Native Instruments Massive X
+
Native Instruments Massive X

Massive X, Synthé virtuel hybride de la marque Native Instruments.

Tous les avis sur Native Instruments Massive X

  • J'aime
  • Tweet
Note moyenne :4.0( 4/5 sur 3 avis )
 1 avis33 %
 1 avis33 %
 1 avis33 %
Cible : Utilisateurs avertis
Insatisfait(e) des avis ci-contre ?
Acheter chez Native Instruments
ElliotValentine14/09/2020

L'avis de ElliotValentine"Avis_Native Instruments - Massive X"

Native Instruments Massive X
Native instruments - Massive X

Le synthé a été annoncé en grande pompe par Native Instruments pour la sortie de la Komplete 12, repoussé car non finalisé, sorti d’ailleurs pas bien fignolé. Mais aujourd’hui le synthé qu’on a entre les mains est polishé ce qui va me permettre de donner mon avis personnel sur le synthé.

Massive X c’est un peu le “All in One” pour Native instruments, c’est un synthé virtuel basé sur les tables d’onde blindé de contenu, bouffi & obèse de fonctionnalités. L’interface en deux niveaux est inspirée de Pigments d'Arturia.
Le premier niveau correspond à toute la chaîne sonore plus les effets, et le second à toutes les différentes modulations. En terme d'ergonomie je trouve le synthé plutôt bien pensé mais également plutôt foutraque. On retrouve le même systême d’assignation de modulation que dans Pigments, où chaque type de modulation a une couleur différente, et on dose cette modulation avec des cercles autour des boutons des paramètres. Cette méthode était déjà la dans les blocks Reaktor donc difficile de crier au plagiat, même si ça se voit que Pigments à beaucoup inspiré l’équipe derrière Massive X, et c’est tout à fait normal vu comment le travail d’ergonomie derrière ce dernier était de qualité. Quitte à s’inspirer autant s’inspirer de ce qui se fait de mieux.
Par contre le trouve Massive X beaucoup moins agréable à l’utilisation que Pigments. Je sais pas ça vient peut-être de moi, mais je le trouve pas agréable de créer avec. Peut-être qu’il est trop puissant, et qu’on peut vite se sentir découragé devant cette débauche de moyens à notre disposition. L’interface est redimensionnable, on a un facteur de 4 entre la taille minimale et la taille maximale. On a également le choix entre plusieurs “skins” mais qui sont plus ou moins des variations des thèmes clair et sombre.

Par contre il sonne, je sais que certaines personnes sont un poil déçues du son de Massive X, mais pour moi c’est du bel ouvrage. Le son est très moderne certes, mais il est également très bon, puissant et pour tout vous dire bien mieux que le premier Massive qui moi ne m’a jamais totalement conquis.
Coté ressource processeur il est très bien optimisé, on a l’impression qu’il est lourd car il ne gère pas sa charge processeur comme d’autres instruments virtuels, il ne multiplie pas sa consommation par l’augmentation de la polyphonie, il consomme dès le choix du preset le maximum qu’il peut ce qui n’est pas énorme chez moi (5% de mon gros Ryzen 3900X pour les patchs les plus lourds) eu égard du son qui en sort. J’ai pas dit qu’il était léger et qu’il tournerait comme un charme sur une configuration d’il y a dix ans, attention !

Le schéma audio démarre avec deux moteurs identique de table d’onde. On choisit parmi la centaine de disponibles qui couvre la plupart des timbres possibles, auxquelles se multiplient la possibilité de rajouter un Mode avec lequel la table d’onde va réagir . Il en existe une dizaine de différents et chaque mode à des sous Modes. Rien que là déjà c’est du costaud, même si on ne peut pas importer ses propres tables d’onde, on a quand même la sensation d’être submergé de possibilités. Il y a une combinaison de variantes incroyable et s’investir dedans demande un temps fou pour ne serait-ce qu’effleurer la surface des possibles.

Le son passe ensuite par les 2 modules de Noise, dont bizarrement ici on peut importer ces “Noise table”, mais par défaut il y a en déjà plus de cent avec lesquelles déjà s’amuser.

