Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
La bête de scène
9/10
Award Valeur sûre 2017
Partager cet article

Attendu de longue date par les aficionados de la marque rouge, le Nord Stage 3 semble embarquer suffisamment d’améliorations pour redéfinir les standards du clavier de scène haut de gamme…

Nord est devenu la marque emblé­ma­tique des claviers de scène. Elle a su en une ving­taine d’an­nées gagner la confiance de nombreux musi­ciens pro et amateurs exigeants qui tournent, à la fois par la qualité sonore, la prise en main directe, la légè­reté et la robus­tesse de ses produits. Elle peut se targuer aujour­d’hui d’un patri­moine consé­quent de synthés et claviers de scène. Plutôt que d’élar­gir sa gamme à l’in­fini, Nord s’est toujours concen­trée sur l’amé­lio­ra­tion conti­nue de lignes de produits bien ciblées (LeadPianoElec­troStageCDrum), dont certaines en sont à leur cinquième géné­ra­tion. Présen­tée à la Musik­messe 2017, la nouvelle série Nord Stage 3 consti­tue donc, comme son nom ne l’in­dique pas, la cinquième mouture de claviers de scène de la marque suédoise ; cinq et pas trois en effet, puisqu’il faut inclure le Stage EX et le Stage 2 EX. À ce niveau, on a large­ment dépassé le stade de la matu­rité et on peut véri­ta­ble­ment parler d’ex­per­tise. Raison de plus pour décor­tiquer en détail et sans conces­sion ce magni­fique cinquième élément. 

En scène

Clavia Nord Stage 3 HP76 : NS3 2tof 04.JPG

Avec la compli­cité de Fran­keys (rhodiste, wurlit­ze­riste et clavi­ne­tiste) à qui on doit la majo­rité des exemples audio de ce test, nous avons testé le modèle de 76 touches (OS 1.12), équipé d’un toucher lourd « portable » très agréable à jouer, avec une résis­tance à l’en­fon­ce­ment équi­li­brée, un rebond franc et une réponse à la pres­sion maîtri­sée. Cela lui permet non seule­ment une taille rela­ti­ve­ment compacte (112 × 35 cm), mais surtout un poids limité (12,5 kg). Le modèle de 88 touches est quant à lui équipé d’un clavier lourd « plein » avec réponse aux vélo­cité et pres­sion, pour une taille et un poids plus consé­quents (129 × 33 cm pour 19 kg). Le Nord Stage 3 existe enfin en version de 73 touches en cascade semi-lestées, avec réponse aux vélo­cité et pres­sion (107 × 30 cm pour 10 kg) ; ce dernier modèle dispose d’ailleurs de tirettes harmo­niques physiques (type fader) dans la section d’orgue, là où les deux autres utilisent des tirettes virtuelles à 8 diodes et 2 boutons.

La qualité de construc­tion est très bonne : façade métal­lique, fond en alliage léger, flancs en bois, poten­tio­mètres bien ancrés, boutons fiables… Les claviers sont livrés avec une pédale de main­tien signée Nord, mais on peut se procu­rer la triple pédale maison option­nelle, regrou­pant les fonc­tions de main­tien (avec mi-course), soste­nuto et sour­dine.

Clavia Nord Stage 3 HP76 : NS3 2tof 13.JPG

Clai­re­ment le Nord Stage 3 est taillé pour la perfor­mance live ; il regorge de plus d’une centaine de commandes directes et de fonc­tions orien­tées scène. Depuis le premier Nord Stage, la crise d’acné n’a pas cessé, bien au contraire. La plupart des commandes est doublée d’une fonc­tion secon­daire, qui néces­site le main­tien de la touche Shift, mais dans les cas extrêmes, un double-clic permet de garder une main libre, bien vu !

La façade est compo­sée de diffé­rentes sections sépa­rées par une séri­gra­phie alter­nant fond gris et fond rouge, avec de gauche à droite, l’ef­fet de haut-parleur tour­nant, la section d’orgue, la section de piano, la section de program­ma­tion centrale, la section de synthé, la section externe et la section d’ef­fets. Il est très facile d’ac­ti­ver ou couper une section, régler son volume, l’as­si­gner à une zone du clavier ou la trans­po­ser d’une octave vers le haut ou vers le bas. De même, les deux écrans graphiques OLED visibles en toute circons­tance permettent, pour l’un, de se repé­rer dans les numé­ros de programmes et les réglages, et pour l’autre, de program­mer la section de synthé qui s’est bien musclée depuis la dernière fois (nous y revien­drons). 

