cf357 12/07/2017

PreSonus Faderport 8 : l'avis de cf357

« Parfait dans mon workflow »
5

  • J'aime
  • Tweet
  • Mail
Rapport qualité/prix : Correct Cible : Les utilisateurs avertis
Introduction

J'ai eu l'occasion d'essayer / posséder pas mal de modèles non motorisés (launchcontrol XL, claviers MIDIs..) ou motorisés (celui de Behringer, ou les derniers Icon), et j'ai finalement porté mon choix sur le FP8, pour sa construction et son ergonomie.

Dans mon cahier des charges, il y avait :

  • ne pas passer mon temps à sur-bouger les faders pour correspondre au niveau du software (et donc regarder l'écran) => donc faders motorisés
  • pouvoir contrôler non seulement les volumes, bien sûr, mais aussi...
  • les send/returns multiples (j'en utilise fréquemment 4)
  • et surtout les EQ! Parmi tous les plugins que j'utilise, je passe énormément de temps dessus et je voulais pouvoir contrôler les 8 bandes depuis un contrôleur de manière ergonomique


Voilà, c'est le strict minimum que je demande à mon contrôleur. J'essaie de me passer le plus possible du clavier et de la souris, et le FP8 est juste parfait pour ça. J'ai vraiment craqué lorsque j'ai essayé la fonctionnalité de Zoom et Scroll horizontal/vertical au sein de Live et Studio One.


L'aspect général

J'ai pu lire un peu tout et n'importe quoi sur la qualité des composants. Je rejoins le camp de ceux qui disent que c'est plutôt pas mal. D'apparence, les faders font un peu cheap (j'aurais préféré un beau noir mat plutôt que ce pseudo-chrome bling bling) mais c'est en fait de bonne qualité. Pas de jeu, bon niveau de résistance. Pareil pour les boutons, et le boîtier inspire confiance. Le gros bouton à droite est cliquable (par exemple pour positionner des marqueurs) et est vraiment sympa, on a envie de le manipuler pour tout et n'importe quoi. Les écrans donnent un certain charme, mais c'est ils auraient pu être mieux étudiés pour renforcer la lisibilité. C'est LE point qui revient souvent.


Détaillons ce truc des écrans

Ce qui revient souvent, c'est le contraste de ces écrans. Et de ce point de vue là, c'est vrai que c'est limite, mais ce n'est pas franchement mauvais non plus. En fait, le problème vient selon moi surtout de l'inclinaison (non modifiable) de ces écrans. Pour autant, je peux vous dire que même dans un studio assez lumineux, avec un angle de lecture "classique", ça reste lisible. Par ailleurs, la récente MAJ du firmware permet maintenant de configurer le contraste.
Cependant, je trouve l'affichage un peu petit, sous-optimal. J'aurais parfois préféré quelque chose affiché en gros (genre "1", "2", etc.) au lieu d'avoir le nom complet de la piste ou du plugin. Certes, c'est du plus bel effet, et c'est propre, mais je pense qu'on aurait pu mieux faire. Sachez au passage que ces petits écrans permettent également de visualiser les niveaux, la panoramique, etc.


Qualité des faders

Mis à part la couleur déjà évoquée, la course est suffisamment longue selon moi. Je ne ressens pas le besoin de quelques millimètres supplémentaires mais je comprends que ceux habitués aux grosses consoles puisse être un peu plus exigeants. La motorisation est vraiment bonne, fluide, et pas trop bruyante. Pas plus qu'attendu, en tout cas. Si les faders bougent vite, oui, ça fera quelques clic-clacs. J'en profite pour spécifier qu'il est possible de régler la vitesse de déplacement de ces fadders. Difficile en revanche de parler de leur longévité, seules les années nous le diront ! Les faders sont sensibles à la pression, pour obtenir la valeur actuelle en direct. C'est sûrement pratique, mais je ne m'en sers pas vraiment, personnellement.


Les autres cerises sur la gâteau

Bon, pas forcément des cerises, mais en tout cas les trucs que j'apprécie en plus de ce qui est déjà mentionné. J'aime beaucoup le contrôle complet offert sur l'interface (afficher/masquer des panneaux, choisir des plugins –bien que je ne m'en serve que peu–, le rétro-éclairage en couleur pour correspondre aux couleurs (malheureusement, cela fonctionne sous Studio One mais pas sous Ableton Live pour le moment), la gestion de tous les modes d'automation, et l'ergonomie générale bien pensée, par exemple pour ne gérer que les canaux Audio, ou les VCA, ou le MIDI, etc. Parmi les autres petites choses, je peux aussi parler des boutons "mute clear" ou "solo clear" qui permettent de toggler les mutes et solo. Pas sûr que ça soit disponible de manière standard sur tous les contrôleurs.
Ah, et mine de rien, c'est fourni avec Studio One Artist. Un beau cadeau d'une centaine d'euros, qui m'a amené de Ableton Live vers Studio One. Vous pouvez retrouver mon article complet sur ma migration à cette adresse.


Le débat de la panoramique

Autre point qui revient souvent. le fait que le FP8 ne permette de modifier la panoramique que d'une piste à la fois. Je le voyais comme LE désagrément avec mon achat, mais à la longue, force est de constater que ça ne me manque pas du tout. Le nombre de fois où j'ai du avoir le besoin de modifier plusieurs panoramiques en une fois doit se compter sur les doigts de zéro main... Donc finalement, je ne retiendrais vraiment pas ce critère si le choix était à refaire. De plus, si vraiment j'en avais besoin, il est possible de mettre les fadders en mode "Pan" afin de gérer la panoramique avec les 8 faders.


Ce que je regrette

Une petite liste de ce qui aurait pu rendre le FP8 parfait, pour le même prix ou un peu plus :

  • Des écrans inclinables, et davantage personnalisables
  • Des possibilités d'extensions, comme les modèles de chez Icon
  • Un format un poil plus compact, notamment sur le bas du boîtier
  • Une compatibilité accrue avec Ableton Live (mais je pense que c'est surtout dû aux protocoles HUI/MCU utilisés). Pas aussi facile de manipuler un EQ8 sous Live que sous Studio One, malheureusement
  • Un fader dédié au master
  • Une alimentation par USB



Conclusion

Je comprends que le prix en freine plus d'un. Je comprends que les petits couacs en rebutent plus d'un. Mais si vous avez un workflow tourné vers le hardware et non pas sur la souris/clavier, c'est un achat à largement considérer. Si, en plus, vous êtes déjà utilisateur de Studio One, alors là le produit mérite facilement ses 5 étoiles. Pour les utilisateurs de Live, je vous invite à analyser vos besoins et vérifier que le FP8 fonctionne parfaitement dans cette optique. Il y aura toujours moyen de jongler avec les modes utilisateurs et configurer les signaux MIDI correctement, mais c'est se passer du plaisir jouissif plug-and-enjoy the la bête !