• Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer
  • Rss

Tous les avis sur Clavia Nord Stage 3 88

  • J'aime
  • Tweet
Note moyenne :5.0(5/5 sur 1 avis)
 1 avis100 %
Cible : Utilisateurs avertis Rapport qualité/prix : Correct
Insatisfait(e) des avis ci-contre ?
Comparer les prix
Test de la rédaction
  • 27/09/17Test du synthétiseur numérique Clavia Nord Stage 3

    Test du synthétiseur numérique Clavia Nord Stage 3 - La bête de scène

    Attendu de longue date par les aficionados de la marque rouge, le Nord Stage 3 semble embarquer suffisamment d’améliorations pour redéfinir les standards du clavier de scène haut de gamme…

Avis des utilisateurs
Audiophile31/05/2018

L'avis de Audiophile"Une sérieuse évolution"

Clavia Nord Stage 3 88
C’est mon 4ème clavier Nord, après avoir possédé un Electro 3, un Nord Piano et un Nord Stage 2 que j'ai gardé plusieurs années.

Mon avis sera principalement centré sur les évolutions du Stage 3 par rapport au Stage 2.


Nord Stage 3ème du nom, 5ème évolution du clavier phare Nord en comptant les versions « EX ». Ce Nord stage reste fidèle à la philosophie et la réputation de la marque :
- Un clavier orienté scène, pas forcément polyvalent mais diablement efficace dans ses domaines de prédilection (pianos, rhodes, orgues, synthé et sons vintages).
- Une excellente jouabilité et une interface conçue pour ajuster les sons à la volée
- Une certaine évolutivité grâce à les bibliothèques de samples Nord
- Une qualité de construction irréprochable
- Un prix $$$


Mais si on possède déjà un Stage 2 / 2 EX faut-il craquer pour le 3 ?
Que vaut un Stage 2 d’occasion par rapport à un Stage 3 ?
En fait, tout dépend de votre utilisation.

Vu de loin, pas de quoi être dépaysé : La forêt de bouton est toujours là, les flancs rouges sont désormais mats et deux afficheurs OLED présagent d’une interface plus conviviale. La vraie différence est à l’intérieur, toutes les sections ont été musclées, et la partie synthé entièrement revue.

Le moteur même de la bête est différent, avec un premier inconvénient : les patchs ne sont pas compatibles entre NS2 et NS3. Du coup, il faudra tout refaire ! Egalement, la logique de mémoire (programmes) est un peu différente, une notion de « song » fait son apparition (permettant de regrouper un filage de programmes). Les boutons d’accès et les raccourcis changent aussi quelque peu. Moralité, passer du Stage 2 au Stage 3 : ce n’est pas plug and play ! Une petite lecture du manuel s’impose et il faudra quelques semaines pour retrouver ses marques, voire bien plus si vous avez beaucoup de patches à reprogrammer !


Une fois passé une période d’adaptation, il faut reconnaitre que le Stage 3 en a sous le capot. Polyphonie accrue, changement de patch sans coupure (ENFIN ! avec la possibilité de faire défiler les programmes avec une pédale dédiée). La section effet est renforcée (ajout de filtres sur l’Eq et le delay) et devient complète et indépendante pour chaque « panel » (le compresseur et la reverb étaient globaux sur le NS2). A noter de nouvelles possibilités dans les paramètres « morphables » (association de paramètres avec la pédale de contrôle, la wheel ou l’aftertouch). Les points de split restent malheureusement fixes mais sont désormais associés à une possibilité optionnelle de crossfade entre les zones splittées. Coté midi on retrouve grosso modo les fonctionnalités du Stage 2 (il y a encore quelques bugs qui font couler de l’encre sur les forum spécialisés, mais qui seront sans doute corrigés dans les futures updates), ainsi qu’une master clock (synchronisable en externe) permettant piloter les effets et/ou l’arpégiateur du synthé.


Coté clavier, la mécanique du 88 touches me semble très légèrement améliorée par rapport au Stage 2 (un peu plus silencieuse). Cette version « toucher lourd » (restant assez léger) est un compromis : elle permet de jouer correctement à la fois piano acoustique et orgue mais sera un peu frustrant pour le pur pianiste ou le pur organiste. A noter qu’une option permet de régler le déclenchement des sons d’orgue en début de course d’enfoncement de la note ce qui facilite grandement le jeu.

Parmi les choses agaçantes qui ne changent pas, la pédale livrée reste une simple pédale on/off. La seule solution pour bénéficier du sustain progressif reste la très chère et encombrante triple pédale (dont les pédales sourdine et sostenuto ne sont malheureusement pas ré-assignables à d’autre fonctions).


