Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Olympus LS-10
Photos
1/7

Test du LS-10 d'Olympus

test
Champion olympique

Quand Olympus, célèbre marque spécialisée dans la photo, s’attaque au marché de l’audio, cela donne le LS-10, un enregistreur numérique portable bien décidé à conquérir ce nouvel horizon...

Quand Olym­pus, célèbre marque spécia­li­sée dans la photo, s’at­taque au marché de l’au­dio, cela donne le LS-10, un enre­gis­treur numé­rique portable bien décidé à conqué­rir ce nouvel hori­zon…

LS-10


Beau­coup de construc­teurs spécia­li­sés dans l’au­dio ont sorti récem­ment des enre­gis­treurs numé­riques portables, parmi eux des spécia­listes recon­nus comme Marantz ou Nagra, mais aussi des marques plus acces­sibles comme M-Audio, Edirol ou encore Zoom. Il y en a fina­le­ment pour tous les goûts et surtout toutes les bourses. Olym­pus s’aven­ture donc dans un terrain déjà bien peuplé par des noms fami­liers des amou­reux du son. Malgré cela, la marque compte bien se servir de se renom­mée acquise, à juste titre, dans le milieu de la photo­gra­phie pour arri­ver à faire son trou.

À première vue, le LS-10 dispose de carac­té­ris­tiques très inté­res­santes, jugez par vous – même : deux micros à élec­tret, un grand écran rétroé­clairé, 2Go de mémoire inté­grée, un lecteur de cartes SD HC, enco­dage à la volée en mp3 ou wma, enre­gis­tre­ment sans perte en wav 96 kHz… Ajou­tez à cela un look sympa, mais sérieux et une construc­tion qui respire la qualité, et vous obte­nez un enre­gis­treur très sédui­sant… Lors des premiers contacts avec l’ap­pa­reil, on ressent une impres­sion de soli­dité, l’ex­pé­rience du construc­teur est là, c’est indé­niable. On est clai­re­ment un cran au-dessus de ce que font certaines marques comme Zoom ou Edirol : on n’aura pas peur de trim­bal­ler son LS-10 un peu partout avec soi. Son poids légè­re­ment plus élevé que certains concur­rents (165 grammes piles comprises) n’est sans doute pas étran­ger à ce senti­ment de robus­tes­se…

Mais voyons voir si le petit tient ses promesses dans un registre plus tech­nique…

Données tech­niques

Entrées sorties

Le LS-10 permet à l’uti­li­sa­teur d’en­re­gis­trer dans trois formats diffé­rents : le linear PCM (des fichiers WAV sans pertes d’in­for­ma­tion audio, mais pesant rela­ti­ve­ment lourd), le MP3 (format compressé) et le WMA (format aussi compressé made in Micro­soft). Le premier format auto­ri­sera un taux d’échan­tillon­nage de 96 kHz sur 24 bits, ce qui pourra servir (et enco­re…) pour des enre­gis­tre­ments ‘défi­ni­tifs’ mais qui sera tota­le­ment inutile pour une utili­sa­tion ‘bloc note’. Le format mp3 (de 128 kb/s à 320 kb/s) permet­tra d’éco­no­mi­ser pas mal de place, et le WMA (de 64 kb/s à 160 kb/s) sera encore plus léger. En consi­dé­rant la mémoire inté­grée de 2 Go, le LS-01 vous permet­tra d’en­re­gis­trer 3h10­min de son en WAV 44,1 kHz / 16 bits, 17h45­min en Mp3 256 kb/s ou encore 69h35­min en WMA 64 kb/s ! De quoi voir venir, surtout avec la possi­bi­lité de rajou­ter une carte SD HC (jusqu’à 8 Go) qui peut multi­plier par 5 les valeurs données précé­dem­ment !

En ce qui concerne l’au­to­no­mie, le LS-10 promet 16h en enre­gis­tre­ment WAV 44,1 kHz / 16bits et 35h en lecture. Sachant que le petit n’avale que 2 LR6, il sera aisé de prendre quelques accus d’avance dans sa poche… Le petit enre­gis­treur permet donc d’en­vi­sa­ger de longs enre­gis­tre­ments sans devoir vider la mémoire sur son ordi­na­teur ou chan­ger les piles, un bon point !

Au niveau des entrées et sorties, on retrouve une prise casque mini jack, une prise micro mini jack (avec alimen­ta­tion plug-in power et une impé­dance de 2 Ohms) et une entrée ligne mini jack. On aurait aimé avoir une ou deux entrées XLR (comme sur le Zoom H4) pour élar­gir le champ d’ac­tion du LS-10, mais seuls les micros de type Mini­disc pour­ront être envi­sa­gés, dommage. Voici quelques exemples de micros compa­tibles : ME30W, ME51S, ME-15, ME-52W, ME-12.

