Rosies 26/10/2018

Waldorf Blofeld : l'avis de Rosies

« C'est une usine de synthèse »
4

  • J'aime
  • Tweet
  • Mail
Rapport qualité/prix : Excellent Cible : Les utilisateurs avertis
Alors je parle ici de la version Noire du Blofeld, MAJ 1.25 avec la license SL (extension logicielle avec coût supplémentaire... La license est disonible dès l'achat avec la version clavier du Blofeld.)

J'utilise le Blofeld en studio principalement. D'une part car il me semble complexe de l'exploiter de manière fluide dans une configuration live et puis de toute façon je fais rarement du live. D'autre part car, à mon humble avis, le Blofeld est vraiment fait pour de la création de sons nouveaux et pour crééer des patchs peu communs. Vous allez me dire que c'est le cas de tout les synthés mais non!

Oubliez les catégories classiques lead/pad/bass/FX/arpegio/etc... etc... (catégories répandues et présentes pour ranger les presets du blofeld) Les sons de bases du blofeld, qui veulent répliquer les sons "classiques" si j'ose dire, sont franchement pas terribles je trouve. Le blofeld ayant une couleur sonore assez particulière, pas aussi pleine en fréquence qu'un moog, beaucoup plus froid... (bon logique c'est une comparaison digital/analogique mais le coeur y est) et bien du coup pas mal de presets sonnent vite cheap ou ont mal vieillis. Par contre, dès qu'il s'agit de se pencher sur du sound-design, des nappes sonores incroyables, des pads qui évoluent perpétuellement, des samples transformés... (oui oui on peut importer des samples qui peuvent être stockés et remplacer 2 des 3 oscillateurs du synthé.) et bien là le Blofeld est un vrai petit monstre!

Littéralement c'est une usine. Il faut bien prendre son temps pour comprendre la construction du menu du blofeld. Il y une partie accès rapide (comme sur un microkorg) où les sections du menus sont sérigraphiés au dessus de certains encodeurs. Ainsi on presse des boutons, on ouvre un menu, une LED s'allume sur la sérigraphie, et on change un reglages avec un des quatres encodeurs. Donc depuis la facade on peut éditer directement certains réglages principaux des oscillateurs, des filtres, des enveloppes, etc... Ensuite plutôt sur la gauche du blofeld on a l'écran qui, avec des encodeurs qui lui sont propres, va nous permettre de faire défiler la totalité des pages d'éditions du patch. C'est également depuis cet écran que l'on va choisir sonpreset/sa banque de preset. L'écran peut nous montrer une foule d'informations malgré sa taille : forme d'onde, forme de l'enveloppe, representation fréquentielle des filtres et de la frequence de coupure, etc... Bon c'est un écran noir et blanc mais c'est très utile! Je reviens et j'insite sur le fait que la quantité de réglages possibles sur le blofeld est astronomique.

On a quand même : 3 oscillateurs dont 2 qui permettent d'utiliser ses propres samples ou forme d'ondes, 2 filtres multimode, 4 enveloppes, 3 LFO, 15 modulations possibles entres ces modules dans une matrice, une section d'effets 2 canaux, 1 séquenceur/arpégiateur, 1 mode-multi composés de 16 parties, qui permet de jouer plusieurs sons en même temps et de les splitter sur un même clavier. Le synthétiseur est polyphonique et stéréo. Et il peut devenir homophonique et monophonique. Une sortie casque, un MIDI IN, un port USB qui permet de faire passer le midi. C'est pas parfait?

De plus le blofeld a l'air extrêmement solide avec sa façade en métal (le mien doit avoir 5 ans je crois). Certains utilisateurs ont cependant parfois noté un bemol avec les encodeurs qui ont parfois une réponse plus qu'étranges mais ceci peut être reglé. Le Blofeld a une architecture logicielle complexe qui ne le protège pas de tout bug mais il existe un bouton de reset, une méthode pour rappeler le réglage usine,etc... Pas de panique. N'oubliez pas de mettre à jour le synthé à la version la plus récente (26/10/2018 : V 1.25 si je me trompe pas).

Le Blofeld possède une quantité astronomique de presets. Vraiment vous avez de la PLACE. Puisque beaucoup ont une qualité passable. Mais pas de panique : 1- cela vous poussera à crééer vos propres patchs et mettre les mains dans le cambouis. 2 - depuis la sortie de l'engin, Waldorf ne cesse de collaborer avec des artistes pour crééer des banques de presets plus modernes, plus subtiles et en adéquation avec les qualités du Blofeld (laissons le son moog à Moog si vous le voulez bien). Bien que peu chères, je ne les ai jamais acheté mais je sais grâce à la communauté en ligne que certaines valent très largement le détour. 3 - Le blofeld peut générer des patchs totalement aléatoires. J'ai fait l'expérience sur plusieurs jours d'en générer le plus possible et de faire le tri. Ainsi je me suis crée rapidement une banque de sons expérimentaux et exploitables avec quelques ajustements selon les projets. Vous avez BEAUCOUP de place je vous dit! 4 - beaucoup de tutoriel en ligne pour créer des patchs cools si vous voulez jouer rapidement.

Comme je l'ai dit il existe une grande communauté en ligne autour de cette machine. Sur youtube et facebook, on peut trouver une tonne d'astuces pour faire des patchs solides ainsi que des gens curieux qui améliorent l'utilisation du Blofeld. Par exemple : on peut changer la sorties stéréo en J 6.35 et la passer en SPDIF pour garder une chaîne numérique jusqu'à l'ordinateur, les potentiomètres peuvent être améliorés, pleins de logiciels payants ou gratuits peuvent permettre d'intégrer le blofeld dans votre DAW, d'éditer et transmettre plus rapidement des patchs/samples/formes d'onde, etc...

Je ne recommande pas le Blofeld aux débutants en synthèse, pour les gens qui cherchent une configuration live et aux amateurs de "1 bouton = 1 fonction".

Par contre je le recommande à tout sound-designer, compositeur pour l'image (la froideur du son le rend assez discret) et aux utilisateurs expérimentés de synthétiseurs.


Le Blofeld est une machine complexe qui nécessite du temps pour être "apprivoisé" si j'ose dire mais c'est un multi-outils de synthèse extrêmement gratifiant qui peut donner une multitude de résultats assez incroyable.