SECTION PIANO

Pas de grand dépaysement entre un stage 2 et un stage 3. Seul ajout notable, des preset Eq rapide (soft / medium / aigu) permettant de modifier rapidement le son (et de manière assez bestiale, l’effet étant très tranché). Le gros changement sera la polyphonie accrue et la capacité mémoire disponible (x4 par rapport au Stage 2 et x2 par rapport au stage 2EX) permettant de changer plusieurs piano XL (mappés note à note). Malheureusement l’upload de nouveaux sons est toujours aussi lente.

Force est de constater de la Nord Piano Library s’est bien étoffé au fil du temps et répond à quasi tous les besoins de son pianistiques. Là ou certains fabricants peaufinent un ou 2 sons à la recherche du « piano parfait », Nord cherche plutôt à proposer des pianos ayant une certaine personnalité. Ils se sont un peu lâché sur les pianos droits et certains sont assez redondant. Coté piano à queue, on notera un très beau S6 (le dernier sample en date), au son chaud et une belle progressivité de timbre dans les fff (très Yamaha), un Bosendorfer impérial au caractère assez unique (son très riche). Pour le jeu en « Band », on se tournera plutôt vers le Bright Grand ou le Silver au son clair et moins invasif en harmonique. Petit regret : les samples de steinway datent un peu (Lady Grand) et on en aimerait un de la qualité de sampling du S6.
On retrouve également la collection de pianos électriques (assez cohérente et complète, réagissant assez bien aux effets), le clavinet (qui reste améliorable) ainsi que des clavecins et (nouveauté) des sons hybrides piano électriques / nappes 80s.


SECTION ORGUE

Le moteur est désormais celui du Nord C2D dernière génération. C’est une petite amélioration par rapport au Stage 2 qui sonnait déjà très bien. De nouveaux pipe organs font leur apparition (je ne les utilise pas). Pour le B3, on appréciera de pouvoir régler certains paramètres comme l’aspect vintage (plus ou moins « neuf ») ou encore le type de micro (proche ou non) et le ratio (rotor / Horn) de la Leslie. On dispose d’ailleurs maintenant de 2 Leslie indépendantes par panel.


SECTION SYNTHE

C’est le plus gros changement. On dispose dorénavant du moteur du Nord Lead A1, simplifié (2 oscillateurs x 2 panels au lieu de 8), mais enrichi de la possibilité de lire des samples. Sans être un spécialiste des synthés on arrive aisément à modeler un son à partir des presets existants. La qualité du son (présence, punch) est également largement améliorée par rapport au synthé du stage 2.

La librairie de samples est passée en V3, non compatible avec les claviers antérieurs. Heureusement Nord a rendu transparent la conversion des anciens sons en V3, qui se fait maintenant à l’import via le sound manager. La bibliothèque de samples en question est elle aussi évolutive, chacun pourra faire son marché sur le site Nord. Contrairement à la « Piano Library » il s’agit de samples mono-layer avec les limites que cela impose en termes d’expressivité. On notera néanmoins que l’on peut facilement moduler le son avec des filtres associés à la vélocité. La bibliothèque est bien fournie en sons classiques (cordes) et vintages (Mellotron). Elle laissera potentiellement sur sa faim les habitués des grosses workstations pour des sons plus généralistes (guitares, cuivres)

Comme pour le Stage 2 chacun peut créer ses propres samples. Malheureusement le Nord Sample Editor ne permet pas encore de créer directement ses propres samples en V3 (juin 2018). Il faut créer un son V2 et le convertir. La seule différence entre sons V2 et V3 est l’ajout de paramètres de modulation par défaut (enveloppe ASD, vélocité…). Une fois chargé dans le clavier, un preset de base est automatiquement créé avec ces paramètres.


Alors on craque pour le Stage 3 ?

Tout d’abord, il faut reconnaitre que le stage 2 est loin d’être largué. Si vous utilisez majoritairement les pianos / EP / Orgues sans faire de patches compliqués, le Stage 3 n’apportera pas de gain significatif (si ce n’est la capacité mémoire pour charger plus de sons). Le stage 2 d’occasion peut donc être une bonne alternative à un Nord Piano (pas d’orgue) ou a un Electro (pas de 88 touches).

En revanche si vous aimez vous plonger dans les réglages du synthé, mélanger et concevoir des patches complexes mélangeant plusieurs sons (en split, layer, avec des contrôles morphés créatifs) et triturer les effets, vous irez indéniablement plus loin avec le Stage 3. De plus, la fonctionnalité (basique, mais tant attendue) de changement de patches sans coupure de son est un atout indéniable pour pouvoir enfin jongler en live avec de nombreux sons et programmes au sein d’un même morceau.