LD Systems LAX12DA
+
LD Systems LAX12DA

LAX12DA, Console amplifiée de la marque LD Systems appartenant à la série LAX.

  • Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer

Test de la LAX12DA de LD systems

Test

Console cherche groupe

  • J'aime
  • Tweet
  • +1
  • Pin it
  • Mail

La société allemande LD-Systems, spécialisée dans les produits de sono (enceintes, micros) se lance désormais dans les consoles de mixage analogique, avec une nouvelle série baptisée Lax, dont la 12DA que nous allons tester ici.

La société LD Systems a décidé d'adosser sa marque aux articles 'sonorisation'. Elle n'intervient aucunement dans la rédaction des articles en question.

La société allemande LD-Systems, spécialisée dans les produits de sono (enceintes, micros) se lance désormais dans les consoles de mixage analogique, avec une nouvelle série baptisée Lax, dont la 12DA que nous allons tester ici.

 

Le moins que l’on puisse dire, c’est que LD-Systems n’a pas pris à la légère son arrivée dans le monde de la console de mixage ! Ce n’est pas moins de huit nouveaux produits qui composent cette gamme, avec des consoles 6, 8, 12 et 16 voies (dont certaines offrent en plus l’amplification du signal et un DSP), mais également des consoles DJ et d’installations fixes, rackables.

Lax

Le produit que nous allons tester ici est le modèle intermédiaire, la console Lax12AD, offrant à la fois un DSP d’effets et un ampli de puissance intégré – un système ‘tout-en-un ’ qui pourrait s’avérer intéressant pour les musiciens, d’autant plus que son positionnement en terme de prix est très agressif.

On déballe le paquet !

C’est dans une grosse boîte très robuste que la console m’a été livrée. Bien que secondaire a priori, l’emballage en dit souvent long sur la qualité d’un produit et la volonté de sérieux du fabricant. Ici, et c’est un très bon point, la console Lax est très bien emballée ! Le carton utilisé est épais, solide et il vous permettra de transporter la console durant de nombreux mois (même s’il est fort recommandé de construire un flycase).

Le packaging est assez sommaire, la console est livrée avec deux pattes de rack, un manuel papier en anglais (pas de manuel français, même en PDF) et un cordon d’alimentation. A ce sujet, élément important, le transformateur est interne. Bien que cela soit pratique au niveau transport, cela rend la maintenance éventuelle plus compliquée, car elle impose l’ouverture de l’appareil, ce qui est assez onéreux en cas de panne. De plus, étant donné la présence d’un système d’amplification intégré, l’alimentation risque de faire chauffer la console, mais ça, on le testera plus loin…


La console : ergonomique et bien pensée

Lax

D’un format relativement réduit (des mensurations light de 425*161*427 mm), la console Lax offre deux grosses poignées en plastique rigide sur les côtés permettant de la déplacer facilement sans se couper les doigts. Plus anecdotique, une sangle est même prévue pour pouvoir la transporter à l’épaule. Étant donné le poids de l’engin, près de 11 kg, il est clair que les transports se réduiront au strict minimum. La 12DA peut être à la fois console de table et console de rack via ses poignées que vous pouvez dévisser, très facilement, pour y installer à la place deux équerres au format 19’.

A ce titre, la console se devait d’offrir une ergonomie multi supports et c’est le cas, la façade arrière est inclinée et se limite au strict minimum de connecteurs, afin de faciliter la connectique en mode rack. Il faut noter également que la partie mixeur est protégée par une plaque en plastique transparente, très pratique pour éviter les erreurs de manipulation accidentelles, ou les projections de liquide en tout genre.

La console Lax est vendue comme un produit complet à la fois table de mixage intégrant un multi effets, préampli, mais également ampli de puissance. Le poids, le prix et la taille ultra raisonnables de cet appareil vont-ils être synonymes de compromis sur les fonctionnalités ?

La partie mixeur : c’est complet !

La console Lax offre donc 8 tranches en ligne (quatre monos et quatre stéréos), avec pour chacune d’elle un fader linéaire dont la course est de 6 centimètres avec indicateur de crêtes (led rouge). C’est dommage que les concepteurs n’aient pas intégré les formats standard de 10 cm, beaucoup plus pro d’une manière générale. Un choix économique, très certainement.
Lax

Sur chaque tranche nous disposons également du ‘standard console’, c’est à dire d’un bouton mute, solo, d’un potentiomètre de panoramique, d’un auxiliaire, et également d’un potentiomètre permettant de gérer le DSP interne. Au-dessus, nous avons une section égaliseur assez standard sur ce type de produit, intégrant un contrôle des basses, des aigus, et des médiums (avec réglage de la fréquence centrale). La section mixeur est identique pour les canaux mono et stéréo.

Au niveau connectique, la console Lax offre (pour les quatre premiers canaux mono) une entrée micro XLR, une entrée ligne au format jack (symétrique), ainsi qu’un insert en jack également. Le niveau d’entrée est réglable de +15 dB à -25 dB pour l’entrée ligne, et de 0 dB à +40 dB pour l’entrée Micro. À noter également la présence d’un bloc d’alimentation fantôme générale commutable sur la façade arrière de l’appareil. Un filtre passe-bas pourra en plus être activé par tranche, agissant à partir de 75 Hz, sur une courbe de -18 dB par octave. Les canaux stéréo disposent quant à eux d’entrées au format jack (deux entrées par tranche), commutables entre +4 et -10 dB (pas de filtre passe-bas).

