Querey Guitars Aude junior
+
Querey Guitars Aude junior

Aude junior, Autre Guitare Electrique Solid Body de la marque Querey Guitars.

Comparateur de prix
Petites annonces
Forums
  • Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer
Adamante 21/04/2007

Querey Guitars Aude junior : l'avis de Adamante

"Une junior au top !"
5

  • J'aime
  • Tweet
  • +1
  • Mail

Je vous présente la Aude Junior 22 cases, fabriquée par le luthier français Arnaud Quérey (http://www.quereyguitars.com). Je possède le modèle présenté sur la photo ci-dessus.

Ses caractéristiques sont les suivantes :
- Corps et manche collé en acajou de Bolivie (du vrai, pas du Sipo), touche en ébène du Congo (je tiens à préciser que la couleur du corps autant que du manche est NATURELLE : le vernis est totalement transparent, sans teinte!),
- Mécaniques Grover (ce qu'il y a de mieux),
- chevalet fixe Gotoh 510 UB chromé (et non pas le Badass monté à l'origine sur la guitare ; ce chevalet s'est révélé peu performant, et moins esthétique. Le Gotoh est à la fois esthétique et très confortable, le changement des cordes est rapide et ainsi que ses réglages.
- Les micros sont des Seymour Duncan P90 (des micros extraordinnaires!),
- A l'origine, il y a un volume et une tonalité, et un mini toggle switch 3 positions, mais j'ai demandé une modification personnelle sur cette guitare pour qu'elle me convienne mieux, et j'ai maintenant deux volumes et une tonalité, et un toggle switch 3 positons type Gibson, plus en avant sur le corps, mais cela ne tient qu'à moi ; vous pouvez avoir ce que vous voulez),
- Strap-locks Schaller montés d'origine, dont celui de la corne supérieure monté derrière, de telle sorte qu'on ne le voit pas (et cela permet d'avoir un dessin de la corne qui soit plus fin),
- je ne me rappelle plus de la dimension des frettes qui sont montées dessus, mais cela étant une affaire de goûts, Arnaud vous monte les frettes que vous désirez.

Chaque élément de l'instrument est de la meilleure des qualités, et notamment les bois, dont la provenance témoigne de la rigueur avec laquelle Arnaud Quérey travaille.
La qualité des finitions est remarquable et l'esthétique est poussée aussi loin que possible : le talon de la jonction du manche au corps est fini par une petite pièce d'ébène, et la plaque est à l'origine un plaquage d'acajou (et non pas une plaque en plastique très moche). La modification que j'ai apportée à la guitare à obligé Arnaud à retailler une plaque, qui est maintenant elle aussi en ébène! La petite plaque qui obstrue le trou de la trus rod, au niveau de la tête, est faite d'un triple plaquage d'acajou et d'érable. Un chanfrein fait le tour du corps et lui donne beaucoup d'élégance. Les particularités esthétiques de chacune des guitares d'Arnaud en font des modèles uniques, parce que tout est taillé à la main et les formes de détails sont réalisées en fonction de l'inspiration du moment.
Tout est possible avec Arnaud Quérey, et ce n'est pas qu'un slogan politique...

J'ajoute une petite note supplémentaire à propos de l'acajou qu'utilise Arnaud. Là se trouve l'une des différences fondamentale entre ses instruments et toutes les guitares de série (j'englobe ici toutes les guitares que l'on trouve dans des magasins courants, et y compris des petites séries custom que l'on trouve chez tous les fabricants dignes de ce nom). Comme je l'ai dit, il s'agit d'un véritable acajou, de Bolivie en l'occurence (l'important étant qu'il provienne d'Amérique du Sud). En vérité, toutes les guitares courrantes (Gibson, Paul Reed Smith etc.), présentées comme étant faites dans de l'acajou, sont réalisées dans du Sipo, c'est-à-dire un bois africain dont on peut très facilement apprendre qu'il n'est pas conseillé pour la lutherie mais plutôt pour la fabrication de meuble de petite qualité, de lamélé-collé ou de lambris... Ce pour quoi on peut le comparer à l'acajou est le fait qu'il a des veinures qui peuvent ressembler un peu à celles de l'acajou (celui qui ne connait pas la différence se laisse avoir, mais en fait, une fois qu'on l'a saisie, cela devient flagrant ; c'est la raison pour laquelle toutes les guitares fabriquées en Sipo ont leurs bois teints, voire peints en un brun beaucoup plus foncé que sa couleur réelle pour tenter de copier ce que rend un véritble acajou), et une densité plus ou moins comparable. Mais au bout du compte, le son n'y est pas... du moins pas comme avec du véritable acajou. Mais cela s'explique par le fait que l'acajou est un bois rare et de surcroît très cher ; c'est pour cela que l'on ne peut en trouver que chez des luthiers dont les méthodes de travail et les recherches visent la perfection.
Mais finalement, entre une PRS ou une Gibson et une Quérey au même prix voire moins cheère, il n'y a pas photo... on en a largement plus pour son argent, et avec un instrument à soi.

