• Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer
  • Rss

Tous les avis sur Waldorf Nave

  • J'aime
  • Tweet
Note moyenne :5.0(5/5 sur 1 avis)
 1 avis100 %
Insatisfait(e) des avis ci-contre ?
Comparer les prix
coyote1402/08/2013

L'avis de coyote14"Le son Waldorf, assurément"

Waldorf Nave
Je l'utilise depuis une semaine, mais j'ai déjà passé pas mal d'heure dessus, avec un enthousiasme qui ne retombe pas. C'est une machine à idée, très créative, pleine de vie et de couleur. Elle ne sait pas tout faire, et sa profondeur de synthèse exigent quand même un effort de la part de l'utilisateur, mais l'excellente interface n'est jamais un obstacle entre l'idée et le résultat.
J'aime beaucoup la couleur sonore générale, la très grande flexibilité des tables d'onde, les effets qui, bien que dépouillés, sont de qualité. La section filtres aurait mérité plus de possibilités, mais la matrice de modulation est exemplaire.

Ce qui, en hardware, aurait fait un très bon synthé devient, à 17€ l'application, un rapport qualité / prix inouï. On peut dire sans risque que tout possesseur d'iPad s'intéressant à la synthèse ne peut pas faire l'impasse. Pour le prix de 2 magazines spécialisés, aucune erreur n'est possible.

On retrouve ici un son très proche du hardware, et quand les quelques défauts de jeunesse auront été gommés (quelques artefacts ici ou là, le classement des presets assez pénible), il sera difficile de faire la différence dans une production entre cette appli et un Blofeld par exemple. L'interface des tablettes tactile prend, dans ce type de synthèse, tout son sens.

Animoog se sentait un peu seul au panthéon des meilleures applications musicale: le voici maintenant plus que secondé!

CONTEXTE DU CHOIX

C'est une appli iPad uniquement pour le moment, toujours en version 1.0

Fouinant depuis quelques temps en vue d'acquérir un synthé Waldorf, je me suis intéressé pendant longtemps à la famille Microwave, la synthèse à tables d'ondes ayant toujours suscité mon intérêt. Lorsque j'apprends que Waldorf sort cette appli et qu'elle coûte seulement 17€, cela éveille mon intérêt. Déjà possesseur d'Animoog que j'aime bien, mais un peu bloqué par le son de l'iPad un peu limitatif, je laisse un peu l'affaire de côté.

Il aura fallu que je teste mon Ipad sur mon Korg Kronos pour m'apercevoir que ces 2 là fonctionnent parfaitement bien ensemble: le Kronos sert de clavier MIDI, et aussi de carte son à l'iPad, sans aucun pilote, et dans les 2 sens. Dès lors, j'imaginais déjà les applications possibles: utiliser le Karma sur Nave, ajouter les effets du Kronos, le sampler...Bref, les portes s'ouvrent et je saute le pas!

ERGONOMIE ET PERFORMANCES

Waldorf a parfaitement réussi son affaire en termes d'ergonomie, car là où d'autres plaquent sur l'interface d'un iPad un synthé déjà connu, Waldorf en a fait une transposition parfaitement adaptée à l'IOS et à l'interface de la tablette. C'est un synthé à la fois très profond au niveau synthèse, mais finalement assez simple dans son approche, bien aidé en cela par l'interface très claire, très simple. Les boutons ne sont pas trop petits, par exemple, et s'allument quand une fonction est activé.
C'est la partie table d'onde qui tire un bénéfice maximal de l'interface: la visu en 3D, la possibilité de l'étirer, permet une compréhension de là où l'on se trouve. La vraie réussite de cette appli est donc de rendre digestible une synthèse pourtant ardue sur le papier.
Si le son est parfaitement fluide une fois le son choisi, on note quelques artefacts quand on change de son, ou quand certains paramètres sont modifiés en temps réel. On ressent une latence minime, mais perceptible par rapport à un synthé hardware: rien de problèmatique ceci dit. Et puis nous n'en sommes qu'à la version 1.0, des améliorations seront apportées sans aucun doute.

L'instrument est ouvert vers l'extérieur: le contrôle des paramètres par un contrôleur externe est une procédure très simple, mais pas indiquée dans le manuel pour l'instant: il suffit de faire un appui prolongé sur n'importe quel paramètre. Un menu s'ouvre, demandant de bouger le contrôleur MIDI qu'on souhaite affecter à ce paramètre. il suffit alors d'actionner une molette, une pédale, un slider...pour que la paramètre réponde instantanément à la commande. 2 choses à savoir:
- L'affectation des paramètres MIDI est enregistrée pour le logiciel dans son entier, pas par programme. L'avantage, c'est que c'est simple, l'inconvénient, c'est que ça manque de souplesse.
- On ne peut pas affecter 2 paramètres ou plus à 1 seul contrôleur, ce qui est la solution la plus répandue dans les synthés software. Cette possibilité nous aurait permis de faire comme les fameux "group Morph" des synthés Nord, où il est possible de bouger de nombreux paramètres dans n'importe quel sens à l'aide d'une seule commande.

