Peavey 6505+ Head
+
Peavey 6505+ Head

6505+ Head, Tête d'ampli guitare tout lampe de la marque Peavey appartenant à la série 6505.

Voivod K 12/05/2009

Peavey 6505+ Head : l'avis de Voivod K

« Incontournable et améliorable !!! »
5

  • J'aime
  • Tweet
  • Partager
  • Mail
Rapport qualité/prix : Excellent Cible : Les utilisateurs avertis
Les specs sont détaillées ci-dessous :

Pour résumer, 120W rms, 4 6L6GC en puissance et 6 12AX7 en préamp. Un bouton On/Off de mise sous tension des lampes + un bouton On/Standby permettant de séparer le préchauffage des lampes et l'envoi du signal dans la boucle de puissance.

UPDATE du 11 juin 2007 : mes lampes de puissance sont des RUBY 6L6GCM-STR de fabrication chinoise, c'est à dire une copie très performante des fameuses Philips Sylvania STR. C'est le haut de gamme de chez RUBY. En préamplification, il y a six 12AX7EH russes de chez Electro-Harmonix dont la réputation n'est plus à faire. Encore une fois, c'est du très haut de gamme en 12AX7 puisque les Electro-Harmonix sont sélectionnées aux USA parmis les meilleures lampes de chez Sovtek. Comme quoi, Peavey ne se fout pas de la gueule du monde avec les lampes en sortie d'usine. Reste à voir l'électronique autour...

Réglages simples : 2 canaux clean & lead avec chacun leur égalisation 3 voix, leur gain et leur volume. En plus, un canal crunch vient se greffer sur le canal clair et apporte un surcroit non négligeable de gain. Chaque canal a aussi un réglage séparé de la présence et de la résonnance (réglages de certaines fréquences médium et high ainsi que de l'enveloppe du son). Pour le reste, du classique bien efficace : une boucle d'effet, un switch permettant de connecter un baffle en 4, 8 ou 16 ohm, un vérificateur de bias et bien sûr une prise footswitch qui, à la différence d'un 5150 ou d'un 6505, est un modèle multibroches et non un jack stéréo. Le footswitch en question est métallique (grande différence encore avec le footswitch plastique) avec 3 boutons qui sont de gauche à droite effect, crunch et channel, visualisables via 3 leds. Le cordon fourni connectant le footswitch à la tête mesure 10 mètre et est d'aspect assez robuste.

Apparence très sobre et classe avec une grille assez opaque en face avant et une grille de protection en nid d'abeille en face arrière. Les potards sont vintage avec un toucher extrêmement agréable, c'est à dire rigide et souple à la fois, un régal.
L'entrée instrument est unique, c'est à dire directe en high gain sans prise low gain (petite différence ici avec le 5150 et le 6505).
Le poids de la bête avoisine les 25 kilos...

La simplicité même au service d'une grande versatilité. Un must dans le genre.

UPDATE du 12 mai 2009 :
Quelques lampes de préamplification sont devenues progressivement microphoniques (bruits de fond "trop bien" captés, perte de signal par intermittences etc.). Il s'agissait des lampes en position V1 (névralgique, c'est la lampe d'entrée de signal !), V3 (boucle d'effet) et V6 (canal clair). J'ai remis une 12AX7EH en V3, mais j'ai ajouté une JJ ECC83 en V6 et une monstrueuse Tung-Sol 12AX7 en V1. Résultat des courses : plus de plocs lors de la sélection ou désélection de la boucle d'effet (cool !), un son clair velouté et brillant à la fois (avec un poil de gain supplémentaire et un crunch progressif très linéaire), et pour finir par le top, un son lead qui avoine comme c'est pas permis avec assez peu de souffle (merci la Tung-Sol !). Si vous voulez une configuration qui fait mal (death/thrash prioritairement), collez donc une Tung-Sol 12AX7 (une seule !!!) en V1 dans votre ampli. Cela dit, la brillance de cette lampe ne conviendra pas à tout le monde, elle sonne plus gros thrash 90' que Neo-Metal (ce qui me convient très bien )... Pour finir, il faut essayer plusieurs combinaisons de lampes (Sovtek, JJ, EH, Tung-Sol, Chinoise etc.) pour trouver "chaussure sonore" à son pied !