On passe à la section Filtres. On a un choix de dix filtres différents, et chaque filtre à des choix de pentes différentes de résonance. On a les classiques filtre Ladder et SVF, et bien d’autres choix encore, les filtres sonnent très bien mais encore une fois que de choix !

Vient ensuite le module de Distorsion dans lequel on a un choix de 11 types de distorsion différentes, on peut en mettre jusqu’à trois. On arrive ensuite au “VCA” puis dernier module de la chaine sonore les effets qui regroupent des effets dits de modulation (Flanger, Phazer, Chorus), un delay,une reverbe, un EQ et un outil de spatialisation. On peut en chainer jusqu’à trois et on est pas limité à un seul de chaque. D’ailleurs à chaque FX ou presque on a le droit à des presets.

Bon déjà là on a de quoi faire, mais ce schéma logique n’est pas linéaire ! Car le synthé est un semi modulaire, on a un onglet “Routing’ qui permet de connecter chaque paramètre du moteur de synthèse comme on le souhaite. Encore une fois c’est très puissant, mais on peut vite s’y perdre.

Juste avant l’onglet “Routing” on a un onglet “Voice” pour gérer le comportements des voix du synthé pour jouer en mono, à l’unisson, on en mode polyphonique, bon là encore on peut faire des choses bien plus complexes mais je vais pas tout détailler.
D’ailleurs en haut du synthé on a seize boutons assignables pour faire des “Macro”

Coté modulation maintenant, on a : trois modules “Performance” qui sont trois modulations pour faire des mouvements rythmiques.

On a ensuite trois enveloppes et 6 LFO , la première enveloppe est fixe mais assignable à son choix, tous les 8 autres modulations sont à choisir selon qu’on veut une enveloppe ou un LFO. Il existe deux types d’enveloppe la première est est une enveloppe D ADSR dont on peut gérer la forme de la courbe de l’attaque et du sustain. La seconde est une Exiter Envelope qui agit comme un resonator et qui est très efficace pour faire des bruits de percussion.
Le module LFO nommé Switcher LFO est le LFO de base, on a 16 courbes différentes pour ce LFO, et on a un Random LFO qui comme son nom l’indique permet d’ajouter de l’aléatoire dans son patch. Bon honnêtement il y a de quoi faire. On peut assigner 2 à 3 de ces modulations par paramètre, alors autant le dire on a la possibilité de faire des choses bien débiles. :cool:

Ensuite viennent les 4 modulations de Tracking qui permet d’éditer via une courbe la réaction d'un paramètre selon l’endroit du clavier que l’on joue. Et on termine avec La modulation Voice Randomisation qui permet subtilement de donner de l’aléatoire au son, en modifiant très légèrement le tuning du son par exemple. C’est pour donner un côté moins droit et froid, et plus vivant au son.
Bon il y a encore d’autres petites subtilités du côté des choses qu’on peut faire mais le gros est là.

Mon avis du synthé c'est qu'on a trop de choix, trop de possibilités nous sont donnés, j’ai l’impression que NI a voulu faire le synthé ultime et mettre le paquet et poser le paquet sur la table pour montrer à la concurrence que c'est eux les patrons. Ce champ infini des possible pour le sound designer acharné peut être un vrai plus, mais pour le musicien qui aime quand même mettre les mains dans le cambouis c’est excessif. On est vite perdu dans le choix que l’on a. On a comme l’impression d'être dans un restaurant où tous les plats du monde seraient représentés sur la carte ; on a la migraine rien qu’à l’idée de faire son choix. Et pour moi le fameux adage “le trop est l’ennemi du bien” est tout à fait représentatif de ce qu’est Massive X.
Bon, par contre c’est un synthé qui sonne d’enfer, et qui permet de faire quasi tous les timbres utiles en musique existant. C’est un synthé somme, dont j’aurais aimé qu’il soit peut-être un peu moins touffu, ou alors un peu mieux organisé. Pourtant on sent le travail ergonomique derrière mais ils n’ont pas réussi à me le rendre suffisamment attirant. C’est le synthé du sound designer professionnel qui lui doit prendre un pied monstrueux avec toutes les possibilités qui lui sont offertes. 4/5

Les plus :
_Le son & la qualité des effets
_La consommation CPU tenue eu égard de la puissance du synthé
_Un synthé somme qui offre une multitude de possibilités
_Interface redimensionnable et possibilités de choisir sa skin
_Qualité des presets

Les Moins :
_Interface trop touffue
_Trop de possibilités.