Tour­née géné­rale

Clavia Nord Stage 3 HP76 : NS3 2tof 11.JPG

Le Nord Stage est orga­nisé en programmes qui mémo­risent tous les réglages de la façade pour les rappe­ler à chaque instant (400 mémoires grou­pées en huit banques de cinquante). Si on le souhaite, chan­ger un programme en main­te­nant des notes ne coupe pas le son, super ! On peut faire défi­ler les programmes par liste, par banque ou par caté­go­rie. On peut aussi prépa­rer sa confi­gu­ra­tion live grâce aux Songs (400 mémoires), conte­nant chacune 5 poin­tages de programmes immé­dia­te­ment acces­sibles. Dans chaque programme, il y a deux confi­gu­ra­tions globales, appe­lées Panel A et Panel B, utili­sables soit en alter­nance, soit simul­ta­né­ment. Deux boutons permettent d’édi­ter l’un, l’autre ou les deux en même temps. Donc on a bien, dispo­nibles en même temps, deux orgues, deux pianos, deux synthés, deux zones externes (pour pilo­ter un appa­reil MIDI) et deux sections d’ef­fets ; du très lourd par rapport aux précé­dents Nord Stage. On peut faci­le­ment copier un Panel vers un autre, que ce soit dans le même programme ou non. Il existe même un mode Dual Keyboard où le pilo­tage du Panel B peut être confié à un clavier MIDI externe et décon­necté du Nord Stage 3.

Clavia Nord Stage 3 HP76 : NS3 2tof zones

Dans chaque Panel, chacune des sources sonores (internes et externes) est assi­gnable à une ou plusieurs des quatre zones du clavier dispo­nibles. Pour défi­nir ces zones, on active un à trois points de split (Low/Middle/High). Il y a toute­fois une limite, puisque le choix des points est limité aux notes Fa et Do sur cinq octaves (F2 à C7). Les points sont repé­rés par des LED situées au-dessus du clavier et les zones indiquées dans une page de l’écran graphique spéci­fique, ce qui faci­lite le repé­rage (cf. capture du manuel ci-contre). Il est possible de créer un fondu au point de split, suivant trois types de tran­si­tion par point (Off = 0, Small = 12 demi-tons, Large = 24 demi-tons). On peut ainsi créer divers splits et empi­lages à partir de six sources sonores et deux zones MIDI externes.

Autre point utile pour les perfor­mances live, la fonc­tion Morph, qui permet de pilo­ter l’évo­lu­tion d’une ving­taine de para­mètres pré-défi­nis dans les diffé­rentes sections sonores et d’ef­fets, via trois contrô­leurs physiques : molette, pres­sion et pédale de contrôle. Pour créer un Morph, c’est très simple : on part d’un réglage initial, on main­tient le bouton dans la mini-section Morph corres­pon­dant à la source de modu­la­tion à assi­gner, on bouge les commandes souhai­tées en posi­tion finale et on lâche le bouton. On peut bien sûr ajou­ter des modu­la­tions ou tout effa­cer d’un coup. Cela est mémo­risé dans chaque programme. Parmi les desti­na­tions : les tirettes harmo­niques, le niveau de chaque section, certaines commandes conti­nues (synthèse et effets). Les poten­tio­mètres assi­gnables disposent d’une diode témoin verte, sympa…

Clavia Nord Stage 3 HP76 : NS3 2tof 17.JPG

Termi­nons cette tour­née par la face cachée de la machine. Toute la connec­tique est située à l’ar­rière et entiè­re­ment vissée au châs­sis : entrée moni­to­ring, sortie casque, quatre sorties audio (confi­gu­rables en deux paires stéréo ou une paire stéréo + deux sorties sépa­rées), trois entrées pour pédales (Sustain simple ou triple pédale maison Sustain/Soste­nuto/Sour­dine ; pédale de contrôle continu pour le morphing ; pédale Organ Swell), une entrée & une sortie MIDI, une pédale pour varia­tion de la vitesse de la Leslie, une prise USB (pour le MIDI unique­ment), une pédale pour les chan­ge­ments de programme et une authen­tique borne IEC 3 broches pour cordon secteur (alimen­ta­tion interne, merci !).

La connec­tique audio/pédales est au format jack 6,35 mm, sauf l’en­trée moni­to­ring qui est en mini-jack stéréo, ère smart­phone oblige ; cette dernière envoie direc­te­ment le signal aux sorties audio 1 & 2, sans passer par les effets ni même le volume, dommage. Le Nord Stage 3 est livré avec une pédale-inter­rup­teur simple et un double DVD compre­nant la biblio­thèque d’échan­tillons Nord Piano.

Orgues modé­li­sés

La première section sonore modé­lise diffé­rents orgues. Le moteur a été boosté, puisqu’on dispose de cinq modèles, certains tirés de l’orgue combo maison C2D : B3VoxFarfisa, orgue à tuyaux, orgue d’église. La poly­pho­nie est totale quel que soit le modèle. On peut acti­ver/couper la section, l’as­si­gner à une zone du clavier, en régler le niveau audio, l’en­voyer vers certains effets, acti­ver/couper le Pitch Bend, acti­ver/couper la pédale de Sustain et trans­po­ser sur plusieurs octaves. C’est d’ailleurs le cas avec les deux autres sections sonores, nous n’y revien­drons donc pas.

