Formalism 12/01/2021

Behringer CAT Synthesizer : l'avis de Formalism

« Miaou »
5

  • J'aime
  • Tweet
  • Partager
  • Mail
Rapport qualité/prix : Excellent Cible : Tout public
Désolé pour le titre de l'avis... :facepalm:

D'abord, comme tout musicien moderne, j'ai eu pas mal de synthés que j'ai dégagés au fil du temps (minilogue, mininova, neutron, ms2000,... le deepmind 6 devrait être évacué aussi), en fait il n'y a que mon bass station 2 que j'ai gardé depuis ces années. Et je peux dire désormais que le CAT va devenir aussi un compagnon de route permanent !
Il n'était pas simple de savoir lequel choisir, entre le K2, le Model D, le WASP, etc. Il y a deux points principaux qui m'ont orienté vers le CAT : 1/ le nombre de formes d'ondes cumulables (7 au total) et 2/ le mode duophonique, particulièrement précieux pour construire des leads dans le style qui m'intéresse (disons "techno/house"). Deux autres points secondaires peuvent jouer aussi, à savoir le prix (- de 250€ neuf) et le style visuel vraiment sympa.

Au niveau du son il me paraît toujours hasardeux de comparer les synthétiseurs entre eux, et de déterminer lequel serait le plus "gras", par exemple. Le CAT permet d'être gras au possible, du fait du cumul des ondes et des modulations sur chaque VCO qui permettent de produire très facilement des sortes de chorus naturels - sans compter l'octave shift qui permet de descendre deux octaves plus bas notamment, et d'aller dans les infras sans problèmes. Un élément intéressant est aussi la possibilité d'indexer la répétition de l'enveloppe ADSR à la vitesse du LFO, de sorte que si on accélère ce dernier, on peut "grossir" le son d'une basse (au lieu d'avoir une note continue, on a en fait des notes générées à la vitesse du LFO et ça épaissit drôlement le rendu).
Au niveau du filtre, les réactions sont étranges, il me semble que son parcours n'est pas très linéaire - ce qui est sûrement dû à la petite taille du fader. La résonance est pareille, dès qu'on est au-delà de la moitié du parcours du fader ça part assez vite en vrille, même si, de mémoire, le rendu est un poil moins "acide" que sur un minilogue par exemple (ou que sur le K2 ou MS20). Mais ce que j'apprécie c'est la simplicité : un seul filtre, pas de fioritures...

Autre point important, il y a deux enveloppes possibles sur le VCA (ADSR ou AR), qui réagissent très différemment entre elles et qui peuvent par ailleurs être utilisées pour moduler les paramètres des VCO. On a donc une large gamme de possibilités de modulation, et là aussi, le point fort du CAT c'est que les modulations sont simples à utiliser, les potards réagissent super bien (j'adore le toucher, la résistance est parfaite, rien à voir avec le Neutron par exemple). Pour ma part, je trouve ce système plus efficace que celui du Neutron (encore lui), dont je n'aimais pas le son du départ, et qui a une matrice de modulation complexe mais à mon sens parfaitement inutile au plan musical (mais c'est dépendant de mon usage; les amateurs de bidouille et de modulaires doivent y trouver leur compte). Le CAT offre en pratique énormément de modulations croisées possibles (même sans utiliser la petite patch bay), mais sans avoir besoin de se prendre le chou. De fait c'est un synthétiseur "gratifiant", qui offre immédiatement une palette sonore variée et puissante.

Voilà, je n'apprends sûrement rien à personne avec ce petit retour, mais en tous cas, c'est un synthé à prendre les yeux fermés si vous êtes un peu comme moi, que vous cherchez le plaisir, la variété sonore, et souhaitez éviter l'accumulation de complexités pour vous concentrer sur le son. Les réglages sont très sensibles et il suffit de jouer un tout petit peu avec les différentes ondes et modulations pour avoir un rendu tout à fait nouveau. La duophonie est un vrai plus à mon sens, car elle permet d'éviter de s'éparpiller comme sur un vrai polyphonique, et donc de construire des leads avec quelques accords à 2 notes qui suffisent amplement à ressortir dans un mix (je dis ça car avec le deepmind, on peut aussi faire des leads, mais comme de fait il y a une plus grosse polyphonie, un très gros unison à 6 voix, on a tendance à justement trop "épaissir" le son et à finalement perdre en lisibilité).
Enfin, pour avoir essayé longuement le Model D par exemple, pour moi il n'y a pas photo, le CAT est cent fois plus riche et ouvert, et il est au moins aussi "fat"...

Au final, c'est pas cher, c'est bien construit, c'est beau, ça sonne, ça peut être doux ou vraiment rentre-dedans... le CAT porte bien son nom. Aucun regret de mon côté, je suis vraiment content de ne pas en avoir pris un autre.
ci-dessous une petite séquence faite à l'arrache, avec juste une petit reverb Replika.
:clin: