Jules Pénuchot 22/10/2017

Vermona DRM1 MKIII : l'avis de Jules Pénuchot

« Une référence intemporelle »
5

  • J'aime
  • Tweet
  • Partager
  • Mail
Rapport qualité/prix : Excellent Cible : Tout public
Après quelques mois passés avec la bestiole (dont quelques jours assez dubitatifs quant à son utilité dans mon setup) je n'ai absolument aucune réserve à son égard : C'est une référence absolue pour moi, je ne pourrais pas rêver mieux pour produire en live. Elle a des voix certes monotones (impossible de faire une basse mélodique par exemple, mais ce n'est pas le but) mais extrêmement puissantes !

Les voix :

Tout est sous la main, les voix Drum 1/2 sont incroyablement complètes et offrent une game sonore vaste avec des contrôles simples mais complets, avec la possibilité de leur donner de la variation en modulant la vélocité et en jouant avec le bend par exemple.

Le kick est génial rien à redire, profond à souhait, l'attaque lui donne une très bonne présence et il y a la possibilité de le faire saturer (même si je préfère une saturation externe cela dit).

Le snare aussi est très modulable, il permet également de générer des clav, très pratique (de plus avec une reverb analogique peu fidèle mais bel et bien utile, pour rajouter un souffle plus qu'une résonnance à la percussion).

Les hi-hats sont aussi très variables d'une configuration à l'autre, ce qui justifie largement la présence de deux d'entre eux. Ils satisfont très bien leur rôle de hi-hats classiques mais peuvent également sortir des sons plus métaliques, plus mélodiques qui sont un agrément non négligeable.

Enfin le clap est assez classique, il fait le boulot (très bien d'ailleurs) et permet de donner un peu de punch à un beat.

Je n'ai pas mentionné le multi car j'ai un avis très personnel dessus, je l'utilise beaucoup car il permet de rajouter une sonorité claire et douce mais présente (grâce à l'attaque de l'enveloppe), très variable selon le réglage mais c'est une voix du synthé que j'aime beaucoup.

Le workflow :

On est sur du très lourd en terme de flexibilité avec la Vermona, toutes les voix sont en sortie séparées ou passent dans le mixeur avec la possibilité de rediriger sur deux canaux séparés (L/R). J'utilise la stéréo de manière systématique, non pas pour la stéréo elle-même mais pour rediriger vers une sortie d'effets ou une sortie clean (comme un dry/wet donc) sur ma Steinberg UR44, et le kick est en sortie directe pour faire du sidechain sans avoir à l'isoler au préalable.

Avec ça je peux plus ou moins tout faire, le setup est simple et intuitif, je rajoute des effets facilement de manière ciblée, c'est un excellent compromis efficacité/polyvalence.

Pour ce qui est de son utilisation en studio (pas chez moi mais un vrai studio), on récupère chaque drum indépendamment sans se poser de question, un luxe inestimable pour parfaire un mix.

Une machine qui sait tout faire donc, et en plus le MIDI reçoit la vélocité. Avec un BeatStep Pro et surtout depuis l'update 2.0 (polyrythmie etc.), c'est le feu.

Finition :

C'est un tank, fabriqué en Allemagne, la façade est une plaque en alu brossé de 2mm d'épaisseur, les potards ont un très bon feeling et même le bouton d'allumage. Les jacks ? Ancrés dans la façade.

Pour finir :

Son prix est dérisoire, c'est devenu la pièce centrale de mon setup. Les voix peuvent tout faire, Vermona propose un véritable couteau suisse, indestructible et qui offre toute sa puissance à portée de main : pas de menu, pas de numérique, que du son et du matériel de qualité pure. Quoi qu'il arrive je suis persuadé que la Vermona est une référence intemporelle qui n'aura pas bougé dans 20 ans, à moins que les ingénieurs de la marque trouvent un détail à améliorer.