4/5
Nömak_music15/04/2020

L'avis de Nömak_music"Plus intuitif qu'il n'y parait"

Native Instruments Massive X
Commençons tout d'abord le son: c'est vraiment le point sur lequel il serait difficile de ne pas être unanime, il sonne gros, et le son est bien plus défini que celui de son prédécesseur sorti en 2007,Les presets sont assez bien fichus, ils donnent une bonne idée des choses réalisables, il y'a tout d'abord les filtres empruntés pour certains à Massive classique comme le comb et d'autres au meilleurs émulation de Native instruments (Comme une version polyphonique du filtre du Monark) sont de bon ton, même si d'office, certains filtres signatures qui ont participé au succès de la version précédente sont manquants, comme le 'Scream' ou le 'Daft' l'absence d'un deuxième filtre (en réalité il y'a d'autres filtres plus basiques accessibles via les Utility)Les oscillateurs, de bonne choses aussi de ce coté la, beaucoup plus de choix déjà avec 11 catégories de tables d’ondes différentes, et quelques incontournables de Massive remasterisés comme le ‘Colors’ ou encore le ‘Modern Talking’ qui ont façonnés le son de la Dubstep/Post Dubstep de l’Angleterre au états-unis durant la dernière décennie.

Dans les modes d’oscillateurs on retrouve quelques concepts propres à Massive comme les fameux ‘Formant’ ‘Bend’ … mais un tas d’autres comme le Gorilla, Random, Warp, Jitter… et encore d’autres joyeuseté qui repoussent un peu plus loin la palette sonore.

Les Macros sont encore bien la, les fameux performers aussi, moins nombreux mais bien plus complexes, ils ont remplacés aussi les steppers..

Les effets sont aussi beaucoup plus fournis, on retrouve le fameux dimension expander ainsi que tout un tas d’autres

Bref un petit tour du propriétaire plus coup d’oeil au specs nous fait clairement comprendre une chose essentielle: il s’agit la d’un tout nouvel instrument ce n’est donc pas une upgrade, mais bien de quelque chose de complètement nouveau, les patches Massive ne seront donc pas utilisables sur Massive X (et vice versa bien entendu)


Passé ce cap de nostalgie regardons un peu les nouveautés, et alors la, c’est le pied total, le routing, auparavant très limité et assez peu intuitif à fait place à un patcher semi-modulaire qui j’en convient sera assez difficile à prendre en main pour un débutant, mais sera d’une facilité déroutante pour un habitué des interfaces modulaires ! Les performers, beaucoup plus complets, mais paradoxalement assez faciles à prendre en main pour les utilisateurs du premier Massive
le voicing permet maintenant de créer des progressions harmoniques avec une seule touche, les Oscillateurs et filtres sont assez fun, on peut se permettre de se balader dans les modes et essayer tout un tas de truc qui donnent des résultats inattendus mais souvent intéressants.


bref moi je l’adore, pourquoi me direz-vous l’accueil à été mitigé lors de sa sortie ?

plusieurs raisons:

-ne peut marcher que sur un CPU AVX-compatible donc sur des machines récentes.

-aucun feedback visuel sur les enveloppes (rectifié lors de la MAJ 1.1)

-Grosse consommation CPU chez certains utilisateurs

-trop complexe pour les débutants

-Mapping MIDI assez flou


En effet le massive Massive en 2013 perds un peu de son prestige à cause de la sortie de Serum par Xfer, synthé à table d’onde lui aussi, qui à une interface plus intuitive et visuelle que Massive, et permet entre autres d’importer ses propres waveforms, s’en suivra toute une flopée de synthé wavetables comme le Europa, Vps Avenger, Phase plant, et le Pigments.

