Native Instruments Abbey Road 60s Drummer
+
Native Instruments Abbey Road 60s Drummer

Abbey Road 60s Drummer, Batterie virtuelle de la marque Native Instruments appartenant à la série Abbey Road.

Riatto_Music 29/12/2016

Native Instruments Abbey Road 60s Drummer : l'avis de Riatto_Music

« Qui dit mieux ? »
5

  • J'aime
  • Tweet
  • Partager
  • Mail
Rapport qualité/prix : Excellent Cible : Tout public
Pro Tools 12.5 / MacBook Pro 2015

Kewoua !!??
Personne n'a encore écrit un avis sur le 60's drummer ??
Câlice d'esti de calvaire de tabarnak d'ostie d'ciboire de sainte-viarge !!

Si c'est pas malheureux...

Le 60's drummer est inclus dans le Komplete 10 (comme Snake avec le Nokia 3310, cool) et c'est franchement pas du foutage de gueule, c'est moi qui vous le dis.
Donc, après deux années d'utilisation intensive, voilà de quoi il en retourne.

Pour les caractéristiques techniques (et ta-que-ti-ques), voir le site Native Instruments ou directement la démo sur youtoube, on n'est pas là pour faire l'article non plus.
Disons simplement et pour faire court, qu'il s'agit d'une banque de simulation de tambour sixties qui se joue dans Kontakt, là.
Par tambour, on entend batterie, pas de panique.

Est-ce que l'installation est simple ?

Disons que si vous savez ouvrir un navigateur (open), trouver un dossier (folder), et cliquer sur le bouton gauche de votre souris (clic) vous ne devriez pas avoir trop de souci. Si ce processus vous semble trop complexe, voir plutôt https://www.apf.asso.fr/ avant de continuer.

Après ça, tout est assez simple.
On a donc deux kits de batterie.
Un vieux kit, et un très vieux kit.

Bon alors, les trucs habituels... Gretsch, Ludwig, console EMI, studio Abbey Road, le tout enregistré par le témoin de baptême du petit-neveu de George Martin, on connaît la chanson.

Comme son nom l'indique, dans la série quand c'est drummer c'est que ça joue tout seul.

On a donc une collection de grooves (han le mot moisi) accompagnés de presets de mixage, le tout à la mode 60's : Rock'n'Roll, Blues Rock, Jazz, Soul, Psychedelic...
Au total : cinq styles proposant chacun dix banques de vingt grooves.
Comptez pas, ça fait mille tout rond, en comptant les fills - qu'on traduira par breaks, ou reprises, ou ce que vous voulez on s'en tape.

Une page Kit pour accorder les tambours, doser l'envoi dans les Overheads et/ou la Room, et choisir entre les deux caisses claires disponibles - deux par kit, mais j'y reviendrai.

Une page Mixer pour mélanger le tout, avec effets et presets inclus pour les jours où on a trop la flemme, c'est-à-dire souvent. Nan vraiment le truc est bien foutu...
On a le choix entre Overhead Mono ou Stéréo (évitez de garder les deux, gourmands !), la tranche micro Room est cradingue à souhaits, et pour le même prix on a même la repisse du kick dans la snare qui fait qu'on peut dire à ses potes "Wouah t'as vu ça ? C'est quand même dingue la technologie hein ?!... Bon alors... Comment je l'enlève cette repisse pourrie maintenant..."

Une dernière page Options avec des tas de trucs à la con type midi mapping ou velocity curve pour les enfileurs de mouche - nan mais sincèrement, le pervers qui s'amuse à appliquer une courbe exponentielle négative sur la vélocité d'une grosse caisse, qui a envie d'écouter sa musique, pour de vrai ?
En plus c'est pas pour dire, mais une exponentielle négative ça s'appelle un logarithme alors franchement si c'est pour vous la péter, révisez un peu bande de frimeurs.

