Los Teignos - Blanc-Mesnil

Blanc-Mesnil

  • J'aime
  • Tweet

Compo de Los Teignos dans le style Chanson à Texte, issue de l'album À l'est, rien de nouveau non plus...

Avis techniques : Avis artistiques :
Blanc-Mesnil
00:0002:52

Présentation / Description

Infos techniques :

Durée : 2'52"

Le mythe du Grand Ouest ramené à la petite réalité de la banlieue parisienne : c'est le thème d’une chanson que ne reprendra certainement pas le syndicat d'initiative de la ville où j'ai grandi. ;-)

Pour la musique, je voulais quelque chose d'un peu westernien forcément, mais surtout un truc sans intro ni outro, pour que le décollage et l'atterrissage soient aussi brutaux l'un que l'autre.

 

Voici les paroles :

Moi j'ai rêvé
De grands espaces
De grands canyons où tout se passe
La poussière au loin
D'un cheval qui approche
Qui dépasse le train
Et de l'or plein les poches
Qui survient

Moi j'ai rêvé
De ce désert
De tracer une croix sur la carte et sur la terre
En disant
Je ferai une ville à cet endroit
En dix ans de ces clous, de ces rondins et de ces planches
Elle naîtra

Et elle aura le nom d'une vierge
D'une sorte d'arbre ou de ma mère
De ces noms trop longs qu'on abrège
Un nom d'Autriche ou d'Angleterre

Peu m'importe
Tant que c'est un nom que le vent porte
Une rumeur dont on fait les rêves
Un murmure posé sur les lèvres de colons

Ceux-là arriveront timides
Et protestants durs à la tâche
Qui dresseront là leurs églises
Et des clôtures, tendront des bâches
Et prieront
Pour que Dieu bénisse les troupeaux 
Pour qu'il épargne leurs enfants
Et fasse pleuvoir ce qu'il faut d'eau
Sur les champs

Et le village deviendra ville 
Avec ses ivrognes, ses bandits
Ses mineurs claquant dans les filles
Dans les cartes ou dans le whisky
Du bordel

Et le pasteur clâmera à la messe
Que le diable rôde dans les ruelles
Que tout Job doit aimer l'éternel
Qui le blesse

Puis disparaître jusqu'à l'oubli
Ressurgir 10 ans plus tard
Dans le soir
Du terrible incendie
Pour y claquer le flanc des bêtes
Et les voir dépasser les hommes
Les hommes qui s'enfuient
Dans la nuit

Mais je vivais à Blanc-Mesnil
Capitale de l'inutile
Une ville qui tourne en rond
Autour d'un soleil de béton
Où chacun étouffe dans sa cage
En rongeant son frein et sa soif
D'évasion

D'évasion...

Matos / instruments / logiciels utilisés dans cette compo

Avis des utilisateurs

jensouniev18/02/2019

L'avis de jensouniev"Merci patron"

▶ Technique8

Ça le fait bien. Je regrette un peu qu'il y ait autant de reverb sur la voix : ça me donne l'impression qu'elle et les instruments ne font pas tout à fait partie de la même chanson.

▶ Artistique10

Chapeau pour le texte et l'instru : j'admire. Tu as tout fait avec des banque ou ça joue un peu ?