Steinberg Cubase iC Pro
+
Steinberg Cubase iC Pro

Cubase iC Pro, Contrôleur OSC / MIDI pour iPhone / iPod Touch / iPad de la marque Steinberg appartenant à la série Cubase.

prix public : 14 € TTC
Comparateur de prix
Petites annonces
  • Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer
  • Rss

Tous les avis sur Steinberg Cubase iC Pro

  • J'aime
  • Tweet
Note moyenne :4.0(4/5 sur 1 avis)
 1 avis100 %
Insatisfait(e) des avis ci-contre ?
Spawn-X29/10/2014

L'avis de Spawn-X"Cool, mais manque un p'tit truc..."

Steinberg Cubase iC Pro
J'utilise IC Pro sur un Galaxy Note 2. Il ne s'agit donc pas d'une tablette, mais la taille d'écran est tout de m^m plus importante que sur la plupart des smartphones (on parle de phablet pour les modèles comme le mien).
C'est important, car la taille de l'écran, un peu bâtarde, implique quelques différences d'affichages des contenus par rapport à une vraie tablette. J'y reviens plus bas.
Cette appli est proposée sur Android et iOS, mais n'étant pas adepte de la pomme, m'abstiendrais bien évidemment de donner mon avis sur l'utilisation sous cet OS. De toute façon, d'après les vidéos dispos sur le net, il semble que l'appli soit en tous points identique sur les deux OS.

L'appli comporte 3 écrans principaux.
1-Un "clone" de la fenêtre principale (Arrangement) de Cubase
2-Un "clone" de la console de mixage
3-Un claviers de raccourcis comportant des boutons de commande pour piloter les fonctions de votre choix.

L'intérêt principal d'IC Pro est évidemment de permettre à l'utilisateur de piloter Cubase à distance en cas de besoin d'aller, par exemple, dans une autre pièce pour enregistrer impliquant l'impossibilité de rester devant l'écran et le clavier/souris.
Dans les faits, on se rend rapidement compte qu'un tel outil devient indispensable m^m quand on a le nez collé à l'écran. Notamment, grâce au point N°3 évoqué juste au dessus.
En effet, si vous êtes un forcené du raccourci clavier, que vous avez passé des années à peaufiner votre set d'environ 400 raccourcis customisés, et que vous pilotez Cubase les yeux fermés juste avec votre clavier d'ordi, alors le point N°3 risque de vous faire le m^m effet qu'un moustique sur le postérieur d'un éléphant. Mais dans le cas contraire, IC Pro offre une palette de commande très pratique, d'autant que cette partie de l'appli est totalement customisable vous permettant de créer plusieurs sous-fenêtres que vous pouvez alors organiser selon votre logique de travail: Une pour la phase d'enregistrement, une pour la phase d'éditing MIDI, une pour le Mix, etc... Le seul reproche que j'ai au sujet de cette partie, c'est qu'on est limité à des bouton rectangulaire comportant le nom de la fonction et dont la seule customisation possible consiste en un choix de couleurs. On aurait particulièrement apprécié de disposer d'icônes représentatives de différentes fonctions. C'est d'autant plus dommageable, que certaines fonctions comportent un nom à rallonge, cependant que certaines autres ont un nom erroné... Bon, problème relatif ceci dit puisqu'on dispose de la possibilité de renommer un bouton, mais quand on débute sur l'appli, on peine à comprendre pourquoi certains boutons refuse de faire ce qu'on leur demande et déclenchent une autre action. Ca reste anecdotique ceci dit. Côté reproches pour cette section, j'ajouterais la limite de 8 page de commandes, ce qui est certes déjà pas mal, mais l'air de rien, on arrive vite au bout. Dernier petit reproche, le fait de ne pas pouvoir attribuer un titre aux différentes pages de commandes. C'est relatif puisque normalement, on voit rapidement quels boutons sont contenus dans chaque pages, mais ça pourrait faire gagner encore un peu de temps.