UTILISATION

La configuration est ultra simple, à la portée de n'importe quel guitariste un minimum averti. Les réglages sont similaires à ceux d'un Bandit 112 Transtube par exemple, donc sans fioriture mais indispensables pour avoir une palette de sons intéressante. Rien à voir avec un Mesa Boogie du point de vu des réglages. Quasiment du Plug & Play (obtenir un bon son m'a demandé 5 minutes)...

Pour le reste, testé avec une Lag Rockline Bédarieux en EMG 81 + EMG 89 et un baffle ENGL 412 Vintage 30 :

Clean : le canal clean est sans doute le plus dur à régler : il faut bien étager son égalisation et tenir compte du micro guitare sélectionné. Avec un bon micro neck (genre EMG 85 ou 89), ça demande très peu de temps. Il faut pas mal gaver l'ampli en grave pour avoir de la rondeur. La dynamique est intéressante et restitue le jeu à la perfection. Cependant, ce n'est pas le point fort de cet ampli. Au final le canal clean est intéressant mais pas non plus renversant. Par contre, il faut impérativement mettre le gain très bas (entre 1 et 4) pour ne pas cruncher le son sur une attaque franche...

Clean + Crunch : là, ça crunch d'entrée quel que soit le jeu du guitariste. Avec l'EMG81, on peut vraiment jouer du très gros rock avec un gain faible (le gain haut ne sert qu'à jouer sur des guitares essouflées avec des micros simples vintage), l'EMG89 apportant une rondeur indéniable et un grain super chaud. A utiliser avec un minimum de réglages aussi. Le crunch apporte aussi un surcroit de réverbération (nulle sinon) permettant de s'en servir en solo.

Lead : pas de quartier. Le 6505+ est fait pour ça. La bête ronronne dès que le gain est poussé au delà de 3, et au dessus de 5, avec des micros actifs, c'est Hiroshima. Je mets le gain entre 5 et 5.5 grand maximum, car avec l'EMG81 et l'EMG89, on est en permanence sur la corde raide. La précision est monumentale. Aucune erreur de jeu n'est tolérée. Je joue dans un groupe oscillant entre le death technique et le gros thrash à l'américaine, le 6505+ tout comme son ancêtre le 5150II et les versions 6505 et 5150 sont taillés pour ça. Le plus effarant est la dynamique : c'est net, sans bavure, ultra précis, rond, chaud, quel que soit le réglage. Même avec une équalisation creusée, les médiums pleurent à gogo donnant un son d'une présence monumentale. Impossible de passer inaperçu avec cet ampli. C'est un engin pour un soliste (après tout, c'est ce qu'est E. Van Halen !) qui désire être très en avant dans un groupe. Par ailleurs, mon compère guitariste utilise déjà un 5150 avec un baffle Marshall 1960A (donc le rendu est différent), la combinaison est monstrueuse...
Sinon, un petit peu de souffle mais rien de bien méchant. Pour finir, les harmoniques naturelles mais surtout artificielles ressortent magistralement. La claque.

Au final, un canal saturé de folie et un canal clair un peu plus anodin mais qui a son charme. 10/10 pour le lead et 8/10 pour le clean (UPDATE : un bon 9/10 en remplaçant la 12AX7EH en V6 par une JJ ECC83 !)... Sinon l'ampli respecte bien la guitare et le baffle sur lesquels on joue, aucun souci là dessus !

