Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Novation Twitch
Photos
1/113

Test Novation Twitch

Let's Twitch again

Novation s’est associé à la célèbre firme néo-zélandaise Serato pour développer ce contrôleur deux voies d'un genre nouveau, le Twitch. En effet, le contrôleur change la donne et propose une nouvelle approche du mixage. Alors, franche réussite ou coup d’épée dans l’eau ?

Le concept

Novation Twitch

Le Twitch à première vue se présente comme un contrô­leur DJ tout ce qu’il y a de plus clas­sique. Il suffit de le bran­cher à son ordi­na­teur via un câble USB et l’on peut ainsi comman­der un logi­ciel de mixage. On y retrouve les deux decks que les DJs commencent à bien connaître, une partie pour gérer les effets et une autre pour navi­guer dans la biblio­thèque de son logi­ciel. Jusque-là rien de très révo­lu­tion­naire.

Mais là où le Twitch se démarque de ces concur­rents, c’est véri­ta­ble­ment dans la mani­pu­la­tion. On va décou­vrir tout au long de ce test les petites diffé­rences qui font de Twitch un objet unique en son genre. Les possi­bi­li­tés qu’offre la machine sont assez surpre­nantes surtout lorsqu’elle est asso­ciée au logi­ciel qui est fourni avec, Itch de Serato.

Novation Twitch

Serato a parti­cipé acti­ve­ment à l’éla­bo­ra­tion du Twitch nous ne serons donc pas surpris que ce dernier fonc­tionne avec tous les logi­ciels de la compa­gnie. Mais Nova­tion a eu l’ex­cel­lente idée de rendre aussi son appa­reil compa­tible avec d’autres softs tels que Trak­tor ou Able­ton Live par exemple.

Passons main­te­nant à la descrip­tion du maté­riel avant de voir comment Nova­tion a tenté de boule­ver­ser l’uni­vers du djing avec ce contrô­leur.

Descrip­tion du maté­riel

Le boîtier est très compact, ce qui est un premier bon point pour le Twitch. Il pourra être trans­porté et mani­pulé très faci­le­ment. L’as­pect géné­ral est vrai­ment bon et les plas­tiques choi­sis pour confec­tion­ner la machine sont de bonne qualité et agréables au toucher.

Novation Twitch

Côté connec­tiques Nova­tion a fait simple et effi­cace avec à l’ar­rière de l’ap­pa­reil deux sorties : une master et une booth pour le retour. La première est en RCA et l’autre en Jack. On notera l’ab­sence de bran­che­ment XLR, sans doute pour le gain de place. Toujours sur la face arrière nous trou­vons égale­ment une prise AUX et une USB.

Sur la face avant du boîtier, le construc­teur a placé une prise micro en jack ainsi que les prises casque. Nova­tion a d’ailleurs eu la bonne idée de mettre les deux formats (petit et gros jack) direc­te­ment.

Novation Twitch

Pour ce qui est de la zone de travail, elle est claire et épurée pour une lisi­bi­lité parfaite. En un clin d’œil on prend connais­sance des fonc­tions de la machine.

En haut à gauche nous avons la partie réser­vée aux effets qui s’ap­pliquent sur la sortie master et à droite la partie réser­vée à la recherche des titres dans le logi­ciel avec une mollette de navi­ga­tion et des touches pour assi­gner les pistes direc­te­ment au deck A ou B. Au dessus de celle-ci, nous retrou­vons les boutons de réglage de volume du master et du casque. Je précise que le Twitch n’est qu’un contrô­leur, ce qui signi­fie qu’il n’y a pas d’ef­fets inté­grés à l’ap­pa­reil, mais qu’il permet  de pilo­ter les effets du logi­ciel que l’on utilise.

Pour les decks, première surprise, les plateaux ont été rempla­cés par des touchs­trips (bande tactile). Nous verrons plus tard leur utilité. Sinon, le reste est plutôt clas­sique, deux touches play et cue pour lancer et stop­per le morceau, une molette pour le pitch, les touches sync pour caler auto­ma­tique­ment le BPM entre deux morceaux ainsi que la touche Keylock qui permet de ne pas chan­ger la tona­lité du morceau lorsqu’on l’ac­cé­lère ou le ralen­tit.

Sur la partie centrale, nous retrou­vons les commandes de base. L’éga­li­seur trois bandes pour chacune des deux pistes, les touches pour choi­sir le morceau que l’on souhaite écou­ter dans le casque, les faders pour contrô­ler le volume, le cross­fa­der et le bouton pour acti­ver ou désac­ti­ver les effets qui s’ap­pliquent sur la piste. Je précise que les faders et le cross sont démon­tables et peuvent ainsi être chan­gés en cas de casse ou de panne.

Novation Twitch

Nous avons aussi sur la partie compre­nant les 16 trig­ger­pads, 8 pour chaque deck, ainsi que les touches pour chan­ger leur fonc­tion. Les pads sont tous rétro-éclai­rés et répondent très bien.

Le Twitch est aussi muni d’une carte son interne très correcte avec un volume de sortie sur le master et le casque : pas mal, vu le petit gaba­rit de la machine !