La partie "console de mix" est très pratique, mais c'est là que la taille d'écran de mon Galaxy Note impose ses limites. D'après les vidéos sur le net, l'utilisation de cette section de l'appli sur une vraie tablette semble permettre d'afficher beaucoup plus de données. Sur mon Note, je suis limité à seulement 5, 9 ou 22 tranches selon le "Zoom Level" L, M ou S choisi qui permettent d'agir sur la largeur de la représentation des tranches. Dans les faits, le mode S est quasi inutile si ce n'est comme moniteur de niveau puisque dans ce mode, les tranches sont si étroites qu'elle n'affichent plus qu'un vu-mètre sans la moindre possibilité d'interaction. Le mode M quant à lui affiche Titres court des pistes, Faders et Vu, mais perd le Pan, ainsi que les boutons Mute, Solo, Listen, Monitor, Record, et la petite icône représentant le type de piste (Audio, Midi, Groupe, etc...). J'envisage de me prendre une petite tablette Android d'ici quelques temps, mais pour l'instant, je dois faire avec.
Les paramètres disponibles pour la section Mix Console ne se limitent pas uniquement au niveau de zoom des tranches. Ainsi, les boutons Monitor et Record peuvent être remplacé par le duo Read/Write dédié à l'automation. On dispose également de la possibilité de choisir quel(s) type(s) de piste on désire afficher. On peut donc librement afficher ou non les voies Inputs, Audio, Groups, Rewire, MIDI, VSTi, Effects, Outputs, mais aussi, celle de la Control Room. Une boite permet également de choisir entre l'affichage de la console de mix ou de la console Cue Mix.
Autant le dire de suite, cette partie de l'appli peut rendre service, par exemple, quand on est dans la live-room en train de faire des prises et qu'on a besoin d'adapter le pré-mix. On peut armer les pistes de son choix et lancer l'enregistrement à distance, mais il n'est pas possible d'ajouter, router ou quoi que ce soit d'autres. La config de la console sur Cubase doit être faite sur l'ordi.

La partie PROJECT (ou Arrangement, ou fenêtre principale selon votre ancienneté sur Cubase ;) ...) offre quant à elle une vue réduite et simpliste de la fenêtre correspondante sur l'ordi. En clair, on dispose d'un affichage des conteneur (sur lesquels on ne peut pas intervenir en tactile), des locators Gauche et Droit (qu'on peut déplacer du bout du doigt), un bouton L et R pour atteindre l'un ou l'autre des deux locators et qui fait doublon avec ceux de la barre de transport, d'un compteur temporelle capable d'alterner d'une pression entre l'affichage musical (mesure.temps.etc) ou temporel (horloge de durée), et d'un petit dialogue permettant d'ajouter des marker et marker de cycle et d'y naviguer d'une pression. Ce dernier point est plutôt bien vu, m^m s'il manque à mon avis cruellement d'instantanéité. Point positif et sympa de cette fenêtre, le fait de faire glisser avec le doigt la partie centrale fait glisser la curseur de lecture à l'écran de l'ordi. Sur l'écran de l'appli, ça se traduit par un curseur qui reste fixe, et c'est la fenêtre entière qui se déplace derrière lui. Très pratique, d'autant que, comme avec la plupart des appareils tactiles, il est possible de zoomer (horizontalement uniquement ceci dit, mais bon) sur le projet pour mieux voir les divisions des mesures.
Les paramètres de la section "Project" sont pour le moins restreints puisqu'on accède uniquement à l'activation des fonctions Auto Quantize, Precount, Punch In et Punch Out. Des fonctions qui auraient tout aussi favorablement pu être intégrées directement à la barre de transport, laquelle, pour le moins succincte elle aussi, ne propose que (de gauche à droite) saut vers le locator gauche ou le marker immédiatement à gauche, la m^m chose à droite, le retour rapide arrière, avance rapide, cycle, play/pause, Record, et activation du métronome. Une large portion libre aurait donc pu facilement recevoir les 4 fonctions sus-mentionnées. Dommage. Dans une prochaine mise à jour peut-être? Après tout, Steinberg nous a déjà démontré sa capacité à réagir aux demandes de ses utilisateurs.

Pour rappel, la taille d'écran de mon Galaxy Note2 limite un peu la façon dont l'appli se comporte. En effet, le cas de la barre de transport est un bon exemple. Dans mon cas, sur la section Mix Console, un petit bouton "+" situé dans le coin inférieur gauche de l'écran permet d'afficher ou non la fameuse barre par dessus le bas de la console qui vient alors masquer la partie (certes pas forcément la plus importante) inférieure comprenant l'icône d'identification du type de piste. Si j'en crois les captures d'écrans sur tablette, cet inconvénient semble disparaitre avec une diagonale d'affichage plus importante. C'est du reste le m^m comportement sur la section Key Commands (les raccourcis clavier) mais là, aucune gêne n'est à déplorer si ce n'est le masquage involontaire de petites icônes permettant de savoir sur quelle page on se trouve.
Bref, je n'ose pas imaginer les difficultés avec un smartphone plus petit. Mais à la base, l'appli est clairement mise en avant dans le cadre d'une utilisation sur tablette.