Clavia Nord Stage 3 HP76 : NS3 2tof 10.JPG

Le premier modèle est dédié au B3, célèbre orgue élec­tro­mé­ca­nique signé Hammond dans les années 30, basé sur 91 roues phoniques produi­sant diffé­rentes fréquences, que l’on peut ajus­ter avec neuf tirettes harmo­niques. Le Nord Stage 3 modé­lise trois états de B3 : Clean (sortant d’usine), Vintage 1 (un peu usé) et Vintage 2 (bien rincé). On peut enclen­cher un vibrato (trois types) ou un chorus (trois types), de manière exclu­sive. Une percus­sion est égale­ment présente, avec le choix entre les 2e ou 3e harmo­niques, le type de déclin (court/long) et le volume (faible/fort). On peut aussi para­mé­trer le volume du clic de note si carac­té­ris­tique du B3. Les résul­tats sonores sont excel­lents et les choix de réglages perti­nents ; l’orgue peut être très propre ou alors bourré de leakage, cette inter­fé­rence entre les roues phoniques adja­centes créant des effets de phase. La réponse du clavier est ultra-rapide, d’au­tant qu’on peut régler la hauteur d’ac­tion des touches, pour les orga­nistes les plus poin­tilleux. En conjonc­tion avec le haut-parleur tour­nant et l’over­drive (voir section d’ef­fets), on passe d’une ambiance soul décon­trac­tée au rock le plus dur !

Le deuxième modèle est dédié au Vox Conti­nen­tal, l’un des plus célèbres orgues à tran­sis­tors, datant des années 60, au son beau­coup plus feutré que le B3. Le Vox utilise sept pieds harmo­niques à inter­valle fixe par rapport à la note jouée, dont le volume est contrôlé par les sept premières tirettes. La neuvième est un contrôle global de brillance. On retrouve diffé­rent chorus et vibrato, dont l’un est modé­lisé sur le Vox. Le troi­sième modèle d’orgue se consacre au Farfisa Compact, facture des années 60 de la célèbre firme trans­al­pine d’orgues à tran­sis­tors au son aigre­let. Les tirettes harmo­niques sont ici utili­sées en inter­rup­teur à bascule (les fameux « Rocker Switch ») pour acti­ver ou couper l’un des neuf registres dispo­nibles, portant le nom (mais pas le son) d’ins­tru­ments acous­tiques et indiquant leur métrage en pieds (le tout aussi fameux « Footage », fût-t-il de gueule) : Bass 16, Strings 16, Flute 8, Oboe 8, Trum­pet 8, Strings 8, Flute 4, Strings 4, Voix 2 2/3. Le Nord Stage 3 modé­lise aussi les diffé­rents modes de vibrato du Farfisa. Enfin, les quatrième et cinquième modèles recréent les orgues à tuyaux, décli­nés ici en deux varia­tions : l’une déri­vée d’un B3 sans les arti­fices de leakage et clics spéci­fiques, pas mal pour le Gospel ; l’autre modé­li­sant un orgue d’église à tuyaux métal­liques. Les neuf registres sont iden­tiques à ceux du B3, allant de seize à un pied. Cerise sur le gâteau pour presque clore cette première section, le construc­teur a eu l’ex­cel­lente idée de prévoir la mémo­ri­sa­tion de deux réglages de registres par programme, entre lesquels on peut immé­dia­te­ment alter­ner avec un bouton dédié (Preset II). Bien vu ! Pour couron­ner le tout, l’en­trée pour pédale d’ex­pres­sion (Swell) permet de créer des nuances de volume carac­té­ris­tiques des tech­niques de jeu des orga­nistes.

Pianos échan­tillon­nés

Clavia Nord Stage 3 HP76 : NS3 2tof 08.JPG

Passons main­te­nant à la deuxième section sonore, dédiée aux pianos dans tous leurs états. Il s’agit d’une banque de multi-échan­tillons stockés dans une mémoire flash réins­crip­tible de 2 Go, offrant 120 voix de poly­pho­nie (stéréo comme mono). Le Nord Stage 3 est livré avec 40 multi-échan­tillons (approxi­ma­ti­ve­ment 1,6 Go) décom­po­sés en six caté­go­ries : pianos à queue, pianos droits, claviers élec­triques, pianos numé­riques et pianos en couche. On sait bien que la taille compte, en tout cas pour les sons de piano, et le Nord Stage 3 renferme quatre tailles de multi-échan­tillons (XL-L-M-S), corres­pon­dant à diffé­rents niveaux de qualité (cf. ci-dessous Les biblio­thèques sonores gratuites). Un réglage du toucher permet de défi­nir la réponse dyna­mique du clavier (quatre valeurs). De même, un EQ inté­gré permet de choi­sir parmi trois types d’éga­li­sa­tion (doux, médium, brillant). Lorsqu’on utilise deux sons de piano en couche (Panels A+B), on peut les désac­cor­der légè­re­ment suivant 3 niveaux. On peut aussi régler la douceur du Release (pour certains sons), enclen­cher la réso­nance sympa­thique des cordes (sur les sons de piano compa­tibles) et le bruit de la pédale de Sustain, pour peu qu’on utilise la triple pédale maison (sur les sons de piano compa­tibles). 