UPDATE du 12 mai 2009 :
Quelques conseils d'utilisation pelle-melle pour préserver votre ampli et ses précieuses lampes :
- Toujours brancher le baffle lorsque l'ampli est hors circuit pour éviter l'éventuel court-circuit fatal entre les deux bornes du jack lorsqu'on l'introduit dans son orifice;
- Brancher votre guitare quand la tête est hors-circuit ou en stand-by, mais pas après (les amplis à lampes n'aiment pas les circuits ouverts, ils préfèrent avoir un peu d'impédance d'entrée) !;
- Laisser chauffer en stand-by la tête pendant une bonne petite minute avant d'envoyer le bouzin;
- Avant d'allumer et d'éteindre votre ampli, veuillez dans la mesure du possible mettre les potards de volume à 0 (ça évitera au maximum une éventuelle transitoire de courant dans les lampes de puissance); Idem pour les effets : mettez le niveau de sortie de votre FX à 0 avant de l'éteindre, toujours pour éviter les transitoires éventuelles... ;
- Attendez quelques minutes (10 minutes si vous pouvez !) que les lampes aient un peu refroidi avant de manipuler la tête : je pense aux concerts par exemple, donc éteindre l'ampli en premier quand on débarrasse la scène !;

Et bonne utilisation !!!

SONORITÉS

Pour mon style (death + thrash), c'est le pied complet, surtout si l'autre guitariste utilise un ampli similaire. Mais cet ampli n'est pas que limité à ça du tout...

Je le fais sonner avec une Lag Rockline Bédarieux de 1994 upgradée avec deux EMG81 (bridge) et 89 (neck) et une Jackson Kelly Pro. montée en SH6 Seymour Duncan. Mes effets sont simples puisque tirés d'un bon vieux pédalier Zoom 4040 (demandez à Brian May !). Le baffle est un ENGL 412 Vintage avec de bons vieux Celestion V30 !

Le "gras" est dur à obtenir avec cet ampli, à moins d'y associer un baffle genre Marshall qui autorise une certaine approximation et des basses plus amples. Avec le ENGL ou un Mesa Boogie du même genre, c'est une autre paire de manches : c'est précis et dynamique, très cristallin en clean ou lead. Cet ampli est tout en muscles, ce qui peut en rebuter quelques uns mais c'est ce que je cherchais à la base. Par contre, il nécessite de revoir son jeu : pas d'erreur possible, car le pain est tout de suite audible et rédhibitoire. Ce n'est pas un ampli de débutant comme pourrait le laisser à penser ses réglages simples.

Les sonorités les plus impressionnantes sont en lead, mais aucune n'est vraiment au dessus de l'autre, ça dépend du jeu que l'on propose. Comme je le dis souvent : il n'y a pas de mauvais amplis, mais que de mauvais réglages et/ou de mauvais gratteux.

UPDATE du 17 mars 2010 :
J'utilise actuellement cet ampli dans un groupe de Rock/Métal Stoner. L'ampli a été testé avec des guitares accordées en Ré (Jackson Kelly en DiMarzio & Custom 77 CS3) et des baffles Engl 412S & Marshall 1960A. La tête restitue très bien le son des guitares, et avec la Custom 77 CS3 (corps acajou), la chaleur est vraiment présente, comme quoi la tête s'adapte bien aux guitares et permet de titiller tous les styles. Pour ceux qui désire beaucoup de chaleur, un grain bien rond et défini ainsi qu'une saturation douce, je conseille les utilisateurs du 6505 de remplacer la lampe d'entrée (voir toutes !) par des JJ-Tesla ECC83. Ces lampes sont d'ailleurs de temps en temps installées sur les têtes 6505, mais pas toujours. Elles sont beaucoup moins "bourrins" que les Electro-Harmonix 12AX7EH communément installées. Donc si vous voulez réduire le gain de la bête (il est monumental au départ), c'est bon à savoir !

Utilisé depuis avec une Lag Arkane Absolute (le must), différentes guitares dont des Les Paul, un baffle Marshall 1960A, un Intellifex Rocktron dans la boucle etc. Rien à redire. Les mecs qui prétendent que leur tête a son cradingue devraient prendre des cours de réglage d'amplis (voir des cours de guitare aussi). CQFD.

AVIS GLOBAL

Je l'utilise depuis une semaine (c'est court, mais très riche d'instruction)...

