Moonwalk 26/03/2019

Ensoniq ASR-10 : l'avis de Moonwalk

« Ensoniq Asr10 un pur sang exigeant »
5

  • J'aime
  • Tweet
  • Partager
  • Mail
Rapport qualité/prix : Excellent Cible : Les utilisateurs avertis
Machine aussi capricieuse que qualitative. L'asr10 est un sampleur, séquenceur, fx, dtd au format clavier reprenant le concept des eps et eps16+ qui sont eux mêmes issus de l'évolution du Mirage et en étant l'évolution finale. Le son qui sort de cette machine est légendaire et il est et a été utilisé par les plus grands. La machine est construite de façon extrêmement noble et est super lourde 20 kg d'ailleurs en le portant à froid de mon salon à une des chambres de chez moi je me suis fait un lumbago en sous estimant le poids de la bête. Les convertisseurs et la circuiterie de cette bécane transforment n'importe quelle son qui y passe en l'améliorant ça marche à tout les coups. Un son américain bougrement appréciable avec plus de grain et moins plastique que celui de l'asrx. Les convertisseurs utilisent une obscure technologie appelée delta sigma oversampling 64. En tout cas ça le fait grave le son est enrobé et feutré. De plus il y a une fonction boost qui permet de gouacher le son en enlevant la limite ce qui se caractérise par un lâché de chevaux, le son se met à péter avec un gain de volume conséquent et une distorsion du son bien musicale. Contrairement à l'asrx qui est plus orienté samples one shot, l'asr10 permet l'édition des samples en profondeur pour créer de vrais instruments sur la totalité de son clavier. Donc assignement chromatique automatique super aisé, possibilité de faire des layers, transwaves, etc... cette machine est aussi à l'aise pour du beatmaking que pour du sound design. La machine a son architecture propre ça ne ressemble à rien d'autre que du Ensoniq je trouve pour ma part la machine très intuitive et le feeling est vraiment maître mot dans son utilisation. Les menus sont logiques et classés par thèmes qui sont d'une certaine manière pédagogiques dans le sens où il permettent d'appréhender la conception d'un son d'un point de vue synthèse en plus de ce dédiés aux fonctions spécifiques d'un sampleur, sequenceur et fx. Comme je l'ai dit sans prononcer le mot on a affaire en fait à une workstation à base de samples permettant de faire énormément de choses. La partie séquenceur est très bien certains le trouveront inférieur en tout point à celui d'une mpc je dirais qu'il est très différent et qu'il représente la conception Ensoniq d'un séquenceur donc pas plus mal et apporte une variété indéniable pour les personnes qui ne sont pas monomaschine. Il a son groove bien spécifique sa personnalité et c'est pour celà qu'on l'aime ou qu'on le déteste. Personnellement j'adore tout faire dans la boîte et n'éprouve pas le besoin de le seuquencer par les autres machine comme ma mpc60, sp12, studio440 et mv8000.
Je ne vois pas trop l'intérêt d'avoir 40 mpc ou fonctions et philosophies redondantes d'un constructeur à l'autre sinon où serait l'intérêt ? Je suis plutôt pour la variété dans la palette qui s'offrent au beatmaker. La machine à été utilisée dans tout style on peu tout faire avec, et ce avec une sacrée musicalité. La machine est intuitive l'air de rien et une fois comprises tout peut aller très vite elle permet d'atteindre ce point ou la machine devient une extension de l'esprit créatif sa ram étant l'endroit où se matérialise la somme du travail alchimique. Et autant dire que la mayonnaise prends bien les fx sont excellents et permettent vraiment d'aller très loin notamment avec la possibilité de resample avec fx ou et pendant que le séquenceur tourne.
Maintenant concernant la fiabilité elle peut être problématique si on fait n'importe quoi, ne jamais ouvrir la bête quand on a pas les yeux en face des trous prendre systématiquement des photos et ne pas brancher une nappe à l'envers même celle du clavier ça risquerait de faire cramer des fusibles ou résistances à l'intérieur. Et après c'est une grosse galère pour tout démonter et remonter. Ne pas hésiter à charger le service manual et le ramener chez un réparateur en un morceau et pas démonter. Il y a d'ailleurs plusieurs version d'asr10 (à part le rack et le 88 touché lourd ) l'une avec l'écran au gaz dont les caractères s'efface avec le temps et l'autre que je possède avec un écran lcd bleu pourpre qui est la plus recherchée et fiable car son écran est remplaçable contrairement à celui au freon qui nécessite le soudage d'un même écran d'occasion ou nos qui aura tôt ou tard le même soucis. Les écrans compatibles pour l'ancienne version sont en fait les mêmes que ceux de la série eps quant à la nouvelle version elle redonne un coups de jeune à la bécane car esthétiquement c'était le seul point qui fesait vieillot.