Clavia Nord Stage 3 HP76 : NS3 2tof 09.JPG

Dans la liste de pianos à queue inté­grés, citons un Yamaha S6 (XL), un Bösen­dor­fer Impe­rial (XL), un Stein­way D de 9 pieds (L), un Fazioli (L), un « Velvet German » 9,2 pieds (L) et un Kawai SK7 (L) ; parmi les pianos droits, on trouve un Bald­win (XL), un Petrof (L) et un Yamaha U3 (L). On pour­suit avec les claviers élec­triques : au programme, Yamaha CP80, Fender Rhodes (diffé­rents réglages de Mk I, Mk II, Mk V), Wurlit­zer EP200 (deux décli­nai­sons), un Hohner Clavi­net D6 (dispo­nible avec les quatre réglages origi­nels de micros — A = Neck, B = Bridge, C = combi­nés en phase, D = combi­nés en oppo­si­tion de phase — produi­sant diffé­rentes nuances avec plus ou moins de piqué et de richesse), des pianos DX7 et des mélanges de pianos synthé­tiques. Au plan sonore, nous avons beau­coup appré­cié les sons de pianos acous­tiques dans leur ensemble, surtout au vu de la taille modé­rée de la mémoire. Les modèles se complètent bien, offrant une belle plage de dyna­mique et des segments bouclés assez longs (on n’est pas sur une biblio­thèque de plusieurs dizaines de Go, mais on a en revanche des sons variés et dispo­nibles en quelques secondes après l’al­lu­mage). Les Rhodes sont très réalistes avec une belle réponse en dyna­mique, des Tines précises et des bruits méca­niques réalistes. Le Wurlit­zer nous a séduits, en parti­cu­lier le second multi-échan­tillon « Amped » (XL). Le CP80, bien que de mémoire réduite, est très agréable à jouer. Les diffé­rents sons de Clavi­net four­nis déçoivent un peu, avec un manque de coupant que l’on peut à peine rattra­per avec la section d’ef­fets (wah wah, compres­seur…). Pour le reste (pianos DX, clave­cins, couches de pianos), c’est du clas­sique sans surpri­se…

NS3 1audio 01 Royal
00:0000:50
  • NS3 1audio 01 Royal 00:50
  • NS3 1audio 02 Impe­rial 00:35
  • NS3 1audio 03 Ital­Droit 00:40
  • NS3 1audio 04 EP1 00:46
  • NS3 1audio 06 EP3 00:24
  • NS3 1audio 07 EP4 01:01
  • NS3 1audio 08 CP80 00:25
  • NS3 1audio 09 Clav 00:23
  • NS3 1audio 10 B3 1 00:30
  • NS3 1audio 11 B3 2 00:26
  • NS3 1audio 12 DeepS­plit 00:18
  • NS3 1audio 13 Pipe 00:26
  • NS3 1audio 14 Chur­ch­Voice 00:27
  • NS3 1audio 15 Pizzaiolo 00:21
  • NS3 1audio 16 Mello­tron 00:27
  • NS3 1audio 17 Pad1 00:55
  • NS3 1audio 18 SynthS­plit 00:58
  • NS3 1audio 20 Synth­Brass 00:35
  • NS3 1audio 21 Pad2 00:28
  • NS3 1audio 19 Arpeg 00:36
  • NS3 1audio 05 EP2 00:37

Biblio­thèques sonores gratuites

L’un des avan­tages des Nord Stage / Piano / Elec­tro, c’est qu’ils offrent l’ac­cès à des biblio­thèques addi­tion­nelles gratuites de multi-échan­tillons. Le Nord Stage 3 est compa­tible avec les biblio­thèques Nord Piano et Nord Sample 3. Les données sont char­gées dans des mémoires sépa­rées (respec­ti­ve­ment 2 Go et 480 Mo) via le logi­ciel Nord Sound Mana­ger. Signa­lons au passage que l’on peut restau­rer tout ou partie des échan­tillons et programmes d’usine. La biblio­thèque Nord Piano est consa­crée aux pianos acous­tiques et claviers élec­triques. Les échan­tillons sont dispo­nibles en quatre tailles, tout comme pour la mémoire interne : S (multi-vélo­cité, stéréo ; 5 à 50 Mo), M (ajout de la réso­nance sympa­thique partielle ; 50 à 80 Mo), L (ajout de la réso­nance sympa­thique totale ; 80 à 100 Mo) et XL (la totale, note par note ; 150 à 200 Mo). Le Nord Stage 3 intègre déjà 80% de la biblio­thèque actuelle, mais Nord nous a habi­tués à des nouveau­tés régu­lières.