A noter que je n'ai eu aucun plantage d'aucune sorte pour l'instant, appli remarquablement stable.

SONORITÉS ET FONCTIONNALITÉS

L'architecture est assez simple:
- 2 oscillateurs à table d'onde, indépendants, reprenant les tables d'ondes de la marque (celle des microwave XT, notamment, sûrement aussi celles des Blofeld, je n'ai pas fait la comparaison exhaustive). Les réglages de cette section sont nombreux, depuis le sens de lecture de la table d'onde, le point de déclenchement, la vitesse de balayage, et même la possibilité de modifier les tables d'onde d'origine, de fabriquer ses propres tables d'onde à partir d'un texte entré au clavier, ou encore l'importe de fichier Wave depuis iTunes! Ouf. Un paramètre joue aussi sur le formant de la table d'onde. Il est donc possible, au delà d'oscillateurs classiques, d'en faire une machine pour les FX, les possibilités sont illimitées, un peu dans les mêmes proportions qu'un sampler (qu'il n'est pas)
- un oscillateur classique, avec un mode Unison, et un PWM très drastique.
- vient ensuite une section filtre. Il n'y a qu'un filtre, qui laisse le choix entre HPF, LPF et BPF. La pente est, au choix, de 12 dB/oct (filtre 2 pôles type SEM) et 24 dB/oct (type Moog, ARP, etc). Bien sûr, ces filtres sont résonants. Sa couleur est clairement numérique, mais il est assez fin et efficace. On regrette juste qu'il soit unique. Pas de notch, de filtre en peigne, de filtres à formants, mais cet aspect limitatif n'est pas un réel frein, car on a déjà bien sculpté les formes d'ondes dans la section oscillateur auparavant. Saluons l'adjonction d'un étage avec différents type de saturations possible, toutes dosables, qui vont de la saturation douce type bande de magnéto usée jusqu'au "Waveshaper-tronçonneuse"! A utiliser avec parcimonie toutefois, les sons d'usine en abusent un peu.
- 2 LFO sont dispos. On se réjouit qu'ils soient synchronisable à une horloge MIDI interne ou externe. Leur point zéro se fait à chaque appui sur une touche du clavier, ou pas (ils peuvent rester "libre").
- Comme toujours chez Waldorf, une matrice de modulation très poussée, avec de très nombreuses sources et destinations. Une source peut même moduler une autre source (par exemple, un LFO peut moduler la vitesse d'un autre LFO).
- Un arpégiateur assez classique.
- Les effets: peu nombreux, mais de qualité: un choix entre Chorus, Flanger, ou Phaser, tous 3 superbement réussis! Un délai intéressant avec des réglages qui peuvent être assez extrême, et enfin une réverb de bonne qualité, mais qui n'a qu'un seul algorithme. Bref, pas vraiment de profondeur d'édition ici, on sent que c'est une section "d'appoint", mais ce qui est présent sonne vraiment bien.
- Et enfin un magnéto 4 pistes pour immortaliser vos œuvres. Son interface est celle d'un magnéto à bande, on enregistre en audio uniquement, et la forme d'onde apparaît, c'est pratique quand on n'a que l'iPad sous la main.

Les presets d'usine sont assez nombreux, mais inégaux. Beaucoup de sons "bruitistes", de FX, de drones...Peu de basses ou de pads, alors que la machine excelle dans ce registre. Les sons sont classés par banque, chacune d'elle correspondant à un auteur. A l'intérieur, on peut filtrer par type de sons. C'est bête: il aurait mieux fallu filtrer les type de sons à travers toutes les banques, et pas au sein d'une seule à la fois.

J'avoue avoir été un peu mitigé à la première écoute, mais quand je me suis mis à fabriquer mes propres sons, j'ai tout de suite vu le potentiel de la machine. J'ai retrouvé un air de famille avec le FS1R et le V-synth, dans son aptitude à sculpter le matériaux de base, et pas simplement de filtrer une forme d'onde. La partie wavetable est terriblement créative. Les sons couvrent tout le registre du spectre, le synthé est très bon, surtout dans les sons aigus et cristallins. Les basses sont bonnes, mais on reste dans le son numérique assez métallique: le son est saisissant et très vivant, claquant aussi, mais il n'est pas évident de lui donner de la rondeur.