UTILISATION

Cette guitare n'a pas fait l'objet d'une commande de ma part. Elle était fabriquée depuis déjà pas mal de temps avant que je ne l'achète. Je suis bien heureux que personne n'ai eu jusque là la possibilité de la prendre avant moi, bien que nombreux ont été ceux qui l'ont désirée... Donc, contrairement à ce que vous pouvez obtenir quant à la personnalisation de votre guitare, ce modèle-ci n'a pas été conçu au cours d'une collaboration étroite entre Arnaud et moi. Mais sachez que Votre guitare fera de toute façon l'objet d'une étude personnalisée.

Le manche est verni (verni polyuréthane de neuf couches si je ne m'abuse, à la fois sur le manche et sur le corps ; ce n'est pas un simple verni que l'on trouve sur toutes les guitares de grosses productions) et d'un galbe assez rond par rapport aux instruments sur lesquels j'ai eu depuis de nombreuses années l'habitude de jouer. Je n'ai cependant pas eu le moindre temps d'adaptation pour m'habituer à son dessin la première fois que j'ai joué sur cette guitare. Quoique épais, le verni n'est pas du genre à vous empêcher de déplacer votre main : il est curieusement plutôt "glissant". Moi qui ai l'habitude de jouer sur des Music Man, dont les manches ne sont pour ainsi dire pas verni, je n'ai connu aucune gêne.

L'accès aux notes les plus aigues est très facile : le début du talon (sachant qu'il ne ressemble pas à un bloc cubique, mais grossit progressivement pour parvenir à sa taille totale au niveau de la jonction, et pas avant), ne commence qu'en Si, à la 19ème case.Peut-être que les acrobaties les plus techniques ne sont pas aussi facilement réalisable qu'avec un manche de deux octaves, mais tout de même, c'est incomparable par rapport à une Gibson.

La touche en ébène rend le manche particulièrement agréable à jouer. Ce bois est reconnu pour être l'un des plus doux et glissant au toucher, et l'un de ceux qui absorbe le mieux les chocs occasionnés par le jeu normal de la main gauche sur les cordes. Si vous jouez de nombreuses heures par jour, tel un professionnel, il est certain d'une touche en ébène rend le travail plus agréable et accroît votre endurance. Je vous renvoie à un commentaire très intéressant sous de nombreux aspects, sur cette page : http://www.edromanguitars.com/wood/gaboon.htm.

L'association d'un manche très droit, dans lequel on trouve des reforts en carbone, et d'un chevalet très simple à régler, donne la possibilité d'obtenir des actions records (il n'y a pas que Vigier pour cela, loin de là). Ce manche est vraiment excellent.

La table est plate si l'on omet le chanfrein qui lui donne un certain relief sur le pourtour du corps. Donc, pour ceux qui souhaitent avoir un chanfrein très prononcé pour ne plus avoir l'impression de porter une guitare sur les épaules, il est certain que des critiques voleront. Cependant, un peu d'habitude suffit à faire passer cette idée. Je dis cela parce que je suis dans la catégorie de ceux qui aiment profiter de ce genre de détails. Après une semaine passé à jouer sans cesse dessus, j'ai fini par dire à Arnaud que cela ne me dérangait plus du tout. La position du bras se modifie un peu de telle sorte qu'on ait plus l'impression d'avoir une table plate.

L'acajou, l'ébène, c'est lourd! Mais le fait d'avoir un cordier fixe permet de réduire sensiblement l'épaisseur du corps par rapport à un vibrato flottant. Donc, malgré tout, même si on sens qu'on a pas une guitare en papier carton, on ne porte pas non plus une Claymore de Highlander. On a pas le dos en miette, même après deux ou trois heures de jeu. De surcroît (ça va vous sembler un détail peu important), je me suis rendu compte que les strap-locks étaient placé de telle sorte que l'équilibre général de la guitare n'était pas très commun. A savoir que la guitare se place naturellement assez droite (parallèle au sol, si je puis dire). Cela m'a surpris la première fois, mais je trouve que cela oblige à avoir le dos plus droit (donc à ne pas s'avachir sur la gutiare, de telle sorte qu'on finisse bossu). C'est un détail, qui à la longue, peut compter. Ceci dit, il est possible de les placer légèrement différemment pour que la tête remonte plus.