Pour sa part, la nouvelle biblio­thèque Nord Sample 3 (pas encore dispo­nible et incom­pa­tible avec les précé­dentes) comprend des multi-échan­tillons de taille plus modeste (de quelques centaines de Ko à quelques Mo) dans des domaines très variés : pianos, cordes, vents, cuivres, guitares, percus­sions, voix, synthés, claviers élec­tro­niques (dont une belle collec­tion de Cham­ber­lin et Mello­tron). Il manque toute­fois des kits de batte­rie, que les claviers Nord ne savent à ce stade pas prendre en compte. Les multi-échan­tillons ainsi char­gés sont ensuite utili­sés dans la section de synthèse de l’ins­tru­ment, où ils peuvent être filtrés et en partie modu­lés.

Synthé modé­lisé

Clavia Nord Stage 3 HP76 : NS3 2tof 01.JPG

La troi­sième et dernière section sonore du Nord Stage 3 est un moteur de synthèse numé­rique orienté live dérivé du Nord Lead A1. Avec 34 voix de poly­pho­nie (!), il produit une synthèse sous­trac­tive à partir de diffé­rentes sources : ondes analo­giques modé­li­sées, FM, tables d’ondes et multi-échan­tillons. Il s’agit donc bien d’un véri­table synthé avec une bonne tren­taine de para­mètres à touiller et à mémo­ri­ser. Pour ne pas partir de zéro, le Nord Stage 3 offre une banque de 400 mémoires de sons de synthés, indé­pen­dam­ment des 400 programmes prin­ci­paux. Comme sur le Nord Lead A1, plutôt qu’of­frir des oscil­la­teurs clas­siques, le Nord Stage 3 opère à partir de confi­gu­ra­tions d’un ou deux oscil­la­teurs. On commence par choi­sir le type de forme d’onde de l’os­cil­la­teur prin­ci­pal : Clas­sic (huit formes d’ondes analo­giques modé­li­sées), Wave (46 tables d’ondes), F-Wave (neuf formants), S-Wave (huit empi­lages d’ondes) ou Sample (249 multi-échan­tillons four­nis, auxquels on peut ajou­ter d’autres banques de la biblio­thèque Nord Sample 3). On peut régler et modu­ler la largeur d’im­pul­sion ou le contenu spec­tral d’une onde basique, la posi­tion dans une table d’onde, ou encore le contenu harmo­nique d’une onde à formants.

La mémoire Flash interne de samples tota­lise 480 Mo réins­crip­tibles ; les 446 Mo char­gés repré­sentent des multi-échan­tillons d’ins­tru­ments à cordes, bois, cuivres, ensembles de voix, Mello­tron et Cham­ber­lin. Lorsqu’on assigne un sample à l’os­cil­la­teur prin­ci­pal, on appelle une présé­lec­tion conte­nant des réglages idéaux (qui peuvent bien sûr être édités ensuite). Les samples ont un point de début de lecture alter­na­tif prédé­fini acti­vable, permet­tant de shun­ter le segment d’at­taque. Par contre, les échan­tillons ont peu de possi­bi­li­tés d’in­ter­mo­du­la­tion avec d’autres ondes, puisque cela se limite à la modu­la­tion en anneau, contrai­re­ment à ce que permet le Nord Wave, ce qui est bien domma­ge…

Clavia Nord Stage 3 HP76 : NS3 2tof 15.JPG

Une fois le type d’os­cil­la­teur retenu, on choi­sit la confi­gu­ra­tion d’os­cil­la­teur(s) : oscil­la­teur seul, désac­cor­dage du même oscil­la­teur empilé, mixage avec une onde basique (sinus, triangle, dent de scie, impul­sion, cloche, bruit blanc, bruit filtré accordé), synchro de deux oscil­la­teurs, FM à deux opéra­teurs, FM à trois opéra­teurs ou modu­la­tion en anneau. On règle ensuite la quan­tité de modu­la­tion d’os­cil­la­teur ou d’in­ter­mo­du­la­tion entre oscil­la­teurs, celle-ci étant elle-même pilo­table par le LFO ou l’en­ve­loppe de modu­la­tion (l’un ou l’autre). Le signal obtenu passe alors dans un filtre multi­mode réso­nant. Il offre six types de réponse : passe-bas deux pôles, passe-bas quatre pôles, passe-bas quatre pôles modé­lisé sur le Mini­moog, passe-bande deux pôles, passe-haut quare pôles et réjec­tion de bande deux pôles (combi­nai­son de deux filtres passe bas / passe-haut non réso­nants en paral­lèle, avec fréquences de coupure distinctes). Un feed­back à trois posi­tions permet de satu­rer le filtre en entrée. La réso­nance peut être pous­sée jusqu’à l’auto-oscil­la­tion. La fréquence de coupure est modu­lable par un poten­tio­mètre entre 14 Hz et 21 kHz (on a dénom­bré 128 valeurs et on entend un peu les pas), le suivi de clavier (0–1 / 3–2 / 3–1), le LFO, la vélo­cité ou l’en­ve­loppe de modu­la­tion. Dans ce dernier cas, c’est fromage ou dessert, puisqu’il n’y a qu’un seul poten­tio­mètre de balance pour doser la modu­la­tion des deux sources. Du coup, la modu­la­tion n’est pas bipo­laire, ce qui est bien bête… 