Je passe main­te­nant à la partie qui nous inté­resse le plus ici, la partie mani­pu­la­tion de l’ap­pa­reil. Car c’est bel et bien dans ce domaine que Nova­tion a innové.

Le touchs­trip et les trig­ger­pads changent la donne

Ces deux éléments majeurs de Twitch boule­versent un petit peu notre manière de mixer et surtout nous offrent la possi­bi­lité de profi­ter plei­ne­ment des outils du logi­ciel Itch. Je rappelle que le Twitch est compa­tible avec de nombreux logi­ciels, mais il a tout de même été déve­loppé avec l’aide de la compa­gnie Serato spécia­le­ment pour leur logi­ciel. Cette partie concerne donc les outils qui vous sont propo­sés lorsqu’on asso­cie Itch au contrô­leur.

Novation Twitch

Le touchs­trip est une bande tactile qui commence à être de plus en plus utili­sée par les construc­teurs notam­ment par Pioneer sur la DDJ-S1 et par Numark sur la NS-7. Ici, elle sert à navi­guer direc­te­ment sur la piste jouée. Ainsi, en glis­sant son doigt sur la bande, on déplace le curseur de lecture vers l’avant ou vers l’ar­rière pour placer, par exemple, son point cue. Le touchs­trip dans le mode swipe peut aussi servir à reca­ler les deux morceaux comme on le ferait sur un vinyle. Le rendu est surpre­nant de préci­sion.

Les trig­ger­pads

Les trig­ger­pads repré­sentent la partie la plus inno­vante et la plus inté­res­sante de Twitch. Ils sont aux nombres de 16, 8 pour chaque piste, et leur poly­va­lence va vous permettre les remixes et les enchaî­ne­ments les plus évolués. Expli­ca­tion.

Les pads vous permettent de contrô­ler le plus faci­le­ment du monde 4 fonc­tions de Itch qui sont parmi les plus impor­tantes que le logi­ciel propose.

Tout d’abord la fonc­tion Hot Cue qui vous permet de placer 8 points de repère diffé­rents sur votre piste. Rien de très révo­lu­tion­naire pour l’ins­tant, mais la fonc­tion est assez impor­tante pour être mention­née.

Ensuite vient le slicer, la fonc­tion qui, à mon sens repré­sente le plus d’in­té­rêt, qui vous permet­tra par une simple pres­sion de touche de décou­per votre boucle en 8 sections égales. Chacune des parties est assi­gnée direc­te­ment à un pad et peut être rejouée dans n’im­porte quel ordre. Vous pouvez ainsi faire un nouveau beat avec les éléments du morceau qui est en train d’être joué.

Novation Twitch

Pour finir, je regroupe les deux dernières fonc­tions qui sont un peu simi­laires : l’auto loop et le loop roll. La diffé­rence étant que l’auto loop, comme son nom l’in­dique, boucle une partie du morceau par une simple pres­sion alors qu’avec le loop roll, la boucle n’est active que lorsque le pad est enclen­ché. Les pads dans ces deux fonc­tions vous servent à faire varier la longueur de la boucle.

Je rappelle que pour que ces outils fonc­tionnent bien, il faut que logi­ciel ait détecté le BPM du morceau. Je conseille donc de toujours utili­ser le mode sync pour que le logi­ciel ajuste auto­ma­tique­ment la grille au rythme du morceau.

Pour voir et entendre le Twitch en action, jetez un coup d’œil à la vidéo.

Pour qui et à quel prix ?

Le prix (450€ en moyenne), qui je trouve n’est pas exces­sif, en fait un appa­reil qui convien­dra aussi bien aux débu­tants qu’aux DJ confir­més. De plus, le Twitch nous propose une vision complè­te­ment nouvelle du mixage, ce qui en fait un appa­reil qui satis­fera aussi bien les néophytes de la disci­pline que les DJ plus expé­ri­men­tés qui veulent se procu­rer de nouvelles sensa­tions derrière leurs platines ou plus préci­sé­ment derrière leur contrô­leur.

Avec ses dimen­sions très compactes et ses multiples fonc­tions de décou­page et de bouclage en direct je conseille­rais le Twitch aux DJ qui aiment jouer en live, car il est parfait pour la réali­sa­tion de remixes en direct et autres enchaî­ne­ments complexes.

Conclu­sion

Pari réussi pour Nova­tion et Serato qui lancent sur le marché des contrô­leurs un produit très bien réalisé et qui a le mérite d’être inno­vant, chose assez rare pour être saluée. Le Twitch pour­rait très vite s’im­po­ser comme une valeur sûre dans le milieu des contrô­leurs MIDI. Ce petit boîtier est vrai­ment surpre­nant et son prix est plus que raison­nable étant donné les possi­bi­li­tés qu’il propose.

Seul hic : à vouloir être trop inno­vant, il se pour­rait bien que le contrô­leur reste un produit de niche. Le temps nous dira si leur système de touchs­trip et de pads se posi­tionne comme une nouvelle norme dans le monde du djing sur contrô­leur.

Points forts
  • Bien construit
  • Compact
  • Innovant
  • Adaptable à tous les logiciels
Points faibles
  • Pas de branchement en XLR
  • Faders et crossfader un peu limites

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.