Les particularités intéressantes : simplicité, précision, respect des instruments, dynamique, sons, puissance, spectre sonore typé mais intéressant...

Les moins : pas encore détecté de gros problèmes...

Autres modèles testés : 5150, Mesa Boogie Mark IV, Engl Powerball. Je cherchais un son particulier, je l'ai.

Qualité/prix : excellent. Bien mieux qu'un Mesa Boogie ou pire, un Bogner ou un VHT. Merci Peavey de ne pas nous prendre pour des vaches à lait (ou fric, au choix).

Au final : je referai ce choix. Si j'étais millionnaire, je n'aurais pas craché sur un Dual Rectifier, mais pour résumer, le 6505+ est parfait pour ce que je vais en faire !

UPDATE du 11 juin 2007 : Trois mois d'utilisation, déjà quelques concerts de fait. Pas de problème... Je dirais même que la tête a un meilleur son depuis quelques temps, sans doute du au rôdage des quatre 6L6 de puissance qui demandent quelques heures de pratique avant d'envoyer la sauce. Par contre, j'ai remarqué que les lampes de puissance et a priori les lampes de préamplifications sont sensibles à la tension d'entrée. Il y a un switch à l'arrière de la tête qui permet de sélectionner soit 220/230 V, soit 240 V. la différence peut paraître minime, mais elle ne l'est pas. J'ai remarqué que les 6L6 chauffaient énormément, même en stand by. Le grain était correct, mais cet échauffement m'a paru assez suspect. Après un petit contrôle de la tension du secteur, il s'avère qu'il est en 240 V. Donc j'ai basculé la tête sur 240 V et là, miracle, les lampes chauffent beaucoup moins et le grain est meilleur, plus net, avec un peu moins de feedback ce qui me permet de jouer avec un peu plus sur le gain donc de mordant. A retenir...

Contrairement à l'avis précédent, j'ai très peu de souffle comparé à la 5150 qu'utilise mon collègue. Encore une fois le choix des lampes est crucial, et c'est à l'étage de préamplification que ça se joue. Mes 12AX7EH sont justement réputées pour avoir très peu de souffle, ceci explique sans doute cela.

UPDATE 13 septembre 2018 :

J'utilise maintenant cet ampli plus de 11 ans, donc croyez moi j'en ai fait le tour... ou presque ! Car j'ai pas mal bossé sur les différentes configurations de lampes possibles sur cet ampli, et autant vous dire qu'après des années et des années de tâtonnements fructueux ou non, je suis enfin arrivé au compromis ultime. Je joue toujours le même style, du Métal donc, et j'utilise les 3 canaux de l'ampli sur différents morceaux.

Pour la préamplification, voici la configuration que j'affectionne :

V1 (entrée) - Tung-Sol 12AX7
V2 (étage saturé #1) - EH 12AX7 Gold Pins
V3 (boucle) - JJECC83s
V4 (Inverseuse de phase) - JJECC803s
V5 (étage saturé #2) - Sovtek 12AX7 LPS
V6 (étage clair/crunch) - JJECC803s Gold Pins

Pour information, en V3 veillez à utiliser un tube slovaque (JJ), chinois ou une NOS. Cette position impose à un des deux étages du tube de très hautes tensions entre cathode et grille (montage en cathode suiveuse). Une JJECC83s fera très largement l'affaire (pas cher et en V3 il n'y a pas de colorisation du son). A éviter à tout prix, toutes les Sovtek et les reissues comme les Tung-Sol ou Mullard qui ne sont pas construites pour tolérer ces tensions entre ces deux éléments du tube. Elles se dégraderont très vite et finiront par griller. Une Electro-Harmonix fera aussi l'affaire même si on lui préfèrera les autres évoquées plus haut.

Pour l'amplification, je n'ai plus de doutes quant aux lampes que j'utilise aujourd'hui avec un quad de Tung-Sol 6L6GC-STR. Sans aucun doute les meilleurs tubes que j'ai jamais utilisé, avec un son ouvert, plein, riche, net et incisif.

Enjoy !