Clavia Nord Stage 3 HP76 : NS3 2tof 06.JPG

Au rayon modu­la­tions, nous sommes très limi­tés, comme souvent sur les synthés Nord qui brillent par leur simpli­cité. Au programme, deux enve­loppes ADR (Sustain infini lorsque le Decay est au maxi­mum), l’une routable vers la modu­la­tion du (des) oscil­la­teurs(s), l’autre assi­gnée au volume. Elles peuvent être modu­lées par la vélo­cité (simple acti­va­tion du contrôle pour la première, trois niveaux de vélo­cité pour la seconde). On trouve aussi un LFO capable de produire cinq formes d’onde clas­siques (rampe, dent de scie, triangle, carrée, S&H), avec une vitesse comprise entre 0,03 et 523 Hz (audio !), capable de se synchro­ni­ser à l’hor­loge globale. Il est assi­gnable à la modu­la­tion du (des) oscil­la­teurs(s) (en exclu­sion avec l’en­ve­loppe de modu­la­tion) et à la fréquence de coupure du filtre. Un vibrato vient complé­ter les modu­la­tions (à vitesse et quan­tité réglables via le menu) avec délai fixe (trois valeurs) ou intro­duit par un contrô­leur physique (molette ou pres­sion). Les voix peuvent être jouées en poly­pho­nie, en mono/legato (avec Glide possible dans ce cas) et à l’unis­son sans réduc­tion de poly­pho­nie (avec trois niveaux de désac­cor­dage). Enfin, le synthé intègre un arpé­gia­teur, capable de produire 4 motifs (haut, bas, alterné, aléa­toire) sur une à quatre octaves et redé­clen­chable (ou non) au clavier. Concer­nant la qualité sonore de cette section de synthé, elle est du même niveau que celle du Nord Lead A1, c’est-à-dire excel­lente (le lecteur AFien, s’il n’est toujours pas assommé à ce stade, pourra se repor­ter au test complet en suivant ce lien) et très supé­rieure au petit synthé incor­poré dans les anciens Stage. Là, le sont claque, les textures sont très variées compte tenu du nombre de para­mètres à dispo­si­tion et le synthé fait jeu égal avec les autres sections sonores.

Effets musclés

Les claviers Nord n’étaient pas forcé­ment les mieux placés au rayon effets. Avec les derniers modèles sortis sur le marché, cette période semble révo­lue. Le Nord Stage 3 est d’ailleurs un sérieux client dans ce domaine. Pour commen­cer, on trouve deux ensembles d’ef­fets simul­ta­nés (un par Panel), consti­tués chacun de quatre multi-effets, un compres­seur et une réverbe. On peut consi­dé­rer les quatre multi-effets comme des pédales auxquelles on assigne l’une des trois sections sonores du Panel, de manière exclu­sive. Le compres­seur et la réverbe s’ap­pliquent à l’en­semble du Panel. S’ajoute à ces douze effets un effet de haut-parleur tour­nant, à parta­ger cette fois entre les deux Panels (on peut lui assi­gner chaque Panel ou les deux en même temps). Pour acti­ver ou assi­gner un multi-effet à une section, il suffit d’ap­puyer sur un sélec­teur (un double-clic permet de s’af­fran­chir de la fonc­tion Shift et ainsi de garder une main libre), puis on visua­lise l’as­si­gna­tion avec les trois LED de contrôle.