Le choix n'étant pour l'heure pas des plus pléthorique sur Android, je n'ai pas vraiment cherché longtemps pour une éventuelle alternative. IC Pro étant en effet développé PAR Steinberg POUR un produit Steinberg, il n'est pas évident de trouver plus ciblé pour l'instant, et étant un utilisateur de Cubase de longue date, je dois avouer qu'une solution dédiée plutôt qu'une autre totalement adaptable mais plus fastidieuse à paramétrer m'intéresse d'emblée beaucoup moins.
Par ailleurs, Android accusant de fait un retard certain par rapport à la Pomme en matière d'applis MAO, il reste encore difficile pour l'instant d'y trouver son compte avec les autres applis.
Reste que le récent portage de Touch OSC sur Android risque de changer la donne.

Une version de démo limitée à 30 jours permet de découvrir les possibilités en totalité. Aucune autre limitation n'est en effet à noter. De ce fait, passer par la case CB pour lâcher les quelques 15€ de la version complète se fait sans trop de douleurs. D'autres applis MAO grimpent en effets rapidement plus haut de ce côté là.

ERGONOMIE ET PERFORMANCES

Du point de vu ergonomique, l'appli semble évidemment bien plus adaptée aux tablettes qu'aux smartphone. Toutefois, comme dit plus haut, un phablet (mi-phone mi-tablette) offre une diagonale d'écran plus importante qui peut limiter la casse.

Côté installation, c'est un poil plus compliqué qu'on ne l'imagine au premier contact.
L'appli seule ne suffit bien évidemment pas. Il faut Cubase, sur l'ordi, soit configuré pour permettre la communication. Pour cela, Steinberg propose une petite application supplémentaire à installer sur l'ordinateur SKI Remote qui permet de créer un port dédié dans Cubase. Sur PC, c'est en principe la seule chose à ajouter, mais j'ai cru comprendre que sur Mac, une ou deux autres petites choses étaient nécessaires en plus de SKI. La doc n'est malheureusement pas très didactique sur ce plan contrairement à ce à quoi Steinberg nous a habitué au fil des années. Dommage, mais la communauté permet de palier à ce problème.
Une fois tout configuré comme il se doit, le contrôle en temps réel à distance devient un régal dont on est vite accro tant la chose simplifie le travail. La vocation de contrôle à distance d'IC PRO n'est pas incompatible avec une utilisation à proximité de l'ordinateur. Ainsi, j'ai très rapidement pris le "vice" d'afficher, sur l'écran de l'ordinateur, la console de mix, le projet, ou un éditeur quelconque, cependant qu'IC Pro placé à côté du clavier/souris affiche une page complémentaire me permettant de gagner en productivité.
Il ne manquerait plus à cette appli qu'un retour audio du bus Master de Cubase pour pouvoir tranquillement se balader dans la maison tout en travaillant à distance (Rah, la pause caca-mix qui pue.. pardon, tue!!! J'en rêve!!!).

La nature de cette appli n'impliquant pas la nécessité d'une latence zéro absolue, la très faible latence liée à la communication par WI-FI n'est vraiment pas gênante. Au bout de quelques heures, il m'arrive de constater une déconnexion de l'appli, mais elle reste ouverte et il suffit de tapoter sur le nom de l'ordi qui apparait à l'écran pour reprendre la main. Je pense que c'est plus lié à un bidule dans Android visant peut-être à économiser un peu la batterie.

FONCTIONNALITÉS

Pilotant Cubase 7.5 sur un gros laptop de gamer, je ne saurais dire quel protocole est utilisé par l'appli. Ce qui est sûr, c'est qu'on passe par le Wi-Fi, et là, un point reste à éclaircir pour moi qui ne suis pas un spécialiste du réseau: L'installation semble m'avoir guidé vers une communication via le réseau local de ma Box ADSL. Or, je pense qu'il est possible d'établir une connexion directe entre l'appli et l'ordinateur sans passer par la box. Je ne me suis pas encore penché sur la chose, mais je pense qu'on peut y gagner en stabilité et peut-être également en simplicité d'utilisation ainsi qu'en latence.

AVIS GLOBAL

Installée en Juillet dernier sur mon Note2, j'ai beaucoup de mal à me passer de cette appli à présent à tel point que j'envisage maintenant avec gourmandise l'achat d'une tablette plus grande que mon phablet, voir, carrément, l'achat d'un écran tactile. Je crois que j'ai choppé le virus...
Ce qui me plait bien, c'est la facilité avec laquelle on peut, du bout des doigts, piloter un soft qu'on connait pourtant par cœur. Il n'y a aucun point qui me rebute réellement sinon les limites intrinsèques du couple phablet/appli et le fait que mon imagination s'est enflammée depuis que j'ai commencé à m'en servir.
Le prix demandé n'est pas excessif et est à mon avis justifié. Reste à savoir quelle pérennité Steinberg compte assurer à ce type de produit.