Fader master

La console Lax intègre également un bloc d’entrée/sortie pour une source externe type magnétophone (tape en anglais) au format RCA, non égalisable et dont le volume d’entrée ne sera pas réglable non plus.

Le bloc Master inclut deux fadeurs permettant de régler le volume général, et un fader pour la sortie alternative 3-4, correspondant au sous-groupe. Sur cette même section master, nous disposons de vue-mètre stéréo, avec LED d’activité de l’alimentation fantôme, ainsi que d’un bouton mute-solo pour l’écoute du bloc sous groupe. La console Lax offre également une sortie casque, dont vous pourrez régler le volume (jusqu’à +15 dB), ainsi que la source à écouter (main, sous-groupe, ou tape). Enfin, sur cette même partie master, nous pourrons régler le bloc DSP au moyen d’un simple potentiomètre/bouton-poussoir. En matière de sorties audio, la console Lax offre des connexions lignes ‘Main mix’ au format XLR, mais également jack symétrique.

Le DSP : service minimum

Lax

Le bloc d’effet, géré par un DSP, offre une résolution de 24 bits en conversion AD/DA et en traitement. Disposant de 100 presets celui-ci intègre de nombreux effets basiques, mais indispensables tels que : écho, trémolo, quelques réverbes (plate, room, hall), cabine Leslie et même un flanger. Dommage que tous ces effets ne soient pas vraiment paramétrables, outre l’intensité de l’effet via les potentiomètres de tranche, aucun autre réglage n’est possible.

La partie amplification : adaptée à des petits besoins

Il est clair que cette console s’adresse à des groupes amateurs, et à ce titre la console offre une puissance correcte pour des répétitions, des concerts dans des bars ou des petits clubs. Avec une puissance nominale de 2x200W RMS sous 8 Ohms et 2x300W RMS sous 4 Ohms, vous ne pourrez pas vous servir de la Lax pour une salle importante voire pour réellement sonoriser une batterie. Vous pourrez tout au plus y entrer des voix, éventuellement un sampleur, voire un micro caisse claire ou deux petits overhead batteries dans le meilleur des cas.

La connectique liée à cette partie amplification est simple, mais offre l’essentiel : vous avez le choix entre des connecteurs Jack ou speakon.

Et le son dans tout ça ?

Potards

Le premier fait notable dès l’allumage de la console est le bruit émis par le ventilateur, qui, s’il n’est pas gênant pour un usage scène, rend en revanche délicate l’utilisation dans un contexte home studio. Pour tester une console telle que la Lax, rien de tel que de brancher un micro dynamique. C’est ce que j’ai décidé de faire au moyen d’un SM 58 Shure, une référence du marché.

Le résultat est très bon : la console préamplifie bien le signal et le potentiomètre de gain joue parfaitement son rôle. Les égaliseurs sont très efficaces et l’on peut réellement effectuer de bonnes corrections sans faire saturer le signal. Si l’on passe outre le headroom un peu léger à mon goût, on peut vraiment se satisfaire des tranches de cette console. Les faders de tranches, bien que trop court pour être pro, permettent toutefois d’effectuer un réglage précis des niveaux, tout en gardant en tête que la console n’est pas là pour remplacer un produit ‘pro’.

Potards

Le DSP d’effet est propre et les réverbes sont très correctes et fonctionnelles. Il est évident que devoir se contenter de preset peut apparaître frustrant pour un bon nombre d’ingénieurs du son, mais là on va à l’essentiel, et du coup n’importe qui peut se mettre en place un effet en quelques secondes. Un élément très important : la console ne souffle presque pas, même avec le DSP d’activé, le rapport signal/bruit est très bon. Les parties ligne/tape sont également très bonnes, même s’il est regrettable de ne pas avoir d’entrées de type S/PDIF sur la console.

L’alimentation fantôme (testée avec un micro Audix CX112) se révèle de bonne facture, même si elle présente des signes de faiblesse lorsque l’on connecte plusieurs micros à cellules actives simultanément. C’est malheureusement là une conséquence directe de l’alimentation unique pour les quatre tranches…

La partie amplification est également très honorable pour un matériel de ce prix, et les 400 watts RMS suffiront à bon nombre d’utilisations simples telles que la sonorisation en répétition ou encore des concerts dans des bars.

Conclusion


SortiesLa console Lax n’est pas le produit de l’année, ça, c’est clair. Ne cherchez pas ici d’innovations techniques, ni de fonctionnalités ésotériques. Il n’en reste pas moins que se procurer un système de sonorisation sympa pour pas cher est une problématique rencontrée par tous les groupes qui démarrent. Un besoin récurrent qui trouve ici une réponse en matière de produit d’entrée de gamme.

La console Lax 12AD est un produit complet, certes basique, mais qui remplit parfaitement son rôle de ‘console avec tout dedans’ pas chère, fabriquée avec le plus grand sérieux en Asie et réellement robuste. Pour seulement 449 € TTC (prix public conseillé par le fabricant), LD-Systems offre une solution abordable et suffisante pour répondre aux besoins basiques d’un groupe débutant. Reste à trouver les enceintes, mais ça, c’est encore une autre histoire !

 

  • Solidité, assemblage, sérieux de fabrication
  • De très bons connecteurs
  • Ergonomie de la console
  • Rapport qualité/prix très bon

  • Pas de manuel en français
  • Fader trop court
  • Alimentation fantôme unique sur les quatre tranches
  • DSP d’effet trop basique
  • Headroom un peu faible