Clavia Nord Stage 3 HP76 : NS3 2tof 02.JPG

Le premier effet propose six algo­rithmes : auto­pan, tremolo, modu­la­tion en anneau, wah wah, auto-wah 1 et auto-wah 2. On peut en régler la profon­deur et la vitesse, cette dernière pouvant se synchro­ni­ser à l’hor­loge globale. Les effets d’auto wah se basent sur un suivi d’en­ve­loppe d’am­pli­tude pour agir en phase ; ils sont donc contrô­lables en vélo­cité. Le deuxième effet peut géné­rer six types de modu­la­tion : phaser de type Small Stone, phaser de type Bi-Phase, flan­ger, vibe (phaser + pitch-shif­ter), chorus léger et chorus épais. On peut en régler la vitesse et la quan­tité de modu­la­tion. Passons ensuite au troi­sième effet, consa­cré au délai ; il peut fonc­tion­ner en mono ou ping pong ; on en para­mètre le tempo (avec fonc­tion Tap et possi­bi­lité de synchro­ni­sa­tion à l’hor­loge globale), le feed­back (nombre de répé­ti­tions), le rapport sec/mouillé et le type de filtrage des répé­ti­tions (LP, HP ou BP). Le délai peut aussi simu­ler un écho à bande analo­gique, appor­tant une légère distor­sion, un pitch variant avec le tempo et un filtrage plus chaud que le modèle numé­rique. Le quatrième effet est un simu­la­teur d’am­pli avec EQ à trois bandes. Il est tour à tour capable de modé­li­ser un ampli Roland Jazz Chorus, le haut-parleur inté­gré au Wurlit­zer 200A ou un ampli Fender Twin, le tout avec préam­pli à lampes. Il peut aussi fonc­tion­ner comme un filtre réso­nant quatre pôles en modes passe-bas ou passe-haut, utile à ceux qui voudraient faire réson­ner un son d’orgue ou de piano.

Clavia Nord Stage 3 HP76 : NS3 2tof 05.JPG

Le cinquième effet, global par Panel, est un compres­seur assez basique, capable d’agir en mode lent ou rapide, avec simple réglage du niveau de compres­sion ; il s’avère toute­fois très utile sur scène, en parti­cu­lier face à des batteurs ou guita­ristes un peu bruts de décof­frage ! Enfin, le sixième et dernier effet, toujours global par Panel, est une réver­bé­ra­tion capable de produire six ambiances de pièce : deux Room, deux Stage et deux Hall. On peut faire briller plus ou moins la queue de réverbe (simple réglage marche/arrêt) et doser le signal sec/mouillé. Rappe­lons ici qu’un certain nombre de para­mètres d’ef­fets sont modu­lables en temps réel via la fonc­tion Morph. Au plan sonore, la qualité de ces effets nous a beau­coup plu. De même les choix d’al­go­rithmes et de réglages nous ont semblé judi­cieux, compte tenu de l’orien­ta­tion live de la machine. Un peu à part, le trei­zième et dernier effet est une modé­li­sa­tion de la cabine Leslie 122. Il offre une distor­sion dosable en entrée, simu­lant l’over­drive de l’étage de préam­pli­fi­ca­tion. On peut alter­ner entre les vitesses de rota­tion lente/rapide du haut-parleur à l’aide d’un bouton ou d’une pédale externe. L’ac­cé­lé­ra­tion (le temps de trans­fert) entre les deux vitesses est para­mé­trable via le menu. On peut aussi contrô­ler avec préci­sion la vitesse du rotor via la fonc­tion Morph, pour qui ne se conten­te­rait pas des deux vitesses de base. Enfin, un mode Stop permet d’ar­rê­ter le rotor tout en conti­nuant à faire passer le signal à travers la cabine. Une modé­li­sa­tion parfai­te­ment maitri­sée, indis­pen­sable à la section d’orgue mais tout aussi inté­res­sante à expé­ri­men­ter avec d’autres sons.

Rela­tions exté­rieures

Avant de conclure, nous allons dire quelques mots sur les possi­bi­li­tés MIDI/USB de la machine. Bien évidem­ment, elle sait dumper ses mémoires programmes en Sysex, émettre/rece­voir des CC MIDI pour l’en­semble de ses para­mètres sonores, mettre à jour son OS et impor­ter des échan­tillons internes (via USB) avec le logi­ciel Sound Mana­ger (Mac/PC)… 

Clavia Nord Stage 3 HP76 : NS3 2tof 07.JPG

Elle dispose égale­ment d’une section Externe, capable de pilo­ter des modules sonores MIDI externes, avec le clavier et les contrô­leurs physiques (si on le souhaite). Celle-ci est dispo­nible dans chaque Panel avec son propre canal MIDI et est assi­gnable aux diffé­rentes zones du clavier, tout comme les trois sections sonores.

Outre les notes MIDI, elle peut trans­mettre le volume (CC7), le numéro de programme (0–127, indé­pen­dam­ment du programme dans lequel elle est elle-même mémo­ri­sée) et un CC à défi­nir (0–119). On peut déci­der si les valeurs initiales de ces para­mètres sont envoyées au moment des chan­ge­ments de programme ou unique­ment via l’en­co­deur dédié sur le panneau avant. Au plan du jeu, on peut sélec­tion­ner l’une des trois courbes de vélo­cité et la trans­po­si­tion d’oc­tave qui seront trans­mises en MIDI. Un ajout très inté­res­sant pour ceux qui pilotent des modules en live…

