappelle sur l'écran droit au max. 10 de ces voies au choix, de manière ultra-rapide, sans naviguer dans les couches. Très pratique pour les envois FX, par exemple. On peut également geler l'écran de droite, toutes les banques (10 voies) se trouvant alors regroupées dans l'écran gauche.

Les compresseurs: Multibandes ou pas, ils sont très corrects, ils font bien leur boulot mais ce n'est pas des SSL. Les 4 DIGITUBES mettent un peu en valeur les voix ou une guitare trop propre mais sont délicats à utiliser car un peu "harsh" et manquent un poil de chaleur.
16 EQ graphiques 32 avec blocage 0 dB et spectrographe sont disponibles n'importe où. Les excellents EQ paramétriques (LP/HP + Full 4 bandes dont les extrêmes sont au choix BP ou Shelf) sont dispos dans chaque CH, GROUP, AUX, MATRIX.
4 EQ dynamiques sont en route dans une prochaine révision. Malheureusement, aucun traitement ne figure sur les 10 VCA :8O: (OK, je sors.)

Les effets: le plus gros poste à améliorer. Ils sont peu nombreux pour occuper les huit emplacements: une quinzaine de reverbs, un seul délai MONO et un "Audio enhancer". Le son des réverbs est très artificiel et métallique en impulsion mais un fois noyé dans une source plus continue et dans l'ensemble des instruments, ça le fait, même si le DECAY est limité à 4.2 sec. La comparaison avec une PCM92 tient fort bien la route in situ. Prévoir (provisoirement ?) au besoin une unité sérieuse à côté de la console. Le "Audio Enhancer" quant à lui deviendra très vite incontournable pour les voix. Une superbe réussite.

Le routage, qu'il fasse appel aux CH, GROUPS, AUX, VCA ou MATRIX y compris leurs inserts (2 par voie) est d'une simplicité enfantine. Il faut néanmoins savoir ce que l'on fait.

Des tests de latence donnent 1.096 mSec typique entre analog IN et analog OUT, 1.4 mSec si passage par un groupe. Le premier insert montre 0.855 mSec et le second 0.929 mSec.

La fonction IPad est apparue avec la version 2.0, suivie de près par l'extension à 48 Flexi-channels (canaux mono ou stéréo sans limitation de nombre et de performances). Bémol: absence des fonctions essentielles comme le contrôle de paramètres des effets et paramètres dynamiques affichés sous forme de boutons rotatifs au lieu de la représentation graphique, bien pratique sur la console.

En conclusion, un nouvel univers naît dans le monde des consoles. Deux heures suffisent pour en prendre le contrôle et deux jours pour la maîtriser. Une seule personne la met en oeuvre. Les nombreuses fonctions sont clairement organisées et n'ont plus rien d'ésotérique. Elle sonne comme ses grandes soeurs et si elle est calibrée pour les scènes petites à moyennes, elle ne craint pas les gros PA.

Cette merveille est déjà incontournable dans les parcs de location. DiGiCo est un des tous meilleurs concepteurs de consoles et offre dans la même optique une rare écoute et réactivité.

V2.0 installée en juin 2017
Voici l'adresse du manuel version F (Août 2016): https://www.digico.org/DiGiCo_Manuals/S21_User_Guide_Version_F.pdf
Et du manuel iPad: https://www.digico.org/downloads/support/DiGiCo_S_App_User_Guide_Issue_A.pdf