Tous sont beaucoup plus user friendly et s’adressant donc à un public plus large, tout en délivrant de super hautes performances et un excellent son, donc voilà, je pense que beaucoup pensaient que NI suivrait et s’adapterai, mais au lieu de ça le design de MX
reste dans la lignée de son prédécesseur, il vient compléter l’offre actuelle sans chercher à rentrer en compétition directe, c’est certes pas le plus intuitif pour les nouveaux arrivants, mais l’un des plus complet en terme de modulation et assurément le plus agréable à programmer, pour l’adopter ? pas le choix, il faudra s’y plonger pendant quelques jours, ensuite on s’y sentira rapidement comme chez soi, mon regret principal c’est que l’on ne puisse pas importer ses propres samples pour le moment en tout cas.











linn13401/10/2019

L'avis de linn134"Reakssive le glouton."

Native Instruments Massive X
Difficile de donner un avis sur Massive X tant son aîné lui fait de l'ombre et tant ce n'est pas le seul.

Quel est le lien entre Massive X et Massive ? La généalogie est complexe, MX est un curieux descendant d'à peu près tout ce qui existe chez Native, pour le meilleur et pour le pire. MX n'est pas Massive version X mais plutôt le rejeton de Massive et de Reaktor, il emprunte à Massive la jouabilité immédiate et à Reaktor une bonne quantité de modules dont des bouts de Monark (par exemple).

Mais qu'est-ce que c'est que cet OVNI?
Dites NI, vous prenez quoi dans vos céréales le matin? Qui est le cinglé qui a eu l'idée de passer Komplete à la broyeuse pour en faire un seul plugin ?

C'est génial pourrait-on se dire.
Sur le papier ça l'est.
Mais en réalité c'est l'enfer pavé de bonnes intentions : le potentiel est gigantesque, la prise de tête aussi.

Programmer MX est un travail de fourmi et de titan, de fourmis titanesques donc. Heureusement les presets sont là pour se faire une idée... et déprimer dans son coin.
Ce rêve de sound design est une véritable vacherie tant les limites sont impossibles à discerner jusqu'au moment où l'ordi n'en peut plus. Bon sang, des plugins gourmands j'en ai mais celui-là est sacrément vorace en CPU et ma machine n'est pas un petit i3.

Il est vorace mais pour un résultat qui n'est pas délirant. On parle de polyphonie mais monotimbrale, pas d'une session de Kontakt sur 16 canaux avec des banques scriptées à mort, MX est vraiment trop gourmand.

Les sons sont excellents même s'ils ne sont pas Massive dans ce qu'il a de violent, MX fait mieux que son aîné pour ce qui est de la finesse et du détail mais il est amplement capable de remplir toute la largeur du spectre avec une seule note. La vache, c'est pas du synthé gringalet.

Quels registres ?
Comme son frère mais avec une polyvalence étrange, il remplace à peu près n'importe quoi avec un résultat au pire très correct.

Je ne vais pas vous faire la liste des specs, franchement ça serait trop long (et la prochaine mise à jour rendra cette liste obsolète) et le côté modulaire n'aide pas à réduire MX à une simple liste.

L'interface est vraiment une réussite, inspirée des nouveaux Blocks de Reaktor, bien plus agréable (à mon goût) que Massive, compréhensible et efficace. De ce côté-là c'est agréable de passer du temps à chercher des sons. Par contre elle peut être fatiguante sur un écran trop lumineux.

La richesse de programmation fait de Massive X un plugin intéressant, puissant, profond et gourmand. Il ne remplace pas son aîné de mon point de vue mais permet d'approcher de nouveaux genres musicaux. Évidemment ceux qui programment Massive depuis longtemps n'auront probablement pas un grand intérêt pour MX, tout comme ceux qui disposent déjà de grosses usines à synthèse... Reaktor par exemple.

Quelques nuances :
MX est un bon plugin même s'il n'est pas indispensable. Quand je dis de lui qu'il est vorace c'est avec plusieurs instances dans une session déjà très chargée, on peut tout à fait s'en sortir sur un i5 gen8 avec 8 ou 16Gb de RAM mais il faudra faire attention.
MX n'est pas non plus réservé aux genres softs, rien n'interdit d'envoyer du très gros son sans forcer.

Alors indispensable ?
Pas de mon point de vue sachant que j'ai la Komplete 12, je m'en sers assez peu. Mais c'est surtout parce que j'ai d'autres synthés tout aussi compétents (Loom2 en tête) quand on a ses habitudes de travail c'est difficile de faire rentrer un nouveau venu.
Si vous n'avez aucun synthé de chez Native alors foncez.