Taillé pour la scène

Au final, le Nord Stage 3 est un clavier de scène très bien pensé, aussi agréable à jouer qu’à écou­ter. Les diffé­rents moteurs sonores sont très soignés et s’avèrent tout à fait complé­men­taires. Qui plus est, ils passent à six instances simul­ta­nées. Les fonc­tions et commandes laissent la part belle à la perfor­mance live. Quand on commence à addi­tion­ner la poly­pho­nie, les zones de jeu, les possi­bi­li­tés de morphing et les effets empi­lables, on appré­cie la puis­sance de feu. Le Nord Stage 3 est un instru­ment haut de gamme, construit sans conces­sion. Le modèle 76HP « toucher lourd portable » que nous avons testé est un plai­sir à jouer pour qui aime mettre des nuances extrêmes et un plai­sir à trim­ba­ler grâce à un choix de maté­riaux assu­rant soli­dité et légè­reté. C’est un parte­naire idéal pour la scène, conçu pour accom­pa­gner dura­ble­ment le musi­cien pendant ses tour­nées. Nord fait une fois encore la preuve que l’on peut toujours progres­ser quel que soit son niveau d’ex­pé­rience. Le Nord Stage 3 est une valeur sûre, qui mérite bien son Award 2017.

Tarif géné­ra­le­ment constaté : 3 699 €

Nord Stage 3 Compact (73 touches) : 3 499 €

Nord Stage 3 88 : 3 999 €

  • Clavia Nord Stage 3 HP76 : NS3 2tof 14.JPG
  • Clavia Nord Stage 3 HP76 : NS3 2tof 15.JPG
  • Clavia Nord Stage 3 HP76 : NS3 2tof 16.JPG
  • Clavia Nord Stage 3 HP76 : NS3 2tof 17.JPG
  • Clavia Nord Stage 3 HP76 : NS3 2tof 03.JPG
  • Clavia Nord Stage 3 HP76 : NS3 2tof 01.JPG
  • Clavia Nord Stage 3 HP76 : NS3 2tof 11.JPG
  • Clavia Nord Stage 3 HP76 : NS3 2tof 10.JPG
  • Clavia Nord Stage 3 HP76 : NS3 2tof 12.JPG
  • Clavia Nord Stage 3 HP76 : NS3 2tof 02.JPG
  • Clavia Nord Stage 3 HP76 : NS3 2tof 04.JPG
  • Clavia Nord Stage 3 HP76 : NS3 2tof 05.JPG
  • Clavia Nord Stage 3 HP76 : NS3 2tof 06.JPG
  • Clavia Nord Stage 3 HP76 : NS3 2tof 07.JPG
  • Clavia Nord Stage 3 HP76 : NS3 2tof 08.JPG
  • Clavia Nord Stage 3 HP76 : NS3 2tof 13.JPG
  • Clavia Nord Stage 3 HP76 : NS3 2tof 09.JPG
  • Clavia Nord Stage 3 HP76 : NS3 2tof zones

 

9/10
Award Valeur sûre 2017
Points forts
  • Construction robuste
  • Compact et léger (76 touches)
  • Qualité du clavier lourd (76 touches)
  • Commandes directes nombreuses
  • Ergonomie bien pensée
  • Polyphonie très confortable
  • Deux Panels simultanés
  • Plusieurs modèles d’orgues
  • Pianos acoustiques / électriques réalistes
  • Synthé intégré avec arpégiateur
  • Mémoire d’échantillons étendue
  • Bibliothèque d’échantillons gratuite
  • Multi-zonage des sons internes/externes
  • Double section d’effets
  • Morphing avec destinations multiples
Points faibles
  • Points de split fixés sur Fa ou Do
  • Fonctions parfois très simplifiées
  • Modulations limitées en section synthé
  • Pas d’audio via USB
  • Entrée audio directement routée en sortie
Auteur de l'article synthwalker Passionné de synthés, concepteur produits et rédacteur presse

J'aime tous les synthés, avec une prédilection pour les polyphoniques vintage à mémoires, que j'empile avec délectation depuis quelques dizaines d'années. Vieux gourou chauve mais pas barbu, j'écris depuis un quart de siècle des articles techniques sur les synthés et j'ai contribué au développement de certains d'entre eux. Plusieurs centaines ont été publiés, dont une grande partie sur Audiofanzine. J'ai aussi contribué aux magazines PlayRecord, Musiciens, Recording Musicien, Musicsound et KR.


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
Auteur de l'article synthwalker Passionné de synthés, concepteur produits et rédacteur presse

J'aime tous les synthés, avec une prédilection pour les polyphoniques vintage à mémoires, que j'empile avec délectation depuis quelques dizaines d'années. Vieux gourou chauve mais pas barbu, j'écris depuis un quart de siècle des articles techniques sur les synthés et j'ai contribué au développement de certains d'entre eux. Plusieurs centaines ont été publiés, dont une grande partie sur Audiofanzine. J'ai aussi contribué aux magazines PlayRecord, Musiciens, Recording Musicien, Musicsound et KR.

cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.