Voyons main­te­nant ce qu’il offre comme fonc­tion­na­li­tés…

Fonc­tion­na­li­tés

Oreilles de Mickey

Une fois le LS-10 allumé (2 à 3 secondes seule­ment pour deve­nir opéra­tion­nel) via la glis­sière servant aussi de fonc­tion ‘hold’, on prend vite ses repères, les fonc­tions de base étant placées sous le pouce : un bouton Play / OK, les touches précé­dent / suivant, deux touches haut et bas, une touche stop, un petit bouton erase (effa­cer un fichier ou tout un sous—­dos­sier dans le dossier musique) et enfin un bouton enre­gis­tre­ment. Une pres­sion sur ce dernier arme, mais ne déclenche pas l’en­re­gis­tre­ment, on pourra alors régler le niveau via la molette située sur le côté droit de l’ap­pa­reil. Une seconde pres­sion sur ce bouton lancera alors l’en­re­gis­tre­ment pour de bon. Voilà, ce n’est pas plus compliqué que cela. On pourra écou­ter la prise immé­dia­te­ment après avec les haut-parleurs inté­grés ou un casque en appuyant sur play. Il sera même possible d’écou­ter la prise pendant l’en­re­gis­tre­ment, mais seule­ment en bran­chant un casque (et pour cause, l’uti­li­sa­tion des haut-parleurs inté­grés aurait provoqué du larsen).

Si la source sonore se révèle trop forte, il sera possible de réduire la sensi­bi­lité des micros inté­grés via un switch situé sur la tranche de droite de l’ap­pa­reil. De plus, le LS-10 offre la possi­bi­lité d’in­sé­rer un filtre coupe-bas lors de l’en­re­gis­tre­ment. Sachez néan­moins que les micros inté­grés ne descendent pas en dessous de 70 Hz (données construc­teur), ce qui rend cette fonc­tion un peu plus anec­do­tique…

En dessous de ces commandes prin­ci­pales se situent quatre boutons : ‘list’ permet d’af­fi­cher le navi­ga­teur de fichiers, on se bala­dera ensuite dans les réper­toires via les flèches haut/bas et gauche/droite de l’ap­pa­reil. Tout cela reste très intui­tif pour les habi­tués de bala­deurs numé­riques. Le bouton ‘menu’ permet­tra d’ac­cé­der aux para­mètres du LS-10 : acti­ver la réverbe, sélec­tion­ner le taux d’échan­tillon­nage, le format de fichiers, etc. Les fonc­tions de l’en­re­gis­treur restes simples et faci­le­ment compré­hen­sibles, pas de soucis à ce niveau-là. Le bouton ‘repeat A-B’ permet de mettre en boucle un passage ou un enre­gis­tre­ment entier, fonc­tion très pratique pour les musi­ciens dési­rant travailler une partie. Enfin, un dernier bouton dénommé ‘fn’ sera para­mé­trable et pourra servir, par exemple, à enclen­cher la réver­bé­ra­tion ou une autre fonc­tion propo­sée par le LS-10 : pratique!

Qu’en est-il de l’er­go­no­mie de la bête à l’usage ? C’est-ce que nous allons dans la prochaine partie…

À l’usage

Entrées / sorties

Le grand écran rétroé­clairé a l’avan­tage de pouvoir affi­cher pas mal d’in­for­ma­tions, ce qui peut faire peur lors des premières utili­sa­tions, mais au final se révèle assez pratique. On aimera les grands vumètres, sa rapi­dité de mise en route, les boutons qui tombent bien sous le pouce. On regret­tera en revanche l’im­pos­si­bi­lité de renom­mer les fichiers créés, un ‘LS100003.WAV’ reste bien moins parlant qu’un ‘riff­de­la­mort.wav’. On peut cepen­dant espé­rer un update du firm­ware pour corri­ger ce petit souci. Pour les dossiers, il est aussi impos­sible de les renom­mer, de les effa­cer ou d’en rajou­ter, il y en 5, un point c’est tout. L’ar­bo­res­cence reste donc figée et c’est bien domma­ge… Un dossier dénommé ‘music’ pour permet­tra d’y glis­ser des mp3 et d’or­ga­ni­ser les dossiers à votre guise, le LS-10 se trans­for­mant alors en bala­deur numé­rique. L’er­go­no­mie reste cepen­dant moins bonne qu’un iPod et consorts, les tags et les paylists n’étant pas gérés. Pour finir sur les mauvais points, les deux molettes de volume d’écoute et d’en­re­gis­tre­ment se sont révé­lées peu acces­sibles et parfois diffi­ciles à régler pour les gros doigts. On regret­tera aussi qu’il faille le visser sur un pied d’ap­pa­reil photo et non un pied de micro, plus popu­laire auprès des musi­ciens… Le passé du construc­teur dans le milieu de la photo est trahi !

Malgré ces petits problèmes, le LS-10 reste très agréable et effi­cace. Il fait ce qu’on lui dit de faire, et ce, rapi­de­ment. C’est l’arme ultime des compo­si­teurs nomades, toujours soucieux de pouvoir enre­gis­trer rapi­de­ment une mélo­die qui a décidé de débarquer à l’im­pro­viste.

