athanasius 30/01/2018

Dreadbox Nyx : l'avis de athanasius

« dreadbox nyx, synthé steam punk »
5

  • J'aime
  • Tweet
  • Partager
  • Mail
Rapport qualité/prix : Correct Cible : Les utilisateurs avertis
Mon nyx est un modèle des premières séries, monté en composants traversants.

Un solide analo vintage pur et dur au son épais et gras à souhait, capable de sonorités très diverses grâce à ses deux oscillateurs, à ses deux filtres, à ses trois enveloppes/LFO (4 avec le vibrato), à sa matrice de patch très bien pensée et à ses possibilités de routage et de modulation étendues.

Avec l'excellente réverbe intégrée, énormes drones spatiaux et évolutifs garantis, mais aussi des basses détunées et/ou pulsées à faire tomber les dents, des leads paraphoniques rétro futuristes façon blade runner, riches et denses ou encore fins et aériens, des fx psychédéliques... (J'ai même entendu des échos de voix lointaines dans le decay de la réverbe, sur certains réglages de la résonance : le trip total)

Incontestablement et magnifiquement typé, il apporte immanquablement une touche de profondeur aux compositions, une émotion spéciale et dark allant du plus subtil frisson mélodique et mélancolique jusqu'aux pires hurlements métalo-organiques de machines technologiques extra terrestres.

En mode basse arpéggiée ou séquencée façon 303, et malgré ses enveloppes parfois prétendues "molles", il envoie le groove direct au creux de l'estomac...

Bref un mono analo hors norme, pour esthètes du son soustractif pur.
Scotchant, puissant, large et profond, un instrument de recherche, qui malgré s'intègre avec facilité dans le mix, en raison notamment du fait que la réverbe soit monophonique,et qu'elle puisse être utilisée très finement pour rehausser subtilement le son, le disposer dans l'espace sonore "à la source", sans forcément la pousser jusqu'à envoyer les oscillos dans d'autres galaxies, comme ce qui s'entend sur la plupart des démos.