C'est un instrument aux mesuration étonnemment petites : elle est plus petite qu'une Music Man John Petrucci, qui n'est déjà pas un monstre.

Enfin, le son vient immédiatement! C'est fulgurant, et l'on sait pourquoi tout le monde est totalement satisfait des guitares d'Arnaud. Mais je vais détailler mon propos dans la rubrique suivante.

Bien sûr, note maximale...

SONORITÉS

Curieusement, je peux considérer que je possède une guitare dont les caractéristiques sont à peu près contraires à ce que l’on recherche généralement pour jouer du métal progressif : cette guitare est résolument vintage, offre un grain riche et chaleureux, plein de bas médiums, gras et un peu sale. Pour autant, je peux vous assurez qu’avec mes P90 soapbar qui font un boucan d’enfer si on se tourne un peu trop vers l’ampli (ah… les bons vieux single coils…), j’ai un gain largement équivalent à celui qu’on obtient avec une Music Man John Petrucci. Mais la comparaison entre ces deux guitares s’arrête là, parce que sinon, beaucoup de choses les distinguent l’une de l’autre.

Donc, je ne suis pas bien sûr qu’elle convienne au style que je joue, mais elle me convient et me satisfait absolument. J’ai enfin compris ce que j’aimais entendre comme son et par quels moyens l’obtenir. En fait, il n’y a pas de secret, l’acajou, c’est un bois fabuleux, qui vous donne un son profond et puissant, très riche en harmoniques.

En fait, le son est moelleux, très rond, joufflu, obèse sur les bords, à tel point que certains trouveront qu’il manque des aigus, parce le son leur semble un poil sourd, surtout en micro manche. Enfin, il suffit de rajouter un peu d’érable et le tour est joué, mais alors, on retombe sur quelque chose de similaire à la Aude Standard. Arnaud Quérey est quelqu’un de très intelligent, qui produit des modèles aux orientations toujours légèrement différentes les uns des autres.
Cependant, l’instrument est extrêmement bien équilibré ; chaque note d’un accord est audible et lisible. Pour ma part, les trois bandes l’égalisation du canal saturé de mon ampli (une tête ENGL Savage SE (1)) sont réglées à midi. Cette guitare forge votre son, davantage encore que l’ampli, dont on fini par penser qu’il est secondaire, une fois que l’on commence à goûter à la richesse sonore qu’elle restitue. Toutes les sonorités de l’instrument sont exploitables avec autant d’intérêt, en allant des sons clairs ronds et profonds pour jouer du blues ou du jazz, vers les saturations moyennes, très accrocheuses, pour parvenir aux fameuses "high gain overdrive", toujours très… excitantes… Par ailleurs, le fait d’avoir un volume séparé pour chaque micro (ce que j’ai souhaité obtenir avec la modification que j’ai fait apporter à la Aude) vous fait disposer d’une latitude plus grande encore pour affiner votre son, et lui donner une couleur vraiment particulière. Je préconise véritablement ce choix pour cette guitare, alors que cela n’est pas nécessaire pour nombre d’autres. Par ailleurs, une tonalité ne semble pas nécessaire, les P90 réagissant à une baisse de volume de manière relativement similaire à ce que produit une baisse de tonalité.

Tout me plaît et m’enthousiasme avec autant d'intensité dès que je joue avec cette guitare ; ma manière de jouer s’est trouvée changée, pour être plus sensible je trouve, et attentive à des effets de jeu que l’on n’obtient pas avec des guitares dont les axes musicaux sont plus radicalement définis. Clairement, vous pouvez envisager de tout jouer avec, et vous obtiendrez toujours le son propre à cette guitare, qui est, à mon sens, l’une des meilleures réalisation d’Arnaud Quérey (lui-même en est d’ailleurs extrêmement fier).

Comme d’habitude, mais vous commencez à vous y faire, je mets la note maximale…

AVIS GLOBAL

Cette guitare a finalement trouvé son acquéreur le 29 novembre 2006, pour leur plus grand bonheur à tous les deux. Je la joue quotidiennement, étant chaque jour autant surpris de la richesse et de la subtilité de ses sonorités. Comme l’a dit Nighthawk, ceux qui ont trouvé que la Aude était d’une forme curieuse ont à coup sûr fini par dire que cela n’était que de peu d’importance tant le son qu’elle délivre est beau.

Il n’y a rien sur cette guitare que je n’aime pas, ni même moins que quoique ce soit. Elle répond entièrement à mes attentes, et je le crois, doit pouvoir convenir à beaucoup de guitaristes qui souhaitent trouver dans leur instrument, quelque chose de particulier, un tempérament, Un Son, et surtout un son à Soi. La Aude Junior est ma seizième guitare, et sans nul hésitation, la meilleure de toutes. Par rapport aux autres guitares d’Arnaud Quérey, Aude, j’entends, elle est le modèle le plus sobre, et aussi celle qui m'a le plus charmé du premier coup. Mais maintenant que j’ai la Junior, j’aimerais avoir une Standard ; mais il était plus important pour moi d’avoir une guitare comme la Junior avant d’en avoir une comme la Standard, dont le son est quand même très différent (en aucun cas je ne dis « mieux » ou « moins bien » !). Mais je vais avoir bientôt ma Per Aude 7 cordes, donc, chaque chose en son temps.

La Aude Junior coûte 2700 euros, dans sa configuration d’origine (chevalet Bad Ass, etc.). Le prix ne change sans doute pas avec le chevalet Gotoh, mais il peut varier légèrement (plutôt en plus qu’en moins, du fait que c’est la déclinaison de la série Aude à la configuration d’origine la plus simple), si vous avez des exigences particulières. De toute façon, comme je l’ai dit, Arnaud peut vous faire tout ce que vous voudrez.

Pour ma part, je trouve que les prix que pratique Arnaud sont loins d'être exhorbitant, si l'on considère objectivement le temps passé à la conception d'un modèle, la patience et l'écoute accordées à ses clients, le perfectionnisme de l'artisan en quête de quintessence sonore (si, si, je vous assure), tout cela suffit à justifier son prix. Nombreuses sont les guitares de grandes séries (pour ne pas dire très grandes), qui sont fabriquées presque du début à la fin par des machines, avec un minimum d'interventions humaines, et qui affichent des prétentions qui outrepassent de loin la réalité de leurs qualités, quant à leur facture et leur son, et qui sont proposées à des prix qui, parfois, dépassent l'entendement.

Pour conclure, je reprends ce que j’ai dit sur un sujet du forum d’AF consacré à Arnaud Quérey :

"En fait, il est tout simplement impossible d'être déçu de ce qu'on a avec Arnaud Quérey, pour la simple raison que ses guitares ne font pas simplement partie des meilleures guitares qui puissent exister (d'autres grands luthier d'exeption sont au moins aussi formidables), mais il vous fabrique la meilleure guitare possible en fonction de votre jeu et de vos attentes sonores, esthétiques et ergonomiques. D'une écoute et d'une patience dont on n'arrive pas à penser qu'elles connaissent de borne, il tire des idées les plus floues un résultat inimaginable de prime abord.
Bref, si vous avez l'amour de la perfection du matériel, l'amour d'un travail réalisé avec la plus grande attention, et que vous pouvez vous permettre le luxe de vous offrir un tel instrument, Arnaud Querey est un homme qui saura donner vie à des rêves dont vous n'avez pas idée du potentiel..."

Si jamais vous avez des questions concernant cette guitare, ou un autre modèle d'Arnaud Quérey, ou bien si vous souhaitez l'essayer parce que vous voulez sérieusement vous faire fabriquer une guitare par lui, n'hésitez pas à me contacter.

Je remercie toutes les personnes qui ont pu contribuer, par leur témoignage, leurs avis sur les modèles d'Arnaud Quérey, à me faire connaître ce grand luthier, et tout particulièrement Nighthawk, qui, par son engagement en sa faveur, par les blogs qu'il a lui-même conçu, m'a donné l'envie de sauter le pas et de prendre contact avec Arnaud. Et bien sûr, je remercie Arnaud Quérey, qui m'a montré ce qu'est véritablement un instrument d'exception.



Pour une lecture sur la lutherie de guitare électrique, le matériel du guitariste, et d'autres choses encore, sur un lieu d'échange, rendez-vous ici : https://lemondedelaguitareelectrique.blogspot.fr/