Mais y'a aussi des trucs utiles dans les options, puisqu'on peut choisir l'endroit ou le batteur frappe la caisse claire : au milieu, sur le bord, sur le cerclage... (Bizarre, y'a pas le mode Rodrigo, un pote batteur qui lui tapait carrément à côté, qu'est-ce qu'on a pu se fendre la gueule, bref).
On peut aussi choisir la batte, feutre ou caoutchouc, et tout un tas d'autres trucs mais tout ça c'est sûrement dans la démo donc c'est bon je m'arrête.

Est-ce que c'est facile et tout ?

Si j'y arrive c'est que c'est facile.
On écoute un groove, on en prend un autre, on tripote les réglages du kit, on change de preset de mix, tout ça en temps réel et ça réagit de façon hyper fluide.
Quand on aime un groove on l'attrape et le jette dans sa fenêtre d'arrangement.
Paf la piste midi est copiée, y'a plus qu'à la modifier comme on veut, basta cosi.

Est-ce que les sons et les grooves sont bons ?

Bon alors là c'est le coeur du sujet.
Le truc s'appelle 60's drummer donc on se doute bien qu'on tombera pas sur des grooves signés Lars Ulrich ; et côté son, si vous cherchez à faire du college rock (mais pourquoi ???) ou si vous écoutez encore vos CD de Suicidal Tendencies, franchement laissez tomber, vous allez vous faire mal.

Les grooves sont intelligents, plutôt variés, et surtout, SURTOUT, ils ne sont pas quantizés à la quintuple croche, ce qui leur évite cet effet "poisson mort flottant dans son bocal", un effet un peu trop répandu de nos jours mais c'est personnel.

Seules nuances.
Nan, on ne dit pas seul bémol. Seul bémol c'est l'expression la plus conne de toute la langue française (ça et "baisse d'un ton !") parce qu'on peut très bien JOUER BEAUCOUP PLUS FORT EN TRANSPOSANT D'UN TON OU D'UN DEMI-TON OSTIE DE CALICE DE TABARNAK ! :8O:


Donc deux nuances :

- Le kit "early 60's", donc le très vieux, il est quand même chaud patate à glisser quelque part... A moins de bosser sur un biopic de Buddy Holly, c'est comme la machine à raclette, on s'en servira pas tous les jours.

- les caisses claires. J'ai dit que j'y reviendrais donc j'y reviens. (z'avez cru que j'avais oublié hein ?)
Le problème c'est la tension de la peau. Comme sur 99% de tout ce qui existe en matière de batteries virtuelles, les snares sont toujours tendues comme des strings sur une Kardashian, avec 35 bars de pression et une put... d'harmonique foireuse qui fait qu'on doit les détuner de trois octaves pour retrouver un truc moelleux à peu près correct.

Mais en fait ça a commencé bien avant les pleuguines ce délire-là. J'explique un peu, pour les plus jeunes...

Le trip "j'accorde ma caisse claire façon piccolo" c'est une sorte de maladie qui s'est abattue sur l'immense majorité des batteurs à partir des années 80.
Pendant vingt piges, y'a pas eu moyen de trouver un local de répet'ou un studio avec une batterie accordée autrement que par un rasta de Perpignan, cette folie sérieux !
Et ping ! Et pang ! Et peng ! Le cauchemar.
Nan vraiment, j'adore le Reggae hein - quand il est joué à une distance raisonnable de chez moi, ou même le Jazz-Rock.. Si si ! Bien bourré ça me fait rire...

Mais à un m'ment donné faut arrêter les gars. Pensez un peu aux copains... Pensez à John Bonham ou à Uriel Jones bordel, et laissez-les se reposer en paix.
Détendez-vous, détendez la caisse claire, oubliez un peu le cerclage, essayez déjà de viser le milieu de la peau, là où ça fait "schlonk", c'est tout ce qu'on vous demande.

Merci.














Photos liées à cet avis

photo