Kea 15/03/2017

Pioneer Toraiz SP-16 : l'avis de Kea

« L'intuitif au bout des doigts »
4

  • J'aime
  • Tweet
  • Partager
  • Mail
Rapport qualité/prix : Correct Cible : Tout public
Pour parler du Toraiz j'évoquerais d'abord la qualité de fabrication. Le chassis métal fait très bonne impression, tout comme les potards, quand aux pads ils sont très réactifs et hyper agréables à utiliser. Bon point: la luminosité des pads et de l'écran est modifiable, ce qui fait moins fête foraine (salut la TR8...).

L'ergonomie est réussie, on a tout les avantages du sampleur/séquenceur en une machine. Les 16 pas sur le bas de la machine sont pratiques pour faire évoluer une séquence en temps réel, les boutons rotatifs sous l'écran modifient les paramètres situés au-dessus d'eux sur l'écran (tiens, salut l'Octatrack...), les boutons mute, slice et scale pour interagir en live. Plus des raccourcis (shift + mute= solo...)
Le slider avec la fonction repeat est parfait pour les roulements de batteries.

L'écran est vraiment parfait, réactif, clair et de la bonne taille. Tout se fait rapidement passer 2/3 jours dessus.
Passer d'une scène à l'autre ou d'un pattern à l'autre est vraiment enfantin. On met en reverse un sample, on joue sur les paramètres d'un effet (pour le moment, on espère un 2eme dans une maj prochaine).

Maintenant, passons aux choses sérieuses, le son. Alors là, les filtres de DSI sont juste monstrueux, et en plus on peut les mettre sur chaque pad maintenant et plus seulement la sortie master.
On sample en direct sans arrêter le séquencer, le son est nickel, clair. C'est sûr qu'on le prendra pas pour émuler un sp 1200...(on a quand même un effet lo-fi pour salir si on veut).

Le sequencing midi est ... enfantin également. Tout se fait en touchant l'écran 2 fois (lui spécifier que c'est un track midi que l'on veut et le choix du canal). On peut séquencer un module externe polyphonique et jouer par dessus en mode scale (très pratique avec les petits boutique roland par exemple).

Conclusion
A ce jour, on peut voir que l'instrument est déjà très opérationnel et pourra convenir à des utilisations variées. Je suis très confiant concernant les maj à venir car Pioneer a respecté sa feuille de route, annonçant même aujourd'hui un partenariat avec Splice par exemple.
La contrainte des 32 secondes max par sample a des chances d'être levée si on en croit leur forum.
C'est sûr qu'il ne remplacera pas un Octatrack et si on recherche un instrument dans lequel ce dernier excelle (Glitch) il faut mieux passer son chemin. Mais la facilité d'utilisation et la qualité à bien des niveaux (sorties séparées...) en font un outil sans équivalent pour le moment. A voir face à l'arrivée des Akai bien sûr.