Le bran­che­ment à un ordi­na­teur se fait sans encombre via le mini connec­teur USB, le LS-10 est reconnu de suite et sans drivers. Olym­pus a eu en plus la fabu­leuse idée d’in­clure dans la boîte le logi­ciel Cubase 4 LE, compa­tible Mac et PC, et permet­tant d’édi­ter ses enre­gis­tre­ments. C’est un très bon point compte tenu de la qualité et du prix du logi­ciel.

Son

Ecran

La qualité des deux micros inté­grés est globa­le­ment bonne, leur limi­ta­tion dans les basses fréquences étant prin­ci­pa­le­ment du à la taille de leur capsule et leur direc­ti­vité. Les construc­teurs ne pour­ront pas faire autre­ment sur des appa­reils de cette taille. A éviter donc pour l’en­re­gis­tre­ment d’ins­tru­ments dont le registre fréquen­tiel s’étend sous la barre des 70/80 Hz. Pour la voix et la guitare acous­tique, le LS-10 s’est montré large­ment à la hauteur de nos espé­rances. Il faudra faire atten­tion, pour les enre­gis­tre­ments sérieux, à la poser sur un pied afin d’évi­ter les bruits de mani­pu­la­tion. La dispo­si­tion des deux micros à 90° permet de béné­fi­cier d’une bonne image stéréo, et il sera possible, via la fonc­tion ‘zoom mic’ de resser­rer la direc­ti­vité du couple de micros et de faire le focus sur un élément précis. On évitera d’uti­li­ser le niveau auto­ma­tique d’en­re­gis­tre­ment sous peine d’en­tendre le son ‘pom­per’, rappe­lant une compres­sion abusive. Cepen­dant, un limi­teur inté­gré pourra vous sauver la mise et éviter la satu­ra­tion lors de pics sonores impor­tants.

On appré­ciera la présence des deux bonnettes en mousse pour revê­tir les micros les jours de grand vent et une réver­bé­ra­tion inté­grée dispo­nible lors de la lecture. Cette dernière propose 4 algo­rithmes (studio, club, hall, dôme) et permet­tra d’em­bel­lir et de gonfler faci­le­ment vos prises un petit peu sèches. La fonc­tion ‘Eupho­nix’ agira comme un compres­seur et permet­tra, lors de la lecture, de mieux faire ressor­tir les sons dont le niveau est bas. Pas mal pour rattra­per le coup sur un enre­gis­tre­ment raté.

On dispose donc d’un enre­gis­treur de qualité, qui ne rempla­cera pas le bon vieux micro statique au bout de la bonne vieille perche, mais saura se rendre utile dans beau­coup de situa­tions et trou­vera sa place dans pas mal de poches de chas­seurs de son, à coup sûr ! Afin de vous faire une idée, j’ai enre­gis­tré ma guitare acous­tique, le métro pari­sien (compressé direc­te­ment en mp3 256 kps), un chan­teur dans le metro, l’am­biance d’un bistrot (en wav) et de la rue. Il y aussi quelques exemples propo­sés par le construc­teur : voix, métro, bois­son, port, orgue, plage, zoo, chemi­née et circu­la­tion.

Conclu­sion

Olym­pus entre du bon pied dans la cour des enre­gis­treurs audio profes­sion­nels. On aimera sa qualité de fabri­ca­tion exem­plaire, sa qualité sonore globale, son auto­no­mie et sa mémoire inté­grée impor­tante. Certes, dans certaines situa­tions, le LS-10 se trou­vera confronté à ses propres limites, par exemple face à un instru­ment descen­dant dans les extrêmes graves. Mais on lui pardonne aisé­ment au vue de sa compa­cité et de ses sérieux atouts.

Points forts
  • Qualité de fabrication
  • Qualité sonore
  • Autonomie
  • 2Go intégrés + lecteur de carte SD HC
  • Bonnettes fournies
  • Réverbe intégrée
  • Fonction de bouclage
  • Grand écran rétroéclairé
  • Cubase 4 LE fourni
Points faibles
  • Pas d’adaptateur pour pied de micro
  • Graves en retrait
  • Molette de volume pas très accessible
  • Impossible de renommer les fichiers
  • Pas de prise XLR
Auteur de l'article Red Led

Je suis rentré dans la musique par la rosace d'une guitare classique et depuis, j'essaie d'en sortir sans trop de conviction.

Soyez le premier à réagir à cet article

    Vous souhaitez réagir à cet article ?

    Se connecter
    Devenir membre
    Auteur de l'article Red Led

    Je suis rentré dans la musique par la rosace d'une guitare classique et depuis, j'essaie d'en sortir sans trop de conviction.

    cookies
    Nous utilisons les cookies !

    Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
    Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

    Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

    Tous nos cookies
    Cookies non soumis à consentement
    Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
    Google Analytics
    Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
    Publicités
    Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

    Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

    Tous nos cookies
    Cookies non soumis à consentement

    Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

    Google Analytics

    Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

    Publicités

    Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


    Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
    Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.